african masksIndiens à Washington
Start ] Omhoog ] Collection Geiger ] [ Indiens à Washington ] Art-Aborigene ] Art australie ] Arithmetique Amazonienne ] Diamants ] Dora Janssen precolombien ] Les Australiens sont Africains ] Le mythe de la Coca-colonisation ]

A fine Eastern Pende Panya-Gombe African mask. Coll.: David Norden

African Art books I like | Genuine African Masks

Washington célèbre les Indiens d'Amérique


groupe de discussion sur l'Art Africain

Par amour pour l'Art Africain.

NMAI on the National Mall
The National Museum of the American Indian 
Fourth Street & Independence Ave., S.W.

Washington, DC 20560
Phone: 202-633-1000

Google  

translator

Depuis le 21 septembre 2004, le Mall de la capitale fédérale Washington (USA) compte un nouveau musée, qui célèbre les cultures des peuples natifs des Etats-Unis. 

Washington de l'envoyée envoyée LE MONDE | 27.09.04 | 14h14 

Un renouveau indien ? Les intéressés sont presque embarrassés. 

"Quand on est dedans, explique John Beaver, un jeune de la tribu des Muscogee-Creek, on ne s'en aperçoit pas." Avant d'ajouter modestement : "Il y a énormément de choses qui se passent, c'est tout." John Beaver a fini l'an dernier un troisième cycle d'anthropologie à l'université de Chicago. Spécialité : l'archéologie nord-américaine. Quoi qu'il en dise, il est l'un des jeunes acteurs du renouveau. Leur look n'a rien à voir avec les tresses et les cheveux longs de la génération précédente. Ils sont chercheurs, entrepreneurs, cinéastes, juristes. On n'a jamais autant étudié le droit tribal. 

Le jeune archéologue vient de s'installer à Washington pour travailler au Musée national des Indiens d'Amérique, qui a ouvert ses portes le 21 septembre au cœur de la capitale fédérale. Il fait partie de l'unité qui est chargée de rendre aux tribus les objets sacrés emportés par les explorateurs occidentaux. Avant même l'inauguration, le Musée a déjà rendu quelque 2000 pièces à leurs propriétaires originaux. Ce sont des objets rituels qui avaient disparu, comme la tunique de danse des Mechoopda de Californie (qui l'ont immédiatement copiée pour récréer une danse qui n'avait pas été pratiquée depuis 1906) ou des restes humains emportés par les collectionneurs (le Musée recèle quelque 300 sacs d'ossements).

Comme en atteste le Musée national de Washington, le monde indien est en pleine renaissance aux Etats-Unis. Après la politique d'assimilation forcée des années 1950 et les revendications violentes des années 1970 est venu le temps de la reconstruction, de la repopulation, de la réintroduction des bisons... Depuis les casquettes "Indian Pride" que l'on voit dans les pow wow jusqu'au retour de la Sundance, la "danse du soleil", à laquelle demandent à participer de jeunes Américains en mal de spiritualité, la culture indienne se rebâtit. Dans l'Est, où l'assaut fut le plus lourd, les tribus se reforment. 

Certaines n'avaient plus de traditions. Pour récréer des rites, elles ont fait appel aux Cherokees, la nation historiquement la plus éduquée qui eut un alphabet (à 85 caractères) dès 1812 et un journal dès 1828. 

Dans le Minnesota, les Chippewa ont restauré la culture au sens premier. La tribu a replanté du riz sauvage (manoomin) et recréé la cérémonie des moissons. En Californie, les Winnemem Wintu ont relancé le 14 septembre une cérémonie guerrière qui n'avait pas été pratiquée depuis 1887: pour s'opposer au barrage de Shasta, dans le nord de l'Etat. 

Ce renouveau ne peut pas masquer que les Indiens restent les habitants les plus pauvres du pays avec des revenus par habitant inférieurs d'un tiers et un taux de chômage deux fois plus important (6 %). Mais, dans les grandes plaines du Nord, où la désertification s'installe, les réserves échappent au mouvement général de dépeuplement. Les effectifs de certaines tribus ont augmenté d'un quart. "Les nouveaux venus ont essayé de faire de l'agriculture. Ils se sont liés à un modèle économique. Ce n'est pas le cas des Indiens", explique Gerald McMaster, le directeur des expositions au musée de Washington. 

Le sujet est quasi tabou dans les tribus, mais il est clair que l'argent des casinos a largement contribué à ce renouveau. Depuis que la Cour suprême a autorisé les jeux de hasard sur les réserves en 1987, 40 % des 562 tribus reconnues par les autorités fédérales ont construit un casino ou un établissement de bingo. On a ainsi créé 400 000 emplois (dont 25 % sont occupés par des non-Indiens). A la consternation de certains, l'argent des casinos a aussi financé une partie du Musée. Les trois tribus les plus riches ont donné 10 millions de dollars chacune, soit plus d'un tiers des fonds qui ont été recueillis dans le secteur privé, alors que le Congrès a attribué 119 millions de dollars. Les Oneida, de New York, ont aussi financé un nouvel hôtel à côté du musée. 

Créé par un acte législatif de 1989, le Musée national des Indiens d'Amérique a ouvert le 21 septembre, veille de l'équinoxe, en présence de plusieurs milliers de "natifs américains" en parures traditionnelles, fiers de trouver une place sur le Mall de la capitale fédérale, la grande esplanade qui va de la Maison Blanche au Capitole. 

