african masksAfrique-Monaco
Start ] Omhoog ] Palais-des-Festivals-Cannes ] [ Afrique-Monaco ] Livres d'Afrique à L'Unesco ] poulies ] Lisbonne ] biennale des antiquaires ] parcours des mondes ] tresors premiers doualas ]

A fine Eastern Pende Panya-Gombe African mask. Coll.: David Norden

African Art books I like | Genuine African Masks

Afrique Monaco

"Hommage aux anciens créateurs", de Chéri Samba. 1999. Acrylique sur toile. 151 x 201 cm. | PATRICK GRIES/CHÉRI SAMBA C.A.A.C. THE PIGOZZI COLLECTION, GENEVA
groupe de discussion sur l'Art Africain

Par amour pour l'Art Africain.

PATRICK GRIES/CHÉRI SAMBA C.A.A.C. THE PIGOZZI COLLECTION, GENEVA 
"Hommage aux anciens créateurs", de Chéri Samba. 1999. Acrylique sur toile. 151 x 201 cm.

Grimaldi Forum Monaco: 10 avenue Princesse Grace, Monaco – Espace Ravel 
Tél. : 00-377-99-99-2000.  Jusqu'au 4 septembre 2005

Trente siècles flamboyants d'arts africains à Monaco

Trouvé sur LE MONDE | 25.07.05 | 13h34 

Lire aussi: L'art africain s'expose à Monaco au Grimaldi Forum

Hommage aux anciens créateurs et Enfin !... après tant d'années, deux oeuvres récentes du peintre congolais Chéri Samba, accrochées au Grimaldi Forum, résument assez bien le propos de l'exposition "Arts of Africa" organisée à Monaco. Sur la première toile, l'artiste s'est représenté en train de contempler quelques sculptures traditionnelles africaines. La seconde montre les cimaises d'un musée imaginaire où des oeuvres de Picasso et de Magritte voisinent avec celles de peintres africains contemporains. Il y a bien, en dépit des apparences, une continuité à travers les arts du continent noir. Dans la cité monégasque, 4 000 m2 leurs sont consacrés.
Jean Pigozzi, une vie de collectionneur
Grand, massif, la cinquantaine passée, Jean Pigozzi est fils de constructeur automobile, photographe, nomade et riche. Ses domiciles sont innombrables. On le trouve à Genève, aux Etats-Unis, sur la Côte d'Azur. A Paris parfois. Il aime les Rolling Stones, U2, Led Zeppelin, Bob Marley, Maria Callas et Edith Piaf. Dyslexique, il avoue lire peu, mais feuillette des milliers de magazines et parcourt inlassablement musées et galeries. Il fuit les poseurs de questions, surtout professionnels. Depuis l'enfance, il assouvit une passion compulsive de collectionneur : voitures, timbres, pierres et trains électriques. Aujourd'hui les arts africains. Il les découvre en 1989, à l'occasion de l'exposition des Magiciens de la terre, au Centre Pompidou. Depuis, il ne cesse d'acheter des oeuvres, avec l'aide de son complice André Magnin. Et d'exposer des éléments de sa Collection d'art africain contemporain (CAAC) un peu partout dans le monde. Il a donné certaines pièces de sa collection à des musées africains et médite d'ouvrir une fondation dans un pays occidental.

 

Ceux d'hier sont présentés par l'historien d'art Ezio Bassani, et ceux d'aujourd'hui sont pilotés par André Magnin. Le premier a su obtenir des musées les plus fermés et des collectionneurs les plus réticents des pièces exceptionnelles. Le second n'a eu qu'à puiser dans le fonds de la collection contemporaine d'art africain de Jean Pigozzi, dont il est le directeur artistique. La charnière entre les deux ensembles est constituée par quelques oeuvres européennes de la première moitié du XXe siècle (Léger, Picasso, Derain, Henri Laurens, Max Pechstein, Emil Nolde) qui témoignent de la réception, sinon de l'influence, de l'Afrique sur la modernité.

