african masksBerberes Amazigh
Start ] Omhoog ] Afrique du Sud ] LeMaitre de Buli ] Le Kumpo ] Songye ] Livres Benin ] Megalithes ] pygmée ] masques Dogon ] Makonde-en-Chine ] Art Nok ] Songye-Claes ] [ Berberes Amazigh ] masque Fang ] art negre ] Arnaque ] Art Lobi ] Histoire du Mali ]

A fine Eastern Pende Panya-Gombe African mask. Coll.: David Norden

African Art books I like | Genuine African Masks

Berberes Amazigh

Entretien avec Hélène Hagan, une berbère américaine née au MAroc.


groupe de discussion sur l'Art Africain

Par amour pour l'Art Africain.

 

groupe de discussion sur l'Art Africain
Par amour pour l'Art Africain.

Née au Maroc, d’une mère kabyle et d’un père catalan, Hélène Hagan se consacre ces dernières années à tout ce qui touche à l’histoire des Amazighen. Des travaux de recherche, des programmes télévisés et un livre, autant de réalisations dirigées par Madame Hagan.

Entretien avec Kabyle.Com.
Google  
 

Trouvé sur Asays.commercredi date 6 avril 2004, par Agafay BENNANA 

•Dr Hagan, pourriez-vous vous présenter aux lecteurs de K.Com ?

Je suis née au Maroc, et j’y ai passe toute mon enfance et adolescence.

Je suis venue aux Etats-Unis en 1960 en étudiante universitaire. Je suis maintenant citoyenne Américaine, mère de trois enfants, et grand-mère depuis une dizaine d’années. Professionnellement, j’ai obtenu une Maîtrise de la Faculté de Lettres de Bordeaux en Littérature Anglaise et Civilisation Américaine (1969), une Maîtrise en Littérature Française de Stanford University, Californie en 1971, et j’ai un troisième diplôme universitaire d’Etudes doctorales en Anthropologie Psychologique octroye par l’Université de Stanford, Californie en 1983.

•Pour quoi vous vous intéressez au peuple berbère ?

Je ne peux pas dire que je "m’intéresse au peuple berbère" comme si c’était un sujet intéressant. Nous parlons de mes racines, de mon pays d’origine, de ma vie entière.

Pourquoi ne m’intéresserais je pas a ce qui a forme l’être que je suis, m’a donne naissance, et constitue les données historiques et culturelles de base de mon existence ?

•Vous etes né au Maroc, vous y avez fais vos études ... ?

Mes études ont commence a l’école élémentaire de l’dal a Fez, puis au Lycée Lalla Aicha a Rabat.

A la suite d’une réussite au Concours d’Entrée à l’Ecole Normale d’institutrices à Rabat, j’ai obtenu une bourse d’Etat de mérite pour continuation d’études.

J’ai fait une année d’études à Toulouse en préparation a l’Ecole Normale de Fontenay-aux-Roses, puis je me suis inscrite a la Faculté de Bordeaux.

Je suis rentrée au Maroc en cours d’année et j’ai passe mes deux premiers certificats de licence d’Anglais a Rabat.

J’ai termine ma licence en Anglais en fait a San Francisco, dix ans plus tard en 1969, par écrit, avec un examen oral de jury a Bordeaux.

Avec cette maîtrise, j’ai continue mes études en philologie et lettres Françaises a Stanford, en Californie, et plus tard, j’ai poursuivi une licence en psychologie et des études doctorales en Anthropologie a la même université.

•L’un de vos parents est kabyle ... ?

Ma mère et ma famille maternelle proviennent de Kabylie, de Dellys et d’Alger. Mon grand-père maternel émigra au Maroc seul, après la première guerre mondiale, et fit ensuite venir son épouse et ses six enfants. Ma mère grandit au Quartier des Roches Noires à Casablanca.

Mon père a quitte son village natal de Prats-de-Mollo (Pyrénées Orientales) et il est arrive au Maroc a l’age de 19 ans, ou il fut adopte par un Amazigh a Marrakech, le seul grand-père que j’ai vraiment connu.

Grand-père Mustapha a vécu avec nous depuis ma plus tendre enfance a Oujda jusqu’a l’age de dix onze ans a Fez, et il a eu une influence énorme sur mes premières connaissances.

•Avez vous conservé des souvenirs de la Kabylie ?

Non, je suis née et j’ai grandi au Maroc, à Oujda, à Fez et enfin à Rabat.

Dans mon enfance, j’ai visite l’Algérie en compagnie de ma mère, à un très jeune age, et je n’ai que quelques petits souvenirs familiaux.

Par contre, tous mes souvenirs d’enfance et de jeunesse à l’intérieur du Maroc sont très clairs, a partir de l’age de 4-5 ans.

•Comment jugez-vous la revendication amazighe en ce troisième millénaire ?

C’est une juste cause, malheureusement assez méconnue dans le monde, surtout le monde anglo-saxon, et qui a besoin de continuer a se manifester sur tous les plans.

La formation d’organismes a l’échelle internationale a apporte de nouvelles dimensions a cette lutte.

•A-t-elle fait des avancées ou... ?

