african masksTatouages
Start ] Omhoog ] Dapper Bresil ] le Louvre ] Smithsonian-Disney ] [ Tatouages ] Ethnologie Geneve ] masques-Barbier-Mueller ] Fondation Barnes ] quai branly ] musee de l homme ] cultures jacobins toulouse ] confluences Lyon ] tresors exotiques ] retour patrimoine ] Tervueren sons Afrique ] Zoo humain ] Wamp Musees Afrique Ouest ] Enquete sur le traffic d Art Africain ]

A fine Eastern Pende Panya-Gombe African mask. Coll.: David Norden

African Art books I like | Genuine African Masks

C'est écrit sur la peau

tatouages
groupe de discussion sur l'Art Africain

Par amour pour l'Art Africain.

Librairie d'Art Africain
La sélection de David Norden.

Siège LUBA 
RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Bois et pigments. H. : 57,3 cm
Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren
Inv. n° R.G. 132 © Africa-Museum, Tervuren
photo Hughes Dubois

Tatouages, scarifications, piercings... 

Comme l'attestent les pièces présentées au musée Dapper, à Paris, les marques corporelles sont une pratique universelle remontant à la nuit des temps.

par Valérie Thorin L'intelligent France 10 octobre 2004 

Lire aussi sur l'expo à Bruxelles: Tatu-Tattoo , et 

« Les cicatrices des scarifications me rendent plus africain.»

Signes du corps, du 23 septembre 2004 au 3 avril 2005

musée Dapper

35, rue Paul-Valéry, 75116 Paris. Renseignements : www.dapper.com.fr

 

 

 

 

Dans le monde étrange de la beauté, il est un domaine particulier qui à la fois fascine et repousse : celui des tatouages et des scarifications. Le musée Dapper, à Paris, leur consacre une grande exposition qui, pour la première fois, montre non seulement des oeuvres africaines, mais également des objets venus d'Asie, d'Amérique latine et centrale et d'Océanie où, d'ailleurs, est né le mot tatau qui signifie « tatouage ». Signes du corps raconte, à travers les âges et jusqu'à nos jours, comment le langage s'écrit sur la peau et ce qu'il symbolise. 
Les pièces présentées, éclectiques, rappellent que la peinture du corps, qu'elle soit éphémère ou indélébile, est une pratique universelle et surtout intemporelle. On ne peut savoir avec précision quand est apparu ce phénomène, mais la plus ancienne représentation d'un corps tatoué est une peinture rupestre, la Dame blanche, ou Déesse à cornes, datant d'environ 6 000 à 7 000 ans avant Jésus-Christ, retrouvée dans le Tassili N'Ajjer, dans le Sahara algérien. À l'autre extrémité de l'échelle du temps, c'est-à-dire aujourd'hui en 2004, se trouvent des hommes et des femmes comme ceux qu'a photographiés Alain Soldeville, dont les clichés sont exposés en parallèle. 

Les images choisies sont « parmi les moins dérangeantes », affirme Christiane Falgayrettes-Leveau, directrice du musée. Elles sont pourtant bouleversantes. Si l'esprit contemporain a fini par admettre, au vu des statuettes anciennes, que des peuples aient pu bâtir leurs repères esthétiques sur les mutilations corporelles, il se révolte encore à l'idée que quelques Occidentaux, une infime minorité, puissent se construire une identité en modelant leur corps. 
C'est pourtant le cas et ils s'en expliquent. « Mon nouveau corps est avant tout une oeuvre dédiée à la vie, dont le message est le pouvoir d'évolution, la possibilité de remise en question », écrit en marge de sa propre image l'un des modèles, Lukas Zpira, lui-même tatoueur professionnel. Son front est orné d'une crête d'épingles implantées dans le derme. Trois longues lignes courbes de signes chinois sont tracées autour de son oreille droite. On devine qu'il y a autre chose, d'autres marques restées hors de l'objectif, mais qui n'en sont pas moins effrayantes dans leur invisible réalité. 

