Enfants (Français)
 
Goudi = Parents Divorcés Service par Information
 
Les mamans et les papas aiment leurs enfants - les deux les aiment
 
 

Articles:

- Au coeur du masculin - nouveau livre de Kérim Maamer 10-2-2015
- Famille recomposée : Les 1ères vacances !!
- Le conflit parental, une forme de maltraitance ? Par Marie-Sandrine Giraudet-Balestreri, Avocat - 6-6-2011
- Aliénation - video France
- La justice face au processus de l'aliénation parentale
- Une preuve d'amour - un conte pour enfants écrit par un auteur engagé
- Pétition et marche "Access Denied" du 25 avril jusqu'au 21 mai 2008
- Cali - Le Droit des Pères - Chanson
- Le cadeau parfait pour mon enfant
- 20 Demandes des enfants à leurs parents divorcés ou séparés - Karin Jäckel
- « PAPA, MAMAN… OU EST MA PLACE ? » - CONFERENCE DEBAT DU 17 NOVEMBRE 2004
Namur - par Ursula KODJOE, PSYCHOLOGUE

- Pourquoi les pères doivent reprendre le pouvoir aux mères
- SITE WEB SUR LE SYNDROME D' ALIENATION PARENTALE (SAP) EN FRANCAIS
- Réflections dans la presse après l'action des pères : Ces pères qui n'abdiquent pas et Les papas tiroirs-caisses
- Interview avec une magistrate : "Promouvoir la coparenté"
- Accord des Quinze sur le traitement des enlèvements d'enfants bi-nationaux
- La Conférence de Namur du 5 novembre 2002 concernant le SAP dans la presse
- "Retrouver Sara", le récit par une mère d'une affaire d'enlèvement parental

 
 

"Les enfants ne sont pas des ersatz de l'amour,
ils ne remplacent pas un but de vie brisée,
ils ne sont pas du matériel destiné à remplir le vide de notre vie;
ils sont une responsabilité et un lourd devoir...
Ils ne sont ni le jouet des parents,
ni l'accomplissement de leur besoin de vivre,
ni les succédanés de leurs ambitions insatisfaites..."

Simone de Beauvoir

 
En haut
 

Chaque enfant a 2 parents qui ont les mêmes droits et les mêmes responsabilités

- de lui offrir les meilleures conditions de vie,
- de lui donner son affection,
- de lui apporter aide et protection,
- de lui donner une éducation,
- de favoriser l’épanouissement de sa personnalité,
- de lui transmettre ses valeurs.

http://2parents.net/


 
En haut
 

Au coeur du masculin - nouveau livre de Kérim Maamer 10-2-2015

Convoqué devant un Juge de paix, pour répondre d'une demande de séparation de couple... un père ressort condamné à quitter son domicile, et à abandonner ses jeunes enfants! Face à une demande unilatérale, en l'espace d'une audience, il se trouva officiellement dépouillé de sa responsabilité parentale, tronqué de ce qu'il a de plus cher! Recouvrir les droits naturels de la parenté et de le petite enfance nécessitera un long parcours de procédures judiciaires, où les accusations ultérieures justifieront le non-droit antérieur, d'une inextricable problématique qui dépasse le cadre judiciaire, pour se justifier encore de décision judiciaire!

L'auteur est un universitaire de l'ULB, qui a servi la coopération belge en Afrique. En retour de mission, il découvre un système "casse famille", sans structures pour aider ou accompagner les couples en conflit. Il mit alors en place un service pour l'aider à recouvrir ses droits, et à aider d'autres parents en situation de conflit divorce / séparation. Les pères affluent à la recherche de solutions pour leurs difficultés familiales. Les cas d'abus n'étaient pas isolés d'une défaillance judiciaire, mais classiques à une pratique du divorce familial. Le processus inique conduisait à éloigner les enfants de leur père, à couper les liens familiaux, et construire ces enfants dans le fondement de rupture. L'atteinte est immensurable.

Kérim Maamer offrit une plate-forme, où les parents solidaires échangeaient leurs opinions, au sein d'un réseau de confiance principalement composé d'hommes. Les auteurs imaginaient probablement leurs écrits perdus. Or, des problématiques essentielles étaient posées à l'audit public. Elles tenaient des réflexions d'ordre sociétal, toujours d'actualité, qui se poursuivent à ce jour, sous d'autres formes, dans une toile constamment renouvelée. L'auteur a jugé d'intérêt public de rapporter ces émotions "au cœur du masculin", de ces hommes qui s'expriment au vif, dans le moment des impasses et obstructions judiciaires. Ces pères portent leurs intimes convictions sur les différents tons de l'humour/dérision, dénonciation/colère, rationalité / franchise ... dans tous les cas, l'expérience de leur vécu. Leur conscience de genre, d'une paternité détricotée, interroge l'intérêt sociétal.