Oui, d’énormes avancées dues au développement phénoménal d’informations et publications de toutes sortes, de sites internent nombreux, et d’une floraison d’associations culturelles au cours des dix dernières années.

Je rencontrais encore il y a quelques années des Kabyles qui n’avaient aucune idée de l’ampleur des traditions Amazighes au Maroc, par exemple. Ce n’est plus le cas, je pense.

•Quel est votre opinion sur la situation en Kabylie ?

La situation en Kabylie est une tragédie de très graves proportions qui concerne tous les Algériens, qu’ils en soient conscients ou pas.

Certainement, les yeux de la presse internationale doivent être ouverts sur les événements qui s’y déroulent, pour diffuser toute information possible sur le combat identitaire en cours, les revendications d’un peuple entier, les mesures oppressives et la politique meurtrier du régime contre ce mouvement, enfin sur la réalité des conditions sociales et économiques de l’Algérie et surtout de la Kabylie.

Notre tache est de mettre fin au silence de la presse Européenne et Américaine sur cette lutte.

•Pensez vous l’émergence de mouvements comme celui des Aarchs est une évolution positive ou plutôt un phénomène de renfermement et replis de la Kabylie sur elle même ?

Le mouvement citoyen est une des composantes les plus importantes du combat identitaire et civil de la Kabylie.

La comite des Aarchs est une continuation historique des assemblées locales de gouvernance traditionnelle.

Il m’est arrive d’entendre certains propos qui dénigrent les fondations traditionnelles Amazighes au profit des modèles de démocratie provenant de l’extérieur, issus de la pensée Européenne, par exemple, comme si cette pensée était supérieure a la sagesse et l’efficacité des modèles traditionnels d’Afrique.

Il advient quelquefois que lorsque un individu devient avocat ou professeur a l’école Française, il lui arrive de dénoncer toute représentation de l’Amazighité sous son coté rural et traditionnel.

Il ne voudrait pas que l’image de l’Amazighité soit représentée comme si c’était une image folklorique qui amoindrit les capacités intellectuelles et les accomplissements divers des Imazighen dans tous les domaines de production artistique, culturelle, et sociale.

Moi, bien au contraire, et je donne ici mon humble opinion, je pense que ce sont ces origines mêmes qui détiennent toutes les cartes, psychiquement et moralement.

C’est à partir même de ces traditions, les vraies racines, qu’un certain renouvellement peut se faire.

J’ai vécu cette expérience parmi les Indiens des Etats-Unis.

Le combat est sorti des villes, et des jeunes éduquent dans les villes, mais ils ont été pris en main par les traditionnels des réserves, qui ont pu donner au Mouvement Indien son inspiration spirituelle, ses forces, et en fin de compte, une nouvelle dignité d’identité Indienne.

Il faut revaloriser les institutions et les coutumes que la pensée coloniale s’est acharnée à diminuer, et ne pas adopter une manière néo-coloniale de penser, celle qui vise à glorifier l’intellect Européen et à défigurer l’image du "natif".

Dévaloriser les montagnes et les coutumes montagnardes, de Kabylie ou de l’Atlas, c’est faire preuve d’une pensée destructive à l’essentiel de notre culture en somme.

•Que pensez vous des propos de Camille Lacoste Dujardin qui parle du "danger des traditions des traditions montagnardes " (paru dans la revue Hérodote de Novembre 2002) ?

Je vous renvoie à ma réponse précédente qui qualifie une telle pensée d’étrangère et imposée de l’extérieur.

C’est un regard dévalorisant sur des traditions millénaires qui doivent être protégées, car essentielles à la vitalité de notre culture. Il est essentiel de rejeter une telle pensée, et de redevenir fier de ses montagnes et de ses traditions montagnardes.

Elles sont fortes.

Votre père est catalan, pensez vous que les peuples amazigh doivent s’inspirer de la catalogne dans leurs méthodes de revendication identitaire ?

Le Catalan a maintenu une identité de base, refusant l’assimilation a l’Espagnol ou au Français, et comme l’on dit en Catalogne, le Catalan est très têtu.

Il a ce trait en commun avec les Imazighen.

Quant aux méthodes de combat identitaire, si cela nous réfère à l’insistance sur l’essentialité de la langue en tant que véhicule du social et de l’historique, le Catalan s’est accroche et a obtenu gain de cause. En cela, oui, ce serait une sorte de combat a émuler.

•Comment expliquer vous le succès de la catalogne tant dans le domaine culturel/identitaire que sur le plan économique ?

Ce succès est peut être du au caractère essentiel du Catalan : fierté de ses montagnes et de ses traditions, fierté de sa langue unique, et une capacité extraordinaire de l’imagination créative, qui sert a refouler les apports culturels provenant de "l’étranger."

Oui, on a souvent dit que les Catalans étaient des paysans bourrus difficiles à franciser par exemple.

Mais cette attitude de méfiance envers les "envahisseurs du Nord" a beaucoup servi à la conservation d’une identité millénaire.

Economiquement, le pays est naturellement riche, en pêche, en chasse, en vignobles, en fruits et légumes, et en sites attirant le tourisme de nos jours.

