Anna de Noailles
Anna Brancovan de Noailles 
(1876 - 1933)
Portrait par Ignacio Zuloaga (1870 - 1945)
Huile sur toile, juin 1913
Musée de Bilbao

A la nuit


Dissuasion


Il fera longtemps clair ce soir


Chaleur


L'automne


L'inquiet désir


L'orgueil


La chaude chanson


Le baiser


Le coeur


Les parfums


Les saisons et l'amour


Ô lumineux matin


Soir d'été


Voix intérieure


Le verger


Enfin je puis ne plus épier
le printemps


Pourquoi ce besoin fort et triste


Ce fut long, difficile et triste


L’Offrande à la Nature


Bi(bli)ographie


A la nuit


Nuits où meurent l'azur, les bruits et les contours, 
Où les vives clartés s'éteignent une à une, 
Ô nuit, urne profonde où les cendres du jour 
Descendent mollement et dansent à la lune,

Jardin d'épais ombrage, abri des corps déments, 
Grand coeur en qui tout rêve et tout désir pénètre
Pour le repos charnel ou l'assouvissement, 
Nuit pleine des sommeils et des fautes de l'être,

Nuit propice aux plaisirs, à l'oubli, tour à tour, 
Où dans le calme obscur l'âme s'ouvre et tressaille 
Comme une fleur à qui le vent porte l'amour, 
Ou bien s'abat ainsi qu'un chevreau dans la paille,

Nuit penchée au-dessus des villes et des eaux, 
Toi qui regardes l'homme avec tes yeux d'étoiles, 
Vois mon coeur bondissant, ivre comme un bateau, 
Dont le vent rompt le mât et fait claquer la toile !

Regarde, nuit dont l'oeil argente les cailloux, 
Ce coeur phosphorescent dont la vive brûlure 
Éclairerait, ainsi que les yeux des hiboux, 
L'heure sans clair de lune où l'ombre n'est pas sûre.

Vois mon coeur plus rompu, plus lourd et plus amer 
Que le rude filet que les pêcheurs nocturnes 
Lèvent, plein de poissons, d'algues et d'eau de mer 
Dans la brume mouillée, agile et taciturne.

A ce coeur si rompu, si amer et si lourd, 
Accorde le dormir sans songes et sans peines, 
Sauve-le du regret, de l'orgueil, de l'amour, 
Ô pitoyable nuit, mort brève, nuit humaine !...


Dissuasion
Fermez discrètement les vitres sur la rue Et laissez retomber les rideaux alentour, Pour que le grondement de la ville bourrue Ne vienne pas heurter notre fragile amour. Notre tendresse n'est ni vive ni fatale, Nous aurions très bien pu ne nous choisir jamais ; Je vous ai plu par l'art de ma douceur égale, Et c'est votre tristesse amère que j'aimais. La peine de nos coeurs est trop pareille, et telle Que nous nous mêlerions sans nous renouveler : Évitons le mensonge et la brève étincelle D'un désir qui nous luit sans pouvoir nous brûler. La vie a mal gardé ce que nous lui donnâmes, Rien du confus passé ne peut se ressaisir ; Nous aurions tous les deux trop pitié de nos âmes, Après l'oubli léger et fuyant du plaisir : Car nous entendrions sangloter notre enfance Pleine de maux secrets, toujours inapaisés, Que ne rachète pas, dans sa munificence, La réparation tardive des baisers...

Il fera longtemps clair ce soir
Il fera longtemps clair ce soir, les jours allongent, La rumeur du jour vif se disperse et s'enfuit, Et les arbres, surpris de ne pas voir la nuit, Demeurent éveillés dans le soir blanc, et songent... Les marronniers, sur l'air plein d'or et de lourdeur, Répandent leurs parfums et semblent les étendre ; On n'ose pas marcher ni remuer l'air tendre De peur de déranger le sommeil des odeurs. De lointains roulements arrivent de la ville... La poussière, qu'un peu de brise soulevait, Quittant l'arbre mouvant et las qu'elle revêt, Redescend doucement sur les chemins tranquilles. Nous avons tous les jours l'habitude de voir Cette route si simple et si souvent suivie, Et pourtant quelque chose est changé dans la vie, Nous n'aurons plus jamais notre âme de ce soir...