En vingt-et-un chapitres sont rapportées leurs opinions / avis, sur les questions de la "violence psychique", de "l'empathie", la "vérité judiciaire", "l'intérêt de l'enfant", "l'aliénation parentale", le "rapt parental", "l'expérience humaine", "l'organisation sociale", "l'état économique", le "féminisme", la "démographie", les "droits humains", la "notion de faute", la "procédure judiciaire", les "mouvements de pères", "l'opposition stratège"... Ces questions socio-économiques et sociéto-judiciaires sont introduites d'un texte principal lequel est suivi d'échanges e-mail, numérotés, et rapportés, le plus souvent, avec le nom d’auteur et la date d’envoi. La construction sous forme épistolaire offre une facilité de lecture, sans chronologie, au gré du lecteur, selon son désir, son intérêt, le ton ou la personnalité de l'auteur...

Je vous souhaite une bonne lecture.

Détails du livre
Auteur : Kérim MAAMER
Rubrique : Sciences humaines
Style : Sociologie
Format : Origine (21x29,7cm)
Impression : Noir & Blanc
Pages : 395
Référence : 112103
N° ISBN : 9782960151107

Acheter ce livre

Le pdf     9,80 €
Le livre  31,00 €

 


 
En haut
 

Famille recomposée : Les 1ères vacances !!

Les 1eres vacances avec ses enfants, une occasion pour nous rapprocher, pour apprendre à nous connaitre !! Et bien, pas tant que cela ! Les 1eres vacances en famille recomposée sont jalonnées de pièges et peuvent se transformer en cauchemar si nous ne nous méfions pas de quelques travers :
 


1/ La durée des vacances : Si le beau-parent (BP) connait les enfants depuis quelques mois et que la relation s’est déjà construite relativement sereinement, on a déjà une idée de l’ambiance à venir. On peut alors organiser des vacances sur de longues périodes comme 2 ou 3 semaines. En revanche, partir de l’idée que c’est l’occasion de faire connaissance tend à fragiliser la prise de contact. L’enfant n’est pas forcément prêt à accepter le BP durant les vacances. Dans sa tête, c’est avant tout l’occasion de profiter de son parent dans des conditions de disponibilité et de joie ! Le BP prend du temps et de la place et lui vole donc de sa relation privilégiée. Des vacances d’une semaine pour les prises de contact sont donc plus appropriées. L’enfant sait que le reste du temps il aura son parent pour lui tout seul et il prendra moins le BP comme un voleur !

2/ Le choix du lieu est essentiel : l’enfant quel que soit sont âge doit pouvoir s’isoler si la situation lui est pesante. Si c’est un ado, il trouvera d’autres copains pour aller respirer avec eux. Si c’est un enfant, il devra pouvoir s’enfermer dans sa salle de jeux (chambre, coin dans le jardin, …) pour ne pas avoir à subir en permanence une situation qui le dépasse !

3/ Le couple se débrouille pour avoir du temps pour lui : Le BP sera forcement angoissé. Il pense que si les enfants ne l’aiment pas, c’est tout leur avenir qui est remis en question. Il est donc important que régulièrement, le parent rassure le BP, en passant du temps avec lui, quelque soit la qualité des relations avec les enfants.

4/ Le parent se débrouille pour avoir du temps avec son enfant : Même si les vacances sont de courtes durées, il est important que le parent passe du temps seul avec ses enfants. Ils seront alors rassurés sur leurs places privilégiées et prioritaires dans le cœur du papa ou de la maman.

5/ On privilégie les activités ensemble pour les enfants : ce sont des vacances en famille, donc on fait autour des enfants ! Même si j’ai toujours rêvé d’aller au musée d’Orsay, je vais visiter la tour Effeil parce que les enfants le préfèrent ! Ces vacances sont faites pour la famille, pas pour moi seul(e) ! On joue à des jeux de société, on fait des châteaux de sable, on joue au ballon. Ces 1ères vacances sont faites pour mieux connaitre les enfants pas pour me faire plaisir !