L’industrie textile, par exemple, basée sur une économie domestique qui a été développe plus industriellement, et de nos jours l’informatique, ont ajoute a ces richesses naturelles.

•Dans quel cadre effectuez-vous vous vos recherches ?

J’ai travaille pendant des années en tant que consultante du Mouvement Indien aux Etats-Unis, et j’ai vécu pendant plus de trois ans sur une réserve Indienne dans le Dakota du Sud, chez les Oglala Lakota (Sioux) de Pine Ridge.

La, avec l’assistance de jeunes et des conseils traditionnels des Anciens, j’ai formule et dirige un Projet d’Identification Visuelle de Photos prises entre 1875 et 1940 qui identifiaient les hommes mais non les femmes et les enfants de ce groupe.

Le résultat de ce Projet a été une Exposition ambulante en quatre parties ou motifs, qui voyage a travers les musées de parcs nationaux et écoles aux Etats-Unis.

Cette Expo a même parue pendant quelque temps a la Rotonde de Washington D.C., le Hall de l’Assemblée Nationale Américaine et a suscite de très bons commentaires.

Depuis, j’ai concentre mon travail sur la formation de partenariats avec groupes dits "indigènes" aux Nations Unies, et en liaison avec certaines associations culturelles Amazighes, pour créer un réseau d’information sur le mouvement Amazigh d’Afrique du Nord et des pays du Sahel.

"Tazzla" est membre de C.A.I.D.D.H, Coalition Amazighe Internationale pour la Défense des Droits Humains, membre de P.I.P.E, Partenariat de Peuples Indigènes pour l’Environnement, partenaire officiel de OVD (Vie et Développement) TEDHILT, une ONG Tuaregue du Nord du Niger, et partenaire de Timbuktu Heritage Institute du Mali, une organisation Amazighe pour la préservation des anciens manuscrits de Tombouctou. Je suis aussi membre du Comite de Directeurs d’A.C.A.A., notre organisation nationale officielle aux Etats-Unis, Amazigh Cultural Association in America.

Je travaille toujours avec International Indian Treaty Council (ONG Ameridienne aux Nations Unies) et aussi a l’occasion avec Tamaynut, reseau associationnel Amazigh au Maroc.

Un de leurs membres, Ahmed Lachgar est Conseiller pour Tazzla Institute.

•Parlez nous de cette association « Tazzla » ?

J’ai fondé Tazzla Institute for Cultural Diversity (une organisation dite charitable et educationelle, sans-profit,) en 1993 et c’est à travers cet Institut et ses projets que j’ai commencé un travail principalement d’informations audio-visuelles et écrits sur le mouvement Amazigh.

•Comment aider « Tazzla Institute » ?

De plus amples informations sur les Projets de Tazzla Institute sont disponibles sur le site URL http://www.tazzla.org où sont décrits en détail, par exemple, le Projet Hydraulique des Touaregs de l’Air, et leurs Ecoles du Désert.

La, vous trouverez également l’adresse de l’organisation, ou toute aide, soit pour Tazzla, soit pour les Ecoles du Désert de l’Air, peut être envoyée.

Tous les quelques mois, nous envoyons un certain montant modeste a ces écoles pour l’achat de chèvres, la construction de puits d’eau (très urgente) et autres besoins pressants pour abriter et nourrir les élèves de familles nomades qui sont pris en charge dans ces écoles crées par l’organisation OVD TEDHILT présidée par notre grand et cher ami, Issyad Ag Kato, militant Amazigh, ancien combattant de la résistance de l’Air, et un des organisateurs de la Flamme de la Paix au Niger.

•Pourriez vous nous donner des détails ces "anciens manuscrits de Tombouctou" ?

Des milliers de manuscrits précieux, écrits par des érudits de Tombouctou a l’ère de la floraison de cette Université, et datant de plusieurs siècles, sont restes dans les mains de familles Touaregs du Nord du Mali.

Les érudits de cette époque firent des copies de leurs manuscrits qui restèrent dans les mains de leurs familles, certaines très belles et ornées de calligraphie de toute beauté.

Ces manuscrits ont été passes de main en main d’une génération a une autre dans ces familles. Apres des siècles, ces manuscrits sont devenus fragiles et sont en risque de disparaître. Les intempéries du temps et le manque de mesures de conservation en ont fait un patrimoine extraordinaire en danger.

Le Mali s’est inquiète de cet état de choses, en plus du fait qu’un marché noir international de plusieurs années a également affecte ce patrimoine précieux.

Pour les préserver, le Mali a institue un projet de Bibliothèque (Ahamed Baba) avec l’aide d’UNESCO et de quelques chercheurs internationaux.

Toutefois, jusqu’a présent, aucune autorité et aucun responsable universitaire ou international n’a prêté attention a la provenance Touarègue (Amazigh) de ces manuscrits qui sont détenus par des familles Touarègues, et dont les auteurs ont souvent été des Kel Tamasheq (la liste d’auteurs indique 50% de noms avec la particule "Ag" - fils de, en Kel Tamasheq -).