Chaleur
Tout luit, tout bleuit, tout bruit, Le jour est brûlant comme un fruit Que le soleil fendille et cuit. Chaque petite feuille est chaude Et miroite dans l'air où rôde

L'automne
Voici venu le froid radieux de septembre : Le vent voudrait entrer et jouer dans les chambres ; Mais la maison a l'air sévère, ce matin, Et le laisse dehors qui sanglote au jardin. Comme toutes les voix de l'été se sont tues ! Pourquoi ne met-on pas de mantes aux statues ? Tout est transi, tout tremble et tout a peur ; je crois Que la bise grelotte et que l'eau même a froid. Les feuilles dans le vent courent comme des folles ; Elles voudraient aller où les oiseaux s'envolent, Mais le vent les reprend et barre leur chemin Elles iront mourir sur les étangs demain. Le silence est léger et calme ; par minute Le vent passe au travers comme un joueur de flûte, Et puis tout redevient encor silencieux, Et l'Amour qui jouait sous la bonté des cieux S'en revient pour chauffer devant le feu qui flambe Ses mains pleines de froid et ses frileuses jambes, Et la vieille maison qu'il va transfigurer Tressaille et s'attendrit de le sentir entrer...

L'inquiet désir
Voici l'été encor, la chaleur, la clarté, La renaissance simple et paisible des plantes, Les matins vifs, les tièdes nuits, les journées lentes, La joie et le tourment dans l'âme rapportés. - Voici le temps de rêve et de douce folie Où le coeur, que l'odeur du jour vient enivrer, Se livre au tendre ennui de toujours espérer L'éclosion soudaine et bonne de la vie, Le coeur monte et s'ébat dans l'air mol et fleuri. - Mon coeur, qu'attendez-vous de la chaude journée, Est-ce le clair réveil de l'enfance étonnée Qui regarde, s'élance, ouvre les mains et rit ? Est-ce l'essor naïf et bondissant des rêves Qui se blessaient aux chocs de leur emportement, Est-ce le goût du temps passé, du temps clément, Où l'âme sans effort sentait monter sa sève ? - Ah ! mon coeur, vous n'aurez plus jamais d'autre bien Que d'espérer l'Amour et les jeux qui l'escortent, Et vous savez pourtant le mal que vous apporte Ce dieu tout irrité des combats dont il vient...

L'orgueil
Bel orgueil qui logez au sein des âmes hautes Et qui soufflez ainsi que le vent dans les tours, Afin qu'aujourd'hui soit sans détresse et sans fautes, Bandez mon coeur penchant contre l'ombre et l'amour. Faites que mon coeur soit héroïque et vivace Et porte sans plier le poids des yeux humains, Mettez votre clarté paisible sur ma face Et votre force rude et chaude dans mes mains. Demeurez, bel orgueil, afin que je connaisse, En ce jour où je sens défaillir mes genoux Et mon âme mourir de rêve et de faiblesse, L'auguste isolement de me mêler à vous...

La chaude chanson
La guitare amoureuse et l'ardente chanson Pleurent de volupté, de langueur et de force Sous l'arbre où le soleil dore l'herbe et l'écorce, Et devant le mur bas et chaud de la maison. Semblables à des fleurs qui tremblent sur leur tige, Les désirs ondoyants se balancent au vent, Et l'âme qui s'en vient soupirant et rêvant Se sent mourir d'espoir, d'attente et de vertige. - Ah ! quelle pâmoison de l'azur tendre et clair ! Respirez bien, mon coeur, dans la chaude rafale, La musique qui fait le cri vif des cigales, Et la chanson qui va comme un pollen sur l'air...

Le baiser
Couples fervents et doux, ô troupe printanière ! Aimez au gré des jours. - Tout, l'ombre, la chanson, le parfum, la lumière Noue et dénoue l'amour. Épuisez, cependant que vous êtes fidèles, La chaude déraison, Vous ne garderez pas vos amours éternelles Jusqu'à l'autre saison. Le vent qui vient mêler ou disjoindre les branches A de moins brusques bonds Que le désir qui fait que les êtres se penchent L'un vers l'autre et s'en vont. Les frôlements légers des eaux et de la terre, Les blés qui vont mûrir, La douleur et la mort sont moins involontaires Que le choix du désir. Joyeux ; dans les jardins où l'été vert s'étale Vous passez en riant, Mais les doigts enlacés, ainsi que des pétales, Iront se défeuillant. Les yeux dont les regards dansent comme une abeille Et tissent des rayons, Ne se transmettront plus, d'une ferveur pareille, Le miel et l'aiguillon, Les coeurs ne prendront plus, comme deux tourterelles, L'harmonieux essor, Vos âmes, âprement, vont s'apaiser entre elles, C'est l'amour et la mort...