6/ Un ado boude quoiqu’il arrive ! Il est plus difficile de recomposer sa famille lorsque l’enfant est ado ! Il boudera probablement, surement ! Il s’agit donc de ne pas le prendre personnellement et laisser le parent gérer la situation. Le BP aura tendance à penser qu’il en est le responsable. Or, un ado boude !

7/ On favorise la relation à l’autre parent :Il est important, même si ce sont les 1ers vacances ensemble, de favoriser les relations avec le parent absent. Le BP a l’occasion ici de prouver à l’enfant qu’il ne cherche pas à prendre la place de ce parent. Le BP doit (même si cela lui est souvent difficile) ne pas pincer la bouche ou se replier ou en faire plus quand l’autre parent appelle. Au contraire, il doit rester le/ la même.

8/ On fait confiance au BP quand il signale un problème : le BP a un œil neuf sur les enfants. Il est donc capable de souligner des signes inquiétants au parent. Le BP subit également (parfois) des représailles en cachette du parent. Le parent doit donc faire confiance au BP et ne pas s’opposer automatiquement. Le BP a le même but, recomposer une famille. On encourage donc la communication, même difficile, plutôt que le déni ou le rejet.

9/ Le BP n’a pas fonction d’autorité, pas encore ! Le BP doit se tenir à l’écart quant à l’autorité. Seul le parent est responsable de l’enfant. Il lui conférera au fur et à mesure des vacances et des rencontres suivantes une autorité. Mais au début, le BP reste à sa place, il est l’amoureux(se) de papa ou maman.

10/ Deux fratries se rencontrent : Il n’y a pas de formule pour faire que deux fratries puissent s’aimer. Les facteurs de sexe et d’âge n’influencent pas. Organiser des activités ensemble favorise les relations mais ne garantissent pas l’affection. Seul le temps et la patience aideront ! 
   

Elodie CINGAL/ 06.33.55.39.43

Description: En tant que psychothérapeuthe (Master II en psychologie clinique – dévelopment, Psychopathologie et clinique transculturelle), j’ai eu l’occasion de travailler sur différents problèmes et differentes pathologies. Capable de m’intéresser à beaucoup de domaines, j’ ai voulu de créer un petit blog qui parle de la psychologie en générale et des sujets qui me tiennent à cœur à un moment donné. Et puis, au fur et à mesure, les articles deviennent des catégories !! Bonne lecture à vous !

 


 
En haut
 

Le conflit parental, une forme de maltraitance ? Par Marie-Sandrine Giraudet-Balestreri, Avocat

lundi 6 juin 2011
par Jérôme MESSINGUIRAL
popularité : 4%




Dans le cadre des procédures de divorce particulièrement conflictuelles, où les parents divorcés ne parviennent plus à communiquer, les enfants peuvent devenir des victimes de ce conflit parental qui peut être qualifié de maltraitance psychologique.

Les parents désormais aveuglés par leur propre conflit, par leur propre souffrance qu’ils ne parviennent plus à maîtriser, ne sont plus en capacité de prendre la mesure de l’impact psychologique de leurs comportements sur leurs enfants.

Ils n’en n’ont souvent pas directement conscience.

Des mesures de prévention et d’information devraient être prises dés le début de la procédure de divorce et ce, dés le dépôt de la requête initiale.

Il a été démontré que ce « conflit de loyauté » dans lequel est durablement plongé l’enfant est très destructeur pour la construction de la personnalité future de l’enfant.

Pour l’enfant, ce conflit intra-psychique naît de la profonde impossibilité de choisir entre le père et la mère.
Le conflit de loyauté est un trouble majeur auquel se trouvent confrontés de nombreux enfants de parents divorcés et qui doivent constamment composer entre les désirs des parents souvent contradictoires, et entre les obligations et interdictions diverses de ces deux parents qui ne parviennent plus à s’entendre.

Ce conflit parental est une forme de violence psychologique, et devient destructeur de part la répétitivité des messages contradictoires que peut recevoir l’enfant de la part de ces deux parents.

L’enfant placé au cœur de ce conflit est bien la victime directe d’un abus de pouvoir et de contrôle des parents et c’est effectivement le caractère répété et durable qui cause préjudice à l’enfant victime.

Les enfants placés contre leur volonté au centre de ce conflit majeur, qui se perpétue et qui peut devenir de plus en plus prégnant, en ressentent alors une profonde détresse.

