Les fables de Pitje Schramouille
Par Roger Kervyn de Marcke ten Driessche

Editions Labor - Collection Espace Nord

Les fables de Pitje Schramouille

C'est un véritable plongeon dans l'univers des bons vieux quartiers bruxellois que nous propose Roger Kervyn de Marcke ten Driessche avec ses fables tendres et humoristiques des "ketjes" des Marolles. A la lecture de l'histoire du "paon qui faisait d'l'esbrouf in jour dans le parc Josaphat", ou celle de Suske Maboul qui "avait acheté cent bouteilles de kriek, mo de l'extra-kriek zelle", de Tich "le p'tit là qui vend des fleurs" ou Jef Muys qui "avait mill' francs d'caché, dans in trou en d'sous d'el planché", on hume l'air des rues, le parfum pittoresque et populaire d'un Bruxelles oublié et presque disparu.

On découvre cette langue si particulière qui ne se trouve dans aucun dictionnaire. Un langage qui résiste à toute méthode classique d'apprentissage. Même le dernier Assimil, le bruxellois de poche, n'arrive pas à déceler toutes les finesses de ce parler si particulier qui se transmet oralement et s'apprend dans les rues. Bien plus qu'un patois, le bruxellois est un art de vivre et exprime une vision du monde un peu rebelle, à la manière des irréductibles gaulois.

C'est un peu de tout cela qu'on s'approche à la lecture des fables de Pitje Schramouille. On se délectera aussi de "La lettre de madame Bollemans" rajoutée en fin d'ouvrage, qui invite son avocat en ces termes : "Vous fairez moi plèsir si vous viendriez une fois boire une tasse de cafè avec votre Dame et des couques au beurre."

Une telle invitation ne se refuse pas!

Rédacteur: Kitti