 

LA CULTURE IGBO UKWU

Il s'agit donc d'un rare et vaste panorama qui couvre vingt-cinq ou trente siècles. Car, contrairement aux idées reçues, l'art africain n'est pas tombé du ciel il y a une centaine d'années, quand Matisse, Vlaminck et Derain l'ont découvert. Il ne s'est pas tari non plus après la seconde guerre mondiale, au moment où la tradition a cédé le pas devant la modernité. Enfin, les artistes qui vivent et travaillent en Afrique aujourd'hui ne reprennent pas forcément tous les canons de l'art international comme l'exposition "Africa Remix" (Le Monde du 26 mai), actuellement au Centre Pompidou, le suggère ­ même s'ils ne sont pas coupés du reste de la planète.

De son côté, Ezio Bassani insiste sur le profond enracinement historique de cet art en présentant de nombreuses pièces qui évoquent les diverses civilisations nées à proximité du Niger. Elles valent à elles seules le voyage. Les terres cuites nok, grandes figurines humaines aux yeux écarquillés, les narines dilatées, ont été exhumées à partir des années 1940 sur le plateau de Bautchi (Nigeria). Elles ont été façonnées au moins cinq à six siècles avant notre ère. Les bronzes de la culture igbo ukwu (Nigeria) sont un peu plus récents (Ier-Xe siècle apr. J.-C.). Leurs délicats modelés et leurs perfections techniques surprennent encore.

Quant aux productions du royaume d'Ifé (Nigeria, XIIe-XVe siècle), bronzes et terres cuites, elles sont d'un réalisme si parfait que le grand historien d'art allemand Leo Frobenius les avaient attribuées à des artistes de la Grèce antique ! On peut aussi admirer au Grimaldi Forum deux grands bronzes de Tada et de Jebba (Nigeria, XIVe-XVIe siècle), d'un goût plus "barbare", mais surtout une vingtaine de pièces rarement réunies, qui témoignent du faste de l'ancien royaume du Bénin (Nigeria, XVe-XVIIIe siècle) : effigies de rois et de reines, de musiciens, de nains, de léopards, de coqs, que les marchands portugais découvrent avec surprise à la fin du XVe siècle.

Deux effigies de pierre témoignent de la mystérieuse civilisation d'Esie (Nigeria, XIe-XIVe siècle), des terres cuites de celle de Djenné (Mali, XIIe-XVIe siècle) et un grand cavalier, également en terre cuite, de celle de Bura (Niger, IIIe-XIe siècle), tout aussi méconnue. Une chose est certaine : le bassin du grand fleuve de l'Ouest africain a été, au même titre que le Nil, l'Euphrate ou l'Indus, le berceau de nombreuses et anciennes cultures.

"SOLUTIONS FIGURATIVES"

Ainsi les Dogons, qui vivent encore le long des falaises de Bandiagara (Mali), à l'écart du Niger, ont été les producteurs d'une remarquable statuaire ­ comme les exceptionnels "joueurs de balafon" présentés à Monaco. Hélène Leloup nous rappelle, dans une courte étude du catalogue, la longue filiation de cet art dont les plus anciens témoignages remontent au Xe siècle.

Au fil de l'exposition, Ezio Bassani tente des rapprochements formels entre les productions artistiques de diverses populations. On peut contester ces regroupements placés sous le signe d'un "occidentalocentrisme" revendiqué. Le réalisme, l'expressionnisme, le surréalisme ou l'abstraction sont des catégories inconnues en Afrique, mais il est certain que l'art africain est bien pluriel. Ce "pluralisme cohérent" , selon la belle expression de Jean-Louis Paudrat, est d'ailleurs sans doute ce qui a le plus désorienté le public occidental. Ezio Bassani souligne que "les déformations intentionnelles, les exagérations expressives calculées, la non-observation des proportions naturelles, la réduction à des images abstraites et conceptuelles limpides" qui caractérisent de nombreuses sculptures africaines n'étaient pas considérées par les Européens comme des choix délibérés "pour fournir des images concrètes à l'invisible", mais reflétaient l'incapacité des Africains "à donner des formes cohérentes à leur pensée".

En réalité nous dit Bassani, ces artistes "compensaient l'apparente pauvreté de leur univers par l'extraordinaire richesse des solutions figuratives inventées. Ils ont démontré que la destination religieuse ou sociale et le respect de la tradition ne tuent pas la créativité." Pas plus que la modernité n'a tari la création africaine, ainsi que nous le montre la deuxième partie de l'exposition.