Le Musée a été construit sur le dernier emplacement disponible : c'était aussi le plus proche du Capitole, à côté du Musée de l'air et de l'espace. A leur plaisir de se voir enfin reconnus, quoique cette terre soit après tout celle des Algonquins, certains natifs américains mêlent l'ironie : "Les premiers dans ce pays, les derniers sur le Mall." Le Musée est le dix-huitième de la Smithsonian Institution, la fondation qui gère le patrimoine national. Il est fondé essentiellement sur l'énorme collection (800 000 objets) amassée au début du XXe siècle par George Gustav Heye, un riche industriel, et présentée jusqu'ici à New York. Tout a été fait pour assurer que le musée ne soit pas un instrument ethnographique de plus. Il ne s'agit pas d'expositions "à propos des natifs américains", explique W. Richard West, le directeur, lui-même d'origine cheyenne, mais d'expositions "des Natifs américains eux-mêmes". Les tribus ont participé à l'architecture qui emploie des pierres calcaires du Minnesota, burinées par les éléments. Dans les jardins, on a planté du maïs, du tabac et des plantes traditionnelles. "Depuis la fin du 19e siècle, le discours est le même, sur l'Indien en voie de disparition. Tous les musées fonctionnent avec ce même cadre. C'est ce que nous essayons de changer", dit M. McMaster, qui est lui-même creek. 

Vingt-quatre tribus présentent leur histoire sur cinq niveaux. Elles ont puisé dans la collection permanente les objets qu'elles entendaient montrer. Elles ont écrit les textes. Une rotation est prévue tous les deux ans. Le musée présente aussi bien de l'art moderne que des éléments de la cosmogonie indienne, des images de la vie contemporaine ou encore un mur d'or, fait de 408 figurines précolombiennes, masques et pièces des mondes aztèque, maya et inca, qui faisaient aussi partie de la collection Heye. 

La place consacrée à la guerre, aux déportations et aux spoliations est maigre. On y voit le fusil que portait le chef apache Geronimo lorsqu'il s'est rendu en 1886. Mais pas d'hommage à ni même de mention de Sitting Bull, le grand chef sioux dont les troupes tuèrent le général Custer en 1876 après que les Américains furent revenus sur leur parole. C'est un choix collectif ; les tribus ont voulu éviter de répéter l'indicible. Et le musée entend être une institution de "réconciliation", selon l'expression de M. West. "La rencontre a été tragique pour nous, c'est indéniable. Mais ce que nous voulons surtout c'est que les visiteurs comprennent que nous sommes toujours là." 

Le 21 septembre, le Mouvement indien américain (AIM), qui porte le flambeau de la revendication politique indienne, a regretté que le Musée ne montre pas "la tragique et sordide histoire" des nations indiennes. Quant à la résolution par laquelle le peuple américain devait présenter pour la première fois des excuses aux Indiens, elle est restée bloquée au Congrès. 

Corine Lesnes

 
A propos de cet espace

Contre la mythologie du "melting-pot" 

Winona LaDuke, l'une des figures du mouvement indien, a été candidate du Green Party sur le ticket de Ralph Nader à l'élection présidentielle de 2000. La revue Smithsonian a publié son témoignage : "Je travaille dans des communautés vraiment conservatrices du nord du Minnesota, dit-elle. Nous sommes une communauté entourée de non-Indiens qui ne savent même pas quels Indiens nous sommes. Ils parlent de nous en disant "les Indiens". Ils n'ont aucune idée de notre histoire. Ils connaissent très peu notre culture. Alors, pour nous, c'est très significatif d'avoir quelque chose à Washington qui dit que nous avons de l'importance, d'avoir un Musée sur le Mall - la grande avenue de Washington qui relie le monument à Lincoln au Capitole -. L'Amérique se voit comme une société multiculturelle. C'est en fait une société eurocentrée légèrement pimentée d'autres cultures... La mythologie du melting-pot. Les Indiens américains sont un peuple qui ne se mélange pas. Nous avons survécu et nous avons l'intention d'être encore là dans 500 ans." • 

ARTICLE PARU DANS L'EDITION De Le Monde 28.09.04

read also (in English) :

The National Museum of the American Indian on the National Mall in Washington  

NMAI on the National Mall
The National Museum of the American Indian 
Fourth Street & Independence Ave., S.W.
Washington, DC 20560
Phone: 202-633-1000

  

buy african masks
African masks from Known Collections

African Antiques Newsletter

Build Your Dream Collection !

I never thought I would receive so much information's about the African art world !
Free Newletter.
Subscribe today : 

Free African Art Authenticity Report
 

 

african art on facebookDear African Art Collectors,

Discover the African Art books I like or join me on facebook

African Antiques is the archive and not growing much anymore but still updated.

Visit African Art to join our free newsletter and read recent African Art News.

For the last news about  Indiens à Washington you should join our African Art Club and become an insider of the African art market.

And if you are a collector of African Art, have a look at our exclusive African Art Collection for sale.

David Norden


Mail David Norden
Sint-katelijnevest 27
ANTWERPEN-Belgium

Any questions?
Call us at +
32 3 227 35 40

african art | home | african art shop

In this section:
Start
Omhoog
Collection Geiger
Indiens à Washington
Art-Aborigene
Art australie
Arithmetique Amazonienne
Diamants
Dora Janssen precolombien
Les Australiens sont Africains
Le mythe de la Coca-colonisation 

African art books

The Tribal Arts of Africa

The Tribal Arts of Africa
Author: Jean-Baptiste Bacquart

more African Art books I like


read also : Start ] Collection Geiger ] [ Indiens à Washington ] Art-Aborigene ] Art australie ] Arithmetique Amazonienne ] Diamants ] Dora Janssen precolombien ] Les Australiens sont Africains ] Le mythe de la Coca-colonisation ]

Buy David Norden's African Antiques | AA group English | AA Français | Privacy & Earning disclaimer | Become our partner |  The African Antiques newsletter | African Art Club | facebook african art

 mail David Norden phone +32 3 227.35.40