Le coeur
Mon coeur tendu de lierre odorant et de treilles, Vous êtes un jardin où les quatre saisons Tenant du buis nouveau, des grappes de groseilles Et des pommes de pin, dansent sur le gazon... - Sous les poiriers noueux couverts de feuilles vives Vous êtes le coteau qui regarde la mer, Ivre d'ouïr chanter, quand le matin arrive, La cigale collée au brin de menthe amer. - Vous êtes un vallon escarpé ; la nature Tapisse votre espace et votre profondeur De mousse délicate et de fraîche verdure. - Vous êtes dans votre humble et pastorale odeur Le verger fleurissant et le gai pâturage Où les joyeux troupeaux et les pigeons dolents Broutent le chèvrefeuille ou lissent leur plumage. - Et vous êtes aussi, coeur grave et violent, La chaude, spacieuse et prudente demeure Pleine de vins, de miel, de farine et de riz, Ouverte au bon parfum des saisons et des heures, Où la tendresse humaine habite et se nourrit...

Les parfums
Mon coeur est un palais plein de parfums flottants Qui s'endorment parfois aux plis de ma mémoire, Et le brusque réveil de leurs bouquets latents - Sachets glissés au coin de la profonde armoire - Soulève le linceul de mes plaisirs défunts Et délie en pleurant leurs tristes bandelettes... Puissance exquise, dieux évocateurs, parfums, Laissez fumer vers moi vos riches cassolettes ! Parfum des fleurs d'avril, senteur des fenaisons, Odeur du premier feu dans les chambres humides, Arômes épandus dans les vieilles maisons Et pâmés au velours des tentures rigides ; Apaisante saveur qui s'échappe du four, Parfum qui s'alanguit aux sombres reliures, Souvenir effacé de notre jeune amour Qui s'éveille et soupire au goût des chevelures ; Fumet du vin qui pousse au blasphème brutal, Douceur du grain d'encens qui fait qu'on s'humilie, Arome jubilant de l'azur matinal, Parfums exaspérés de la terre amollie ; Souffle des mers chargés de varech et de sel, Tiède enveloppement de la grange bondée, Torpeur claustrale éparse aux pages du missel, Acre ferment du sol qui fume après l'ondée ; Odeur des bois à l'aube et des chauds espaliers, Enivrante fraîcheur qui coule des lessives, Baumes vivifiants aux parfums familiers, Vapeur du thé qui chante en montant aux solives ! - J'ai dans mon coeur un parc où s'égarent mes maux, Des vases transparents où le lilas se fane, Un scapulaire où dort le buis des saints rameaux, Des flacons de poison et d'essence profane. Des fruits trop tôt cueillis mûrissent lentement En un coin retiré sur des nattes de paille, Et l'arome subtil de leur avortement Se dégage au travers d'une invisible entaille... - Et mon fixe regard qui veille dans la nuit Sait un caveau secret que la myrrhe parfume, Où mon passé plaintif, pâlissant et réduit, Est un amas de cendre encor chaude qui fume. - Je vais buvant l'haleine et les fluidités Des odorants frissons que le vent éparpille, Et j'ai fait de mon coeur, aux pieds des voluptés, Un vase d'Orient où brûle une pastille...

Les saisons et l'amour
Le gazon soleilleux est plein De campanules violettes, Le jour las et brûlé halette Et pend aux ailes des moulins. La nature, comme une abeille, Est lourde de miel et d'odeur, Le vent se berce dans les fleurs Et tout l'été luisant sommeille. - Ô gaieté claire du matin Où l'âme, simple dans sa course, Est dansante comme une source Qu'ombragent des brins de plantain ! De lumineuses araignées Glissent au long d'un fil vermeil, Le coeur dévide du soleil Dans la chaleur d'ombre baignée. - Ivresse des midis profonds, Coteaux roux où grimpent des chèvres, Vertige d'appuyer les lèvres Au vent qui vient de l'horizon ; Chaumières debout dans l'espace Au milieu des seigles ployés, Ayant des plants de groseilliers Devant la porte large et basse... - Soirs lourds où l'air est assoupi, Où la moisson pleine est penchante, Où l'âme, chaude et désirante, Est lasse comme les épis. Plaisir des aubes de l'automne, Où, bondissant d'élans naïfs, Le coeur est comme un buisson vif Dont toutes les feuilles frissonnent ! Nuits molles de désirs humains, Corps qui pliez comme des saules, Mains qui s'attachent aux épaules, Yeux qui pleurent au creux des mains. - Ô rêves des saisons heureuses, Temps où la lune et le soleil Écument en rayons vermeils Au bord des âmes amoureuses...

