Quand un des tiens a le cancer

Un guide pour les jeunes

document fourni à titre informatif avec l'autorisation de la Société Canadienne du cancer

Introduction

Le cancer et la famille

Peut-on guérir ?

Une approche positive

Se renseigner

C'est quoi, le cancer?

Ce n'est pas contagieux

Le traitement du cancer

La chirurgie

Les effets secondaires de la chimio

La radiothérapie

Les effets secondaires de la radiothérapie

Les effets secondaires: quoi faire?

En apprendre plus

Lire sur le cancer

Utile à savoir

Sais-tu que ...

Le vocabulaire du cancer

Le vocabulaire des traitements

Les spécialistes du cancer

À qui parler?

N'oublie pas !!

Remerciements

Liens

 

Introduction

Quand le cancer frappe une famille, la vie de tous ses membres est modifiée.  Un peu ou beaucoup, ça dépend.  Si un de tes proches (père, mère, frère ou sœur) souffre du cancer, ça implique bien des choses pour toi aussi.  Il y a divers facteurs déterminants :

*  Qui est la personne atteinte de cancer

*  Le type de cancer et la méthode de traitement qui a été choisie

*  Ton âge

*  Si tu peux compter sur l’appui d’amis ou d’autres membres de ta famille

*  Si tu vis avec tes deux parents ou avec un seul

*  Si tu as des frères et des sœurs à la maison, et s’ils sont plus vieux ou plus jeunes que toi

*  Si la personne qui est atteinte de cancer doit aller dans une autre ville ou une autre province pour recevoir ses traitements, et si tu peux lui rendre visite ou lui parler pendant ses absences

*  Si la personne malade doit rester à l’hôpital pendant une longue période de temps

*  Si la personne atteinte de cancer se sent plutôt mal, ou plutôt bien malgré tout

*  Si tes parents sont capables de répondre à tes questions sur le cancer

*  Si tes parents sont capables de parler du cancer avec toi, ou s’ils évitent le sujet

*  Si toi tu es capable de parler du cancer ou si tu évites le sujet

*  Si tes amis sont au courant de la situation et s’ils ont bien réagi

Tous ces facteurs sont importants – et toi seul sais à quel point le cancer a affecté ta vie.  Il n’existe pas de dépliant-miracle qui puisse répondre à toutes tes questions et faire disparaître les moments difficiles. 

Cette brochure peut t’aider à bien saisir ce qu’est le cancer et comment on le soigne.

Tu pourras alors mieux comprendre les changements qui affectent ta propre vie :  ce n’est pas facile de comprendre et de faire face à toutes ces émotions que tu éprouves envers le cancer lui-même et envers la personne qui en est atteinte.

Retour au début


Le cancer et la famille

Toute maladie affecte la vie familiale pendant un certain temps.  Par exemple, si ton père ou ton frère a la grippe, son rôle au sein de la famille sera modifié :  il participera moins aux activités familiales, il sera davantage le centre d’attention et tu devras peut-être donner un coup de main supplémentaire à la maison pour compenser.  La plupart du temps, cette situation dure quelques jours et tout revient ensuite à la normale.

Le cancer, c’est différent.  Les traitements sont très particuliers et le patient doit souvent aller à l’hôpital.  L’inquiétude règne.  Toute la famille est inquiète, à la fois pour le malade et pour les autres.  Le cancer, c’est grave et on est tourmenté de ne pas savoir avec certitude si la personne atteinte va guérir ou non.

Chacun réagit différemment.  Certains éprouvent de la peur ou de la colère devant les changements qui leur sont imposés par les circonstances.  La fatigue peut jouer un rôle, tout comme la crainte de l’avenir.  Les gens sont tendus, nerveux, difficiles d’approche :  c’est l’effet de l’inquiétude qui les habite.

D’autres font comme si de rien n’était :  si tu es d’un type plus émotif, tu te demanderas peut-être parfois s’ils sont indifférents envers la personne malade.