Les enfants confrontés à ces dissensions sont bien souvent démunis et isolés. Ils ne parviennent pas à se protéger et manifestent alors leur désarroi par des actes de violences.

La loi donne la possibilité aux enfants d’être entendus par le juge des affaires familiales sur simple demande de leur part.

Les Magistrats aujourd’hui familiarisés avec cette pratique, sont à même de pouvoir trouver des solutions à ces conflits, mais dans certains cas particulièrement complexes et eu égard au danger que peut comporter ce conflit entre parents, ils renvoient le dossier au Juge des enfants.

L’avocat de l’enfant peut alors se rendre compte du déchirement de ces enfants victimes de ce conflit au cours des auditions devant le juge aux affaires familiales.

Le jour de l’audience, l’enfant vient la plupart du temps accompagné par l’un des parents et l’avocat peut s’entretenir librement avec lui. Il explique que pour telle et telle raison, il ne souhaite plus aller chez « papa » ou « maman ». Puis, dans le cabinet du Juge, il présente sa situation différemment et affirme que, finalement, il veut bien garder des liens avec ce parent qu’il ne souhaitait plus voir quelques instants auparavant.

Le Juge lui demandant alors les raisons pour lesquelles il a demandé cette audition, la confusion s’instaure dans son esprit.

Ces contradictions soulignent le profond conflit psychique qui peut agiter cet enfant.

De même et dans certains cas, et alors que le juge des affaires familiales conformément à la loi indique à l’enfant que son audition fait l’objet d’un compte rendu lisible pour les avocats de ses parents, celui-ci prend conscience que ses parents vont lire ses déclarations. Il demande alors au juge des affaires familiales de retirer certains éléments de son audition.

La confusion ne peut donc que s’instaurer dans l’esprit de l’enfant, qui se rend compte que sa parole ne sera pas confidentielle.

Il faudrait donc réfléchir au maintien de ce compte-rendu écrit de l’audition.

Une prise de conscience doit se faire, et il est urgent que le législateur réfléchisse à des réformes substantielles sur tous ces points.

Quelques pistes pourraient être envisagées afin de préserver l’intégrité des enfants victimes de ces conflits d’adultes exacerbés dont il doit nécessairement être extrait.

En effet, pourquoi ne pas rendre obligatoire lors de la présentation initiale de toute requête en divorce la signature d’une charte d’engagements des deux parents à une gestion non conflictuelle des droits de leurs enfants, leur rappelant que leur enfant doit vivre et évoluer dans un climat affectif sécurisant.

Il conviendra d’informer les parents des incidences de ce conflit de loyauté sur le devenir de leur enfant car les parents ignorent tout des incidences majeures de leur comportement.

Cette charte d’engagements mutuels signée des deux parents – leur consentement éclairé sera nécessaire – et pourrait être recueilli par le juge des affaires familiales dés l’audience de conciliation, pourrait être rédigée entre autres par des spécialistes de l’enfance et de l’adolescence, d’une manière pragmatique et éloquente.

Dans le cas où les engagements ne seraient pas respectés pendant l’instance et après le prononcé du divorce, une procédure spécifique confiée au juge des enfants et adaptée à ces conflits parentaux devra s’ouvrir, à la demande par exemple du juge aux affaires familiales, celui-ci estimant que ce conflit est préjudiciable aux enfants.
Certes, aujourd’hui, un juge aux affaires familiales peut renvoyer à son collègue juge aux affaires familiales en vue de l’ouverture d’une procédure d’assistance éducative. En effet, et à juste titre, l’enfant placé au sein de ce conflit peut être en situation de « danger » au sens de la loi (article 375 du code civil).

Toutefois, cette procédure devra être adaptée à la spécificité de ce conflit parental lié aux divorces.
Il est vrai que certains douteront de la nécessité d’alourdir les procédures alors que la justice manque de moyens aujourd’hui.

Mais l’intérêt de l’enfant doit primer contre toute considération de cette nature.

La réflexion de tous les professionnels juristes ou non juristes sur les dégâts occasionnés sur la construction de l’identité de l’enfant, placé au sein de ce conflit, doit s’effectuer dans l’urgence.

Marie-Sandrine GIRAUDET-BALESTRERI
AVOCAT AU BARREAU DE PARIS
giraudet.balestreri@free.fr

Source : http://www.village-justice.com/arti...