De plus, ces manuscrits peuvent être divises en deux catégories, les traites scientifiques, mathématiques, philosophiques, et théologiques, d’une part, (principalement des textes Islamiques) et les documents traitant de la vie de tous les jours dans les oasis, sur le commerce trans-Sahara, etc.. Ces derniers sont d’une valeur extraordinaire pour l’histoire et la culture Amazighes.

L’intérêt que Tazzla Institute porte a ces documents est de sauvegarder la représentation Amazighe au niveau des recherches, de la traduction, et du projet de préservation.

Enfin, le Projet de l’Héritage de Tombouctou sur lequel nous travaillons spécifie que le travail de restauration et de préservation doit être dans les mains des Touaregs de la population locale a tous les niveaux.

Nous travaillons avec Mr. Issa Ag Mohammed, Président de « Timbuktu Heritage Institute » du Mali et de Californie, qui est natif de la région et sous le mandat du Cercle des Erudits, du Maire, et de l’Imam de Tombouctou.

Ultimement, c’est aussi un projet qui pourrait assurément aider un peu a l’économie locale des groupes Touarègues démunis ou en chômage, tout en sauvegardant le plus précieux de leur passe.

•Qui vous supporte dans cette noble entreprise ?

Si j’ai une aide essentielle et énorme, c’est de la part de ma famille et certains amis, qui croient en mon travail et contribuent à maintenir le petit budget de l’Institut. Ca et la, j’ai pu obtenir quelques fonds minimes pour un projet ou un autre, et maintenir ma production de programmes de télévision.

En particulier, depuis 1995, j’ai crée, produit, édite, et montre a la télévision plus de quarante demi-heures de programmes, les uns sur les Indiens de Californie, les autres sur des questions de l’environnement, et toute une série sur la culture Amazigh du Maroc,"Tamazgha, Berber land of Morocco," avec quelques programmes sur l’identité Amazigh en général, deux célébrations annuelles de Tafsut Imazighen (Amazigh Spring) en 1998 et 1999 a San Francisco, et maintenant l’ébauche d’une nouvelle série télévisée intitulée "The People of Tamazgha" (Les Gens de Tamazgha.)

•Comment se procurer ces programmes vidéo ?

Vous trouverez, dans le site Tazzla (http://www.tazzla.org) sous la rubrique "Boutique" la liste de programmes vidéo que vous pouvez acheter.

.Vous vous intéressez plus particulièrement aux berbères d’Égypte ?

Non pas vraiment, au départ. C’est tout a fait accidentel ! Un samedi en 1999, par hasard, j’ai rendu visite a un Musée de Los Angeles, et j’ai assiste a une conférence sur les Momies du Désert de Libye. J’ai été sidérée par les inexactitudes présentées a l’audience Américaine sur l’origine de ces momies (ou l’absence d’informations sur les origines probables, c’est a dire "Libyennes") et j’ai fait part de mes inquiétudes sur « amazigh-net », un forum international.

J’ai reçu beaucoup de réponses, et en particulier des encouragements de la part de collègues d’écrire quelque chose a ce sujet, ce qui m’a conduite a faire des journées, des semaines, des mois (et maintenant quatre ans) de recherches sur l’archéologie, l’art rupestre, la préhistoire et l’histoire de la vallée du Nil, de l’Est de la Libye et toutes les Oasis de la région Ouest du Nil.

J’ai entrepris le déchiffrage de l’écriture hiéroglyphique, dans lequel j’ai avance petit a petit. Finalement, avec l’aide extraordinaire de collègues qui sont des linguistes Amazighes distingues comme Dr. Hassan Ouzzate (a l’époque d’Ibn Zhor Université a Agadir, et Professeur Mohammed Chafik de l’Académie Royale au Maroc- qui a été récemment nomme Directeur de L’Institut Royal d’Etudes Amazighes a Rabat -et Dr. Tufiq Iheddaden Mostefaoui , un astrophysicien Kabyle aux Etats-Unis, j’ai publie un petit livre intitule "The Shining Ones, An Etymological Essay on the Amazigh Roots of Egyptian Civilization," en 2000/2001.

Pourriez-vous nous en parler avec plus de détails ?

Tout d’abord, c’est le premier livre en Anglais publie aux Etats-Unis par un(e) Amazigh, sur la culture Amazigh.

Le sujet est la démonstration principale d’un symbolisme Egyptien archaïque (néolithique) qui a donne lieu a des siècles de traditions spirituelles et sociales en Egypte Ancienne, c’est a dire celle des dynasties pharaonnes, et qui a des affinités extraordinaires et incontestables avec la préhistoire du Sahara, de la Libye et de l’Afrique du Nord.

Le lien est établi a partir d’une recherche très suivie de l’archéologie de ces régions qui donne un nombre de données communes, et de l’art rupestre qui révèle des motifs identiques.

Ensuite, en ce qui concerne ma méthode de recherches, je me suis penchée pendant des heures innombrables sur un "Dictionnaire Géographique de l’Egypte" publié en 1879, qui est un travail gigantesque du chercheur très connu Heinrich Brugsch publie en Français, en conjonction avec d’autres textes et nombreux ouvrages historiques, et des inscriptions en hiéroglyphes des textes pyramidaux (les plus anciens) ; j’ai fait des listes de termes de faune, de flore, de lieux géographiques et sites religieux dits "archaïques," "obscurs" et "d’origine barbare."

