african masksMakonde-en-Chine
Start ] Omhoog ] Afrique du Sud ] LeMaitre de Buli ] Le Kumpo ] Songye ] Livres Benin ] Megalithes ] pygmée ] masques Dogon ] [ Makonde-en-Chine ] Art Nok ] Songye-Claes ] Berberes Amazigh ] masque Fang ] art negre ] Arnaque ] Art Lobi ] Histoire du Mali ]

A fine Eastern Pende Panya-Gombe African mask. Coll.: David Norden

African Art books I like | Genuine African Masks

Art Makonde en Chine

Un couple chinois collectionneur de sculptures makondes

Art Makonde en Chine
groupe de discussion sur l'Art Africain

Par amour pour l'Art Africain.

Il y a peu, Li Songshan et son épouse Han Rong ont fait don au Musée des Beaux-arts de Chine d'un certain nombre de chefs-d'oeuvres : des sculptures Makonde.

 

mots clefs:

 

Makonde Le couple, qui a fait plusieurs séjours en Tanzanie, collectionne et étudie ces sculptures modernes africaines depuis des années. C'est ainsi qu'il a pu y ouvrir un Musée d'art Makonde et fonder une Association de l'art Makonde. Dans l'émission d'aujourd'hui, nous allons donc faire la connaissance de Li Songshan et de son épouse Han Rong. 
Li Songshan a 64 ans, son épouse, 60. Dans les années 1960, lorsqu'ils sont encore à l'université, ils apprennnent le swahili, la langue officielle de la Tanzanie, du Kenya et de nombreux pays de l'Afrique de l'est. Puis à la fin de leurs études, le couple travaille dans la traduction. Du début des années 70 jusqu'aux années 80, Li Songshan et son épouse sont envoyés à plusieurs reprises en Tanzanie en mission humanitaire ou culturelle. C'est à ce moment-là que Li Songshan et Han Rong découvrent la sculpture Makonde. Han Rong nous fait partager ses souvenirs : « En 1981, c'était la première fois que je partais à l'étranger. J'ai fait mes premiers pas sur les terres de l'ethnie Makonde. A l'époque, je ne connaissais pas encore cet art. A notre arrivée, le préfet de la région a organisé une réception en notre honneur et nous a offert un cadeau à chacun : une petite sculpture toute simple en forme de personnage. » 

 Hart Makondean Rong nous a confié qu'elle ignorait alors tout de la valeur de cet objet d'art. Elle décide quand même de ramener la sculpture à Beijing, à la fin de ses deux ans de mission. A son retour, son père et certains de ses amis passionnés d'art, l'interrogent sur cette petite statue. Curieuse, Han Rong observe attentivement l'objet d'art africain : c'est une sculpture en bois d'ébène. Le matériau utilisé, la technique de sculpture... tout est fait avec une grande finesse. Dès lors, Han Rong commence à collectionner les petits objets d'art africains. 

L'ethnie makonde vit au sud de la Tanzanie et au nord du Mozambique. On dit que cette ethnie est celle qui a le plus de talents artistiques en Afrique. Presque tous les hommes makondes s'adonnent à la sculpture sur bois. Les étrangers donnent à ces objets, le nom d'art « makonde », du même nom que l'ethnie ou « sculpture en bois d'ébène », puisque la plupart des sculptures sont faites dans cette matière. La sculpture makonde remonte à il y a deux cents ans. L'art makonde est le meilleur de la sculpture moderne de l'Afrique. Elle se distingue par son style sobre et simple et offre d'innombrables possibilités d'expression. Cette forme d'art nous aide aussi à mieux connaître la culture de l'Afrique et son histoire moderne et contemporaine. La sculpture makonde est donc très appréciée par le milieu artistique de divers pays. 

En 1984, la Tanzanie organise à Beijing, au Musée des beaux-arts de Chine, une exposition de petite envergure des sculptures makondes. Celle-ci remporte un franc succès dans le milieu artistique chinois. Un succès qui a ému Li Songshan, alors interprète pour l'exposition. A l'époque, il a déjà rassemblé une centaine de sculptures makondes, même s'il n'est pas encore très conscient de la valeur de sa collection. 