Il ne faut jamais oublier que la réaction de chacun est différente.  Si l’attitude d’un membre de la famille te choque, essaie d’en discuter avec lui.  Tu pourras peut-être mieux comprendre pourquoi il réagit de cette façon.

Retour au début


Peut-on guérir du cancer ?

Beaucoup de gens pensent qu’une personne atteinte de cancer va nécessairement en mourir.  Il y a bien sûr des décès mais il y a plus de patients qui survivent que jamais auparavant.

Les traitements provoquent parfois une rémission.  Une rémission, c’est quand on ne trouve plus aucun signe de cancer.  Cette situation peut durer pendant des mois, des années … parfois pendant si longtemps qu’on considère le patient comme guéri.

Mais il arrive aussi que le cancer revienne :  c’est ce qu’on appelle une récidive.  On recommence alors les traitements, dans l’espoir de provoquer une autre rémission.

Tu veux savoir si « ton patient » va guérir du cancer.  Cela dépend d’une multitude de facteurs et il n’existe pas de brochure qui puisse tout expliquer.

Si tu veux avoir des renseignements sur l’état de la personne malade, la meilleure chose à faire, c’est de poser carrément la question à un adulte qui est au courant de la situation ou à un intervenant qui travaille auprès des patients atteints de cancer (par exemple à un médecin, à une infirmière ou à une travailleuse sociale de l’hôpital où « ton patient » reçoit ses traitements).

Mais personne ne pourra te dire pourquoi un membre de ta famille a été touché par le cancer ni faire des prédictions pour l’avenir :  ils peuvent seulement t’aider à mieux comprendre et à mieux vivre le présent.

Garde en mémoire les mots recherche scientifique.  Il se fait énormément de recherche partout dans le monde et les méthodes pour soigner le cancer s’améliorent constamment.


Retour au début

Une approche positive :  se renseigner sur le cancer

Renseigne-toi sur le type de cancer dont souffre le malade qui t’est proche et sur le traitement qui a été choisi :  c’est une excellente façon de comprendre ce qui se passe.

Il y a plus de 100 types différents de cancer et chacun a son traitement approprié.  Mais certains types de cancers réagissent bien à plusieurs traitements, ce qui revient à dire que deux personnes souffrant du même cancer peuvent recevoir des traitements différents.

L’âge du patient, le fait que le cancer se soit ou non propagé à d’autres endroits du corps et l’opinion du médecin traitant déterminent le choix d’une méthode de traitement.

Le traitement est dispensé en suivant un plan élaboré à l’avance.  Pourtant, même si deux personnes souffrant du même type de cancer reçoivent le même traitement, cela ne veut pas dire que les résultats seront identiques.

Si tu entends parler de quelqu’un qui a le même type de cancer que la personne qui te tient à cœur et qui reçoit les mêmes traitements sans en obtenir de bons résultats, il ne faut pas sauter aux conclusions et croire que le traitement va être un échec.

Rappelle-toi :  personnes différentes veut dire réactions différentes.


Retour au début

C’est quoi, le cancer ?

Le terme cancer désigne un groupe de maladies.  Chacune de ces maladies a son propre nom (cancer du poumon, par exemple, ou cancer du sein, ou encore leucémie), son traitement approprié et ses chances de guérison.  Chaque type de cancer est particulier de bien des façons mais tous les cancers, quel que soit l’endroit du corps où ils se trouvent, sont des maladies qui s’attaquent aux cellules.

Le corps humain est formé de millions de cellules minuscules qui ne sont visibles qu’au microscope.  Il existe toutes sortes de cellules (cellules des poils, de la peau, du sang) mais elles ont une chose en commun :  elles se divisent toutes en deux pour former de nouvelles cellules.  C’est ainsi que les vieilles cellules usées sont remplacées par de nouvelles cellules bien vigoureuses.

Ce qui se passe quand quelqu’un a le cancer, c’est qu’une cellule se modifie et ne fait plus le travail qu’elle devrait faire dans l’organisme.  Quand cette cellule modifiée se divise pour se reproduire, elle crée d’autres cellules qui lui ressemblent, c’est-à-dire des cellules qui ne sont pas normales.

