african masks

A fine Eastern Pende Panya-Gombe African mask. Coll.: David Norden

African Art books I like | Genuine African Masks

Vol Culture Niger


groupe de discussion sur l'Art Africain

Par amour pour l'Art Africain.

Les autorités sont-elles conscientes du vol des pièces archéologiques?

Les vols et la sortie frauduleuse des objets d'art se multiplient au Niger dont les autorités ne semblent pas prendre la mesure exacte des conséquences pour l'avenir du patrimoine culturel de ce pays d'Afrique de l'ouest.

Google  

need a translator ?

NIAMEY, 29 jan (IPS) - Ousseini Issa

Ce samedi, 29 janvier, la douane française a intercepté, à l'aéroport de Roissy à Paris, 845 objets d'art anciens provenant du Niger, dont certains sont des pièces de dinosaures. Les autorités françaises ont promis, dans une déclaration publique parvenue à Niamey, la capitale nigérienne, de restituer ces pièces à leur pays d'origine dès qu'elles seront expertisées.

Avant cela, quelque 5.620 autres pièces archéologiques, en provenance du nord du Niger, attendaient d'être restitués aux autorités nigériennes par la France. Pesant environ 25 kilogrammes, ces objets avaient été saisis sur un individu à l'aéroport de Paris, en mars 2004. Ils comprennent des pointes de flèches et des pièces du facial lithiques (taillées dans la pierre). Ils dateraient de la préhistoire, selon des archéologues nigériens.

Le chef du département d'archéologie à l'Institut de recherches en sciences humaines (IRSH) basé à Niamey, Omar Amadou, déclare à IPS que la valeur marchande des pièces saisies en France n'est pas encore rendue publique.

''Pour nous autres spécialistes, ces objets n'ont pas de valeur marchande, ils font partie de notre patrimoine. Mais le trafiquant, lui, peut en tirer plusieurs millions de francs CFA'', ajoute Amadou.

Selon le conservateur du Musée national à Niamey, Mamadou Kelessi, ce n'est pas la première fois qu'une aussi importante saisie de pièces archéologiques s'opère. ''Vingt-cinq statuettes d'une valeur de plus de 4,5 millions de FCFA (environ 9.000 dollars) ont été saisies, en 1998, sur un individu à l'aéroport de Niamey'', rapporte-t-il à IPS.

''Mais malheureusement, ces statuettes ont mystérieusement disparu. Quant à l'individu, il a recouvré sa liberté après seulement quelques mois de prison'', ajoute Kelessi à IPS, déplorant le laxisme des décideurs par rapport à l'application des textes de loi.

Pour Kelessi, ''le non-respect des textes de loi pénalise tous les secteurs d'activité au Niger. Et cela a développé la culture de l'impunité dans le pays''.

Selon un sociologue nigérien qui a requis l'anonymat, ''les autorités du pays sont quotidiennement confrontées à de nombreux autres problèmes de développement réel liés à l'éducation des enfants et à la santé des populations pour se fixer sur la protection des objets anciens''.

La saisie de mars 2004 à Paris, qui avait été fortement médiatisée par la presse française, avait suscité, à l'époque, la réaction des enseignants et chercheurs de l'enseignement supérieur du Niger qui ont demandé à l'Etat nigérien de tout mettre en œuvre pour faire revenir les pièces dans leur pays d'origine.

A la direction du patrimoine et des musées au ministère de la Culture, des Arts et de l'Information, ainsi que les autorités rassurent que la procédure est en cours pour la restitution de ces objets et le transfert du trafiquant.

Selon le chef de département d'archéologie, le trafiquant serait d'origine malienne, mais il affirme ne pas disposer d'informations sur son nom et son âge. La police judiciaire nigérienne, pour sa part, n'a pas voulu en dire plus, pour l'instant, à cause de l'instruction en cours en France.

D'après les archéologues, le trafiquant est un connaisseur de la valeur des objets archéologiques sur le marché occidental, et il aurait l'habitude d'opérer sur le territoire nigérien. ''Il ne serait pas à son premier coup'', a dit Amadou à IPS.