Oui, le tatouage inquiète, que l'on soit africain, européen ou américain, car il y a belle lurette que les religions du Livre sont passées par là, rendant tout ornement corporel en principe interdit. Un tabou s'est constitué en Occident, brisé d'abord par les bagnards, les matelots et les soldats, puis, plus tard, par une frange de la classe ouvrière qui s'en est emparée comme d'un signe de virilité. Depuis la fin des années 1980, ces marques d'excentricité ou de révolte ont changé de statut et se sont diversifiées. Le piercing (perforation de la peau), le branding (inscription faite au fer rouge ou au laser), la lacération, la fabrication de cicatrices en relief, le stretching (agrandissement des trous du piercing) et les implants sous-cutanés ont fait leur apparition. Leur signification renoue avec celles qu'en ont données les sociétés traditionnelles. « Mes modifications sont des stigmates : des vecteurs de sens. [...] Désormais, je change et me mute par style, par amour du beau », explique Ariane, dont les cicatrices d'implants forment de larges volutes sur les cuisses. 

Les sociétés traditionnelles ont évolué différemment. Nombreuses sont celles qui sont parvenues à maintenir leurs coutumes à travers les âges. Le très beau catalogue édité par Dapper en support à Signes du corps montre l'étonnante similitude physique des hommes au visage tatoué d'aujourd'hui avec les statuettes et les masques sculptés par leurs ancêtres au cours des siècles passés. C'est le cas, par exemple, des habitants de Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui ont su transmettre de génération en génération un curieux savoir-faire, ou plus exactement un savoir-écrire. L'interaction entre art plastique et « art corporel » démontre l'importance de l'un comme de l'autre dans l'art de vivre contemporain et - les ethnologues s'interrogent - dans la cosmogonie de ces peuples. La mondialisation et l'uniformisation de la culture n'ont pas encore atteint certains recoins de la planète. 

Cette similitude se retrouve également dans le sens donné par les populations à leurs ornements. C'est la recherche du beau et, par extension, du séduisant qui revient sans cesse comme motivation première. L'un des mythes d'origine du tatouage aux îles Marquises n'évoque-t-il pas le surcroît d'érotisme lié à cette pratique ? Le dieu Tu, délaissé par son épouse, n'a dû le retour de l'infidèle qu'au tatouage de son corps entier. 

Au-delà de la séduction, les scarifications sont parfois des appels à la fécondité, comme le vieux sage dogon Ogotemmêli l'avait si bien expliqué, au siècle dernier, à l'ethnologue français Marcel Griaule (voir Dieu d'eau, éditions Fayard). Par extension, les signes tracés sur la peau sont devenus indices de statut social ou de famille, comme au Bénin ou au Togo. Ils peuvent avoir aussi vocation à protéger, à guérir ou à accroître l'invulnérabilité des guerriers. Dans ce registre se situe également la marque apposée lors des rites religieux de passage de l'état d'adolescent à celui d'homme. Il se crée ainsi une communauté de souffrance - ou plus exactement de résistance à la douleur - comme de destin entre membres d'un même groupe social ou culturel. 

On peut se poser la question : que peut-on endurer au nom de la beauté ou de l'individualisation ? « J'ai choisi mon tatoueur, écrit Wilfried, photographié par Soldeville. Son geste sûr n'est pour moi que douleur et beauté. Douleur infligée qu'il faut canaliser, aimer. » Le canon universel de la beauté inclurait donc non seulement le modelage du corps, mais aussi la souffrance, seul signe intérieur de cette recherche idéale d'un extérieur sublimé. 


Signes du corps, du 23 septembre 2004 au 3 avril 2005, musée Dapper, 35, rue Paul-Valéry, 75116 Paris. Renseignements : www.dapper.com.fr 

Valérie Thorin

 

SIGNES DU CORPS

Du 23 septembre 2004 au 3 avril 2005 

Aujourd’hui, les interventions sur le corps révèlent une personnalité que l’individu, homme ou femme, s’est choisie et façonnée.