Ces nouvelles cellules se subdivisent à leur tour et en fin de compte, toutes ces cellules anormales envahissent l’organisme et détruisent les cellules et les tissus normaux.

Un groupe de cellules qui se reproduit au point d’envahir les cellules normales s’appelle une tumeur.  On retrouve deux types de tumeurs :  les tumeurs bénignes et les tumeurs malignes.

Les tumeurs bénignes ne sont pas cancéreuses.  Les cellules qui composent une telle tumeur peuvent envahir les cellules normales mais elles ne peuvent pas se répandre dans d’autres parties du corps.

Une tumeur maligne, c’est un cancer.  Elle diffère de la tumeur bénigne parce qu’elle a la capacité de se répandre ailleurs dans l’organisme.  Une ou plusieurs cellules malignes se détachent de la tumeur et se déplacent vers d’autres parties du corps, en voyageant le plus souvent dans le sang. 

Elles se fixent, se divisent et créent de nouvelles tumeurs composées de cellules malignes identiques à celles qui composaient la première tumeur.  C’est ce qu’on appelle des métastases.

Retour au début


Le cancer n’est pas contagieux

On n’attrape pas  le cancer par contagion comme la varicelle ou la grippe.  Il n’y a aucun danger à se rapprocher d’une personne souffrant de cancer ou à boire dans son verre.  C’est prouvé par la recherche scientifique :  on ne peut pas attraper le cancer d’une autre personne.

Même si le cancer n’est pas contagieux, tu te demandes peut-être si le fait qu’un membre de ta famille soit atteint signifie que toi aussi, tu vas être atteint.  Au lieu de t’inquiéter, parles-en à tes parents ou au médecin.  Ils te diront que le cancer ne frappe pas tous les membres d’une famille et tu pourras poser des questions plus précises sur ce qui te fait peur.

Retour au début

Le traitement du cancer

Les trois méthodes principales de traitement sont la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.  Chacune de ces méthodes vise à détruire les cellules cancéreuses et à provoquer une rémission.  Selon le type de cancer, le traitement peut être basé sur une seule méthode ou sur une combinaison de plusieurs méthodes.

Le traitement cause parfois des effets secondaires, qui sont des problèmes provoqués par le traitement lui-même.  Cela se produit parce que les traitements qui détruisent les cellules malades peuvent parfois affecter certaines cellules saines.

Il arrive parfois que les traitements fassent partie de ce qu’on appelle des «essais cliniques ».  Il s’agit de programmes très structurés qui mettent à l’épreuve des traitements nouveaux et prometteurs pour soigner le cancer.

Retour au début

La chirurgie

Soigner un cancer par chirurgie, c’est pratiquer une opération pour retirer la tumeur, en entier ou en partie.  Par prudence, on enlève un peu de tissus sains autour de la tumeur.  Après une opération, le patient doit rester à l’hôpital pour reprendre des forces.

Même après son retour à la maison, il sera encore affaibli et devra se reposer pendant une période de temps :  il devra éviter certaines activités fatigantes (comme soulever des objets lourds ou monter des escaliers) pour laisser à son corps la chance de guérir.

Retour au début

La chimiothérapie

La chimiothérapie, c’est le traitement du cancer au moyen de médicaments particuliers qui tuent les cellules cancéreuses.  On injecte les médicaments qui voyagent ensuite dans le sang pour aller détruire les  cellules cancéreuses qui se trouvent dans un endroit précis du corps.  Un traitement de chimiothérapie peut durer plusieurs mois.  Même si le patient est en rémission, des traitements supplémentaires sont parfois indiqués pour aller détruire des cellules cancéreuses isolées qui survivent dans l’organisme.

La personne malade reçoit son traitement de chimiothérapie, qu’on appelle souvent chimio, de l’une ou l’autre des façons suivantes :  par injection dans une veine au moyen d’une seringue, par injection dans un muscle, ou par des pilules ou des liquides qu’on avale.  Il existe une grande quantité de médicaments pouvant être utilisés en chimiothérapie.