Ce sont les listes que j’ai fournies à mes collègues pour élucider certains principes linguistiques et des rapprochements avec le Tamazight, Tachelhit, Tamasheq ou Kabyle moderne.

C’est la que certaines données ont été très impressionnantes....

Pour ne fournir qu’un exemple parmi de nombreux exemples très intéressants, le miel en Egyptien archaïque était appelle "Tammnt," le mot en existence aujourd’hui en Afrique du Nord pour ce produit d’une antiquité incontestable.

Toute la civilisation Egyptienne et le trône Egyptien étaient sous l’égide de l’abeille.

Entre parenthèse, l’abeille était le symbole de la Grande Déesse Primaire, Neith, clairement identifiée comme étant la Déesse Mère et Grand-Mère de tous les divinités, née a Tritonis en Libye, une déesse dite "Libyenne." Son symbole, l’abeille, est attache a la couronne de l’empire égyptien et a tous les pharaons pendant des siècles : ces pharaons se nommaient tous "fils de l’abeille" et régnaient sous la tutelle de Neith. Voila un grand symbole.

Mais je ne vous donne ici qu’une toute petite fenêtre sur la foule de détails symboliques reliant la civilisation Egyptienne a ses souches d’Afrique du Nord. Les croyances de base, la cosmologie, le culte des ancêtres, les noms de lieux sacres archaïques (Taouz, Siwa,Tamazer, etc..) ont des parallèles surprenants avec les coutumes Amazighes et la géographie du Sahara et d’Afrique du Nord (lorsque les noms ne sont pas Arabises, bien sur).

Il y a en particulier un trait symbolique que je retrace depuis l’origine préhistorique et néolithique de la Vallée du Nil, le geste des orants avec les bras levés, le geste sacre de l’ Egyptien dit "Kha," et "Aza" le symbole Amazigh que nous connaissons tous.

Je fais le trace a l’aide de documents précis, et d’illustrations, depuis le néolithique Egyptien jusqu’a l’iconographie moderne Amazighe. La continuité a travers des siècles de ce geste traditionnel et sacre dans le symbolisme Egyptien et celui d’Afrique du Nord est impressionnant.

•Y aurait-il un lien entre les berbères d’Égypte et les Coptes ?

Les Coptes sont des populations Egyptiennes en grande partie de l’Ouest de la Vallée du Nil qui adoptèrent la religion chrétienne. Etant donne que cette région était indéniablement Libyque a l’origine, mais a l’ère chrétienne probablement mixte, il est difficile de déterminer la relation exacte entre "Berbères" (identité culturelle) et "Coptes" (identité religieuse.)

De plus, les Coptes semblent avoir figé une langue déjà très lointaine de l’Egyptien classique et certainement de l’Egyptien archaïque.

Le Grec a supplante l’Egyptien dans certaines couches de la population, après l’arrivée d’Alexandre le Grand et la lignée des Pharaons Grecs, les Ptolémées.

Je voudrais ajouter ici, en une sorte de parenthèse, que certains Egyptiens contemporains, comme Dr. Zahi Hawass, archéologue de renommée mondiale, et certains de ses collègues du Caire, parlent constamment de leurs ancêtres les Egyptiens.

Hors, ces personnes sont d’origine Arabe, descendants des envahisseursArabesdu VIIe siècle, et donnent vraimentune fausse impression à l’échelle internationale, d’être les héritiers légitimes de la civilisation Egyptienne antique.

Mais cela est très, très faux.

Les coutumes Arabes n’ont absolument rien à voir avec les coutumes d’Egypte ancienne.

Chaque fois que l’un(e) d’eux mentionne cet héritage, ou cette continuation de moeurs et coutumes de l’age pharaonique a l’ère Arabe contemporaine, je frémis, car c’est absolument imaginaire et faux.

•Où peut-on trouver les Imazighens en Égypte ?

Sans aucun doute, l’oasis de Siwa.

Pour moi, et pour certains de mes collègues Amazighes, cette oasis parait être un centre Amazigh de grande antiquité et à une époque très archaïque, voir même le centre de toute autorité religieuse.

Il reste un travail énorme a faire autour de Siwa et de ses environs. C’est de son oracle que provenait toute légitimité au trône de l’Egypte, a travers les prêtres d’Amon.

Le Pharaon d’Egypte recevait le nom de fils d’Amon durant l’ultime cérémonie de coronation, avant d’être présente au peuple. Ce titre lui était donne par les prêtres d’Amon.

La croyance Egyptienneétait que le Pharaon devait être physiquement le descendant du Dieu Amon et le symbolisme de cette cérémonie lui donnait cette filiation directe par son symbolisme.

Or, si l’on rapproche l’origine Libyenne de cette divinité Amon, et le nom de fils d’abeille (déesse NT, dite "Libyenne") qui fait partie du nom royal, ainsi que la nécessite de transmission directe ou symbolique de cette descendance, avec le culte prononce d’ancêtres lointains, l’origine Libyenne d’Afrique du Nord est abondamment claire.

