Return_to_Index



Seeing colours is sensing something. They make a statement too. White, black and red are born of values that humans tends to assign to several fundmental organic principles. Milk and seeds, which are white, are linked to life, this meaning is symbolically transferred to white. Dark evokes a dimension of decay and demise, these values become attached to black. Black is darkness, the underworld. For Goethe, darkness is a positive force, it has the power to make light visible. Black is also the symbol of elegance and modernity. Black represents wealth, refinement, sophistication and... mystery. It has long been associated with religious cloth. It also evokes dignity, power and even threat. Black is the symbol of authority and in clothing its severity is often used to portray a seriousness. Clothing in tango is mostly black, combined with serious faces and the sad organ-like sound of the bandoneon does make the atmosphere a bit religious. The darkness of the tanguero shows the woman's movements even more, especially if she has a red wearing. As the blood of every living thing is red, it's symbolism is bounded to it. Blood is associated with love, sex, passion and aggressiveness. Red evokes exuberance, speed and action. Red attracts attention. In tango, red is much preferred by women and in bull fighting, red has a psychological effect too.


YouTube illustrated tangopages:
Dance interpretations on Gallo Ciego
TangoDance interpretation on Francisco Canaro's Poema
Walking the 2x4 tango rhythm
Walking Seduction
Dance is a physical need
Tangowals tangovals Milena Plebs Ezequiel Farfaro
Online Tangolessen videoclips videolessen updated
Carlos Gavito and Maria Plazaola
Showclips Forever Tango - great milongueros

Selected YouTube TangoVideos:
1. TangoClass - instructional vídeos - TangoLessons
2. Milonga and Candombe dancing
3. Tangovals clips - Tango waltzing - Valse - Tangowals
4. Great Tangoclips - fast internet access needed
5. Fast Links to Selected Tango Dance Vidio Updates
6. TangodanceClips with Humor

Imagining
Lighting changes colours. Under electric lights, blue looks green, thus the apparent colour changes depending on the illumination. Visually representing something, as if to be ...
According to Ned Block, a state of phenomenal consciousness is a state of sensing something that looks red. Visually it is just as if I were seeing something red, but I do not claim that it is red.
There are two ways of being conscious of something. One way of being conscious is by thinking about it. The other way of being conscious is by sensing it.

Perceptions of performances are mostly seen from the point of view of the audience, reducing it to the privileged senses which are sight and hearing, reducing the act of dancing to its elegant and stylish visual image. Tango, it looks, lets say... erotic, the dancers are visually representing something that looks erotic. The way of being conscious by sensing it, by seeing / sensing that it is erotic, implies a personal recognition of the sensation, a bodily sensitive knowledge coming from experiences. The same with smelling, cooking recipes.

This seeing is a state of phenomenal consciousness, it is a state of sensing something. In "seeing + sensing ", the content of the experience is endorsed, in the other, the looks as if, it is not. It looks expresses only the intentional contents of those experiences, the dancers are only visually representing something.
In this thinking and imagining the experience, the dreaming about What it is like, is always an illusion involved, a person's perspective contributes to the illusion.
An understanding of sensory qualities and of how thought represents, can give a more full account not only of mental states but of the difference between conscious mental states and unconscious ones.

Click for more on Argentijnse Tango Argentino, videoclips, mpg, 
mpeg, mpegs, pics, tangofotos, photo, Site Tango-E-Vita, argentijnse tango argentino be
more on Argentijnse Tango Argentino


Fundamental trichromatism for Victor Turner,
a noted English anthropologist who studied the rituals of several African tribes for decades,
consists of the colours red, white and black.

There are only two words to identify colours in these languages and dialects, and they are always black and white. If a third word is encountered, it is invariably red.
Blue, green and all other colours are secondary in importance, even though blue and green are primary colours. One of the reasons given to justify attaching such overriding importance to black and white is that man, from the dawn of his primordial experience on, has inevitably known the difference between night and day, the latter being his time for action and the former for resting. Day is our time for movement and dynamism, while night is a time for gentleness. These differences, present in everyone's experience, have caused black and white to take on meanings that are pretty similar in all cultures.

Not only anthropologists but also psychologists have said that colours involve symbolisms and recurrent meanings, if only for their implications from a physiological point of view. For example, being suffused with a red light steps up one's heartbeat and circulation, while being bathed in a green light results in a slowdown in cardiac rhythm, bringing on a feeling of rest and relaxation, such as one finds within the green walls of today's hospitals.