C’est le médecin qui décide si un seul médicament suffit ou si un mélange donnera de meilleurs résultats :  tout dépend encore une fois du type de cancer.

Certains médicaments sont utilisés très souvent, comme par exemple la vincristine, l’adriamycin, le methotrexate et le cytoxan.  Il se peut que tu entendes leur nom à un moment donné.

Retour au début

Les effets secondaires de la chimiothérapie

La chimiothérapie s’attaque principalement aux cellules cancéreuses.  Mais les cellules saines, surtout celles qui ont l’habitude de se diviser rapidement, peuvent être affectées par les médicaments.  C’est la cause des effets secondaires qu’ont à subir la plupart des personnes qui sont en chimio.  Ces effets secondaires ne durent généralement pas longtemps et ils disparaissent peu à peu quand le traitement est terminé.  Le médecin peut prévoir quels effets secondaires risquent de se produire pour un type de traitement donné et en avertir son patient.

Il y a souvent des maux de cœur et des vomissements quand la chimiothérapie affecte les cellules normales de l’estomac et de tout le système digestif.  Le patient n’a pas faim.  Parfois, le traitement cause des bobos sur la langue, sur les gencives et à l’intérieur des joues.  Ce n’est pas facile de manger, surtout si les aliments sont très chauds, froids ou épicés.  C’est pourquoi bien des patients maigrissent.

Les maux de cœur et les vomissements cessent généralement une journée ou deux après que le médicament ait été pris.  Les bobos dans la bouche durent plus longtemps et il leur arrive d’apparaître assez tard, parfois même une semaine ou deux après le traitement.  Il existe des rince-bouche spéciaux pour aider à diminuer la douleur.

La chimio cause souvent une perte des cheveux.  C’est un effet secondaire fréquent mais temporaire.  Les cheveux peuvent tomber tout d’un coup ou petit à petit, et il est impossible de prévoir si toute la chevelure va être touchée.  Mais que la perte des cheveux soit complète ou partielle, les cheveux vont repousser quand le traitement sera terminé.  En attendant, certains patients portent une perruque, un bonnet ou un foulard.

C’est la moelle osseuse, une matière vivante contenue à l’intérieur des os, qui produit les nouvelles cellules du sang.  La chimiothérapie peut affecter la moelle osseuse :  les cellules sanguines ne se renouvelleront pas comme d’habitude.  La personne a alors moins de globules rouges, ou moins de globules blancs, ou moins de plaquettes sanguines – ce sont là les trois sortes de cellules contenues dans le sang.

Les globules rouges transportent l’oxygène dont les tissus ont besoin.  Si le nombre de globules rouges diminue, on se sent plus fatigué, on est pâle et plus impatient que d’habitude.

Les globules blancs servent à combattre les infections.  Une personne dont le compte de globules blancs est faible risque davantage d’attraper des maladies.  Il lui faut donc parfois éviter les endroits où il y a beaucoup de monde et se tenir éloigné des gens qui ont une maladie contagieuse, comme la grippe, le rhume ou la varicelle.  Si tu as le rhume, par exemple, il te faudra attendre d’être guéri avant de t’approcher de la personne malade.

Les plaquettes sanguines sont ce qui permet au sang d’arrêter de couler.  Une diminution du nombre de plaquettes fait qu’une personne développe des bleus (le vrai mot, c’est ecchymoses) et saigne facilement.  Il est parfois préférable d’éviter les bousculades et les jeux un peu rudes.  Si la personne se met à saigner du nez, il n’y a pas de quoi paniquer.  Même si elle saigne beaucoup et longtemps, ça va finir par arrêter.

Tu vas peut-être remarquer des changements de comportement chez un patient qui est en chimio.  Tout le monde a de bons et de mauvais moments mais ces variations d’humeur sont plus fortes chez les personnes en chimio à cause des médicaments.  Le patient peut être déprimé, nerveux, avoir faim tout le temps ou perdre son appétit à cause de la chimiothérapie.