Ô lumineux matin
Ô lumineux matin, jeunesse des journées, Matin d'or, bourdonnant et vif comme un frelon, Qui piques chaudement la nature, étonnée De te revoir après un temps de nuit si long ; Matin, fête de l'herbe et des bonnes rosées, Rire du vent agile, oeil du jour curieux, Qui regardes les fleurs, par la nuit reposées, Dans les buissons luisants s'ouvrir comme des yeux ; Heure de bel espoir qui s'ébat dans l'air vierge Emmêlant les vapeurs, les souffles, les rayons, Où les coteaux herbeux, d'où l'aube blanche émerge, Sous les trèfles touffus font chanter leurs grillons ; Belle heure, où tout mouillé d'avoir bu l'eau vivante, Le frissonnant soleil que la mer a baigné Éveille brusquement dans les branches mouvantes Le piaillement joyeux des oiseaux matiniers, Instant salubre et clair, ô fraîche renaissance, Gai divertissement des guêpes sur le thym, - Tu écartes la mort, les ombres, le silence, L'orage, la fatigue et la peur, cher matin...

Soir d'été
Une tendre langueur s'étire dans l'espace ; Sens-tu monter vers toi l'odeur de l'herbe lasse ? Le vent mouillé du soir attriste le jardin ; L'eau frissonne et s'écaille aux vagues du bassin Et les choses ont l'air d'être toutes peureuses ; Une étrange saveur vient des tiges juteuses. Ta main retient la mienne, et pourtant tu sens bien Que le mal de mon rêve et la douceur du tien Nous ont fait brusquement étrangers l'un à l'autre ; Quel coeur inconscient et faible que le nôtre, Les feuilles qui jouaient dans les arbres ont froid Vois-les se replier et trembler, l'ombre croît, Ces fleurs ont un parfum aigu comme une lame... Le douloureux passé se lève dans mon âme, Et des fantômes chers marchent autour de toi. L'hiver était meilleur, il me semble ; pourquoi Faut-il que le printemps incessamment renaisse ? Comme elle sera simple et brève, la jeunesse !... Tout l'amour que l'on veut ne tient pas dans les mains ; Il en reste toujours aux closes du chemin. Viens, rentrons dans le calme obscur des chambres douces ; Tu vois comme l'été durement nous repousse ; Là-bas nous trouverons un peu de paix tous deux. - Mais l'odeur de l'été reste dans tes cheveux Et la langueur du jour en mon âme persiste : Où pourrions-nous aller pour nous sentir moins tristes ?...

Voix intérieure
Mon ami, quels ennuis vous donnent de l'humeur ? Le vivre vous chagrine et le mourir vous fâche. Pourtant, vous n'aurez point au monde d'autre tâche Que d'être objet qui vit, qui jouit et qui meurt. Mon âme, aimez la vie, auguste, âpre ou facile, Aimez tout le labeur et tout l'effort humains, Que la vérité soit, vivace entre vos mains, Une lampe toujours par vos soins pleine d'huile. Aimez l'oiseau, la fleur, l'odeur de la forêt, Le gai bourdonnement de la cité qui chante, Le plaisir de n'avoir pas de haine méchante, Pas de malicieux et ténébreux secret, Aimez la mort aussi, votre bonne patronne, Par qui votre désir de toutes. choses croît, Et, comme un beau jardin qui s'éveille du froid, Remonte dans l'azur, reverdit et fleuronne ; - L'hospitalière mort aux genoux reposants Dans la douceur desquels notre néant se pâme, Et qui vous bercera d'un geste, ma chère âme, Inconcevablement éternel et plaisant...