Anthropologists have thrown into bold relief another aspect that is worthy of comment. Namely, the fact that, in our search for the meanings of colours, we should take into consideration the dimension of bodily symbolisms or, better, the corporeal bases of symbolic meanings.
Turner points out that many of the meanings that are attributed to white, black and red are born of values that man tends to assign to several fundmental organic principles such as milk, excrement and blood. Hence, if milk and seeds, which are white, are linked to life, this meaning is symbolically transferred to white.
If excrement or a treetrunk carbonized by a bolt of lightning, both dark in hue, evoke a dimension of decay and demise, these values become inexorably attached to black. And, if blood is often associated with love, passion and aggressiveness, it is also bonded to these things because, clearly, the blood of every living thing is red.

Starting with these considerations on the importance of organic referents in the symbolism ofcolours, a whole series of implications has arisen concerning the role played by colours in rituals.
Continuing to reason along these lines, we can easily see how many meanings attributed to colours can be traced back to definite symbolic areas. What comes immediately to mind, for example, is the fact that white is the colour of the Christian confirmation ceremony, matrimony and any number of things having to do with purity.
By the same token, black and white lend themselves to a series of intriguing considerations with regard to mourning. It's true, of course, that different cultures have come up with important inversions. While the colour of mourning for us is black, for the Chinese it's white.
But white can be associated with bereavement for us, too, as in the case of mourning for a child. Many African populations use white to signify mourning. And they do it in a way that is revealing, by painting a skeleton on their bodies or another meaningful figure that alludes symbolically to death.
An organic referent is used in this case too, and symbolic development is done by analogy. However, there exists still another approach to colour. In addition to considering symbolism by analogy, we can study the specific relationships that colours establish among themselves.
Let's take as an example the figure of the priest. We know that priests dress in both black and white. But they dress in black when they associate with lay people, while they tend to stick to white when carrying out their sacred duties in church. So it can be said that white is to black, as sacred is to profane - the meaning of colours not deriving, in this case, from analogous relationships but rather from a totally different criterion.

More : Anthropology and colour, Joseph Sassoon

Trichromatism fondamental pour Victor Turner,
un anthropologue anglais noté qui a étudié les rites de plusieurs tribus africaines pendant les décades,
se compose des couleurs rouge, blanc et noir.

Il y a seulement deux mots pour s'identifier peint en ces langues et dialectes et ils sont toujours noirs et blancs. Si on rencontre un troisième mot, c'est invariablement rouge.
Bleu, vert et toutes les autres couleurs sont secondaires dans l'importance, bien que bleu et vert soient des couleurs primaires. Une des raisons apportées pour justifier le fait d'attacher une telle importance primordiale à noir et blanc est que l'homme, à partir de l'aube de son expérience primordiale sur, a inévitablement su la différence entre la nuit et le jour, le dernier être son temps pour l'action et celui-là pour le fait d'appuyer. Le jour est notre temps pour le mouvement et le dynamisme, pendant que la nuit est un temps pour la douceur. Ces différences, le présent dans l'expérience toute le monde, ont fait noir et blanc embaucher des sens qui sont assez semblables dans toutes les cultures.

Pas seulement les anthropologues mais aussi les psychologues ont dit que les couleurs impliquent le symbolisme et les sens périodiques, si seulement pour leurs implications d'un point de vue physiologique. Par exemple, être suffused avec un feu rouge augmente sa pulsation et circulation, étant baigné dans une lumière verte s'ensuit dans un ralentissement dans le rythme cardiaque, en provoquant un sentiment de reste et de relaxation, comme on trouve dans les murs verts d'hôpitaux d'aujourd'hui.

Les anthropologues ont lancé dans le relief audacieux un autre aspect qui est noble du commentaire. À savoir, le fait que, dans notre recherche des sens de couleurs, nous devrions prendre la dimension en considération de symbolisme physique ou, mieux, les bases corporelles de sens symboliques.
Victor Turner montre que beaucoup de sens qui sont attribués à blanc, noir et rouge sont nés des valeurs que l'homme a tendance à allouer à plusieurs principes organiques fundmental comme le lait, l'excrément et le sang. Dorénavant, si le lait et les graines, qui sont blanches, sont reliés à la vie, ce sens est symboliquement transféré à blanc.
Si l'excrément évoquent une dimension de décadence que de disparition, ces valeurs deviennent inexorablement attachées à noir. Et, si le sang est souvent associé à l'amour, la passion et l'agressivité, c'est aussi bonded à ces choses parce que, clairement, le sang de chaque créature vivante est rouge.