Évidemment, toutes les sautes d’humeur ne sont pas causées par le traitement :  le patient, comme tous les autres membres de la famille, a des moments de tristesse et d’inquiétude provoqués par ce qui lui arrive et par les changements qui se produisent dans sa vie.

Les effets secondaires dépendent aussi des médicaments qui ont été choisis.  Un patient peut éprouver l’un ou l’autre des effets mentionnés ici, il peut les avoir tous, n’en avoir aucun ou en avoir d’autres.  Pour mieux savoir à quoi t’attendre, tu devrais en parler avec tes parents ou avec le patient lui-même.

Les effets secondaires de la chimiothérapie sont désagréables mais ils sont temporaires parce que les médicaments ne détruisent pas toutes les cellules saines.  Après le traitement, les cheveux repoussent et la moelle osseuse recommence à produire des cellules.  La personne atteinte de cancer redevient comme avant.

Retour au début

La radiothérapie

La radiothérapie permet de traiter le cancer au moyen de rayons X super-puissants ou de rayons provenant de substances radioactives.  Les rayons sont dirigés sur les tumeurs malignes afin de détruire les cellules cancéreuses, qui meurent faute de pouvoir se diviser.  Encore une fois, certaines cellules saines localisées près de la tumeur seront affectées, mais des écrans protecteurs limitent les dommages faits aux tissus sains.

Il importe de s’assurer que les rayons sont dirigés au bon endroit.  C’est pourquoi des points de repère sont faits sur la peau avec de la teinture ou de l’encre.  Ils y resteront jusqu’à la fin du traitement.

Si tu as déjà passé un examen aux rayons X, tu sais que ça ne fait pas mal.  C’est la même chose pour la radiothérapie – même si les rayons utilisés pour soigner un cancer sont évidemment plus forts que ceux qui servent à examiner tes dents ou à voir si tu as un bras cassé.  Chaque traitement de radiothérapie dure quelques minutes et la série de traitements nécessaires peut se poursuivre pendant plusieurs semaines.

Il arrive que les radiations ne soient pas administrées sous forme de faisceaux lumineux mais qu’elles proviennent d’une source radioactive placée à l’intérieur ou tout près de la tumeur.  Une intervention chirurgicale permet d’installer un implant dans la tumeur et les cellules cancéreuses sont alors éliminées de l’intérieur.

La personne qui est ou a été en radiothérapie n’est pas radioactive pour autant !  Les radiations utilisées pour le traitement ne peuvent en aucune façon être dommageables pour quelqu’un qui est en contact avec le patient.  Dans le cas d’un implant, c’est un peu différent et tu ne pourras pas t’approcher vraiment très près du patient tant que l’implant ne sera pas retiré de la tumeur.  De toute façon, le patient devra rester à l’hôpital durant cette période.

Retour au début

Les effets secondaires de la radiothérapie

La radiothérapie n’est pas douloureuse mais elle comporte elle aussi quelques effets secondaires désagréables.  Le patient se sent fatigué.  À l’endroit où la peau est traversée par les radiations, il peut y avoir une sensation rappelant un coup de soleil.  Il faudra d’ailleurs protéger la peau de l’action du soleil.  Il peut se produire une chute des cheveux mais seulement dans la région du corps qui reçoit le traitement.  Si le traitement est dirigé vers la tête ou le ventre, la personne peut avoir des nausées, des vomissements, la diarrhée, des bobos dans la bouche ou des maux de tête.

Retour au début

Les effets secondaires :  que peux-tu faire ?

Tu ne peux pas faire grand-chose pour prévenir les effets secondaires mais tu peux les rendre plus supportables.  Si tu comprends que les effets secondaires peuvent rendre ton père ou ta mère, ton frère ou ta sœur maussade ou fatigué, tu seras plus patient et c’est déjà beaucoup.

Même si la personne malade est fatiguée et ne se sent pas très bien, elle a peut-être envie de compagnie.  Tu peux l’aider et la distraire en choisissant des activités tranquilles – parler, lire, regarder la télé, jouer aux dames.