Le verger
Dans le jardin, sucré d'oeillets et d'aromates, Lorsque l'aube a mouillé le serpolet touffu, Et que les lourds frelons, suspendus aux tomates, Chancellent, de rosée et de sève pourvus, Je viendrai, sous l'azur et la brume flottante, Ivre du temps vivace et du jour retrouvé, Mon coeur se dressera comme le coq qui chante Insatiablement vers le soleil levé. L'air chaud sera laiteux sur toute la verdure, Sur l'effort généreux et prudent des semis, Sur la salade vive et le buis des bordures, Sur la cosse qui gonfle et qui s'ouvre à demi ; La terre labourée où mûrissent les graines Ondulera, joyeuse et douce, à petits flots, Heureuse de sentir dans sa chair souterraine Le destin de la vigne et du froment enclos. Des brugnons roussiront sur leurs feuilles, collées Au mur où le soleil s'écrase chaudement ; La lumière emplira les étroites allées Sur qui l'ombre des fleurs est comme un vêtement. Un goût d'éclosion et de choses juteuses Montera de la courge humide et du melon, Midi fera flamber l'herbe silencieuse, Le jour sera tranquille, inépuisable et long. Et la maison, avec sa toiture d'ardoises, Laissant sa porte sombre et ses volets ouverts, Respirera l'odeur des coings et des framboises Éparse lourdement autour des buissons verts ; Mon coeur, indifférent et doux, aura la pente Du feuillage flexible et plat des haricots Sur qui l'eau de la nuit se dépose et serpente Et coule sans troubler son rêve et son repos. Je serai libre enfin de crainte et d'amertume, Lasse comme un jardin sur lequel il a plu, Calme comme l'étang qui luit dans l'aube et fume, Je ne souffrirai plus, je ne penserai plus, Je ne saurai plus rien des choses de ce monde, Des peines de ma vie et de ma nation, J'écouterai chanter dans mon âme profonde L'harmonieuse paix des germinations. Je n'aurai pas d'orgueil, et je serai pareille, Dans ma candeur nouvelle et ma simplicité, A mon frère le pampre et ma soeur la groseille Qui sont la jouissance aimable de l'été, Je serai si sensible et si jointe à la terre Que je pourrai penser avoir connu la mort, Et me mêler, vivante, au reposant mystère Qui nourrit et fleurit les plantes par les corps. Et ce sera très bon et très juste de croire Que mes yeux ondoyants sont à ce lin pareils, Et que mon coeur, ardent et lourd, est cette poire Qui mûrit doucement sa pelure au soleil...

Enfin je puis ne plus épier le printemps
Enfin je puis ne plus épier le printemps! Je cesse d’écouter, d’une oreille attentive, Ce frémissant secret qui soulève et ravive, Et dont j’ai vénéré le bruit sourd et montant! Je puis me reposer de la tâche royale De recueillir avec des sens religieux L’appel de la nature aux trompeuses cymbales, Qui veut relier l’homme à d’inutiles cieux! L’univers n’a plus rien qu’il m’ôte ou qu’il m’apporte, Mon être est à l’écart de ses jeux décevants, Dans un tombeau sacré je suis comme une morte, Et ma vie est encore en pleurs dans un vivant!

Pourquoi ce besoin fort et triste
Pourquoi ce besoin fort et triste De voir haleter et languir Dans la détresse du plaisir Le corps rêveur que l'on assiste ? Espère-t-on ainsi capter La part de l'âme inviolable, Et voler, par la volupté, A l'être épars et dévasté, Sa solitude insaisissable ? — Ah ! pouvoir excéder mes droits, Pouvoir te dérober dans l'ombre Ton secret, tes forces, tes lois, Et sentir que ton désarroi Appartient à mon âme sombre Plus que je n'appartiens à toi !

Ce fut long, difficile et triste
Ce fut long, difficile et triste De te révéler ma tendresse ; La voix s'élance et puis résiste, La fierté succombe et se blesse. Je ne sais vraiment pas comment J'ai pu t'avouer mon amour ; J'ai craint l'ombre et l'étonnement De ton bel œil couleur du jour. Je t'ai porté cette nouvelle ! Je t'ai tout dit ! je m'y résigne; Et tout de même, comme un cygne, Je mets ma tête sous mon aile...

