african masksregards miroirs
Start ] Omhoog ] New-Museum-Paris ] BBC video Branly ] Arts Premiers Paris ] Branly-Kerchache ] branly ] Axa-Dogon-Branly ] Ouverture Branly ] musee-arts-premiers ] Heart of Darkness ] livres Branly ] [ regards miroirs ] art exotique ] un regard autre ] musee du quai Branly ] objets blesses ]

A fine Eastern Pende Panya-Gombe African mask. Coll.: David Norden

African Art books I like | Genuine African Masks

regards miroirs

Les miroirs de l'homme occidental

trouvé dans LE MONDE | 18.09.06 | 16h36

regards miroirs branly
groupe de discussion sur l'Art Africain

Par amour pour l'Art Africain.

regards miroirs "Tête de Nègre", par Jean-Antoine Gros et statue magique "nkisi", Kongo (Rép.du Congo) rapportée par un médecin de marine en 1891.

MUSÉE DU QUAI BRANLY/PATRICK GRIES

 

Une nef dorée, flanquée d'un globe terrestre, ouvre "D'un regard l'Autre", première grande exposition temporaire du Musée du quai Branly. Le bateau dit de Charles Quint (fin XVIe siècle) et la mappemonde (1507) où l'Amérique vient d'apparaître se reflètent à l'infini dans une pièce tapissée de miroirs que l'on va retrouver souvent dans la suite du parcours.

Car l'exposition d'Yves Le Fur, placée sous les auspices de la navigation et de la cartographie, est une perpétuelle mise en abyme, une interrogation sur la succession des regards portés par l'homme occidental, sur le "sauvage" rencontré sur des rivages inconnus. L'Européen sera tour à tour intrigué, séduit et dégoûté par ces civilisations sur lesquelles il ne manquera pas de projeter son imaginaire.

Le monstre velu des antipodes, brute au coeur pur, fantasmé par le Moyen Age, sera remplacé par un digne ambassadeur - basané. Le souverain magnifiquement paré cohabitera avec l'épouvantable cannibale, et l'esclave enchaîné avec le philosophe ingénu des îles du Pacifique. Plus tard, le "nègre" sera mis en fiches, classé, étudié, répertorié comme un insecte, avant d'être soumis et colonisé. Mais sa production matérielle, d'abord étiquetée dans les musées d'anthropologie, va être plébiscitée par les artistes occidentaux. Et cet engouement ne tardera pas à gagner de larges pans de la société occidentale.

Cet incessant va-et-vient, ce perpétuel jeu de miroirs se manifestent à travers les mille et une représentations de l'homme exotique qui évoluent au fil du temps. Les Maures, ou negri, sont présents dans l'iconographie de la Renaissance à travers des bustes pleins de majesté. Au XVIIe siècle, encore, les splendides portraits du peintre hollandais Albert Eckhout (1610-1665), exceptionnellement réunis Quai Branly, témoignent d'un respect certain pour leur modèle. Les deux Esquimaux qui posent devant le chevalet du Danois Bendix Grodtschilling III (1686-1737) ne sont pas anonymes : leurs noms, Pock et Kieperoch, sont soigneusement notés. Et le mannequin anatomique (vers 1700) représentant un Africain insiste sur l'appareil musculaire et osseux, semblable à celui de l'homme blanc.

Alors que, un peu plus tard, les dessinateurs qui accompagnent les premiers navigateurs dans le Pacifique vont reproduire des types - "Homme de Nouvelle-Hollande", "Femme d'Eua" - plutôt que des individualités, même si certains donnent à leurs modèles des poses à l'antique. Pas décisifs, au XIXe siècle, les bustes anthropologiques, à prétention purement scientifiques, se veulent des archétypes dont les interprétations volontiers racistes vont conforter la supériorité du colonisateur.

TROPHÉES ARRACHÉS

Même évolution pour les objets ramenés des antipodes. Les Européens sont d'abord fascinés par ces productions exotiques qui vont orner leurs cabinets de curiosités : cornes de rhinocéros sculptées, ivoires, coraux, noix de coco délicatement gravées, couronnes de plumes, colliers ou même "idoles barbares".