Sans doute le XXe siècle a-t-il été un tournant majeur pour l'ensemble du continent : la fin des pouvoirs politiques locaux, l'irruption brutale de la colonisation européenne, l'abandon des religions traditionnelles au profit des christianismes et de l'islam, l'urbanisation croissante, l'appropriation de techniques nouvelles sonnent le glas de l'art traditionnel.

Au Grimaldi Forum, cette transition est symbolisée par un sarcophage en forme de Mercedes, dû au Ghanéen Kane Kwei. C'est par le biais de ce véhicule funéraire que l'on pénètre dans un autre monde, celui de l'Afrique contemporaine, qui s'éloigne chaque jour davantage de la voie des ancêtres.

Désormais, comme ailleurs, le succès, le spectacle et l'argent deviennent l'étalon de la nouvelle société. Après la décolonisation, plusieurs pôles géographiques seront particulièrement importants sur le plan artistique : le Nigeria et son voisin béninois, Kinshasa, la capitale du Zaïre, aujourd'hui République démocratique du Congo, sans oublier l'Afrique du Sud, le seul pays qui, en dépit de l'apartheid, eut très tôt un réseau de galeries et de collectionneurs ouverts aux artistes africains. Et le long cortège des guerres civiles, des épidémies et de la misère n'a pas réussi à tarir cette vitalité africaine. L'exposition du Forum Grimaldi en est la preuve patente.

"Arts of Africa, des arts traditionnels à la collection contemporaine de Jean Pigozzi", Espace Ravel, Grimaldi Forum, 10, avenue Princesse-Grace, Monaco. Tél. : 00-377-99-99-2000. Tous les jours de 10 heures à 20 heures (le jeudi jusqu'à 22 heures). Jusqu'au 4 septembre 2005. De 8 € à 10 €.

Catalogues : 7 000 ans d'art africain, sous la direction d'Ezio Bassani, Skira/Grimaldi Forum Monaco,412 p., 59 €. La Collection contemporaine de Jean Pigozzi, sous la direction d'André Magnin, Skira/Grimaldi Forum Monaco, 368 p., 59 €.

A lire : L'Art africain contemporain, de Christophe Domino et André Magnin, éd. Scala, 128 p., 15 €.

Product image for ASIN: 2866563573 L'art africain contemporain
Auteur : Christophe Domino et André Magnin; éditions Scala, 128 pages, 15 euros Acheter neuf : 14,25 EUR

 

 

 

Emmanuel de Roux Article paru dans Le Monde du 26.07.05

lire aussi: artistes Africains. Ils réinventent le monde

et Grimaldi Forum

et : L'art africain s'expose à Monaco au Grimaldi Forum

 

buy african masks
African masks from Known Collections

African Antiques Newsletter

Build Your Dream Collection !

I never thought I would receive so much information's about the African art world !
Free Newletter.
Subscribe today : 

Free African Art Authenticity Report
 

 

african art on facebookDear African Art Collectors,

Discover the African Art books I like or join me on facebook

African Antiques is the archive and not growing much anymore but still updated.

Visit African Art to join our free newsletter and read recent African Art News.

For the last news about  Afrique-Monaco you should join our African Art Club and become an insider of the African art market.

And if you are a collector of African Art, have a look at our exclusive African Art Collection for sale.

David Norden


Mail David Norden
Sint-katelijnevest 27
ANTWERPEN-Belgium

Any questions?
Call us at +
32 3 227 35 40

african art | home | african art shop

In this section:
Start
Omhoog
Palais-des-Festivals-Cannes
Afrique-Monaco
Livres d'Afrique à L'Unesco
poulies
Lisbonne
biennale des antiquaires
parcours des mondes
tresors premiers doualas 

African art books

The Tribal Arts of Africa

The Tribal Arts of Africa
Author: Jean-Baptiste Bacquart

more African Art books I like


read also : Start ] Palais-des-Festivals-Cannes ] [ Afrique-Monaco ] Livres d'Afrique à L'Unesco ] poulies ] Lisbonne ] biennale des antiquaires ] parcours des mondes ] tresors premiers doualas ]

Buy David Norden's African Antiques | AA group English | AA Français | Privacy & Earning disclaimer | Become our partner |  The African Antiques newsletter | African Art Club | facebook african art

 mail David Norden phone +32 3 227.35.40