Pierre de Ronsard
Gabrielle d'Estrée (à gauche) et sa soeur 
la duchesse de Villars (ca. 1595).
Maîtresse favorite d’Henri IV.
Seconde Ecole de Fontainebleau.
Huile sur bois (125 cm x 96 cm).
Musée du Louvre, Paris.
École de Fontainebleau - Gabrielle d'Estrée
et l'une de ses soeurs (Musée du Louvre)

Anne et Diane
Ronsard chante avec délicatesse "l'affection extrême" déclarée
à la Cour de Catherine de Médicis.
Anne offre à Diane de Cossé-Brissac son portrait sur lequel
est représentée la passion lesbienne du beau Chorebe pour Cassandre.


Elégie


Pour vous montrer que j'ay parfaite envie
De vous servir tous le temps de ma vie,
Je vous suppli' vouloir prendre de moy
Ce seul présent, le tesmoin de ma foy,
Vous le donnant d'affection extrême
Aveq' mon cœur, ma peinture et moy mesme.
Or ce présent que je vous donne icy
Est d'un metal qui reluist tout ainsi
Que fait ma foy, qui purement s'enflame
De la clarté de votre sainte flame,
Et tellement vit en vostre amitié
Qu'autre que vous n'y a part ny moitié.
L'or est gravé, et l'amour qui m'imprime
Vostre vertu que tout le monde estime,
M'a si au vif engravé de son trait
Et vostre grace et vostre beau portrait,
Que je ne vy, sans voir en toute place
Vostre presence au devant de ma face,
Car plus vos yeux sont eslongnez de moy
Et de plus pres en esprit je les voy.
Sur les deux bords sont engravez deux Temples,
(Des amitiez les fideles exemples)
Par la peinture il faut representer
Ce qui nous peut toutes deux contenter.
Le Temple donq d'Apollon represente
Le beau Chorebe , et l'ardeur violente
Dont pour Cassandre Amour tant le ferut 
Que pour sa Dame à la fin il mourut.
O belle mort ! avienne que je meure
Vostre, pourveu que vostre je demeure :
Heureuse lors je pourrois m'estimer
Quand je mourrois ainsi pour vous aimer :
Car l'amitié que je vous porte est telle
Qu'elle sera après mort immortelle :
Aussi le temps, ny l'absence des lieux,
Tempeste, guerre, ou l'effort d'envieux,
N'effaceront, tant leur rigueur soit forte,
Nostre amitié qui sainctement je porte .
Pource j'ai mis autour du Temple aussi
Ce vers Latin qui s'interprete ainsi,
Vostre amitie chaste avecque la mienne
Surmontera toute amour ancienne.
Dans l'autre Temple, à Diane voué,
(Où la Scythie a tant de fois loué
L'amour de deux qui rarement s'assemble)
Se voit Oreste et son Pylade ensemble, 
Deux compagnons si fermement amis,
Que l'un cent fois comme prodigue a mis
Son sang pour l'autre, ayans tous deux envie
De consacrer l'un pour l'autre la vie :
Cœurs genereux, et dignes de renom,
Qui pour aimer ont celebré leur nom. 
Telle amitié bien qu'elle fust parfaite
Est aujourd'huy par la mienne desfaite,
Car je la passe autant que je voudrois
Mourir pour vous cent et cent mille fois :
Pource j'ay pris un vers Latin qui montre
Qu'amour pareille icy ne se rencontre,
Et que ces deux le lieu doivent quitter
A notre foy qui les peut surmonter. 
Dessous le Temple est l'autel où la Grece,
(Ains que tuer la Troyenne jeunesse)
Jura dessus, que point ne se lairroit,
Mais au combat l'un pour l'autre mourroit. 
Sur cet autel, Maistresse, je vous jure
De vous servir, et si je suis parjure,
Le Ciel vangeur de l'incertaine foy
Puisse ruer la foudre desur moy :
Le vers Romain donne assez à cognoistre
Qu'en vostre endroit fidele je veux estre,
Et que mon sang je voudrois sur l'autel
Verser pour vous par service immortel.
Dedans la pomme est peinte ma figure
Palle, muette et triste, qui endure
Trop grièvement l'absence de nous deux
Ne jouyssant du seul bien que je veux.
Hà ! je voudrois que celuy qui l'a faite
Pour mon secours ne l'eust point fait muette,
Elle pourroit vous conter à loisir
Seule à par-vous, l'extreme desplaisir
Que je recoy, me voyant séparée
De vous mon tout, demeurant esgarée
De tant de bien qui me souloit venir,
Ne vivant plus que du seul souvenir
Et du beau nom que vous portez, Madame,
Qui si avant m'est escrit dedans l'ame.
Mais quel besoin est-il de presenter
Un portrait mort qui ne peut contenter,
Quand de mon corps vous estes la Maistresse,
Et de l'esprit qui jamais ne vous laisse ?
Las ! c'est afin qu'en le voyant ainsi,
A tout le moins ayez quelque souci
De moy qui suis en douleur languissante
Pour ne voir point vostre face presente,
Plus grand plaisir je ne pourrois avoir
Que vous servir en presence, et vous voir.
Puis tellement dedans vous je veux estre
Qu'autre que vous je ne veux recognoistre :
Le vers Romain mis autour du portrait
Declare assez mon desir si parfait,
C'est qu'Anne vit en sa Diane esprise,
Diane en Anne, et que le temps, qui brise
Empire et Rois et qui tout fait plier,
Deux si beaux noms ne sçauroit deslier.
Le plus grand bien que Dieu çà bas nous face,
C'est l'amitié qui toute chose efface.
Sans amitié la personne mourroit,
Et vivre saine au monde ne pourroit.
C'est doncq le bien qu'au monde il nous faut suivre,
Le sang, le cœur ne font les hommes vivre
Tant comme fait la fidele amitié
Quand on retrouve une fois sa moitié.
Telle, Maistresse, en m'ayant esprouvée,
M'avez certaine en vostre amour trouvée,
Car vous et moy ne sommes sinon qu'un,
Et si n'avons qu'un mesme corps commun :
Vostre penser est le mien, et ma vie
Est de la vostre entierement suivie.
Ce n'est qu'un sang, qu'une ame et qu'une foy,
Je suis en vous, et vous estes en moy
D'un noeud si fort estroitement liée,
Que je ne puis de vous estre oubliée
Sans oublier vous mesmes, et ainsi
Je n'ay ni peur ny crainte ny souci,
Tant toute en vous je me trouve, Madame,
Et mon ame est tout entiere en vostre ame.
Ce bien me vient, pour point n'en abuser,
De la faveur dont il vous plaist m'user,
Me cognoissant de beaucoup estre moindre :
Mais vous daignez vostre hautesse joindre
A moy plus basse, afin que tel honneur
Me rende égale à vous par le bon-heur : 
C'est la raison pourquoy je vous dedie
Mon sang, mon cœur, ma peinture, et ma vie.

