african masksDora Janssen precolombien
Start ] Omhoog ] Collection Geiger ] Indiens à Washington ] Art-Aborigene ] Art australie ] Arithmetique Amazonienne ] Diamants ] [ Dora Janssen precolombien ] Les Australiens sont Africains ] Le mythe de la Coca-colonisation ]

A fine Eastern Pende Panya-Gombe African mask. Coll.: David Norden

African Art books I like | Genuine African Masks

L'incroyable saga de la dation Janssen d'Art Précolombien

GUY DUPLAT trouvé le 01/08/2006 sur lalibre.be

read also pre-columbian art (english)


groupe de discussion sur l'Art Africain

Par amour pour l'Art Africain.

A la mi-septembre, le public pourra enfin juger de la collection d'art précolombien de Dora Janssen.
Mais tout indique qu'hélas, elle ne restera pas belge.

Google  
Masters of the Americas: In Praise of the Pre-Columbian Artists: The Dora And Paul Janssen Collection

Masters of the Americas The Dora And Paul Janssen Collection (Hardcover)

Author: Elisabeth Benson; Buy New: $78.75

ANALYSE

© Photo : Hugues Dubois, Bruxelles  

Dès le 15 septembre, et pendant plus de huit mois, jusqu'au 29 avril, le public belge et international pourra enfin admirer la collection d'art précolombien de Paul et Dora Janssen au musée du Cinquantenaire. Une exposition exceptionnelle en soi, tant cette collection est riche, représentant toutes les grandes civilisations de l'Amérique précolombienne: les énigmatiques masques olmèques, les grandes figures humaines et les chiens de Véracruz, les récipients en onyx aztèques, l'orfèvrerie en or de Colombie, etc. Cette exposition sera un hommage aux maîtres de l'art précolombien, ces grands artistes qui réalisèrent souvent ces merveilles lorsque nous étions encore plongés dans les temps barbares.

Collection Dora et Paul Janssen. Catalogue 5 Continents Editions, Milan, et Fonds Mercator, Bruxelles. Mais, bien sûr, cette exposition aura un second attrait bien involontaire. Elle devait servir de lancement à la dation de toute la collection au musée du Cinquantenaire comme le souhaitait Dora Janssen. La veuve de Paul Janssen, fondateur de Janssen Pharmaceutica, décédé en 2003, désirait payer les droits de succession par la dation de sa collection. Mais, depuis plus de deux ans, le dossier s'est enlisé jusqu'à prendre des allures de feuilleton indigeste. Dora Janssen a indiqué à plusieurs reprises que, de guerre lasse, et alors qu'elle se sent si belge, elle se résoudrait à vendre sa collection à un musée américain. Le ministre des Finances Didier Reynders veut toujours croire qu'il est encore possible de la garder dans le patrimoine belge. De nombreuses personnalités se sont activées à résoudre ce problème. Mais apparemment en vain. Pourquoi? Rappel des faits.

Les faits en six points

1 Dora Janssen souhaite faire une dation et son dossier est étudié par la commission dation. Les experts (dont des représentants des grands musées fédéraux) étudient les pièces de la collection et sont d'accord sur leur valeur exceptionnelle. Mais le problème est aussi de vérifier leur provenance. En effet, les collections récentes d'art précolombien, d'art africain, ou d'art antique sont suspectes de venir de fouilles illégales et d'exportation illégale de trésors nationaux. Le sujet est chaque jour plus sensible. On a vu comment le musée Getty, à Los Angeles, doit rendre des pièces archéologiques à Rome car elles provenaient de fouilles illégales. Le Metropolitan fait de même. Et de nombreux musées doivent rendre des pièces aux pays d'origine. Le risque en recevant la collection Janssen est que des pays sud-américains ne réclament un jour les pièces en démontrant qu'elles viennent d'exportations illégales. Pour certains, toutes les acquisitions de ces dernières années sont forcément entachées de ce risque. Mais Dora Janssen a pu présenter tous les documents nécessaires et prouver qu'elle avait acquis ses pièces auprès d'antiquaires et de maisons de vente reconnues, en toute légalité. Cela n'empêche pas qu'on découvre un jour des irrégularités intervenues en amont et inconnues de Dora Janssen. C'est pourquoi la commission a écarté quelques pièces qui pourraient être douteuses mais a accepté l'essentiel de la collection en dation.

