african maskstresors premiers doualas
Start ] Omhoog ] Palais-des-Festivals-Cannes ] Afrique-Monaco ] Livres d'Afrique à L'Unesco ] poulies ] Lisbonne ] biennale des antiquaires ] parcours des mondes ] [ tresors premiers doualas ]

A fine Eastern Pende Panya-Gombe African mask. Coll.: David Norden

African Art books I like | Genuine African Masks

Trésors premiers à Daoulas

Les poètes en avaient rêvé: Apollinaire, Breton et puis Senghor. Aujourd’hui il existe! C’est le "grand musée d’art exotique" d’Apollinaire, le "Musée imaginaire", le "musée sans murs". Après "Les mondes dogons" en 2002, "Les rêves d’Amazonie" et "Les masques d’Asie" en 2006, l’abbaye de Daoulas expose les arts premiers pour, selon le mot de Heidegger, "nous dépayser dans nos propres origines".

Une vision de poètes : Ecouter MP3  (clic droit enregistrer sous ..)


groupe de discussion sur l'Art Africain

Par amour pour l'Art Africain.

trouvé sur agoravox.fr  mardi 31 juillet 2007

Avec Rimbaud, dans Une saison en enfer, de 1889, naît le désir de retourner à l’état primitif dans l’art. Pourtant, Arthur ne part pas en quête du Graal de la civilisation africaine qu’il méprisera pour le seul commerce des armes. Son influence jouera néanmoins sur un poète africain, Léopold Sédar Senghor, qui se plaira à rappeler que Rimbaud avait proclamé sa volonté de se faire nègre, primitif, sauvage.

Apollinaire rêva d’un "grand musée d’art exotique", dès 1912, "qui serait à cet art ce que le Louvre est à l’art européen".

 Son rêve fut en partie exaucé Il annonçait en partie la création du musée du quai Branly.Léopold Sédar Senghor est l’inspirateur de l’actuelle exposition. 

Il aura fallu attendre le XXe siècle pour qu’un explorateur d’Afrique noire, l’Allemand Leo Frobenius, reconnaisse que le continent africain n’était pas que barbarie, mais que les hommes y avaient produit une civilisation. 

En 1936, Senghor s’exclame : "Mais quel coup de tonnerre, soudain, que celui de Frobenius !... Toute l’histoire et toute la préhistoire de l’Afrique en furent illuminées jusque dans leurs profondeurs." Trente années plus tard, et l’indépendance venue, Senghor créait le Festival des arts nègres conçu comme "la manifestation d’un humanisme du XXe siècle" qui réunirait la culture occidentale et la culture africaine pour la construction d’une civilisation réellement "universelle".

André Breton s’était constitué une sorte de caverne du surréalisme. Un poète d’aujourd’hui, Alain Jouffroy, s’en souvient. C’était un jour de juillet 1946 au Grand Hôtel d’Angleterre de Huelgoat (Finistère), Alain Jouffroy, poète et amateur d’art français (prix Goncourt 2006 de la poésie pour l’ensemble de son œuvre), rencontre par hasard André Breton qui influencera fortement sa carrière. Il passera en sa compagnie des après-midi à parler des rites et des fêtes des Indiens d’Amérique que le couple Breton a visités dans les réserves. De retour à Paris, il visitera la caverne d’André Breton riche d’œuvres du monde entier dont Breton voulait "s’approprier les pouvoirs". Le centre Pompidou a reconstitué un mur entier de l’atelier.

Infos Pratiques:  PRIMITIFS ?  

L'exposition a lieu du 25 mai au 18 novembre 2007 à L'Abbaye de Doualas pres de Brest en Bretagne 

21, rue de l'église - BP 34 - 29460 DAOULAS

Tél. 02 98 25 84 39 - Fax. 02 98 25 89 25

e.mail : abbaye@abbaye-daoulas.com

Internet : http://www.abbaye-daoulas.com

En voiture : Prendre la N165 (voie express) entre Brest et Quimper. Daoulas se situe à 20 km de Brest
et 50 km de Quimper.

En avion : Aéroport de Brest-Guipavas (Tél. 02 98 31 51 72) ou de Quimper-Cornouaille (Tél. 02 98 94 30 30),
puis prendre le bus ou le taxi jusqu'à Daoulas.

En train : Gare SNCF de Brest (Tél. 02 98 31 51 72) ou de Landerneau (Tél. 02 98 85 03 58), puis prendre le bus
ou le taxi jusqu'à Daoulas.

