"NON" à la Tour Rolin

                                                                                  Welkom (Nederlands)
           

Le site en NL est en reconstruction. Prière de se référer au  site en FR

                                                                                      

                                                                                

Home
Contacts
Historique
Documents
Presse
Circulaires

C'est en 1992, qu'un Plan d'Aménagement du Territoire est décidé dans le cadre d'un projet de renouvellement urbain sur le site des anciennes casernes Rolin, situé entre le Bld Louis Schmidt, la Chaussée de Wavre, la rue Cdt Ponthier et le rue Baron Dhanis. Le projet prévoit de mélanger habitations sociales de bonne qualité (4 étages), immeubles de haut standing de 4 étages et d'un immeuble à bureaux de 5 étages situé pour sa majeure partie le long de la chaussé de Wavre.

Sur une superficie de 3,39 ha (33.900 m²), 75.000m² de surface habitable seront construits.

Selon le Plan, au milieu de ces bâtiments de qualité, une tour à appartements de 13 étages serait érigée. Cette construction, qui ne s'harmonise en rien avec le reste du projet, suscite de vives réactions parmi les riverains, qui en juillet 2002, remettent une pétition aux différents acteurs politiques de Bruxelles.

A travers cette pétition, les habitants du quartier Rolin s'opposent fermement à l'édification de cette Tour et réclament le replacement du projet par celui d'un immeuble harmonisé en hauteur avec ceux déjà existants (soit 4 à 5 niveaux).

Les principaux arguments de la pétition  sont :
-
diminution importante de la luminosité et de l’ensoleillement ;
- 
création de courants d’air importants dus à l’altération de l'environnement physique autour de la tour ;
- 
accroissement sérieux des problèmes de parking et de desserte locale ;
atteinte préjudiciable à la valeur esthétique du complexe et de tout le quartier ;
- 
augmentation et aggravation des problèmes environnementaux;

Les habitants organisés en Comité de Quartier décident de consulter un avocat pour la poursuite de leur action. L'investigation des documents administratifs (permis d'urbanisme, permis d'environnement des différentes phases de construction) les amène à constater que le projet global a été subdivisé en plusieurs phases évitant ainsi l'élaboration d'une étude d'impact environnemental pour l'ensemble du site. Aussi les répercussions cumulées sur la zone en matière de trafic, parkings, bruit et autres nuisances n'ont pas été examinées.

Par conséquent, les riverains convaincus que la construction de la Tour Rolin ne ferait qu'accentuer des problèmes qui ont déjà commencé à se profiler adressent une plainte auprès de la Commission européenne pour non respect de la législation environnementale. Cette plainte, déclarée recevable, est à l'examen auprès des services compétents de la Commission.

A une époque où des efforts se concrétisent pour diminuer la hauteur des bâtiments en milieu urbain, pour démolir des tours déjà existantes (voir Tour Lotto, Madou etc.), où l’architecture et l’aménagement des espaces deviennent plus « proches et respectueux » du citoyen et de l’environnement, la construction d’une tour  de 13 étages sur un espace restreint,  dominé par des petits immeubles élégants, afin de satisfaire un PPA établi il y a plus de 10 ans selon des règles actuellement révolues, est contraire à toute logique urbanistique moderne qui se respecte et qui se doit d’assurer, à travers son architecture, confort et qualité de vie à ses citadins.