Les Grecs appelaient les Siwan "Amonnoi." L’origine du mot "Siwa" est Amazigh, ayant trait a l’oiseau de proie, la racine "SW" est très distinctement apparenté au Tamazight"aswu"(cigogne) et "aswwan" qui désigne un petit oiseau de proie. L’oiseau de proie fut le symbole premier de l’autorité ancestrale de cette oasis ou le culte d’Amon semble avoir eu ses origines, et de certaines traditions religieuses égyptiennes.

J’ai aussi appris durant cette étude que le mot ’Anoobish" en Siwan moderne signifie "roseaux." Le thème des roseaux est essentiel à la compréhension du mythe d’Isis et Osiris, du paysage mythologique et de la cosmologie Egyptienne. C’est un thème lie a toute la mythologie dite "Osirienne," dont la divinité qui préside a l’entrée dans ces lieux est "Anubis."

Il faut noter ici que les termes "Isis," "Osiris," et "Anubis" sont des termes grecs, donc plus récents. Osiris était la divinité connue sous d’autres noms plus Amazighes, "Aser, Azer, Azir, Aziri".

On peut ici rapprocher sans nul doute les rites d’Anzar de cette grande divinité, Azer, que les Egyptologues estiment être très archaïque. En effet, "AZR" est une composante de "A" (homme, particule masculine) et Djer/Ser/Zer/Zir/Ziri (ZR : "roseau" ou "tige fragrante," au centre du mythe reliant lune, eau et végétation) très proche - étymologiquement et par son sens symbolique - de "Anzar." (A-N-ZR. )

Une autre preuve de continuité d’esprit et de pensée provient de l’ère Romaine. J’ai écrit un article a ce sujet, publie aussi dans Amazigh Voice aux USA. Le grand Philosophe et Auteur Apulée, un Amazigh natif de Madauros, qui a écrit en Latin, (Métamorphoses, L’ Ane d’Or) était un adepte et prêtre des Mystères d’Isis et Osiris.

A l’époque Romaine, le culte de ces divinités était très répandu en Afrique du Nord et avait un aspect Africain très ancien.

J’espère pouvoir développer ce thème "Libyen" de l’origine de certaines divinités Egyptiennes dans un prochain livre.

• Quel est Le statut des Berbères d’Égypte ?

L’Oasis est parait-il très pauvre. Je ne pense pas qu’il y ait aucune considération pour l’ethnicité et les droits des Siwans sous le régime Arabe d’aujourd’hui.

Les Siwans parlent une forme de Tamazight.

•Y a t’il un rapport quelconque entre les Imazighen d’Egypte et des Îles Canaries ?

Un très, très grand rapport.

Récemment, une équipe archéologue de Britanniques et de Canariens ont entrepris de rapporter les similitudes du procède de momification chez les Guanches des Iles Canaries et chez les Egyptiens.

Le documentaire arrive essentiellement aux mêmes conclusions que les miennes par l’intermédiaire d’une étude sur les détails identiques de momification, l’art rupestre, et le symbolisme de cet art commun a certains sites Guanches et sites d’Afrique du Nord et du Sahara.

Ils vont chercher la clef du mystère liant les Guanches aux Egyptiens dans le désert du Sahara, non loin de Taouz,(frontière du Maroc et de l’Algérie) un endroit que j’ai moi même visite et qui a eu un effet énorme sur moi.

Je recommande ce documentaire (Les Momies Guanches) qui a déjà paru a la télévision Française(NDLR :diffusé sur la chaine par cable planete).

•Ces recherches semblent faire apparaître des liens entre les techniques de momifications des anciens égyptienset des Guanches des îles canaries, Cela vous semble donc crédible ?

Je suis en complet accord avec cette hypothèse pour plusieurs raisons citées ci-dessus.

Je suis ravie que ces travaux confirment des hypothèses avancées indépendamment dans mon ouvrage un an avant, par un autre acheminement de pensée.

Les résultats convergent vers les mêmes conclusions.

•Vous avez écrit un livre "The Shining Ones". Que signifie le titre ?

Le titre de mon livre relève du vocabulaire du "Livre des Morts" qui est une série de textes hiéroglyphiques très anciens, décrivant les péripéties spirituelles du voyage qui mène chaque défunt le long d’un chemin initiatique jusqu’asa transformation en "étoile."

Les aïeux, qui sont supposes être la source de toute sagesse et connaissance, sont des êtres "illumines" ("étoiles" ou "astres").

Tous les rites et toutes les prières du Livre des Morts, le livre sacre de cette mythologie égyptienne de l’« après-vie », accompagnent la transformation de l’être qui émane du corps inanimé, en oiseau libre.

Cet être transforme dans l’apres-vie devient comme une source libre de lumière, d’ou le nom de "Shining Ones" (ceux qui émanent la lumière, qui brillent).

Le terme désignait les ancêtres des temps lointains, que le récent mort allait rejoindre dans l’éternité du ciel maternel étoile.

Je vous donne ici une explication assez brève d’une très belle conception du trajet de l’âme noble survivant la durée ephemerale du corps.