2 La loi à cette époque, avant juillet 2005, indiquait que la dation se faisait à l'Etat fédéral (et Dora Janssen, qui se sent très belge, voulait la léguer au musée fédéral du Cinquantenaire, à Bruxelles) et que l'Etat devait ensuite rembourser la valeur des droits de succession à la Flandre (ici, 7,5 millions d'euros). Mais problème: le ministre fédéral du Budget refuse fermement de payer cette somme (même avec des modalités proposées par son homologue flamand Dirk Van Mechelen), de crainte sans doute que cela passe mal auprès de l'opinion publique qu'on dépense une somme importante pour des oeuvres d'art.

3 Pour éviter l'obstacle et rendre la loi plus cohérente avec l'évolution institutionnelle du pays, on votait, en juillet 2005, dans une loi-cadre générale, une nouvelle loi qui invite les représentants des régions dans la commission dation et qui précise dans les faits que c'est à la région bénéficiaire des droits de succession de donner son accord ou non au projet de dation et de décider de l'emplacement futur de celle-ci. Certes, cela signifierait sans doute que la collection Janssen n'irait pas à Bruxelles, pourtant capitale de la Flandre et que la collection rejoindrait plutôt le musée ethnographique d'Anvers, candidat à cela.

4 Mais, curieusement, la Flandre a refusé cette loi, car elle estime qu'elle n'a pas été votée avec la majorité des deux tiers nécessaire et qu'elle ne peut, d'autre part, pas s'appliquer au cas de Dora Janssen puisque ce dossier a été introduit avant la nouvelle loi. La Flandre a, dès lors, introduit un recours en annulation auprès de la cour d'arbitrage et, en attendant, a bloqué le fonctionnement de la commission dation en n'y envoyant pas de délégué (pendant des mois, cela a complètement bloqué le fonctionnement de la commission).

En réalité, il semble qu'au sein du gouvernement flamand, il n'y a pas d'unanimité sur la position de fond à adopter. Certains, comme le précisera plus tard le ministre VLD bruxellois Guy Van Hengel, estiment qu'il ne faut pas accepter une dation d'art précolombien et «payer» pour un art qui ne touche en rien au patrimoine flamand. D'autres, surtout autour d'Anvers et Louvain, candidats à recevoir la collection, sont d'un avis contraire, expliquant qu'une telle collection peut être un formidable atout pour leur ville. Le gouvernement flamand, par son recours, a cherché à ne pas se prononcer sur le fond et a renvoyé la «patate chaude» au fédéral.

5 En attendant l'arrêt de la Cour d'arbitrage, d'autres dossiers de dation restaient en attente comme la succession Gillon. Roland Gillon, Bruxellois, proposait de régler la succession de son père (21 millions d'euros) par la dation de sa collection Art nouveau constituée avec son épouse Anne-Marie Crowet. Le ministre des Finances a passé outre au blocage de la Flandre et demandé à la commission dation d'étudier le dossier, sans représentant flamand mais avec le représentant bruxellois qui a accepté la dation.

6 A la mi-juillet 2006, la cour d'arbitrage a rejeté le recours flamand. La loi est donc valide. La Flandre désignait, le 20 juillet, son représentant au sein de la commission dation qui peut de nouveau fonctionner normalement. Didier Reynders annonçait que la Flandre devrait, enfin, se prononcer sur le fond de la dation Janssen. Mais, surprise, la Flandre refuse toujours de le faire, arguant que le dossier Janssen est antérieur à la nouvelle loi et que celle-ci ne peut donc s'appliquer à ce cas. Une thèse réfutée par le ministre des Finances fédéral et par la Région bruxelloise puisque dans le cas de la dation Gillon, le décès était également antérieur à la nouvelle loi. On ne voit pas qui pourrait trancher ce litige si ce n'est - peut-être - le comité de concertation région-fédéral qui se réunira en septembre avec ce point à l'ordre du jour. Et, en attendant, la Flandre non seulement refuse de fait la collection Janssen, mais ne reçoit pas non plus les droits de succession bloqués tant que le litige est pendant et ne recevra pas les intérêts de la somme, car Didier Reynders a opportunément signalé à Dora Janssen qu'elle ne devrait pas payer des intérêts de retard sur une succession retardée par l'incurie de l'Etat.

