Halanzy Online: Historique du village


Le texte qui suit est un extrait de l'ouvrage "Histoire(s) d'Halanzy" de Maurice Bon.

Halanzy est borné au Nord par le village de Rachecourt et le village de Battincourt, à l'Est par la section d'Aix-Sur-Cloie et le village d'Aubange, au Sud par la ville de Longwy (France) et à l'Ouest par la commune de Musson.

Halanzy est séparé de la France par un prolongement de la Forêt Noire. Il est arrosé par le petit ruisseau de la Batte, qui a sa source à Battincourt, par le petit ruisseau formé de la source d'eau minérale (Aubée) et par une autre source qui sort de bois frontière (France).

Le bois communal renferme de la pierre de taille qui était très recherchée pour son beau grain, sa bonne qualité et du minerai de fer (la minette).

Quelques curiosités et quelques monuments restent à signaler : l'église, sa chaire à prêcher à la sculpture riche, ses lambris de choeur sculptés en plein chêne, ses deux reliquaires de 1737 : Sainte Catherine et Sainte Christine, sa vieille croix du XVIIe siècle.

L'église fut construite, adjudicative en 1844 pour 22.393,43 Frs. On en a conservé les anciens autels, boiseries du choeur, chaire à prêcher (1718), un confessionnal, ses vitraux de 1896 et son orgue de 1891.

Les sentiers touristiques mènent au "Bois Haut", d'où le paysage est magnifique, à l'Ermitage Saint-Rémy, à la côte du Chalet, le "Haut de la justice" avec ses anciennes minières du XVI" siècle.

Selon l'étymologie populaire, Halanzy devrait son nom à une source d'eau ferrugineuse qui a des propriétés purgatives. Des étrangers ayant entendu parler de cette eau pour la première fois ont dit en patois: "Allans-y" ce qui signifie: "Allons-y".

D'après la légende, Hattincourt serait le nom primitif du village, Il n'y à guère, certains habitants nommaient encore la place de l'Aubée: le trou d'Hattincourt et plus récemment: le trou.

Cette source d'eau ferrugineuse (eau bée ou eau baie) rougissait tout où elle passait. A la source se trouvait une fontaine, actuellement démolie mais le quartier a gardé le nom d'Aubée. Cette eau ferrugineuse possédait certaines propriétés curatives et les personnes malades des environs venaient en boire. Elles disaient alors dans le patois du pays: "Allans-y". Cette étymologie est d'ailleurs parfaitement farfelue.

Dans le dictionnaire des communes belges de 1870, on lit: Halanzy: voir Holdang et Holdingen (équivalents germaniques de Halanzy). Il ne faut pas perdre de vue que notre village, ainsi que Rachecourt ne sont devenus gaumais que depuis peu (bien qu'il soient tous deux, contestés dans les limites de la Gaume). Et curieusement, Halanzy et Rachecourt étaient plus allemands que Battincourt et Aix-Sur-Cloie. Il est quand même assez surprenant qu'en 1870, Halanzy soit répertorié sous son appellation allemande.

Ouvrons une parenthèse et notons qu'à cette époque, Athus était un hameau de 200 habitants, faisant partie de la commune d'Aubange....

Origine et fondation

Les données actuelles ne permettent pas de fixer l'origine du village ni de la date de sa fondation.

On a prétendu que la place de l'Aubée, appelée autrefois "le Trou Hattincourt" et plus récemment "le Trou" était l'origine d'Halanzy.

Quoi qu'il en soit, on a découvert au lieu-dit "le trou du Beau-Bois", enfouis sous une épaisse couche de terreau des "fonds de hutte ou mardelles". Ces habitations ne se traduisaient à la surface du sol que par une toiture cônique faite de chêneaux entrecroisés et recouverte de branchages et de gazon. Une rampe était aménagée pour permettre l'accès à l'intérieur par une porte fermée au moyen d'une peau de bête. Bien souvent ces habitations souterraines étaient prévues pour abriter des familles apparentées. Rien ne permet de prouver que cet emplacement n'était pas occupé de temps à autre par des tribus nomades ou au contraire par une population autochtone.

Voici donc quel pouvait être l'aspect du "Trou du Beau-Bois" 4000 ans avant notre ère.

Lors de l'arrivée des légions romaines en Gaule, ce genre d'habitation était encore utilisé.

De l'occupation romaine, il reste "la villa romaine" édifiée au "Fays" et qui couvrait la surface d'un "ban de billage" ainsi que les anciennes voies de communication partant du Titusberg (Rodange) vers Virton et Montmédy.

Une première invasion des troupes germaniques au 3e siècle, détruisit une grande partie de la civilisation gallo-romaine. La région fut dévastée et la ville d'Arlon fut complètement détruite.

La deuxième invasion des Francs en 406 laissa des traces au lieu-dit "Bouslincourt" (on pense également que c'est à cette époque que fut rasée la villa romaine du "Fays").

En effet en 1880, on découvrit presqu'à fleur de terre, dans un champ appartenant à M. Bernard Meunier, le tombeau d'un guerrier franc de très grande taille. A côté du squelette se trouvait encore le glaive, mais celui-ci, rongé par la rouille, s'effrita au toucher.

Quelques années plus tard, M. Jean-Baptiste Mathieu mit plusieurs tombes à jour avec le soc de sa charrue.

Ces découvertes ne prouvent cependant pas l'identité des premiers habitants du village. Il est probable qu'on ne le saura jamais.


L'histoire d'Halanzy et des environs vous intéresse?
Souhaitez-vous acquérir l'ouvrage "Histoire(s) d'Halanzy" de Maurice Bon?
Pour toute information:
pick@halanzy.be


menu - photos - cartes - infos - histoire - vues d'avion - anc. photos - mine - chorale - gsm - livre d'or - bannieres - liens