Ensuite, les collections royales recueilleront les premières moissons des navigateurs, de Bougainville à Cook, comme ce costume de deuilleur, en nacre et en cuir, ou cette effigie du dieu de la guerre venue des îles Hawaii. En 1827, des "salles de marine" seront ouvertes au Louvre pour présenter les moissons d'autres navigateurs comme Dumont d'Urville. La muséographie du nouveau musée d'ethnographie du Trocadéro (1878) privilégie les panoplies dont l'exposition d'Yves Le Fur nous propose une évocation saisissante. Ces accumulations d'armes, couteaux, lances, casse-tête et boucliers conjuguent la folie encyclopédique avec la volonté d'exhiber des trophées arrachés aux peuples vaincus.

C'est aussi au Trocadéro, ce temple de l'ethnographie naissante, que les expéditions coloniales déposent leur butin, dont un échantillon est présenté quai Branly. Mais c'est là aussi que des artistes comme Picasso vont découvrir une esthétique qui va bouleverser leur sensibilité, et sans doute l'art occidental. Parmi les pièces des collections de Vlaminck, Derain, Matisse ou Braque, visibles quai Branly, on notera un splendide tiki polynésien ayant appartenu à Picasso. Les grands marchands, comme Paul Guillaume, vont suivre et lancer la mode de l'"art nègre". Les collectionneurs emboîteront le pas. Le Musée de l'homme, dont héritera le Quai Branly, est né de ces multiples démarches, complexes, ambiguës, aux confluents d'une science dont les racines plongent dans un terreau colonial et d'une esthétique parfois réduite à un pur formalisme.

L'exposition, réussie et parfaitement maîtrisée en dépit de quelques impasses - elle glisse trop rapidement sur la représentation de l'esclavage -, se clôt par une interrogation face à quatre sculptures conçues en Afrique et en Océanie. Un chef-d'oeuvre sans référence peut-il être universel ?

"D'un regard l'Autre, une histoire des regards européens sur l'Afrique, l'Amérique et l'Océanie", Musée du quai Branly, galerie jardin, 27, quai Branly, Paris-7e. Tél. : 01-56-61-70-00. Du mardi au dimanche, de 10 heures à 18 h 30 ; jeudi jusqu'à 21 h 30. Du 19 septembre 2006 au 21 janvier 2007. De 6 € à 8,50 €. Sur Internet : www.quaibranly.fr.
Catalogue, sous la direction d'Yves Le Fur, Musée du quai Branly/RMN, 352 p., 49 €.

Emmanuel de Roux
Article paru dans l'édition du Monde du 19.09.06

voir aussi Livres sur le Musée du Quai Branly

arts exotiques

oublis du quai branly

 

buy african masks
African masks from Known Collections

African Antiques Newsletter

Build Your Dream Collection !

I never thought I would receive so much information's about the African art world !
Free Newletter.
Subscribe today : 

Free African Art Authenticity Report
 

 

african art on facebookDear African Art Collectors,

Discover the African Art books I like or join me on facebook

African Antiques is the archive and not growing much anymore but still updated.

Visit African Art to join our free newsletter and read recent African Art News.

For the last news about  regards miroirs you should join our African Art Club and become an insider of the African art market.

And if you are a collector of African Art, have a look at our exclusive African Art Collection for sale.

David Norden


Mail David Norden
Sint-katelijnevest 27
ANTWERPEN-Belgium

Any questions?
Call us at +
32 3 227 35 40

african art | home | african art shop

In this section:
Start
Omhoog
New-Museum-Paris
BBC video Branly
Arts Premiers Paris
Branly-Kerchache
branly
Axa-Dogon-Branly
Ouverture Branly
musee-arts-premiers
Heart of Darkness
livres Branly
regards miroirs
art exotique
un regard autre
musee du quai Branly
objets blesses 

African art books

The Tribal Arts of Africa

The Tribal Arts of Africa
Author: Jean-Baptiste Bacquart

more African Art books I like


read also : Start ] New-Museum-Paris ] BBC video Branly ] Arts Premiers Paris ] Branly-Kerchache ] branly ] Axa-Dogon-Branly ] Ouverture Branly ] musee-arts-premiers ] Heart of Darkness ] livres Branly ] [ regards miroirs ] art exotique ] un regard autre ] musee du quai Branly ] objets blesses ]

Buy David Norden's African Antiques | AA group English | AA Français | Privacy & Earning disclaimer | Become our partner |  The African Antiques newsletter | African Art Club | facebook african art

 mail David Norden phone +32 3 227.35.40