C’est finalement l’œuvre de Senghor, ses vues et ses visions, qui inspireront l’exposition "Primitifs ?" de Daoulas. Elle témoigne d’une convergence des arts, qui donne, selon le "poète-président" sénégalais Léopold Sédar Senghor, son sens et son unité à l’humanité.

L’intérêt de cette exposition :

Comme le disait la revue Marianne en juin 2006, "si les galeries du Quai Branly font la part belle aux masques Dogons (Mali) ou ceux du Sépik (Papouasie-Nouvelle Guinée), l’esthétique, la puissance énigmatique, la signification des masques asiatiques, elles, sont reléguées au second rang. À point nommé, une abbaye bretonne se propose de pallier ce manque." C’était à propos de l’exposition de 2006 "Les masques d’Asie".

Il existe d’autres raisons de visiter l’exposition. D’abord, il n’y a pas les trois heures de file d’attente du musée Branly. On peut en profiter pour admirer le cadre. L’abbaye date du XIIe siècle, époque dont subsiste un cloître roman, unique en Bretagne, pourvu d’une imposante vasque d’inspiration celtique destinée aux ablutions. Une fontaine et un oratoire du XVIe siècle et la maison conventuelle du XVIIIe siècle (non visitable) complètent ce bel ensemble.

Qu’y voit-on ?

L’exposition se compose de plus de 300 objets prêtés par de prestigieux musées (Quai Branly, Tervuren, Barbier Mueller, Louvre...) et des collectionneurs. L’exposition révèle les parentés entre les objets usuels et de cultes de ces peuples lointains avec les œuvres bretonnes ou celtes. Elle se décline en thèmes : le couple, l’homme et les siens, l’homme dans son milieu, l’homme et la mort, dieux et démons, le jeu, le besoin de créer de l’art. À travers ces thèmes se dessine une image de l’homme dans ses rapports avec lui-même et avec le monde

Renseignements pratiques :

L’Abbaye de Daoulas, dont la renommée a dépassé nos frontières grâce aux expositions qu’elle présente chaque année, est située au sud de Brest.

Liens :

Site de l’abbaye de Daoulas : présentation de l’exposition.

Une bibliographie ici.

Une idée des prix des oeuvres d’arts premiers pour ne pas se faire escroquer

« Masques ! Ô Masques !
Masque noir masque rouge, vous masque blanc - et noir -
Masques aux quatre coins d’où souffle l’Esprit
Je vous salue dans le silence. »
          (Prières aux masques, Léopold Sédar Senghor)

Illustration : Statue Grand Nok. Nigeria. Terre cuite. Coll. Part. - © J. Vigne.

 

buy african masks
African masks from Known Collections

African Antiques Newsletter

Build Your Dream Collection !

I never thought I would receive so much information's about the African art world !
Free Newletter.
Subscribe today : 

Free African Art Authenticity Report
 

 

african art on facebookDear African Art Collectors,

Discover the African Art books I like or join me on facebook

African Antiques is the archive and not growing much anymore but still updated.

Visit African Art to join our free newsletter and read recent African Art News.

For the last news about  tresors premiers doualas you should join our African Art Club and become an insider of the African art market.

And if you are a collector of African Art, have a look at our exclusive African Art Collection for sale.

David Norden


Mail David Norden
Sint-katelijnevest 27
ANTWERPEN-Belgium

Any questions?
Call us at +
32 3 227 35 40

african art | home | african art shop

In this section:
Start
Omhoog
Palais-des-Festivals-Cannes
Afrique-Monaco
Livres d'Afrique à L'Unesco
poulies
Lisbonne
biennale des antiquaires
parcours des mondes
tresors premiers doualas 

African art books

The Tribal Arts of Africa

The Tribal Arts of Africa
Author: Jean-Baptiste Bacquart

more African Art books I like


read also : Start ] Palais-des-Festivals-Cannes ] Afrique-Monaco ] Livres d'Afrique à L'Unesco ] poulies ] Lisbonne ] biennale des antiquaires ] parcours des mondes ] [ tresors premiers doualas ]

Buy David Norden's African Antiques | AA group English | AA Français | Privacy & Earning disclaimer | Become our partner |  The African Antiques newsletter | African Art Club | facebook african art

 mail David Norden phone +32 3 227.35.40