En commençant avec ces considérations sur l'importance de referents organique dans le symbolisme ofcolours, une série entière d'implications est survenue concernant le rôle joué par peint en rites.
En continuant à raisonner le long de ces lignes, nous pouvons facilement voir combien de sens attribués aux couleurs peuvent être localisés en arrière aux régions symboliques bien déterminées. Ce qui vient immédiatement pour s'opposer, par exemple, est le fait ce qui blanc est la couleur de la cérémonie de confirmation chrétienne, le mariage et n'importe quel nombre de choses concernant la pureté.
De la même façon, noir et blanc se prêtent à une série de considérations fascinantes en ce qui concerne le deuil. C'est vrai, certainement, que de différentes cultures ont trouvé des inversions importantes. Pendant que la couleur de deuil pour nous est noire, pour le chinois c'est blanc.
Mais blanc peut être associé à la perte pour nous, aussi, comme en cas du deuil pour un enfant. Beaucoup de populations africaines utilisent blanc pour signifier le deuil. Et ils le font dans une voie qui révèle, en peignant une squelette sur leurs corps ou une autre figure expressive qui fait allusion symboliquement à mort.
Referent organique est utilisé dans ce cas-là aussi et le développement symbolique est fait par l'analogie. Pourtant, là existe toujours une autre approche de rougir. En plus du symbolisme réfléchissant par l'analogie, nous pouvons étudier les rapports spécifiques que les couleurs établissent entre eux.
Prenons comme un exemple la figure du prêtre. Nous savons que les prêtres s'habillent dans tous les deux noirs et blancs. Mais ils s'habillent dans noir quand ils fréquentent des personnes non initiées, pendant qu'ils ont tendance à rester fidèle blanc quand la réalisation leurs devoirs sacrés dans l'église. Donc on peut le dire que blanc est à noir, comme sacré doit profaner - le sens de couleurs pas tirant, dans ce cas-là, des rapports analogues, mais plutôt d'un complètement différent critère.

Victor Turner, il noto antropologo inglese che ha studiato a lungo i rituali di alcune tribu' africane, specie nello Zambia. Turner ha poi allargato le sue osservazioni, giungendo a sostenere che i colori di rilievo cruciale nella cultura delle tribu' da lui studiate sono molto importanti in moltissime altre culture, compresa la nostra. Si tratta in specifico di una tricromia, che peraltro non coincide con quella dei cosiddetti tre colori primari in senso ottico: la tricromia fondamentale per Turner e' infatti quella costituita dai colori bianco, nero e rosso.

Tango Argentin,
le Rouge et le Noir.

Elégance et érotisme...
Le Tango est une collision physique qui balaie tous les tabous. Danse de la passion et de la mélancolie à la fois, le tango dans ses multiples courants donne l'image d'un jeu incessant entre les partenaires. Le courant argentin gagne de nos jours de plus en plus en popularité et propage de ce fait une image du tango qui n'a pas toujours été telle...

L'Argentine d'avant 1856 était un ensemble de provinces où les gauchos vivaient librement, faisant principalement de l'élevage de bétail dans les vastes territoires de la pampa Pour le gaucho, vivre libre et vivre dehors, c'était la même chose. Seul l'élevage du bétail l'intéressait vraiment comme occupation, car ce travail lui accordait cette liberté de mouvement essentielle à son bonheur.
Les gauchos aiment le silence et la solitude des grands espaces. Ils passent souvent toute leur vie dans la pampa. Le bruit, les lumières, la vitesse de la ville ne conviennent pas à leur tempérament . Ils sont apparemment timides, refermés sur eux-mêmes mais, dès qu'ils se retrouvent entre eux, ils commencent à raconter des histoires et à rire ensemble.
Certains jours de l'année, le gaucho peut rencontrer un payador sur son chemin. Le payador est souvent décrit par les historiens comme un mélange de troubadour et de journaliste itinérant qui parcourt la pampa avec sa guitare. Il va d'une estancia à l'autre en emportant les nouvelles du pays, qu'il improvise sous forme de longues complaintes sur un rythme de milonga s'il est très habile à la guitare, ou sur un rythme de cifra s'il n'a pas beaucoup de technique et s'il a besoin d'une forme plus libre pour raconter ses histoires.
Le payador a les mêmes goûts, les instincts, les passions du gaucho; il exprime ses idées, il traduit son opinion, il s'identifie complètement à lui. Il est le journaliste de la pampa, un journaliste libre et indépendant comme le gaucho.
Le gaucho, qui est le plus souvent de sang mêlé un peu d'Espagnol, un peu d'Indien, un peu d'esclave noir , connaît son âge d'or au 18e siécle et dans la première moitié du 19e siècle. En 1856, quand le gouvernement décide, pour faire entrer de l'argent dans les coffres de l'État, de mettre les terres du pays en vente, c'est le début de la fin pour le mode de vie traditionnel des gauchos.


