Baudelaire
In English

Baudelaire
Les chats

Baudelaire
Les chats

Baudelaire
L' albatros

Baudelaire
Ma maîtresse

Baudelaire
Enivrez-vous

Baudelaire
Les bijoux

Baudelaire
Chant d'automne

Baudelaire
Au lecteur

Baudelaire
J'aime le souvenir

Baudelaire
Tableaux parisiens

Baudelaire
La chevelure

Baudelaire
Femmes damnées

Baudelaire
Le serpent

Baudelaire
Le goût du néant


Charles Baudelaire - Poésie
Baudelaire

L'horloge


L'horloge


Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible, 
Dont le doigt nous menace et nous dit: " Souviens-toi ! 
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d'effroi 
Se planteront bientôt comme dans une cible, 

Le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon 
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse; 
Chaque instant te dévore un morceau du délice 
A chaque homme accordé pour toute sa saison. 

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde 
Chuchote : Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix 
D'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois, 
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde ! 

Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor ! 
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.) 
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues 
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or ! 

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide 
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi. 
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi ! 
Le gouffre a toujours soif; la clepsydre se vide. 

Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard, 
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge, 
Où le repentir même (oh ! la dernière auberge !), 
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard.


La cloche fêlée


Il est amer et doux, pendant les nuits d'hiver,
D'écouter, près du feu qui palpite et qui fume,
Les souvenirs lointains lentement s'élever
Au bruit des carillons qui chantent dans la brume,

Bienheureuse la cloche au gosier vigoureux
Qui, malgré sa vieillesse, alerte et bien portante,
Jette fidèlement son cri religieux,
Ainsi qu'un vieux soldat qui veille sous la tente !

Moi, mon âme est fêlée, et lorsqu'en ses ennuis
Elle veut de ses chants peupler l'air froid des nuits,
Il arrive souvent que sa voix affaiblie

Semble le râle épais d'un blessé qu'on oublie
Au bord d'un lac de sang, sous un grand tas de morts,
Et qui meurt, sans bouger, dans d'immenses efforts.


La pipe

René Magritte 
La Trahison des Images (1928-29) 
Los Angeles County Museum of Art

Je suis la pipe d'un auteur; 
On voit, à contempler ma mine 
D'Abyssinienne ou de Cafrine, 
Que mon maître est un grand fumeur.

Quand il est comblé de douleur,
Je fume comme la chaumine 
Où se prépare la cuisine
Pour le retour du laboureur.

J'enlace et je berce son âme 
Dans le réseau mobile et bleu 
Qui monte de ma bouche en feu,

Et je roule un puissant dictame 
Qui charme son coeur et guérit 
De ses fatigues son esprit.


Charles Baudelaire 
(1821-1867)





Baudelaire - Florilège


Baudelaire - Femmes damnées


Baudelaire - La chevelure


Baudelaire - Tableaux parisiens


Baudelaire - J'aime le souvenir


Baudelaire - Le goût du néant


Baudelaire - Le serpent qui danse


Baudelaire - Les Chats


Baudelaire - Le cygne


Baudelaire - L' Albatros


Baudelaire - Ma Maïtresse


Baudelaire - Enivrez-vous


Baudelaire - Chant d'automne


Baudelaire - Au lecteur


Baudelaire - Bénédiction


Baudelaire - Tristesse de la lune


Baudelaire - Madrigal triste


Baudelaire - L'homme et la mer


Baudelaire - L'irréparable


Baudelaire - Les phares


Baudelaire - La belle Dorothée


Baudelaire - A celle qui est trop gaie


Baudelaire - Les Bijoux


Baudelaire - In English


Baudelaire - In het Nederlands


Club des Poètes


Club des Poétesses


Dead Poets Society



Homepage


Pageviews since/sinds 21-03-2002 

   © Gaston D'Haese: 30-09-2004.
Dernière mise à jour: 03-06-2016.