Essentiellement, les ancêtres vénères sont les "lumières" et le but est de les joindre et de devenir soi-meme une lumière.

Ces êtres "illumines" sont aussi les ancêtres lointains qui vivaient autrefois dans leurs cavernes de cristal.

Cela en dit long quant aux origines, d’autant plus qu’il existe toute une série de cavernes en Afrique du Nord ou des rites très anciens ont survécu pendant des millénaires, et dont toutes les indications démontrent leur parente avec ceux des Egyptiens archaïques.

•Qu’est ce qui vous a amené à écrire un tel livre ?

Une recherche qui a commence avec quelques éléments et m’a fortement passionnée.

Ce fut une découverte à chaque pas.

L’idée n’est vraiment pas venue de moi.

On m’a demande d’écrire un article au sujet des Momies du Désert de Libye, et cet article a été publie dans "Amazigh Voice," le journal de notre association (ACAA).

Cela m’a conduite a vérifier certains détails et a lire tout ce que pouvais trouver a ce sujet, et une époque de recherches dont les résultats étonnants m’ont pousse a rédiger un essai qui est devenu un livre.

•Les anciens égyptiens seraient donc berbères .... ?

De plus en plus, en effet, certains chercheurs commencent a arriver a cette conclusion.

Il faut faire très attention, cependant, ici.

Nous parlons d’une époque très lointaine, du temps ou certains groupes du Sahara, au moment de la désertification de cette région, ont émigre vers le Nord et l’Ouest, c’est a dire l’ Océan Atlantique et la Méditerranée, et l’Est, c’est-à-dire la Libye et la Vallée du Nil.

La, ces groupes ont fonde la base néolithique de la civilisation Egyptienne.

Comme celle-ci fut essentiellement la constante élaboration de mythes primaires, on peut dire que cette civilisation doit beaucoup aux premiers habitants de la région, qui furent certainement une branche des "proto-Berberes."

La langue Egyptienne et le Tamazight, il est reconnu, ont une origine commune, et des racines proches en tant que langues Hamitiques, Afro-asiatiques, ou Africaines.

Peu de chercheurs cependant, étant donne leur formation Européenne ou Arabe, ont poursuivi les liens linguistiques et symboliques entre l’Egypte et l’Afrique du Nord.

Les hypothèses allaient toujours a l’Orient pour la question des origines de cette civilisation.

De nos jours, les recherches prennent un autre tournant et se penchent de plus en plus sur l’origine Africaine de cette civilisation.

La, ces chercheurs se trouvent face a face a l’évidence de la culture Libyque et proto-Berbere du Sahara et du Nord de l’Afrique.

Il faut souligner également ici que les Grecs avaient déjà indique dans leurs écrits que l’origine des dieux se trouvait en "Libye" (Les Grecs ont donne le nom de "Libye" a toute l’Afrique du Nord).

L’age des Titans est représente comme ayant lieu autour des montagnes de l’Atlas.

Et les premières divinités proviennent toutes des alliances et mariages entre ces divinités premières.

Le Jardin des Hespérides se trouve dans l’Atlas.

Par exemple, je voudrais parler un peu d’une coïncidence qui me préoccupe : Selon les Grecs, le premier homme dieu, celui qui a invente la presse pour fabriquer l’huile d’olive et le vin, qui a domestique le chien pour la chasse, et a enseigne au reste de l’humanité a domestiquer les abeilles pour obtenir le miel non sauvage, est ne également sur les bords du Lac Triton, non loin des montagnes de l’Atlas, c’est-à-dire dans la région de l’Ouest de la Tunisie et l’ Est de l’Algérie, la région ou le Soleil s’est marie a l’Eau pour créer l’univers.

Les Grecs lui ont donne trois noms, l’un d’eux était Aristaios, l’autre Agreos. Je recherche tous liens entre les manifestations de ce "premier homme dieu" (Aristaios) avec la sanctitude des lieux et rites mortuaires de la région des Pyramides et grand centre religieux de l’Ouest de la Vallée du Nil, qui pour les Egyptiens étaient dénommes du nom sacre "R-ST-AU."

Je suis persuadée qu’il y a un lien étroit entre le complexe religieux Egyptien et la "Libye" des origines dans ce seul nom qui a pour racine dans les deux cas "R-ST".

C’est un travail d’hypothèse, qui est en cours.

•Quel sont les éléments qui vous permettent de faire un lien entre les anciens Egyptiens et les Imazighen ?

Les éléments fournis par l’archéologie ; l’art rupestre ; les noms de lieux archaïques, en particulier du Delta de l’Ouest, de la région du Fayum et des oasis de l’Ouest vers le désert de Libye ; les textes funéraires sacres ; et la formation de mots essentiels, c’est a dire des racines identiques de vocabulaire entre certains mots-clefs Egyptiens et le Tamazight ou Tamasheq modernes ...

Ma recherche dans ce sens n’est qu’une ébauche, et beaucoup de travail reste encore a faire, en étymologie, et dans le déchiffrement de pétroglyphes nombreux du désert et des oasis.

Je n’ai fait que le premier pas de défrichage.