Expressions d’une esthétique autre, d’un désir de liberté, du souci d’afficher une différence, les signes du corps, irréversibles ou non, témoignent aussi d’une manière de vivre et de dire sa relation au corps.

Au sein des sociétés dites traditionnelles, les transformations corporelles ont parfois atteint un haut degré de sophistication. Imposées et subies, elles traduisent également le positionnement de l’individu dans la société.

L'exposition regroupera une centaine de pièces appartenant à des cultures différentes (Afrique, Océanie, Amérique, Asie) et provenant de collections publiques ou privées. Les oeuvres - de la statuaire et des masques les plus élaborés aux ornements de nez ou d'oreille les plus épurés - témoignent des interventions sur le corps : tatouage, scarification, piercing… 

Les paroles du corps 

Georgia © Photo Alain Soldeville Georgia © Photo Alain Soldeville 

Photographies d’Alain Soldeville (première salle) 

Ceux qui assument en toute liberté, dans leur chair, des marques extrêmes ne s’attachent pas tant à reproduire des modèles «tribaux», qu’à se forger un corps idéal devenu, à leurs yeux, matière où s’exerce une pratique artistique des plus personnelles.

En partenariat avec RFO, des documentaires sur les arts du corps : Le tatouage, d’Anne Huri, et Tatoo ! de Brigitte Olivier, seront projetés tous les après-midi (sauf le mardi) à 14 h et le dimanche à 12 h. 

trouvé sur:  http://www.dapper.com.fr/expositions/en_cours.htm

Lire aussi sur l'expo à Bruxelles: Tatu-Tattoo et « Les cicatrices des scarifications me rendent plus africain.»

tatouages, bijou narcissique

Tatoos | tatouages | Tatu-Tattoo! | tribal tattoos

 

buy african masks
African masks from Known Collections

African Antiques Newsletter

Build Your Dream Collection !

I never thought I would receive so much information's about the African art world !
Free Newletter.
Subscribe today : 

Free African Art Authenticity Report
 

 

african art on facebookDear African Art Collectors,

Discover the African Art books I like or join me on facebook

African Antiques is the archive and not growing much anymore but still updated.

Visit African Art to join our free newsletter and read recent African Art News.

For the last news about  Tatouages you should join our African Art Club and become an insider of the African art market.

And if you are a collector of African Art, have a look at our exclusive African Art Collection for sale.

David Norden


Mail David Norden
Sint-katelijnevest 27
ANTWERPEN-Belgium

Any questions?
Call us at +
32 3 227 35 40

african art | home | african art shop

In this section:
Start
Omhoog
Dapper Bresil
le Louvre
Smithsonian-Disney
Tatouages
Ethnologie Geneve
masques-Barbier-Mueller
Fondation Barnes
quai branly
musee de l homme
cultures jacobins toulouse
confluences Lyon
tresors exotiques
retour patrimoine
Tervueren sons Afrique
Zoo humain
Wamp Musees Afrique Ouest
Enquete sur le traffic d Art Africain 

African art books

The Tribal Arts of Africa

The Tribal Arts of Africa
Author: Jean-Baptiste Bacquart

more African Art books I like


read also : Start ] Dapper Bresil ] le Louvre ] Smithsonian-Disney ] [ Tatouages ] Ethnologie Geneve ] masques-Barbier-Mueller ] Fondation Barnes ] quai branly ] musee de l homme ] cultures jacobins toulouse ] confluences Lyon ] tresors exotiques ] retour patrimoine ] Tervueren sons Afrique ] Zoo humain ] Wamp Musees Afrique Ouest ] Enquete sur le traffic d Art Africain ]

Buy David Norden's African Antiques | AA group English | AA Français | Privacy & Earning disclaimer | Become our partner |  The African Antiques newsletter | African Art Club | facebook african art

 mail David Norden phone +32 3 227.35.40