L’Offrande à la Nature
"Nature au coeur profond sur qui les cieux reposent, Nul n'aura comme moi si chaudement aimé La lumière des jours et la douceur des choses, L'eau luisante et la terre où la vie a germé. La forêt, les étangs et les plaines fécondes Ont plus touché mes yeux que les regards humains, Je me suis appuyée à la beauté du monde Et j'ai tenu l'odeur des saisons dans mes mains. J'ai porté vos soleils ainsi qu'une couronne Sur mon front plein d'orgueil et de simplicité. Mes jeux ont égalé les travaux de l'automne Et j'ai pleuré d'amour aux bras de vos étés. Je suis venue à vous sans peur et sans prudence, Vous donnant ma raison pour le bien et le mal, Ayant pour toute joie et toute connaissance Votre âme impétueuse aux ruses d'animal. Comme une fleur ouverte où logent des abeilles Ma vie a répandu des parfums et des chants, Et mon coeur matineux est comme une corbeille Qui vous offre du lierre et des rameaux penchants. Soumise ainsi que l'onde où l'arbre se reflète J'ai connu les désirs qui brûlent dans vos soirs Et qui font naître au coeur des hommes et des bêtes La belle impatience et le divin vouloir. Je vous tiens toute vive entre mes bras, Nature, Ah ! Faut-il que mes yeux s'emplissent d'ombre un jour Et que j'aille au pays sans vent et sans verdure Que ne visitent pas la lumière et l'amour... "


Anna de Noailles,

« L'Offrande à la Nature »,
Le Cœur innombrable, poèmes,
Calmann-Lévy, 1901.



Anna de Noailles
Anna Brancovan de Noailles (1876—1933).
Par Philip Alexis de Laszlô (1869-1937). 
Huile sur toile. 
Musée d'Orsay.

Biographie

D'origine roumaine par son père, le prince Grégoire Bassaraba
de Brancovan, et grecque par sa mère, Raluka Musurus. Anna était
née à Paris et passait une enfance heureuse sur les bords du lac
Léman. Elle épousait Comte Mathieu de Noailles et devenait
célèbre comme poète avec "Le Cœur innombrable".
Anna de Noailles était l'ami de Colette, Marcel Proust, Jean Cocteau,
Maurice Barrès Paul Claudel, André Gide, Frédéric Mistral, Paul
Valéry, Jean Cocteau, Edmond Rostand et Alphonse Daudet.
Elle entretint aussi une liaison avec le poète Henri Franck et va
devenir sa muse.
Anna de Noailles était largement inspirée par le lac Léman. Elle
passait ses vacances d'été à Amphion, entre Evian et Thonon.
Son œuvre qui au début, célèbrait l'amour et la nature, devenait
suite à une maladie, un chant douloureux. Elle écrit trois romans,
une autobiographie et un grand nombre de poèmes.
En 1904, avec d’autres femmes, elle crée "Vie heureuse ", qui
deviendra plus tard "Le prix fémina", récompensant la meilleure
œuvre française écrite en prose ou en poésie.
Anna de Noailles était la première femme à devenir commandeur
de la Légion d'honneur et membre de l'Académie française.

Bibliographie

Le Cœur innombrable, poèmes (1901).
L'ombre des jours, poèmes (1902).
La Nouvelle Espérance, roman (1903).
Le visage émerveillé, roman (1904).
La Domination, roman (1905).
Les éblouissements, poèmes (1907).
Les vivants et les morts, poèmes (1913).
Les forces éternelles, recueil de poèmes (1921).
Les Innocentes, recueil de proses poétiques (1923).
L'honneur de souffrir, poèmes (1927).
Le livre de ma vie, mémoires (1932).






Anna de Noailles - Poème de l'amour


Anna de Noailles - Éblouissement


Anna de Noailles - Bittô


Louise Labé - XXIV sonnets


M. Desbordes Valmore - Amour


M. Desbordes Valmore - Florilège


M. Desbordes Valmore - Fleur d'enfance


Mélanie Waldor - Dors à mes pieds


Renée Vivien - Florilège 1


Renée Vivien - Florilège 2


Renée Vivien - Florilège 3


Louise Ackermann - Poèmes


Marie Nizet - La torche


Cécile Sauvage - Tu tettes le lait pur


Lucie Delarue - Poèmes lesbiens


Lucie Delarue - Poèmes échequéens


Lucie Delarue - Le Normandie


Sappho
(Nederlands - English - Français)


Club des poétesses


Dead Poetesses Society



Homepage


Pageviews since 21-03-2002
©  Gaston D'Haese: 25-02-2007.
Dernière mise à jour: 11-03-2016.