J’ai eu le plaisir de recevoir pas mal de courrier provenant de jeunes dont les recherches vont dans ce sens la.

Cela est très, très encourageant.

La revue "Sahara" à récemment publie d’excellents articles se rapportant à ce sujet.

•Envisagez vous une version en français de ce livre ?

Des que je pourrais disposer de quelques semaines.

•Comment se procurer se livre ?

Le livre "The Shining Ones" peut être acheté électroniquement a Amazon.com, berders.com, barnes and noble.com, et XLibris.com.

Il y a un lien direct à XLibris.com disponible sur le site de Tazzla Institute (http://www2.xlibris.com/bookstore/bookdisplay.asp ?bookid=12803).

• Quels sont vos projets pour l’avenir ?

J’ai déjà un monceau important de notes accumulées durant des mois de recherche plus approfondie sur l’importance de la Déesse Neith en Egypte et son origine en Afrique du Nord.

C’est le livre que j’aimerais écrire très bientôt.

•Le mot de la fin .... ?

Je remercie ceux et celles qui ont contribue au choix des questions qui m’ont été posées, et souhaite a tous et toutes le courage de longue haleine que toute lutte identitaire demande.

Le combat des citoyens et citoyennes Kabyles d’Algérie est observé de très près par les Imazighen du Maroc, qui le supportent et qui eux aussi poursuivent cette même cause juste et noble dans un autre contexte politique, mais avec des enjeux semblables : obtenir égalité de droits, liberté entière d’expression, et plénitude de citoyenneté dans une nation ou la diversité culturelle est non seulement respectée, mais valorisée.

Source : kabyle.com

date_jnum7 octobre 2004, par Adnane 


Salut Madame, 

J’ai lu avec attention votre intervention, Je vous remecie pour l’effort extraordinaire que vous faites au service de l’identité et la cause amazigh. Cependant, je ne suis pas d’accord avec vous quand vous assimilez le cas des indiens américains avec celui des Imazighen Marocains, car ces derniers non seulement sont trés majoritaires au Maroc, mais aussi ont contribué largement dans la civilisation marocaine aprés l’arrivée de trés peu d’arabes (Oumayades, Béni hilal, Béni soleim). 

Ainsi, les dynasties les plus brillantes dans l’histoire du maroc étaient amazighophones. Les Almoravides, Almohades, les Mérinides et enfin les Ouattasside étaient amazighophones. 

Il ne faut pas oublier également l’origine amazigh de la plupart des arabes marocains de nos jours, contrairement au cas des indiens américains.

cordialement

> Entretien avec Hélène Hagan, une berbère américaine née au Maroc. 
date_jnum26 mai 2004 


Extraordinaire ! Passionnant ! Merci, Dr H. Hagan, pour toutes ces révélations historiques et archéologiques que vous développez dans vos recherches ! Il y a encore tant de choses à découvrir sur notre lointain passé Amazigh, d’où nous venons et les origines de notre langue et de nos coûtumes, qui disparaissent à cause de la désinformation et de la négligence. 

Merci à vous de contribuer à donner un souffle nouveau à une civilisation millénaire laissée à l’abandon. Vous êtes un exemple pour toutes les nouvelles générations des Imazighens qui redécouvrent et revalorisent leurs racines. 

Makses Aït- Ulahyane, Amazigh marocain 

buy african masks
African masks from Known Collections

African Antiques Newsletter

Build Your Dream Collection !

I never thought I would receive so much information's about the African art world !
Free Newletter.
Subscribe today : 

Free African Art Authenticity Report
 

 

african art on facebookDear African Art Collectors,

Discover the African Art books I like or join me on facebook

African Antiques is the archive and not growing much anymore but still updated.

Visit African Art to join our free newsletter and read recent African Art News.

For the last news about  Berberes Amazigh you should join our African Art Club and become an insider of the African art market.

And if you are a collector of African Art, have a look at our exclusive African Art Collection for sale.

David Norden


Mail David Norden
Sint-katelijnevest 27
ANTWERPEN-Belgium

Any questions?
Call us at +
32 3 227 35 40

african art | home | african art shop

In this section:
Start
Omhoog
Afrique du Sud
LeMaitre de Buli
Le Kumpo
Songye
Livres Benin
Megalithes
pygmée
masques Dogon
Makonde-en-Chine
Art Nok
Songye-Claes
Berberes Amazigh
masque Fang
art negre
Arnaque
Art Lobi
Histoire du Mali 

African art books

The Tribal Arts of Africa

The Tribal Arts of Africa
Author: Jean-Baptiste Bacquart

more African Art books I like


read also : Start ] Afrique du Sud ] LeMaitre de Buli ] Le Kumpo ] Songye ] Livres Benin ] Megalithes ] pygmée ] masques Dogon ] Makonde-en-Chine ] Art Nok ] Songye-Claes ] [ Berberes Amazigh ] masque Fang ] art negre ] Arnaque ] Art Lobi ] Histoire du Mali ]

Buy David Norden's African Antiques | AA group English | AA Français | Privacy & Earning disclaimer | Become our partner |  The African Antiques newsletter | African Art Club | facebook african art

 mail David Norden phone +32 3 227.35.40