Actions Importantes
Juillet 2002
10 - Une pétition est envoyée à 18 responsables politiques
Septembre 2002
08 - Première réunion des résidents du quartier Rolin
15 - Les affiches 'NON A LA TOUR ROLIN' apparaissent sur les fenêtres des habitants du site Rolin

Octobre 2002

20 - Création du Comité de Quartier  Rolin
Decembre 2002
10 - Séance d'information à la Maison Communale sur la construction du site Rolin

Janvier  2003

17 - Envoi d'une Plainte auprès de la Commission Européenne
Fevrier 2003
6 - Télé Bruxelles présente 'le mécontentement des habitants du site Rolin'

8 - La Dernière Heure écrit un article sur la Tour Rolin et la réaction des habitants

14 - Une lettre est adressée à François Xavier de Donnea , ministre Président de la Région Bruxelloise, lui faisant part des préoccupations des habitants concernant la construction prochaine de la Tour Rolin

18 - Réunion à la Commune d'Etterbeek avec F.X.de Donnea concernant le PDR (Plan de Développement Régional) de Bruxelles. Le Comité de quartier a  l'occasion d'exprimer ses préoccupations quant à la construction de la Tour Rolin et  demande le soutien du Ministre Président de la Région de Bruxelles Capitale

20 - TV Brussel présente 'l'affaire de la Tour Rolin'

20 - Les habitants se réunissent pour déterminer la continuation de leur action

Avril 2003
3 - Rencontre avec l’échevin d’Urbanisme d’Etterbeek, M. Van Eyl.

10-25  - Des lettres sont adressées à: Inter-Environnement Bruxelles, BRAL, IBGE, les députés écolo MM Doulkeridis et Peysztat pour les sensibiliser à l' action du Comité et demander leur soutien.

15 - Introduction d'une réclamation auprès de la Commune concernant une demande de changement d’affectation introduite par le promoteur (Espace Rolin S.A.) pour deux appartements du rez–de-chaussée de l’immeuble Bld Louis Schmidt 2B (en construction). Ces appartements devraient servir à l’installation d’un cabinet médical.

22 - Rencontre  avec le Comité de quartier ‘l’Amitié’  situé derrière l’Arsenal. Ce Comité poursuit des buts semblable à ceux du Comité Rolin, tente, entre autres, de faire renoncer les autorités à un projet de construction d'une tour de 12 étages sur le site Interbrew (Chaussée de Wavre - Audgerghem).
Voir leur site : www.comiteamitie.org

Mai 2003

8 -  Télé Bruxelles et TV Brussel ainsi que la Presse écrite (Le Soir, La Dernière Heure, de Standaard; voir ‘Presse’) nous informent que  le projet de construction de la Tour est abandonné. L'immeuble en question est réduit à 7 étages + toit! La perte de logement liée à la suppression des niveaux sera compensée par la construction de logements supplémentaires  sur le site sans occasionner aucune nuisance pour les riverains. Par la suite, cette information est confirmée  par écrit par le Bourgmestre d'Etterbeek (voir lettre du 27 juin 2003).

Juin 2003:

20 - Le Comité découvre qu'un permis d'environnement   pour le bâtiment  construit le long du Bld L. Schmidt (n° 2b) prévoyant 8 étages a été émis après que la construction du bâtiment avait commencé. Il dépose un recours (juillet 2003) auprès du collège d'environnement pour demander une étude d'incidence environnementale pour tout le site, en conformité avec la plainte déposée déjà auprès de la Commission européenne.  Cette plainte est discutée en concertation publique le 25 septembre 2003  et le Collège décide d'annuler le permis d'environnement émis par l'IBGE. La S.A. Espace Rolin se voit donc obligée de faire une  nouvelle demande de permis d'urbanisme et d'environnement;  le nouveau bâtiment  est limité à 7 niveaux ainsi que son jumeau, sis Bld. L.Schmidt n° 4, afin d'harmoniser les deux constructions.

Octobre 2003
Première réunion du Comité avec le promoteur pour discuter des revendications des habitants concernant des améliorations à apporter sur l'ensemble du site (plantations, aménagement d'un canicite, bollards de protection pour les trottoirs; propreté, poubelles publiques, etc.).

2004

Des réunions sont regulièrement organisées entre le promoteur et le Comité de Quartier depuis septembre 2003. Une liste de revendications établie par le Comité Rolin y est discutée. Le but du Comité est d'assurer le compromis annoncé par le Bourgmestre et d'obtenir les améliorations d'aménagement réclamées.