(1565)

Sous la plume de Ronsard, Diane remercie Anne pour son portrait

Sonnet


Anne m'a fait de sa belle figure
Un beau present que je garde bien cher,
Cher pour autant qu'on n'en sçauroit cercher
Un qui passast si belle portraiture.

Diane icy redonne sa peinture
A sa maistresse Anne, pour revancher
Non le present, mais toujours pour tascher
Que son service envers son ame dure .

Des deux costés le portrait est gravé
De meint exemple entre amis éprouvé
De Corebus, de Pylade, et d'Oreste,

Et d'un autel sacré à l'Amitié,
Pour tesmoigner qu'un amour si celeste
N'a fait qu'un coeur d'une double moytié.




Pierre de Ronsard - Florilège


Pierre de Ronsard - Cassandre


Pierre de Ronsard - Marie


Pierre de Ronsard - Hélène


Pierre de Ronsard - Adieu, cruelle, adieu


Pierre de Ronsard - Amourette


Pierre de Ronsard - Les Bacchanales


Pierre de Ronsard - Derniers vers


Poèmes d'amour - Top 10


Paul Verlaine - In het Nederlands


Club des Poètes disparus


Club des Poétesses disparues


Dead Poets Society



Homepage


Pageviews since/sinds 21-03-2002: 

© Gaston D'Haese: 29-09-2004.
Dernière mise à jour: 21-02-2016.