Evariste Parny

Charles Colson.
Jeune femme créole (1837).
Huile sur toile. 
Louisiana State Museum.
Charles Colson - Jeune femme créole (1837)

Délire


Il est passé ce moment des plaisirs
Dont la vitesse a trompé mes désirs;
Il est passé; ma jeune et tendre amie,
Ta jouissance a doublé mon bonheur.
Ouvre tes yeux noyés dans la langueur,
Et qu’un baiser te rappelle à la vie.

Celui-là seul connoît la volupté,
Celui-là seul sentira son ivresse,
Qui peut enfin avec sécurité
Sur le duvet posséder sa maîtresse.
Le souvenir des obstacles passés
Donne au présent une douceur nouvelle;
A ses regards son amante est plus belle;
Tous les attraits sont vus et caressés.
Avec lenteur sa main voluptueuse
D’un sein de neige entr’ouvre la prison,
Et de la rose il baise le bouton
Qui se durcit sous sa bouche amoureuse.
Lorsque ses doigts égarés sur les lis
Viennent enfin au temple de Cypris,
De la pudeur prévenant la défense,
Par un baiser il la force au silence.
Il donne un frein aux aveugles désirs;
La jouissance est long-tems différée;
Il la prolonge, et son âme enivrée
Boit lentement la coupe des plaisirs.

Éléonore, amante fortunée,
Reste à jamais dans mes bras enchaînée.
Trouble charmant! le bonheur qui n’est plus
D’un nouveau rouge a coloré ta joue;
De tes cheveux le ruban se dénoue,
Et du corset les liens sont rompus.
Ah! garde-toi de ressaisir encore.


'Poésies érotiques'

Chevalier Evariste de Forges de Parny
(1753-1814)






Evariste Parny - Eléonore


Evariste Parny - Elégies


Dead Poets Society


Club des Poètes disparus



Homepage


Pageviews since/sinds 21-03-2002: 

© Gaston D'Haese: 21-11-2004.
Dernière mise à jour: 15-02-2016.