Le livre Bruxelles-Kermesse

Quand l'exposition universelle de 1910 s'amuse...

 

Voici sous forme d'interview les réponses aux questions souvent posées à l'auteur : Xavier Languy.

Pourriez-vous vous présenter brièvement ?

Je suis marié et père de trois enfants. Je suis professionnellement actif dans les grands systèmes d’information avec une formation d'ingénieur civil.
Je suis au départ amateur de cartes postales anciennes mais cela s'est très vite étendu aux vieux papiers. Les cartes ont plus d'intérêt replacées dans leur contexte. Je suis également le concepteur du site cartophilie.be consacré à la cartophilie belge.

Pourquoi cette passion pour l'exposition de Bruxelles 1910 ?

Un jour chez un bouquiniste un autre client me dit qu'il fallait être le dernier des imbéciles pour s'intéresser à cela....le déclic se fit ce jour là. Un domaine quasi vierge à redécouvrir, c'était une perspective attrayante. Il a suffit de faire quelques trouvailles pour définitivement sceller cette passion.

Pourquoi éditer un livre sur Bruxelles-Kermesse et pas sur l'exposition elle-même ?

Un livre sur l'exposition universelle de Bruxelles 1910 aurait été une oeuvre titanesque. L'ULB s'en est chargé avec un ouvrage plus scientifique en nom collectif de 200 pages.

D'autre part Bruxelles-Kermesse et son Luna-Park était un sujet bien plus amusant à traiter et à faire découvrir. Il n'est pas exclu non plus que j'édite un livre consacré à l'exposition elle-même mais sous un oeil exclusivement cartophile.

Pourquoi le livre n'est-il pas disponible en librairie ?

Il s'agit d'un livre à compte d'auteur à petit tirage sans aucun subside. Les frais de distribution rendraient le prix du livre prohibitif (entre 30 et 50% en sus). Le prix de vente ne couvre que les frais de mise en page, d'impression et de reliure. La vente se fait via le réalisateur du livre. Le sponsoring de Delcampe.net couvre la campagne de marketing sur internet. Il n'y a donc quasiment aucune marge sur le livre.

Pourquoi un si petit tirage ?

Les livres sur Bruxelles tirent généralement à 1000 exemplaires mais l'Exposition Universelle de Bruxelles 1910 est peu connue. D'autre part je n'utilise pas les canaux de distribution traditionnels. Même si je pense que potentiellement ce livre est fort agréable et pourrait attirer un plus large public, je ne veux pas emprunter et hypothéquer mon patrimoine familial pour une première expérience.

Et si la demande devait être quand même supérieure au tirage initial ?

Il n'y aura pas de deuxième tirage. Les livres seront expédiés dans l'ordre des commandes.

Comment résumer votre expérience d'auteur-éditeur ?

On sous-estime largement le travail derrière l'édition d'un livre, spécialement lorsqu'il est richement illustré mais surtout il faut prévoir toutes les activités connexes comme l'ISBN, le contact presse....
Studio Real Print m'a bien aidé dans la réalisation conjointe de cet ouvrage.
De plus ce que vous voudriez montrer ou dire n'est pas non plus ce que les gens veulent voir ou lire. Il faut mettre de l'eau dans son vin.
Enfin la communauté des archivistes et auteurs régionalistes m'a bien aidé et plus que la réalisation d'une collection et d'un livre ces rencontres sont une vraie récompense et je leur en suis très reconnaissant.

Après cette première expérience, exprimeriez-vous un souhait ?

J'en ai deux : Réconcilier les chercheurs avec les collectionneurs. Les chercheurs regardent un peu de haut les collectionneurs mais ils oublient souvent que nombre d'archives qui sont leurs outils de travail proviennent de collections. Je vois donc là une complémentarité plus qu'une opposition.
Assouplir les conditions d'édition de livre en termes de droits d'auteur. J'ai dû supprimer des illustrations qui m'auraient coûté 1000 euros pièce de droits d'auteur, c'est le prix de l'original. Or je ne voulais pas reproduire l'oeuvre mais signaler qu'elle existe en plaçant une vignette qui la représente. En parler de façon illustrée fait peut-être plus de bien à un artiste que de ne rien montrer. D'autres fondations font la même erreur. Publier une mention à propos d'un artiste sous forme de vignette ne détourne pas les revenus de celui-ci que du contraire si cela augmente potentiellement sa notoriété.

La prochaine étape ?

Il y aura d'autres livres mais dans le domaine de l'illustration et de la cartophilie. Des centaines voire des milliers de "petits" artistes méritent d'être inventoriés et redécouverts. Pensez aux différents affichistes et illustrateurs de l'exposition. On ne connat même pas laes dates de naissance et décès de 50% d'entre eux. Il y a encore du travail...et de belles choses à sortir de l'oubli.

Accueil Bruxelles-Kermesse 1910