© La Libre Belgique 2006

- - - - - - - - - - - Dora Janssen collection

L'ESPRIT DU COLLECTIONNEUR

(extrait de la préface du catalogue)


À travers sa collection, Dora Janssen exprime son être le plus intime. La regarder s’animer devant une pièce ou un groupe de pièces est un spectacle inspirant. Les œuvres qu’elle a réunies sont émouvantes, expressives, puissantes, parfois comiques. C’est son propre humanisme qui l’a guidée vers l’art de l’Amérique ancienne. Une Amérique que d’autres ont évitée ou ignorée, en dépit de sa beauté et de sa sensibilité, par pur aveuglement eurocentrique. Car nombre d’entre nous ont été formés à ne reconnaître l’existence d’une civilisation que dans la mesure où elle a des antécédents européens.

La collection de Dora Janssen se révèle de grande envergure. Elle comprend des chefs-d’œuvre en provenance de l’Égypte ancienne, de Mésopotamie, d’Inde, du Japon, d’Océanie et d’Afrique – sans compter l’Europe. Mais c’est sur l’Amérique ancienne que Dora Janssen a focalisé son attention. Pour la plupart des gens, l’Amérique ancienne est synonyme de sacrifices sanglants, de cœurs arrachés, de crânes et de guerre – le monde aztèque tel que Cortés et ses conquistadors espagnols le découvrirent. Nous sommes encore choqués par le grand tzompantli, ou mur des crânes, de Mexico. La plupart des gens ne soupçonnent pas que, plus au nord – de l’autre côté du lac de Mexico – se trouve Tenancingo, le palais d’été de l’empereur-poète Netzahualcóyotl, avec son aqueduc et ses baignoires tridirectionnelles taillées dans le roc, sur la colline où les jardins fleuris des Aztèques sont retournés à l’état sauvage.

L’Amérique ancienne et sa civilisation ont souvent été niées par ceux qui considéraient le Nouveau Monde comme un univers inculte peuplé de barbares, mais heureusement dompté et civilisé par les Européens et la chrétienté. Car telle était la propagande inventée pour justifier l’asservissement des indigènes, la mainmise sur leurs terres et le pillage de leurs cultures. Le dénouement nous hante encore. Les Européens étaient porteurs de maladies qui ravagèrent des cités entières au point de les rayer de la carte. Pour soumettre les peuples conquis, ils utilisèrent des chevaux, des armures, de la poudre, des mâtins, des canons et des arbalètes.

Les humains sont les seuls animaux capables de créer une image et de l’interpréter 30 000 ans plus tard. Aucun autre animal ne peut sculpter, dessiner ou expliquer ces images. Pourquoi se sont-ils vêtus et parés, pourquoi ont-ils édifié des maisons et des temples et inventé des systèmes d’écriture ?

Le plus étonnant, c’est que l’humanité semble toujours tenue de respecter un modèle ou de suivre une direction. Les premiers hommes débarquèrent dans les Amériques accompagnés de chiens, bien avant les débuts de l’élevage dans le Vieux Monde. Il est presque certain qu’ils apportèrent des outils en pierre. Dans le Vieux Monde, les êtres humains domestiquaient les animaux alors que, dans le Nouveau Monde, la culture andine était seule à apprivoiser le lama, l’alpaga et le cobaye. Les Américains ont en outre développé séparément le tressage des corbeilles, le tissage des vêtements, une technologie lithique et une métallurgie particulièrement riches, ainsi que des architectures perfectionnées – même si elles n’ont pas abouti à la voûte.

Autant de faits qui ont envoûté Dora. Non seulement les anciens Américains ont conçu toutes ces inventions sans intervention extérieure, mais ils se sont également révélés des artistes accomplis. Aucun lien culturel n’existe manifestement entre l’Amérique ancienne et l’Europe. On peut tout au plus concevoir que le métier à tisser portatif, le papier d’écorce et les sceaux soient arrivés dans les Amériques par l’océan Pacifique. Mais tout le reste a été inventé indépendamment du continent européen. L’art de l’Amérique ancienne est riche et complexe, et il fait bonne figure vis-à-vis de l’art du Vieux Monde. (…)

