african masksHistoire du Mali
Start ] Omhoog ] Afrique du Sud ] LeMaitre de Buli ] Le Kumpo ] Songye ] Livres Benin ] Megalithes ] pygmée ] masques Dogon ] Makonde-en-Chine ] Art Nok ] Songye-Claes ] Berberes Amazigh ] masque Fang ] art negre ] Arnaque ] Art Lobi ] [ Histoire du Mali ]

A fine Eastern Pende Panya-Gombe African mask. Coll.: David Norden

African Art books I like | Genuine African Masks

Histoire écrite du Mali

Tombouctou dévoile une partie cachée de l’histoire écrite de l’Afrique et du Mali. Ce trésor permettra sans doute de combler de nombreuses lacunes car peu de documents écrits sur l'Histoire de l'Afriqe sont disponibles aujourd'hui. David Norden

Manuscrits histoire du Mali

groupe de discussion sur l'Art Africain
Par amour pour l'Art Africain.

Librairie d'Art Africain
La sélection de David Norden.

Google  

Quelque 200 000 anciens manuscrits qui se délitaient lentement mais sûrement dans des bibliothèques, caves et greniers de Tombouctou, au Mali, sont aujourd’hui systématiquement recensés, conservés et numérisés. Ces trésors inestimables, dont les plus anciens remontent au 13e siècle, témoignent que l’histoire de l’Afrique n’est pas seulement orale.

trouvé sur afrikara.com 13/06/2007 Source : Le Courrier de l’Unesco, N°5, 2007 lire aussi Timbuktu Manuscripts (en anglais)
par Jean Michel Djian, journaliste français et professeur associé à l’Université de Paris 8
.

C’est à Tombouctou, cité perchée sur la crête du fleuve Niger au Mali, que sont ensevelies les clés d’une grande partie de la mémoire écrite sahélienne. C’est là qu’au 15e siècle, le commerce de l’or et du sel bat son plein, que marchands et savants s’entendent comme larrons en foire, que les 25 000 étudiants d’Afrique inscrits à l’université de Sankoré campent devant des oulémas réputés pour leur exceptionnelle érudition. C’est dans cette cité, dite « des 333 saints », que l’arrivée de certains intellectuels arabo-berbères, fuyant l’Andalousie musulmane envahie par les chrétiens, fixe pour une part l’enseignement de la langue arabe et des sciences islamiques. 

 

En 1512, Léon l’Africain rapporte qu’on tirait plus de bénéfice de la vente du livre que de n’importe quelle autre marchandise. C’est dire la valeur de l’écrit. 

Aujourd’hui, la portée politique de certains documents manuscrits est capitale, comme en témoigne le « Tarikh el Sudan » qui retrace la succession des chefs de Tombouctou au 15e siècle ou le « Tarikh el Fetash », celle du Soudan médiéval. 

 

L’existence de cet héritage réfute clairement les préjugés faisant de l’Afrique un continent de traditions exclusivement orales.

 

Des trésors longtemps ignorés

 

Mais les populations autochtones maliennes savent-elles qu’elles détiennent sous leurs pieds ou dans leurs greniers des centaines de milliers de manuscrits capitaux s’étalant du 13e au 19e siècle ? Rien n’est moins sûr. 

Car au nom d’une oralité africaine sanctuarisée, d’une absence de traduction due à l’inexistence de moyens (à peine 1% de textes sont traduits en arabe classique, en français ou en anglais) et d’une certaine retenue à vouloir fouiller dans la mémoire pourtant vertueuse de l’Afrique, les pouvoirs publics hésitent à exhumer ce qui ressemble à un âge d’or politique. 

Qu’on en juge : traités de bonne gouvernance, textes sur les méfaits du tabac, précis de pharmacopée... Des ouvrages de droit (en particulier sur le divorce et le statut des divorcées), de théologie, de grammaire et de mathématiques s’empilent dans sous la poussière des bibliothèques privées ou de l’Institut des Hautes études Ahmed Baba de Tombouctou. 

 

Les commentaires écrits des savants de Cordoue, de Bagdad ou de Djenné y sont encore visibles. Sur des étagères grillagées, des actes juridiques portant sur la vie des juifs et de renégats chrétiens témoignent de l’intense activité commerciale de l’époque. La vente et l’affranchissement des esclaves, les cours du sel, des épices, de l’or et des plumes sont l’objet de parchemins adossés à des correspondances de souverains des deux rives du Sahara, illustrés d’enluminures en or. 