Retour au début


En apprendre encore plus sur le cancer

Maintenant que tu as quelques connaissances générales sur le cancer (sa nature, son traitement et les effets secondaires du traitement), tu voudrais peut-être en savoir davantage sur le cancer dont souffre un de tes proches.

Pour en apprendre un peu plus sur le type de cancer dont il s’agit, son traitement et les implications de la maladie sur l’ensemble de la famille, la meilleure chose à faire, c’est de poser des questions à une personne qui a les compétences et les connaissances nécessaires pour y répondre.

Retour au début

Informe-toi :

*  De quelle sorte de cancer s’agit-il?  Quel est son nom ?

*  Où est-il localisé ?

*  La personne malade va-t-elle prendre du mieux ?

*  Quel traitement a été choisi ? Un autre type de traitement sera-t-il donné plus tard ?

*  Est-ce que le traitement est désagréable, douloureux ?

*  Le traitement va-t-il changer l’apparence de la personne malade ?

*  Est-ce que le cancer ou le traitement va changer l’attitude de la personne malade ?  Est-ce qu’elle va se sentir fatiguée, maussade, ou sera-t-elle comme avant ?

*  La personne atteinte de cancer devra-t-elle aller souvent à l’hôpital pour recevoir ses traitements ?  Est-ce que le traitement va durer plusieurs semaines?

*  Chaque traitement durera-t-il un avant-midi, une journée, une semaine ?  Est-ce que je peux venir visiter la personne malade ?

*  Comment c’est, l’endroit où on donne les traitements ?  Est-ce que je pourrais y aller, juste pour voir ?

*  Qu’est-ce qui va m’arriver, à moi, pendant le traitement ?

*  Les traitements empêchent-ils quelqu’un d’aller à l’école ou d’aller travailler ?  Faut-il que la personne malade reste à la maison ?

*  La personne qui reçoit des traitements peut-elle manger la même chose que le reste de la famille ?

*  Est-ce que je peux faire quelque chose pour aider ? 

Il y a peut-être d’autres questions qui te viennent à l’esprit.  Note-les dans un calepin pour ne pas les oublier.  Si tu veux, tu pourras aussi y inscrire les réponses.

Il arrive parfois qu’un jeune qui est dans la même situation que toi obtienne la permission d’aller visiter l’endroit où les traitements sont dispensés.  Cela permet de voir l’équipement et les installations au lieu de les imaginer, de rencontrer les intervenants qui soignent la personne qui t’est chère, et même de faire la connaissance d’autres patients qui ont le cancer.

Si l’hôpital est trop loin pour que tu puisses y aller, ou si des règlements interdisent les visites, la meilleure chose à faire, c’est de demander à quelqu’un qui y est allé de te faire une description – fais-toi raconter comment les choses se passent; fais-toi décrire les médecins, les infirmières, les travailleuses sociales, les autres patients.

Il pourrait être intéressant de regarder des photographies ou des dépliants, de faire des dessins.  C’est une bonne façon pour cette personne de partager avec toi cette expérience importante, et pour toi d’en apprendre davantage sur l’hôpital.

Retour au début

Lire sur le cancer

Lire, c’est toujours instructif.  Et lire sur le cancer, c’est une façon pour toi de participer.  Assure-toi simplement que ce que tu lis est récent.  La recherche scientifique sur le traitement du cancer fait des progrès tellement rapides que l’information devient très vite dépassée.

Rappelle-toi que toute personne atteinte de cancer est unique, comme toi tu es unique aussi.  Il ne faut pas croire que tout ce que tu lis ou que tu vois à la télé et au cinéma va arriver au patient qui t’est cher.

S’il y a des images ou des mots qui te troublent et que tu ne comprends pas, parles-en avec tes parents ou avec un autre adulte en qui tu as confiance et qui est au courant de la situation.

Montre-leur le livre ou l’article qui t’inquiète, ou fais une description des images que tu as vues.  L’important, c’est d’en parler.