À la fin du 19e siècle, de nombreux immigrants débarquèrent en Argentine principalement en provenance d'Italie et d'Espagne et se mêlèrent à la population autochtone. Ainsi, divers styles de musiques (et leurs danses associées) de sont mélangées pour donner le tango Argentin : habanera cubaine, contradanza espagnole, candombé africaine, mais surtout la milonga argentine.

La plupart des immigrants vers l'Argentine étaient de jeunes hommes qui eurent vite fait de dépasser en nombre les jeunes filles. Il leur apparut nécessaire de devenir de bons danseurs pour gagner les faveurs des filles et en particulier dans des établissements où il était possible de louer la compagnie des serveuses pour danser... ou plus dans certains cas. C'est ainsi que la danse tango naquit et évolua selon les échanges de techniques de guidage et de figures que les hommes réalisaient en l'absence d'école de danse.

L'âge d'or du tango se situe dans les années 1920 des États-Unis jusqu'en Europe. Après un déclin dans les années 50 (même en Argentine), le renouveau eut lieu dans les années 80 grâce à des spectacles et tournées mondiales de troupes spécialisés.

Le tango (dit "musette") que l'on danse à Paris dans les années 1920-30 n'est plus caractérisé par l'omniprésence un peu macho de la domination du danseur et ne ressemble donc que peu au tango original d'Argentine. Alors que le tango argentin n'est essentiellement composé que de figures, le tango musette se danse autour de la piste avec très peu de figures. On retrouve bien souvent une différence également dans la musique qui, dans le tango argentin, est plutôt mélancolique, alors qu'en musette, elle revêt des aspects plus sautillants.
Aux origines du Tango, il y d'abord une danse liturgique venue d'afrique noire appelée Xango (comme la Calenda, le Candomblé, la Chicha, la Bamboula ou la Samba). Cette danse dérive du dieu du fer et de la guerre dans la mythologie yoruba (peuple d'Afrique occidentale établi aujourd'hui au sud-ouest du Nigeria, au Bénin et au Togo). Déportés en masse dans le sillage de la colonisation fondée sur le système esclavagiste, avant d'être exterminés en Argentine, les noirs imposèrent vers 1870 leurs rythmes musicaux à ce qui allait aussi devenir le Tango. Dans la structure du Tango, il y a aussi un rythme d'Afrique du Nord sur lequel les Maures interprétaient une danse particulièrement sensuelle. Transportée en Espagne par les conquérants arabes, cette danse fut jugée indécente et fut interdite dans les états catholiques. A partir du 15'ième siècle, ce style musical fut perpétué par les bohémiens avant d'accompagner les immigrants espagnols en Amérique. Cette rythmique binaire et syncopée appelée Habanera à Cuba se retrouve dans le Tango Argentin. On convient que le Tango est né en 1898 à Buenos Aires (du nom de la Vierge du Bon Air, patronne des marins de Séville) et de Montevidéo.
A la fin du siècle dernier, l'Argentine, n'était peuplée que d'un million six cent mille habitants et avait de ce fait grand besoin de monde. Le gouvernement promettait aux immigrants du travail et même de la terre. Autant de rêve et d'espoir pour ces milliers d'Européens qui tentèrent l'aventure dans ce nouvel eldorado. Les gens qui arrivaient avaient tous le même rêve : un morceau de terre, bien à eux. Mais il fallut déchanter, une centaine de familles argentines s'étaient déjà partagées toute la terre. A part des travaux de saisonniers à la récolte ou de manutention sur les docks du port de Buenos Aires, ils ne trouvèrent pas grand chose. C'est là, dans les bas fonds de Buenos Aires, que le Tango naquit, en 1898, issu d'un métissage de rythmes africains et latins. A travers la danse, il permettait aux personnes des milieux populaires d'extérioriser et d'oublier les réalités quotidiennes très dures à cette époque.