Tout cela effraie. Tout cela impressionne, au point que les chercheurs sont eux-mêmes troublés par autant de savoirs disponibles. Georges Bohas, professeur d’arabe à l’Ecole normale supérieure de Lyon et un des initiateurs du programme Vecmas (valorisation et édition critique des manuscrits arabes subsahariens) constate : « On estime à 180.000 le corpus des manuscrits existants. 25% ont fait l’objet d’un inventaire et moins de 10 % d’une procédure de catalogage. 40% sont encore enfermés dans des cantines de bois ou de fer ! »

Sans compter tous ces manuscrits cachés dans les foyers familiaux dont on ne veut se dessaisir, soit par ignorance, soit pour d’inavouables raisons mercantiles.

 

Une fresque africaine remonte à la surface de l’histoire

 

Pour ceux des manuscrits qui ont pu être sauvés des insectes et de la poussière de sable, leur observation est du pain béni pour les yeux comme pour l’esprit. 

L’ensemble, inscrit généralement sur papier d’Orient (puis d’Italie) mais aussi sur peau de mouton, écorce ou omoplate de chameau, est souligné, expliqué, annoté à la marge ou sur le colophon, cette dernière page d’un livre ou d’une fin de rouleau de papyrus où le copiste note son nom et la date à laquelle il a achevé son travail. 

On y apprend, au détour d’une page, l’existence d’un tremblement de terre ou d’une violente rixe ayant perturbé les écritures. Grâce à quelques traducteurs contemporains isolés, toute une fresque africaine remonte à la surface de l’histoire. 

Il n’existe aucune homogénéité dans ces textes, et pour cause : si l’écrasante majorité des manuscrits est rédigée en arabe, chaque copiste s’exprimait en fonction de ses origines (tamashek, haoussa, peul, mais aussi songhaï, dioula, soninké ou wolof) selon une base calligraphique commune inspirée du maghribi, sorte d’écriture arabe cursive qui, par sa forme, permettait d’économiser le papier.

Comment, maintenant, imaginer cette exploration historique fabuleuse sans la participation directe des habitants, des chercheurs africains et des pouvoirs publics nationaux ? 

 

C’est tout l’enjeu politique qui se greffe autour des manuscrits de Tombouctou et au-delà, de la réhabilitation définitive de l’histoire écrite de l’Afrique.

 

 

par Jean Michel Djian, journaliste français et professeur associé à l’Université de Paris 8

 

Source : Le Courrier de l’Unesco, N°5, 2007

 

Lire aussi Timbuktu Manuscripts

buy african masks
African masks from Known Collections

African Antiques Newsletter

Build Your Dream Collection !

I never thought I would receive so much information's about the African art world !
Free Newletter.
Subscribe today : 

Free African Art Authenticity Report
 

 

african art on facebookDear African Art Collectors,

Discover the African Art books I like or join me on facebook

African Antiques is the archive and not growing much anymore but still updated.

Visit African Art to join our free newsletter and read recent African Art News.

For the last news about  Histoire du Mali you should join our African Art Club and become an insider of the African art market.

And if you are a collector of African Art, have a look at our exclusive African Art Collection for sale.

David Norden


Mail David Norden
Sint-katelijnevest 27
ANTWERPEN-Belgium

Any questions?
Call us at +
32 3 227 35 40

african art | home | african art shop

In this section:
Start
Omhoog
Afrique du Sud
LeMaitre de Buli
Le Kumpo
Songye
Livres Benin
Megalithes
pygmée
masques Dogon
Makonde-en-Chine
Art Nok
Songye-Claes
Berberes Amazigh
masque Fang
art negre
Arnaque
Art Lobi
Histoire du Mali 

African art books

The Tribal Arts of Africa

The Tribal Arts of Africa
Author: Jean-Baptiste Bacquart

more African Art books I like


read also : Start ] Afrique du Sud ] LeMaitre de Buli ] Le Kumpo ] Songye ] Livres Benin ] Megalithes ] pygmée ] masques Dogon ] Makonde-en-Chine ] Art Nok ] Songye-Claes ] Berberes Amazigh ] masque Fang ] art negre ] Arnaque ] Art Lobi ] [ Histoire du Mali ]

Buy David Norden's African Antiques | AA group English | AA Français | Privacy & Earning disclaimer | Become our partner |  The African Antiques newsletter | African Art Club | facebook african art

 mail David Norden phone +32 3 227.35.40