Le goût universel qui se déploie dans la collection de Dora Janssen témoigne de son admiration face à la créativité de l’humanité à travers les âges. Les œuvres ainsi rassemblées révèlent l’ouverture d’esprit de cette aventurière avide de découvrir de nouveaux mondes. S’apercevant que les Européens sous-estimaient l’art des Amériques anciennes et s’en désintéressaient en le taxant de « primitif », elle lui a consacré une part perpétuellement croissante de son énergie de collectionneuse. Elle fut, dans un premier temps, éblouie par l’or précolombien, issu généralement d’un alliage dénommé « tumbaga » contenant du cuivre et de l’antimoine. Malgré le fait que l’on trouve des feuilles d’or martelées, la majorité des pièces furent coulées par la méthode de la fonte à la cire perdue.

Ensemble exceptionnel, la collection d’objets en or de Dora Janssen englobe toute l’histoire de l’orfèvrerie des Amériques, contribuant de manière conséquente à son étude minutieuse. Du Pérou, la métallurgie gagna l’Équateur, la Colombie, le Panama et le Costa Rica, pour atteindre le Mexique vers l’an mil de notre ère, au terme d’un voyage de 2 500 ans. L’orfèvrerie mixtèque et aztèque découverte au Mexique lors de la Conquête fut volée et fondue par les Espagnols. La collection Dora Janssen apporte une importante contribution à l’histoire de la métallurgie de l’Amérique ancienne.

En parallèle, Dora Janssen est également tombée sous le charme de l’art de la plume sous ses diverses formes : manteaux, sacs et coiffes confectionnés à base de plumes aux couleurs vives. Bien que la plumasserie ait été répandue dans de nombreuses régions, ses œuvres n’ont échappé à la détérioration que dans les zones désertiques ; la plupart de ces pièces proviennent du Pérou, où elles avaient été préservées par la sécheresse de l’air côtier. Lors de la conquête du Mexique, la plumasserie émerveilla les conquistadors presque autant que l’orfèvrerie. Ultérieurement, les Espagnols commandèrent aux plumassiers des icônes chrétiennes, ainsi que des robes et des chapeaux pour leurs hauts dignitaires religieux. Peu de ces œuvres parvinrent jusqu’à nous. En revanche, des pièces anciennes de toute beauté ont survécu dans le désert péruvien. Leur réalisation a nécessité des milliers de plumes minuscules qui furent transportées de la jungle amazonienne à la côte aride du Pacifique par-dessus la cordillère des Andes. Un seul manteau de plumes exigeait une quantité phénoménale d’oiseaux, et l’assiduité requise pour accomplir ce travail de tissage est pratiquement inconcevable à notre époque.

Un groupe en céramique grandeur nature, représentant un homme assis accompagné de deux chiens à l’aspect menaçant, a autrefois bouleversé Dora Janssen au point de faire d’elle une collectionneuse passionnée d’art précolombien. Exhumée dans le centre du Veracruz, d’où proviennent quelques-unes des œuvres d’art les plus touchantes et les plus originales jamais mises au jour, la sculpture demeure un groupe puissant, énigmatique et obsédant. Dora Janssen a perçu tout ce qu’il avait de remarquable, indépendamment de sa provenance géographique. Si l’Amérique ancienne était capable de produire de telles œuvres, elle pouvait aisément soutenir la comparaison avec les arts les plus prestigieux du monde.

La force de la collection Dora Janssen tient avant tout aux splendides exemples d’art maya sur lesquels elle s’axe. Sa pièce la plus monumentale est une stèle maya rehaussée de glyphes élégamment gravés. Cette œuvre, signée avec fierté par son sculpteur, se dresse dans une vaste niche brillamment éclairée – et, à sa vue, tout spectateur a le souffle coupé. Il s’agit d’un portrait sur lequel l’artiste a pris plaisir à reproduire les motifs brodés sur les vêtements de la souveraine.