Retour au début


Utile à savoir

Sais-tu que …

*  Il y a plus de gens que jamais auparavant qui vivent avec le cancer et que de nouvelles méthodes de traitement sont découvertes régulièrement

*  Avoir le cancer ne veut pas nécessairement dire qu’on va mourir

*  Rien de ce que tu as fait ou omis de faire n’a pu causer le cancer chez une autre personne

*  Rien de ce que tu as dit ou pensé n’a pu causer le cancer chez une autre personne

*  Le cancer n’est pas contagieux – tu ne peux pas l’attraper de quelqu’un d’autre

*  Ni toi ni tes parents n’auriez pu empêcher ton frère ou ta sœur de développer un cancer

*  Si ton père ou ta mère a le cancer, cela ne veut pas dire qu’un autre membre de la famille va l’avoir aussi

*  Si ton frère ou ta sœur a le cancer, cela ne veut pas dire que tu vas l’avoir, ou qu’un autre membre de la famille va être atteint de cancer

*  Personne ne peut dire pourquoi un de tes proches est atteint de cancer alors que toi, tu es en bonne santé

*  Tu ne peux rien changer à la réalité :  quelqu’un de ta famille est atteint de cancer et toute la famille en subit les effets

*  La meilleure chose à faire, c’est de continuer à t’impliquer dans ton milieu scolaire et dans des activités de loisirs

Retour au début


Le vocabulaire du cancer

Les mots qu’on utilise pour parler du cancer

Biopsie :  Examen au cours duquel des tissus (c’est à dire un groupe de cellules) sont prélevés sur une personne et analysés au microscope pour déterminer si les cellules sont normales.  C’est un des moyens permettant de déterminer si une personne a le cancer.  La biopsie permet également d’identifier le type de cancer dont il s’agit.

Bosse :  Logée sous la peau et pouvant être décelée au toucher par le médecin ou par la personne elle-même, la bosse peut être un signe de cancer mais la plupart des bosses ne sont pas cancéreuses.

Cancer :  Comprend plus de 100 maladies qui ont un point commun :  les cellules anormales croissent et se multiplient rapidement.  Elles finissent par envahir et détruire les tissus normaux nécessaires au bon fonctionnement du corps.  Les cellules cancéreuses peuvent se déplacer et aller se fixer à d’autres endroits du corps.

Diagnostic :  Poser un diagnostic, c’est identifier une maladie.  Le diagnostic est basé sur des examens, ainsi que sur l’expérience et les connaissances du médecin.

Hématologie :  L’étude médicale du sang, des parties du corps qui produisent le sang et des maladies qui l’affectent.

Lymphe :  Ce sont les parties du corps qui fabriquent et entreposent les cellules qui combattent les infections, ainsi que les vaisseaux qui font circuler le liquide lymphatique dans l’organisme pour en imprégner les tissus.

Métastase :  C’est le déplacement des cellules cancéreuses de la tumeur originale vers d’autres parties du corps, à travers le système de la circulation sanguine et le système lymphatique.  On appelle aussi métastase la nouvelle tumeur causée par ce déplacement de cellules cancéreuses.

Oncologie :  L’étude et le traitement du cancer.

Pronostic :  Prévision de ce qui devrait arriver à une personne souffrant d’une maladie.

Récidive :  La réapparition des cellules cancéreuses et des symptômes du cancer après une rémission.

Rechute :  Synonyme de récidive.

Rémission :  Disparition des cellules cancéreuses et des symptômes du cancer.  Quand cela se produit, on dit que le patient est en rémission.

Tissus :  Un groupe de cellules.

Tumeur :  Il s’agit de cellules qui se regroupent, se multiplient et envahissent les cellules normales.  Une tumeur peut être bénigne  (non cancéreuse) ou maligne (non cancéreuse.

Tumeur maligne :  Tumeur cancéreuse.

Retour au début


Le vocabulaire des traitements

Les mots qu’on utilise pour parler des traitements

Chimiothérapie :  Le traitement du cancer au moyen de médicaments.

Chirurgie :  C’est ce qu’on appelle une opération.  La chirurgie permet de retirer les tissus cancéreux du corps humain.

Effets secondaires :  Problèmes qui se produisent quand le traitement du cancer affecte les cellules saines de l’organisme.  Il s’agit le plus souvent de perte des cheveux, de fatigue, de nausées, de vomissements et de bobos dans la bouche.