A la fin de l'exposition, Li Songshan et son épouse font des économies pour acheter encore plus de sculptures. Parallèlement, ils commencent à se documenter. Mais tous les ouvrages se rapportant à la culture makonde ont été rédigés par des Occidentaux. Han Rong a l'impression de rester sur sa faim. Elle veut utiliser ses connaissances du swahili pour justement mieux comprendre la culture makonde et communiquer avec des gens de l'ethnie. Han Rong nous explique son point de vue : « Après avoir lu ces documents, certaines choses n'étaient pas encore très claires pour moi. En communiquant directement avec des sculpteurs ou avec des gens de l'ethnie makonde, j'ai remarqué que beaucoup de leurs créations ont un rapport direct avec leur culture, leurs us et coutumes. Donc, pour comprendre l'art, il faut aussi étudier leur culture. Et pour comprendre celle-ci, il faut la relier à leur façon de vivre et de penser. » 

En 1990, Li Songshan et son épouse démissionnent de leur poste respectif pour partir vivre en Tanzanie. Un vrai défi mais qui vaut le détour. Comme nous le confirme Li Songshan : « Nous sommes très attirés par la culture africaine. Le continent africain est le berceau de l'humanité. Il a encore plein de choses à nous faire découvrir : sa culture, sa philosophie et son art. Tout cela est à la base de l'art humain. C'est comme ça que nous avons décidé de partir pour l'Afrique. » 

poteaux Makonde En arrivant en Tanzanie, le couple se consacre corps et âme à l'étude et à la collection d'oeuvres makondes. Ils rendent visite aux artisans pauvres, les aident à résoudre leurs problèmes financiers, et s'imprègnent de leurs pensées, leurs sentiments et façon de vivre. A ce propos, Han Rong nous confie : « Nous connaissons presque toutes les agglomérations makondes. Nous rendons visite aux artistes. Nous parlons leur langue. Ils nous considèrent comme des leurs. Ils nous confient tout, y compris leurs secrets. Et lorsque ces artistes rencontrent des difficultés familières, ou doivent acheter une maison ou une terre ou encore envoyer leurs enfants à l'école, ils viennent nous voir. Nous sommes en quelque sorte, le noyau de ces artistes. » 

Li Songshan et son épouse ont également risqué leur vie à plusieurs reprises. Mais ils ont persisté malgré tout. Après une dizaine d'années d'efforts, ils se sont fait reconnaître dans la région en tant qu'entrepreneurs, spécialistes de l'art africain et collectionneurs. Ils possèdent désormais une dizaine de milliers de pièces, y compris presque tous les chefs-d'oeuvres des plus grands maîtres de l'art makonde. Leur collection est visible au Musée de l'art makonde et à l'Association de l'art makonde de la Tanzanie. 

En 2003, Li Songshan et son épouse ont fait don au Musée de la sculpture de Changchun de quelque 500 objets de la sculpture moderne africaine. Et de 157 sculptures makondes au Musée des Beaux-Arts de Chine. A présent, ils se préparent à ouvrir à l'ouest de Beijing une galerie d'art « Impressions africaines ». A ce propos, Li Songshan s'exprime au micro de RCI : « De la création de mon entreprise à son développement, nous avons connu des hauts et des bas. Ces dernières années, nous avons réussi à réunir presque toutes les oeuvres des plus grands maîtres d'art makonde. Cela représente un certain capital. Mais nous avons décidé de les offrir à la société et à l'Etat. Car, elles ne nous appartiennent pas, elles appartiennent à l'ensemble de l'humanité. » 

(Yannine) trouvé sur  http://fr.chinabroadcast.cn/1/2005/06/09/48@69572.htm

buy african masks
African masks from Known Collections

African Antiques Newsletter

Build Your Dream Collection !

I never thought I would receive so much information's about the African art world !
Free Newletter.
Subscribe today : 

Free African Art Authenticity Report
 

 

african art on facebookDear African Art Collectors,

Discover the African Art books I like or join me on facebook

African Antiques is the archive and not growing much anymore but still updated.

Visit African Art to join our free newsletter and read recent African Art News.

For the last news about  Makonde-en-Chine you should join our African Art Club and become an insider of the African art market.

And if you are a collector of African Art, have a look at our exclusive African Art Collection for sale.

David Norden


Mail David Norden
Sint-katelijnevest 27
ANTWERPEN-Belgium

Any questions?
Call us at +
32 3 227 35 40

african art | home | african art shop

In this section:
Start
Omhoog
Afrique du Sud
LeMaitre de Buli
Le Kumpo
Songye
Livres Benin
Megalithes
pygmée
masques Dogon
Makonde-en-Chine
Art Nok
Songye-Claes
Berberes Amazigh
masque Fang
art negre
Arnaque
Art Lobi
Histoire du Mali 

African art books

The Tribal Arts of Africa

The Tribal Arts of Africa
Author: Jean-Baptiste Bacquart

more African Art books I like


read also : Start ] Afrique du Sud ] LeMaitre de Buli ] Le Kumpo ] Songye ] Livres Benin ] Megalithes ] pygmée ] masques Dogon ] [ Makonde-en-Chine ] Art Nok ] Songye-Claes ] Berberes Amazigh ] masque Fang ] art negre ] Arnaque ] Art Lobi ] Histoire du Mali ]

Buy David Norden's African Antiques | AA group English | AA Français | Privacy & Earning disclaimer | Become our partner |  The African Antiques newsletter | African Art Club | facebook african art

 mail David Norden phone +32 3 227.35.40