african maskstatouages
Start ] Omhoog ] Afrik'Arts ] Art Africain - Galerie virtuelle ] Africa-Remix-Londres ] L’Afrique la France ] Pierre Verger ] cire perdue ] Grimaldi Forum ] Ecritures Africaines ] Girafes ] tresses africaines ] Chéri Samba ] Africalia-Dak'Art ] [ tatouages ] Ott Dusseldorf ] art contemporain africain ] esclavage ] Yambi ]

A fine Eastern Pende Panya-Gombe African mask. Coll.: David Norden

African Art books I like | Genuine African Masks

Le tatouage, bijou narcissique

trouvé sur LE MONDE | 18.07.06 | 

groupe de discussion sur l'Art Africain

Par amour pour l'Art Africain.

Librairie d'Art Africain
La sélection de David Norden.

Voir aussi Diamonds News

Le tatouage est considéré comme une "surenchère de l'apparence".

CATARINA-LEGRAND/GAMMA
tatouages

Un tatouage (...) est une amulette permanente, un bijou vivant qu'on ne peut enlever", écrit Michel Tournier, cité dans le Petit Robert. Dauphin, logo d'un groupe rock, dragon ou papillon : avec ces dessins imaginables à l'infini, le tatouage est devenu plus qu'une mode. Les footballeurs de la Coupe du monde, les mannequins lors des défilés et les vacanciers en tenue légère exhibent cette décoration de leur corps. "Le tatouage est dans l'air du temps. Il correspond à une surenchère de l'apparence, cela va avec la marchandisation du corps", analyse David Le Breton, professeur de sociologie à l'université Marc-Bloch de Strasbourg.

 

 

Colloque "L'adolescent et son corps" : organisé par le Fil santé jeunes, mardi 3 octobre 2006, à l'espace Reuilly, 21, rue Hénard, 75012 Paris. Tél. : 01-44-93-44-64.

A lire : Signes d'identité, tatouages, piercing et autres marques corporelles, par David Le Breton, éditions Métailié, 2002, 228 p., 18 euros. Acheter neuf : EUR 17,10.

Anthropologie du corps et modernité
Auteur : David Le Breton; Acheter neuf : EUR 10,45

Syndicat national des artistes tatoueurs (SNAT) : tél : 01-40-23-07-90 ou 01-69-92-93-36. www.s-n-a-t.org


Pour les chercheurs, cet engouement pour le tatouage, né dans les années 1970 avec une forte amplification vingt ans plus tard, n'a rien à voir avec les pratiques antérieures ou exotiques. Ces marques sur la peau étaient alors des signes d'appartenance à un groupe : religieux chez les Maoris, de pirates, d'anciens prisonniers ou de légionnaires. "Pour les générations les plus jeunes, le goût du piercing ou du tatouage est un mélange ambigu de revendication d'originalité et de soumission aux attitudes conformes d'une classe d'âge", poursuit M. Le Breton.

Ces "parures cutanées" correspondent d'abord à une volonté d'embellir le corps. "C'est une sorte de vêtement qu'on ne quitte pas. S'y mêlent la séduction, la provocation, la part d'estime de soi et l'inscription sociale", note Jean-Luc Sudres, psychologue, maître de conférences à l'université Toulouse-Le Mirail. Autant d'enjeux qui expliquent la variété des thèmes et le choix du moment où l'on décide de se faire tatouer. Néanmoins, il n'y a pas de code. Le tatouage n'est pas une manière d'afficher son appartenance à un groupe, à une tribu ou à un quartier.

En revanche, cet acte correspond souvent à un moment de la vie. Agréable ou douloureux : de la réussite à un examen à la disparition de son animal préféré. Ainsi, une femme plus que quinquagénaire s'est fait tatouer le portrait de son caniche après la disparition de celui-ci. Les adolescents le vivent souvent comme un rite de passage, une appropriation de leur corps. Agissant parfois sur une impulsion, ils le regrettent plus tard. Quant au lieu de l'inscription (creux des reins, haut de la cheville, épaule, il est au moins significatif de la volonté de discrétion et d'intimité qu'on veut lui donner.

"Beaucoup de personnes arrivent avec une idée de dessin et nous nous contentons de le reproduire sur la peau. Mais souvent les gens ne savent pas trop ce qu'ils veulent et nous dessinons pour eux", constate Tin-Tin, du Syndicat national des artistes tatoueurs (SNAT). Une "opération" qui peut durer entre dix minutes et cent cinquante heures, avec des interruptions de trois semaines pour le temps de cicatrisation.

