Pierre de Ronsard
Nu sur un sofa ou L’odalisque blonde (1752)
Huile sur toile, 59 x 72,9 cm 
Alte Pinakothek, Munich
François Boucher  (1703-1770)

Sonnets pour Hélène
Ronsard a cinquante quatre ans quand il rencontre Hélène de Surgères
(ou 'de Fonsèque'; 1546-1618), une des filles de la Cour. Elle vient
de perdre dans la guerre civile, capitaine Jacques de La Rivière,
dont elle était éprise. La reine Catherine de Médicis invite le poète
à consoler 'la belle Hélène'...

 Madrigal


Si c'est aimer, Madame, et de jour, et de nuit
Rêver, songer, penser le moyen de vous plaire,
Oublier toute chose, et ne vouloir rien faire
Qu'adorer et servir la beauté qui me nuit :

Si c'est aimer que de suivre un bonheur qui me fuit,
De me perdre moi même et d'être solitaire,
Souffrir beaucoup de mal, beaucoup craindre et me taire,
Pleurer, crier merci, et m'en voir éconduit :

Si c'est aimer que de vivre en vous plus qu'en moi même,
Cacher d'un front joyeux, une langueur extrême,
Sentir au fond de l'âme un combat inégal,
Chaud, froid, comme la fièvre amoureuse me traite :

Honteux, parlant à vous de confesser mon mal !
Si cela est aimer : furieux je vous aime :
Je vous aime et sait bien que mon mal est fatal :
Le coeur le dit assez, mais la langue est muette. 

Sonnets pour Hélène (1578)

 Maîtresse, embrasse-moi,
baise-moi, serre-moi

Maîtresse, embrasse-moi, baise-moi, serre-moi,
Haleine contre haleine, échauffe-moi la vie,
Mille et mille baisers donne-moi je te prie,
Amour veut tout sans nombre, amour n'a point de loi.

Baise et rebaise-moi ; belle bouche pourquoi
Te gardes-tu là-bas, quand tu seras blêmie,
A baiser (de Pluton ou la femme ou l'amie),
N'ayant plus ni couleur, ni rien semblable à toi ?

En vivant presse-moi de tes lèvres de roses,
Bégaie, en me baisant, à lèvres demi-closes
Mille mots tronçonnés, mourant entre mes bras.

Je mourrai dans les tiens, puis, toi ressuscitée,
Je ressusciterai ; allons ainsi là-bas,
Le jour, tant soit-il court, vaut mieux que la nuitée.

Sonnets pour Hélène

Quand vous serez bien vieille,
au soir, à la chandelle *

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise aupres du feu, devidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous esmerveillant :
Ronsard me celebroit du temps que j'estois belle.

Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
Desja sous le labeur à demy sommeillant,
Qui au bruit de mon nom ne s'aille resveillant,
Benissant vostre nom de louange immortelle.

Je seray sous la terre et fantaume sans os :
Par les ombres myrteux je prendray mon repos :
Vous serez au fouyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et vostre fier desdain.
Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
Cueillez dés aujourd'huy les roses de la vie.


* Ronsard présente un avenir sombre, afin d'inciter
Hélène à jouir du présent.

Recueil: Sonnets pour Hélène



Pierre de Ronsard - Adieu cruelle


Pierre de Ronsard - Ode à Cassandre


Pierre de Ronsard - Marie Dupin


Pierre de Ronsard - Florilège


Pierre de Ronsard - Amourette


Pierre de Ronsard - Derniers vers


Poèmes d'amour - Top 10


Club des Poètes disparus


Dead Poets Society



Homepage


Pageviews since/sinds 21-03-2002: 

© Gaston D'Haese: 28-09-2004.
Dernière mise à jour: 21-02-2016.