Intraveineux (se) :  Dans une veine.  La méthode intraveineuse est souvent utilisée pour introduire des médicaments dans le sang :  le médicament est contenu dans une bouteille et coule goutte à goutte dans un tube et puis dans une aiguille qui est introduite dans une veine.  Une injection ou piqûre intraveineuse au moyen d’une seringue peut aussi être utilisée.  (Les veines sont un réseau de "tuyaux" qui ramènent vers le cœur le sang qui circule dans le corps humain).  Après une opération, on donne au patient du sang supplémentaire ou des liquides nourrissants pour l'aider à guérir.

Programme :  Un plan détaillé suivi par les médecins pour le traitement d'un patient atteint de cancer.

Radiothérapie :  C'est le traitement du cancer avec des rayons X ou des rayons provenant d'autres sources radioactives.  Ce type de traitement peut être donné au moyen d'une machine spéciale ou d'un implant placé à l'intérieur ou près de la tumeur.  La radiothérapie ne rend pas un patient radioactif.

Essais cliniques :  Tests soigneusement préparés et surveillés pour essayer de nouveaux traitements pour le cancer.


Les spécialistes du cancer

Chirurgien:  C'est le médecin qui fait des opérations.

Hématologiste:  Médecin spécialisé dans l'étude et le traitement des maladies du sang.

Oncologiste:  Médecin spécialisé dans le traitement des patients atteints de cancer.

Pathologiste:  Médecin spécialisé dans l'étude des cellules et des tissus prélevés sur le corps humain.  Le pathologiste est en mesure d'établir son diagnostic en se basant sur les modifications apparaissant dans les cellules.

Radio-oncologue:  Médecin spécialisé dans le traitement des maladies au moyen de radiations.

Radiologiste:  Médecin spécialisé dans l'utilisation des radiations à des fins de diagnostic ou de traitement.

Retour au début


À qui peux-tu parler, à part tes parents

Pour te confier et trouver un appui émotif:

*  Tes grands-parents, tes tantes et tes oncles

*  Des voisins sympathiques

*  Tes professeurs ou le psychologue de ton école

*  Un membre du clergé (prêtre, ministre, rabbin)

*  Ton instructeur sportif ou ton chef scout

*  Des amis adultes

*  Tes aînés (frère ou sœur)

*  Des amis de ton âge, des copains

Retour au début

Pour trouver de l'aide et de l'information sur le cancer

*  À l'hôpital – un médecin, une infirmière ou un infirmier, un travailleur social, ou une autre personne impliquée dans les soins apportés au membre de ta famille qui est malade

*  Ton médecin de famille

*  L'infirmière de ton école

Retour au début


N'oublie pas:

*  Tu n'as pas à avoir peur ou à avoir honte de ce que tu ressens.  D'autres qui ont vécu une situation comme que tu vis ont éprouvé des émotions semblables.

*  Ça aide de parler de ce qui nous préoccupe.  Parle à tes parents, à un autre adulte ou à un ami en qui tu as confiance.

*  Renseigne-toi sur le cancer.  On imagine parfois des choses qui sont cent fois pires que la réalité.

*  Essaie de communiquer avec d'autres jeunes qui vivent une situation comme la tienne.  Quand un copain a lui aussi un membre de sa famille qui est atteint de cancer ou qui souffre d'une autre maladie, il est plus facile d'exprimer ses émotions.

*  Si tu entends quelqu'un dire des choses qui te font peur, demande des explications.  Ne prends pas pour acquis que tu as tout entendu et que tu as tout compris:  pose des questions pour t'en assurer.

*  À part tes parents, il y a d'autres adultes qui peuvent t'aider.

Retour au début

Remerciements

Nous désirons remercier La Société canadienne du cancer pour nous avoir accordé la permission d'utiliser la brochure qu'elle a publié sur ce sujet.

Retour au début

Liens

La Société canadienne du cancer:     www.cancer.ca

Retour au début

Francité