A ses débuts, le Tango était surtout joué dans les bouges du port de Buenos Aires. Ce furent les marins qui ramenèrent le Tango en Europe, et qui le propagèrent de port en port. Découvert en 1910 à Paris, il fit fureur dans les salons à la mode, mais jugé indécent, il est mis à l'index par l'archevêque de Paris. En Europe, le Tango s'est très vite différencié de l'interprétation argentine qui reste marquée par la tristesse et la sensualité latine.

Synthèse entre danse, musique et poésie dans un contexte social particulier, le tango argentin est une invention complexe, produit d'un métissage, surgi dans un contexte de brassage humain, ethnique et culturel. Le tango est né de la rencontre de créoles argentins ou uruguayens et d'immigrés, imprégnés d'une culture de bal populaire au milieu du 19e siècle. C'est en effet le métissage de trois danses (le Candombé dansé par les es­claves noirs, la Habanera d'origine cu­baine et la Milonga venue de la Pampa argentine qui a donné naissance au tango, dans les bas quartiers de Buenos Aires.

D'abord cantonnée a la rue et aux maisons closes, cette danse, jugée trop inconvenante, n'a été acceptée par la bonne société argentine qu'une fois adoptée par Paris en 1913.

Cette « branche européenne du tango aura sa propre évolution vers la danse de salon et de compétition tandis qu'un tango laissant plus de place à l'improvisation et a la sensualité continuera de se développera Buenos Aires en liaison avec une évolution musicale. D'une musique de danse et de fête en 1915, à l'apparition du tango chanté et du bandonéon en passant par les premiers orchestres, le tango s'est tourné depuis les années 1960 vers une musique de concert (Tango Nuevo), sous impulsion d'Astor Piazzola, qui ne dédaignent pas de flirter avec le jazz. Aujourd'hui, le tango dansé est l’objet d'un véritable engouement, grâce à l'enseignement de professeurs venus de Buenos Aires.

Buenos Aires, Capitale de l'Argentine, se caractérise par son gigantisme : l'agglomération compte quelques 8 millions d'habitants, soit le tiers de la population golbale du pays. Cette congestion urbaine s'est opérée de façon tellement rapide et désordonnée que la ville est aujourd'hui littéralement saturée. Il faut dire que Buenos Aires, située sur les rives du Rio de la Plata non loin de l'embouchure du Parana, est un port extrèmement important et concentre à l'échelle nationale l'essentiel des activités productives, commerciales et culturelles.

Le tango, cette "pensée triste qui se danse" représente une véritable chronique de Buenos Aires. Musique, mais aussi danse et poésie des déracinés, de tous ces immigrants. Le tango est né dans les quartiers pauvres de la ville, les bars louches et les lupanars crasseux. Nourri d'aventures cruelles et de souvenirs douloureux, il est parvenu à conquérir les salons chics et évolue aujourd'hui vers une musique aux multiples facettes. En se replongeant dans l'histoire de l'Argentine, on découvre que le peuplement du pays, effectué principalement à la fin du 19 ème siècle et au début du 20 ème siècle a mis en oeuvre la politique suivante : "Gouverner, c'est peupler". On fit appel à une immigration européenne massive composée essentiellement de Méditerranéens pour qui l'Argentine représentait l'Amérique.
Le pays a ensuite connu un exode rural très important vers Buenos Aires qui s'industrialisait. L'ambiance qui a longtemps régné dans la ville résultait de cette urbanisation : le resentiment, la tristesse et la solitude, conséquences du déracinement, sont apparus comme les principales caractéristiques de la psychologie , masochisme portègne des habitants de Buenos Aires.
Tango, c'est Noir le Rouge.


Argentinian tango, Red and Black.
Elegance, masochism and erotism...