''L'affaire est en instruction en France et il n'y a aucun problème; ces objets frauduleusement sortis de notre pays vont revenir. Ici, au niveau national, l'Etat du Niger a déposé une plainte auprès de la police judiciaire afin que le trafiquant, une fois transféré, soit remis à la justice nigérienne pour qu'il réponde de son forfait'', a déclaré à IPS, Ali Bida, le directeur du patrimoine et des musées.

Une loi de juin 1997 édicte les conditions de protection, de conservation et mise en valeur du patrimoine culturel nigérien. Dans le registre des pénalités, cette loi prévoit notamment des amendes allant de 400 dollars et 16.000 dollars, assorties de peines d'emprisonnement d'un mois à deux ans.

Devant l'incapacité des services compétents à assurer leur protection, les sites archéologiques font l'objet d'un pillage sans précédent ces dernières années au Niger, selon des spécialistes.

''Cette incapacité est liée à l'insuffisance de moyens humains et matériels dont disposent les services techniques face à l'étendue du territoire du Niger qui couvre une superficie de 1.267.000 kilomètres carrés'', a expliqué Bida à IPS.

Pour Boubé Adamou, archéologue à l'IRSH, la protection insuffisante des sites met en péril le patrimoine archéologique nigérien. ''Tous les sites archéologiques qui sont connus ne sont pas à l'abri de pillage. A Boura, par exemple, sur la centaine de sites archéologiques que j'ai pu visiter, un seul a été à l'abri du pillage'', déplore-t-il à IPS.

Boura est un village situé à environ 200 kilomètres à l'ouest de Niamey, qui est devenu célèbre grâce à ses sites où d'importantes découvertes archéologiques ont été faites.

Sur l'un des sites qui serait habité entre le 2ème siècle avant Jésus Christ et le 13ème siècle, selon les archéologues nigériens, deux statuettes en terre cuite (une grande et une petite) dénommées ''Les cavaliers de Boura'', ont été découvertes en 1985. La valeur marchande de la grande statuette avoisinerait les 120.000 dollars en Occident, selon des spécialistes.

Pour les archéologues nigériens, la découverte de ces deux statuettes est importante en ce sens qu'elle apporte un éclairage nouveau sur la période d'occupation de la vallée du Niger par des populations. Elles permettent également de comprendre que les gens de l'époque maîtrisaient un savoir-faire technique pour fabriquer les instruments dont ils avaient besoin pour organiser leur vie.

En outre, ont souligné les archéologues, ces découvertes remettent en cause certaines données historiques sur le processus de peuplement du continent africain.

Ces découvertes ont fait l'objet de plusieurs publications et donné lieu à une exposition itinérante intitulée ''Vallée du Niger'', qui a sillonné plusieurs pays de l'Afrique de l'ouest et des musées occidentaux, entre 1992 et 1998, explique Adamou à IPS.

Pour Adamou, le pillage systématique des sites découle de la pauvreté ambiante et de l'ignorance. ''Ce sont les populations rurales, qui côtoient généralement les sites, qui s'adonnent à leur pillage pour vendre les objets. Ils ont des clients qui sont des commerçants d'objets d'art ou souvent même des touristes de passage'', affirme-t-il.

Selon la Stratégie de réduction de la pauvreté adoptée par le gouvernement du Niger en 2002, 63 pour cent des Nigériens vivent en dessous du seuil de pauvreté, avec moins d'un dollar par jour.

Lawan Amadou Arafat, un commerçant d'objets d'art à la devanture d'un hôtel de Niamey, confirme à IPS, sans aucune inquiétude : ''Nous avons de fournisseurs dans les différentes régions du pays. Quand ils trouvent des objets, ils descendent à Niamey pour nous les proposer. Et souvent aussi, c'est nous qui leur passons des commandes précises''.