2005

Afin de mettre en oeuvre le nouvel aménagement du site, une modification juridique du PPA ainsi que du permis de lotir s'avèrent nécessaires. Le projet de nouveau PPA  approuvé par la Commune,  se trouve actuellement à la Région Bruxelloise pour accord. Ce nouveau PPA a été soumis  en consultation publique avant de pouvoir être adopté définitivement.   Le Comité des habitants du site Rolin ont protesté contre ce nouveau PPA modifié, car ce dernier ne tenait pas compte de tous les accords entre les habitants et la Commune (voir lettres du 18.4.2005 et du 22.4.2005). La procédure de son approbation est toujours en cours à la Region Bruxelloise.

Entretemps,  une modification du permis de lotir a été demandée par le promoteur, se basant sur la proposition du nouveau PPA.  

Le Comité a incité les habitants du site à refuser ce permis de lotir, qui ne tient pas compte des accords concernant le PPA. Nous attendons toujours les résultats de notre action contre ce permis de lotir, qui s'est déroulé en septembre 2005 (voir lettre à la commune du 23.10.2005).

Suite de notre plainte à la CE

Les bâtiments des bureaux  sur le site furent construits en 3 phases, groupant 3 bâtiments séparés avec 3 parkings différents, totalisant 468 emplacements de voitures. Des murs de séparation entre ces 3 parkings furent également construits, réduisant ainsi le nombre d’emplacements à moins de 200 par bâtiment et évitant ainsi au promoteur, la réalisation d’une étude d’impact environnemental pour l’ensemble des bâtiments (d’où notre plainte à ce sujet auprès de la Commission Européenne).

Il y a quelques mois , nous avions remarqué que  deux des trois portes d’accès des parkings de ces bâtiments restaient toujours fermées. Nous avons alors examiné l’état des sous-sols et avons constaté que les séparations entre les garages avaient été supprimées, ce qui constitue une infraction aux permis d’urbanisme et d’environnement puisque de cette manière, les sous-sols étaient devenus d’un seul tenant de 468 emplacements !! Cette situation exige obligatoirement une étude complète d’impact environnemental !

Ce constat établi, nous avons informé d’une part la Commission Européenne, de ces nouvelles données, venues grossir notre plainte introduite en 2003, et d’autre part la Commune d’Etterbeek, qui a réalisé rapidement un contrôle sur place et a établi un procès-verbal (voir article paru dans le Soir).

Entre-temps nous avons été informés par la Commission Européenne, qu’elle avait adressée prochainement un avis motivé(*) à la Région Bruxelloise, pour infraction à la loi environnementale.

(*) : avis motivé : la procédure d’infraction consiste de 4 étapes :

a) lettre d’information : suite à une plainte, la Commission Européenne (CE) demande des informations auprès de l’organisme ou l’institution incriminée (dans ce cas, la Région Bruxelloise) ;

b) lettre de mise en demeure (LMD) : si la CE considère que l’information reçue n’est pas satisfaisante, elle adresse le LMD (à la Région) et demande des informations supplémentaires ;

c) lettre d’avis motivé : après évaluation de la réponse (de la Région), où en l’absence de réponse supplémentaire, la CE constate que l’infraction existe et réclame (à la Region) de prende des mesures correctives

d) si aucune mesure n’est prise endéans un certain délais (d’habitude 2 mois), la CE réfère la Région à la Cour de Justice Européenne.

 

 

 

 

Home | Contacts | Historique | Documents | Presse | Circulaires
 Les informations qui figurent sur ce site font l'objet
 d'une clause de non-responsabilit
é et d'une déclaration concernant les droits d'auteur.
Pour tout problème ou information
technique concernant ce site web ainsi que le site du Comité Rolin, contacter Helene Chelmis.
Dernière mise à jour: 20-03-2006.