Tout le monde n'est pas égal devant le tatouage, qui ressort mieux sur les peaux claires alors que les peaux sombres lui préfèrent les scarifications. "Les personnes qui se font tatouer ne semblent pas se poser la question de ce qui se passera avec le vieillissement de la peau. Il n'y a d'ailleurs pas d'étude sur ce thème", note M. Sudres.

Le tatouage a deux spécificités : il est douloureux à réaliser et indélébile, sauf à passer par une opération au laser, qu'il est préférable de faire sous contrôle médical. Certaines cliniques se sont spécialisées dans cette activité et les tatoueurs envoient vers elles ceux qui s'aperçoivent un peu tard qu'ils n'ont pas envie de garder toute la vie le symbole gravé dans leur chair.

 

AUTORISATION PARENTALE

 

"Lorsqu'on évoque la dangerosité, la difficulté à l'effacer et les risques d'allergies, certains y renoncent", constate Brigitte Cadéac, responsable de l'accueil téléphonique du Fil santé jeunes Ile-de-France. En outre, pour les mineurs, certains tatoueurs prennent la précaution de demander une autorisation parentale.

Enfin, le choix du "support" n'est pas indifférent. "Les psychanalystes ont repéré la peau comme quelque chose de particulier. Pour Freud, il s'agissait d'une projection du moi. Et les chercheurs qui ont travaillé sur la théorie de l'attachement font une relation entre la peau et la relation mère-enfant", note Nicole Péricone. Cette pédopsychiatre et psychanalyste, qui constate un développement des pathologies narcissiques, ajoute : "Cela correspond peut-être aussi au fait que lemot a perdu sa place reine dans la communication. Lorsque les gens se dessinent sur la peau, c'est qu'ils ont besoin de compléter quelque chose pour accéder à l'autre."

Si le tatouage et le piercing semblent être les modifications corporelles de notre époque, celles-ci ont toujours existé dans toutes les civilisations. Les pieds bandés des Chinoises, les lèvres déformées des femmes de certaines tribus africaines ou certains soins dentaires en font partie.

Françoise Chirot
eden34 : Le tatouage n'est pas que le signe d'un asservissement. Il est une marque d'appartenance à un groupe, aussi abstrait ce groupe puisse-t-il être. En tant que tel il peut constituer un symbole non dénué de sens et rattacher les individus à une tribu perdue, imaginaire. C'est une manière de palier à une désocialisation : ce qui fait parler un peu trop rapidement de narcissisme, comme si cette tendance émanait des individus eux-mêmes. C'est en fait l'exact contraire selon moi.

 

lire aussi:

 C'est écrit sur la peau Tatoos | TatouagesTatu-Tattoo! | tribal tattoos

buy african masks
African masks from Known Collections

African Antiques Newsletter

Build Your Dream Collection !

I never thought I would receive so much information's about the African art world !
Free Newletter.
Subscribe today : 

Free African Art Authenticity Report
 

 

african art on facebookDear African Art Collectors,

Discover the African Art books I like or join me on facebook

African Antiques is the archive and not growing much anymore but still updated.

Visit African Art to join our free newsletter and read recent African Art News.

For the last news about  tatouages you should join our African Art Club and become an insider of the African art market.

And if you are a collector of African Art, have a look at our exclusive African Art Collection for sale.

David Norden


Mail David Norden
Sint-katelijnevest 27
ANTWERPEN-Belgium

Any questions?
Call us at +
32 3 227 35 40

african art | home | african art shop

In this section:
Start
Omhoog
Afrik'Arts
Art Africain - Galerie virtuelle
Africa-Remix-Londres
L’Afrique la France
Pierre Verger
cire perdue
Grimaldi Forum
Ecritures Africaines
Girafes
tresses africaines
Chéri Samba
Africalia-Dak'Art
tatouages
Ott Dusseldorf
art contemporain africain
esclavage
Yambi 

African art books

The Tribal Arts of Africa

The Tribal Arts of Africa
Author: Jean-Baptiste Bacquart

more African Art books I like


read also : Start ] Afrik'Arts ] Art Africain - Galerie virtuelle ] Africa-Remix-Londres ] L’Afrique la France ] Pierre Verger ] cire perdue ] Grimaldi Forum ] Ecritures Africaines ] Girafes ] tresses africaines ] Chéri Samba ] Africalia-Dak'Art ] [ tatouages ] Ott Dusseldorf ] art contemporain africain ] esclavage ] Yambi ]

Buy David Norden's African Antiques | AA group English | AA Français | Privacy & Earning disclaimer | Become our partner |  The African Antiques newsletter | African Art Club | facebook african art

 mail David Norden phone +32 3 227.35.40