D'après l'archéologue Adamou, les paysans écoulaient localement la pièce d'objet d'art, selon sa nature et son importance, entre cinq cents US et 1,50 dollar environ dans les années 1990, au Niger. Depuis 2000, le prix de la pièce varie entre 70 dollars et 400 dollars. Et dans la sous-région, la même pièce est revendue souvent à plus de 1.000 dollars.

''Au début, les populations rurales ne saisissaient pas l'importance des objets. Mais avec le temps, elles se sont progressivement rendu compte que ceux qui venaient les acheter les revendaient plus chers en fonction de la nature et de l'ancienneté de la pièce trouvée'', explique Adamou.

Les archéologues affirment ne pas disposer de statistiques sur les objets d'art qui sortent frauduleusement du Niger chaque année pour évaluer les pertes.

Ils estiment malheureusement que le trafic des objets archéologiques prospère au Niger à cause notamment de la non-application de la loi. ''Si les textes étaient rigoureusement appliqués, nous n'assisterions pas à ce pillage de nos sites archéologiques, auquel nous assistons aujourd'hui'', affirme Amadou.

''Si dans le domaine de l'archéologie, les textes ne sont pas rigoureusement appliqués au Niger, je pense que c'est tout simplement dû au fait que les décideurs politiques ne saisissent pas toute l'importance de la recherche pour un pays'', déclare Amadou.

 

Devant ce handicap, les archéologues ont décidé de miser sur la sensibilisation des populations locales et la formation au profit de différents groupes cibles pour leur expliquer l'importance de la valeur culturelle de ces objets historiques pour l'éducation des enfants sur le passé de leur pays, mais également pour les touristes étrangers.

''Nous avons organisé plusieurs sessions de formation au profit des forces de défense et de sécurité, qui ont en charge la surveillance du territoire, sur le trafic des biens culturels'', assure Bida. Plusieurs ateliers se sont déroulés entre 1996 et 2003 sur ''l'importance des biens archéologiques et leur identification''.

Pour Adamou, ''C'est la pauvreté et l'appât du gain facile surtout qui poussent les populations à s'adonner au pillage des sites. Quand le paysan se rend compte que la vente de quelques pièces peut rapporter plus que trois mois de travaux champêtres, il préfère s'adonner à la fouille''.

''C'est pour cela qu'il est difficile de parvenir à éradiquer totalement le phénomène'', dit-il.

Selon les spécialistes nigériens, la fraude des objets archéologiques africains prend de l'ampleur à cause d'un certain ''laisser-faire des pays occidentaux parce qu'ils connaissent, mieux que les populations africaines, la valeur des objets archéologiques qui sont mis en vente chez eux'', affirme Bida à IPS.

Le Mali, qui est un pays voisin du Niger, est également victime de ce trafic de pièces d'art.

Lire aussi Traffic D'Afrique et Saisies Archeologie

trouvé sur http://www.ipsnews.net/fr/interna.asp?idnews=2518

buy african masks
African masks from Known Collections

African Antiques Newsletter

Build Your Dream Collection !

I never thought I would receive so much information's about the African art world !
Free Newletter.
Subscribe today : 

Free African Art Authenticity Report
 

 

african art on facebookDear African Art Collectors,

Discover the African Art books I like or join me on facebook

African Antiques is the archive and not growing much anymore but still updated.

Visit African Art to join our free newsletter and read recent African Art News.

For the last news about  you should join our African Art Club and become an insider of the African art market.

And if you are a collector of African Art, have a look at our exclusive African Art Collection for sale.

David Norden


Mail David Norden
Sint-katelijnevest 27
ANTWERPEN-Belgium

Any questions?
Call us at +
32 3 227 35 40

african art | home | african art shop

In this section:
 

African art books

The Tribal Arts of Africa

The Tribal Arts of Africa
Author: Jean-Baptiste Bacquart

more African Art books I like


read also :

Buy David Norden's African Antiques | AA group English | AA Français | Privacy & Earning disclaimer | Become our partner |  The African Antiques newsletter | African Art Club | facebook african art

 mail David Norden phone +32 3 227.35.40