Throughout life, sleeping sexual function remains far more reliable. While awake, our conscious anxieties take their toll. The Tango is a physical collision which sweeps all the taboos. Dance of passion and melancholy at the same time, the tango in its multiple currents gives the image of a ceaseless play between the partners. The Argentinian current gains nowadays more and more in popularity and propagates of this fact an image of the tango which was not always such... Argentina of before 1856 was a whole of provinces where the gauchos lived freely, making mainly breeding of cattle in the vast territories of the pampa For the gaucho, free food and food outside, it was the same thing. Only the cattle breeding really interested it like occupation, because this work granted to him this freedom of movement essential with its happiness. The gauchos like the silence and the loneliness of great spaces. They often pass all their life in the pampa. The noise, the lights, the speed of the city are not appropriate for their temperament. They apparently timid, are closed again on themselves but, as of that they find between them, they start to tell stories and with laughing together. Certain days of the year, the gaucho can meet a payador on its way. The payador is often described by the historians like a mixture of troubadour and itinerant journalist which traverses the pampa with its guitar. It goes from a estancia to the other by carrying the news of the country, which it improvises in the form of long laments on a rate/rhythm of milonga if it is very skilful with the guitar, or on a rate/rhythm of will cifra if it does not have much technique and if it needs a freer form to tell its stories. The payador has the same tastes, the instincts, passions of the gaucho; it expresses its ideas, it translates its opinion, it is identified completely with him. He is the journalist of the pampa, a free and independent journalist like the gaucho. The gaucho, which is generally of blood interfered a little Spaniard, a little Indian, a little black slave, knows his golden age to the 18th siécle and in first half of the 19th century. In 1856, when the government decides, to insert of the money in the coffers of State, to put the grounds of the country on sale, it is the beginning of the end for the traditional way of life of the gauchos. At the end of the 19th century, many immigrants unloaded in Argentina mainly coming from Italy and with Spain and mixed with the indigenous population. Thus, various styles of musics (and their associated dances) of are mixed to give the Argentin tango: will habanera cuban, contradanza Spanish, candombé African, but especially the Argentinian milonga. The majority of the immigrants towards Argentina were young men who had quickly made exceed in a number the girls. It appeared necessary to them to become good dancers to gain the favours of the girls and in particular in establishments where it was possible to rent the company of the waitresses to dance... or more in certain cases. Thus the dance tango was born and evolved/moved according to exchanges' of techniques of guidance and figures which the men carried out in the absence of school of dance. The golden age of the tango is in years 1920 of the United States as far as Europe. After a decline in the Fifties (even in Argentina), the revival took place in the Eighties thanks to specialized spectacles and world rounds of troops. The tango which one dances in Paris in the years 1920-30 is not characterized any more by omnipresence a little macho of the domination of the dancer and thus resembles only little the original tango of Argentina.
Initially confined the street has and with the closed houses, this dance, considered to be too improper, was accepted by the good Argentinian company only one time adopted by Paris in 1913. This "European branch of the tango will have its own evolution towards the dance of living room and of competition while a tango leaving more place with the improvisation and has the sensuality will continue will develop Buenos Aires in connection with a musical evolution. Of a music of dance and festival in 1915, to the appearance of the sung tango and bandonion while passing by the first orchestras, the tango turned since the years 1960 to a music in concert (Nuevo Tango), under impulse of Astor Piazzola, which do not scorn a flirter with the jazz. Today, the danced tango is l?objet of a true passion, thanks to the teaching of professors from Buenos Aires. Buenos Aires, Capital of Argentina, are characterized by its gigantism: the agglomeration counts a few 8 million inhabitants, that is to say one the third of the population golbale country. This urban congestion took place in a so fast and disordered way that the city today is literally saturated. It should be said that Buenos Aires, located on banks of Rio of Plata not far from the mouth of Parana, is a port extrèmement important and concentrates on a national scale the main part of the productive activities, commercial and cultural. The tango, this "sad thought which dance" represents a true chronicle of Buenos Aires. Music, but also dance and poetry of uprooted, all these immigrants. The tango was born in the poor districts from the city, the equivocal bars and the crasseux brothels. Nourished cruel adventures and painful memories, it managed to conquer the smart living rooms and evolves today to a music with the multiple facets. While replongeant oneself in the history of Argentina, one discovers that the settlement of the country, carried out mainly at the 19 2nd century end and the beginning of the 20 2nd century implemented the following policy: "To control, it is to populate". One called upon a primarily made up massive European immigration the Mediterranean ones for which Argentina represented America. The country then knew a very important rural migration towards Buenos Aires which was industrialized. The environment which reigned a long time in the city resulted from this urbanization: resentiment, sadness and loneliness, consequences of the uprooting, seemed the principal characteristics of psychology portègne of the inhabitants of Buenos Aires.
Tango, it is Noir the Red.

 

 

Home:Tango-E-Vita
TANGOÏSTE
HomeSite: Tango E Vita