Dans sa quête de la civilisation maya, Dora a très tôt visité l’extraordinaire site de Palenque. Elle a gravi les degrés de l’imposant Temple des Inscriptions et descendu l’escalier menant à la tombe de Pacal, qui régna sur Palenque au VIIe siècle. Cette expérience l’émut tant qu’elle dessina des galeries souterraines pour y abriter sa collection. Celle-ci comporte un profil en stuc du fils et successeur de Pacal, Kan Balam, ayant conservé des traces de polychromie. Parmi les pièces maya de Dora Janssen figure aussi un superbe silex « excentrique » reprenant les neuf profils de K’awiil – un des plus beaux exemplaires connus. Ces silex symbolisent le lignage et le pouvoir de l’éclair et de la pluie. Dora Janssen détient en outre plusieurs belles figurines en céramique en provenance de Jaina, l’île aux sépultures. Sans compter de rares figurines du Petén. Des vases du Classique récent, appartenant à différents styles et écoles, démontrent à suffisance que les Mayas étaient des peintres imaginatifs et talentueux. La collection de Dora Janssen comprend un étonnant récipient en mosaïque de jade sur bois datant du Classique ancien, de magnifiques exemplaires de pectoraux et de pendants d’oreilles en jade, et un beau pendentif en coquillages. Elle intègre également un grand vase en marbre de la vallée de l’Ulúa qui fut produit à la frontière du monde maya du Classique récent.

La collection de Dora rassemble encore de splendides exemples du savoir-faire olmèque en matière de sculpture de jade et de céramique. La plus ancienne – mais aussi la plus puissante – des civilisations mésoaméricaines s’affirma à partir de 1200 à 500 avant notre ère. Les Olmèques acquirent une virtuosité extraordinaire dans le travail du jade, minéral d’une extrême dureté qu’ils travaillaient en utilisant du sable, de l’eau, ainsi que de la corde et des roseaux. Une méthode simple qui leur permit d’accomplir des miracles. Les masques et les figures olmèques en jade – souvent considérés comme les œuvres les plus raffinées jamais réalisées par des artistes précolombiens – sont splendides et d’une force extraordinaire. La civilisation s’illustra également dans l’art de la céramique. Leurs plus belles créations sont des figurines creuses de bébés et des vases à effigies. Dora Janssen en a rassemblé d’intéressants spécimens, dont plusieurs bébés et effigies d’oiseaux, de poissons et de canards.

Ainsi, cette admirable collection inclut des œuvres d’art ancien, originaires de la plupart des pays des Amériques. Elle a pour but d’éclairer les Européens sur les énergies créatrices des indigènes américains et de les situer par rapport à l’art européen de haut niveau.

L’élan qui pousse l’humanité à dessiner, peindre et sculpter est universel. Il est grand temps que nous reconnaissions le potentiel créateur de l’être humain, quelle que soient ses origines. Dora Janssen a légué à la Belgique, son pays, une collection d’art américain ancien aussi riche que variée. Un somptueux cadeau.

Gillett Griffin,
Ancien commissaire d’art précolombien et d’art primitif,
Princeton University Art Museum

 

buy african masks
African masks from Known Collections

African Antiques Newsletter

Build Your Dream Collection !

I never thought I would receive so much information's about the African art world !
Free Newletter.
Subscribe today : 

Free African Art Authenticity Report
 

 

african art on facebookDear African Art Collectors,

Discover the African Art books I like or join me on facebook

African Antiques is the archive and not growing much anymore but still updated.

Visit African Art to join our free newsletter and read recent African Art News.

For the last news about  Dora Janssen precolombien you should join our African Art Club and become an insider of the African art market.

And if you are a collector of African Art, have a look at our exclusive African Art Collection for sale.

David Norden


Mail David Norden
Sint-katelijnevest 27
ANTWERPEN-Belgium

Any questions?
Call us at +
32 3 227 35 40

african art | home | african art shop

In this section:
Start
Omhoog
Collection Geiger
Indiens à Washington
Art-Aborigene
Art australie
Arithmetique Amazonienne
Diamants
Dora Janssen precolombien
Les Australiens sont Africains
Le mythe de la Coca-colonisation 

African art books

The Tribal Arts of Africa

The Tribal Arts of Africa
Author: Jean-Baptiste Bacquart

more African Art books I like


read also : Start ] Collection Geiger ] Indiens à Washington ] Art-Aborigene ] Art australie ] Arithmetique Amazonienne ] Diamants ] [ Dora Janssen precolombien ] Les Australiens sont Africains ] Le mythe de la Coca-colonisation ]

Buy David Norden's African Antiques | AA group English | AA Français | Privacy & Earning disclaimer | Become our partner |  The African Antiques newsletter | African Art Club | facebook african art

 mail David Norden phone +32 3 227.35.40