Village Justice

Applicable sur la situation juridique française


 
En haut
 

Aliénation - video France



VIDEO 3'12"

Description :

Le syndrome d'aliénation parentale est un phénomène encore mal identifié en France mais reconnu exceptionnellement en 2007 par le TGI de Toulon.


Vidéo ajoutée le : 17-03-2009
Catégories : Régions Télévision Actualités
Mots-clés : aliénation parentale divorce enfants


Adresse de la vidéo : http://ma-tvideo.france3.fr/video/iLyROoafJS-t.html

Ajouter cette vidéo sur votre blog ou site web (Copiez/collez le texte HTML)


 
En haut
 

LA JUSTICE FACE AU PROCESSUS D’ALIÉNATION PARENTALE



Conférence prononcée dans le cadre de la formation pour magistrats francophones et néerlandophones organisée par le Conseil Supérieur de la Justice le 16 décembre 2005, Belgique


Par Benoît Van Dieren
Psychologue, médiateur et expert -
http://www.separation.be

 


Dans notre société, le Législateur se pose actuellement la question de savoir si le rôle de la Justice consiste à déterminer et faire respecter la Norme ou au contraire s’en abstenir, considérant que l’individu crée lui-même ses propres normes. Son devoir d’intervention se réduirait alors au strict maintien de l’ordre public.
Cette tendance à la déjudiciarisation a sa raison d’être, y compris en matière familiale (cf
notamment l’encouragement aux modes de résolution de conflits alternatifs, comme la médiation).

J’estime néanmoins que cette tendance à la non ingérence de la Justice en matière familiale trouve sa limite radicale lorsque les garants du bien-être et du sain développement des enfants (en l’occurrence les parents) n’ont plus la compétence, ou ne sont plus en mesure, à cause du conflit, d’assurer cette mission essentielle de protection, d’éducation et de socialisation de l’enfant. Dans ces cas, la Justice se doit de considérer que l’enfant n’est pas la seule “propriété” des parents, mais que l’enfant fait aussi partie intégrante de la Société, et la Justice représente cette Société.

Dans les cas les plus graves, la loi de la jungle s ’installe dans la famille, avec les enfants comme enjeu principal, avec comme conséquence que la loi du meilleur manipulateur ou du plus fort l’emporte. Le rôle de la Justice devrait alors consister dans un premier temps à encourager les parents à retrouver leurs compétences de parents, notamment en donnant sa juste place à l’autre parent. A défaut, elle devrait intervenir activement, directement ou indirectement, pour rétablir un minimum d’”ordre familial” dans l’intérêt des enfants.

Cliquez ici pour le texte entier du document


 
En haut
 

Début d'une chanson d'Artibano

Cliquez sur:

Faut pas demander à l'enfant de choisir entre Papa ou Maman

Site web: http://www.artibano-sipem.com/album.php


 
En haut
 

Une petite fille manque son père

Elle l'appelle par cette chanson:

Ou est mon papa?

Précédée par un interview avec Patrick Garnier. Sa fille a onze ans maintenant.

Site web de Patrick Garnier


 
En haut
 

Une preuve d'amour - un conte pour enfants écrit par un auteur engagé


Une preuve d’amour


Sabine Vander Elst

Un conte pour enfants écrit par un auteur engagé







INTERVIEW D’ AUTEUR

Quel est votre parcours ?

Je suis née en Belgique. J’ai pu voyager très tôt, vers des destinations exotiques (Rwanda, Burundi, Congo...). Je me suis mariée en Allemagne, et de cette union est née une petite fille: Maëliss. Ma profession, chef coq, m’a permis de continuer à voyager.

J’ai écrit le conte Une preuve d’amour après l’enlèvement de ma fille. A l’époque où nous vivions ensemble, elle me demandait de lui raconter une histoire chaque soir. Ne pouvant plus partager ces moments merveilleux suite à sa disparition, j’ai commencé à écrire ce conte. Cela a agi comme une thérapie et, petit à petit, cela a atténué mes angoisses. Ce travail m’a pris neuf mois - le temps d’une gestation.

Lisez la suite sur manuscrit.com

Présentation

Haute comme trois pommes, Maëliss se demande si son papa et sa maman l’aiment vraiment. Ils n’habitent même pas dans le même pays, et en plus ils passent leur temps à se chamailler ! Avec son ami Troglo l’oiseau, la fillette décide de partir en quête d’une preuve d’amour de ses parents. Délicat et sensible, le conte de Sabine Vander Elst nous entraîne dans un tour du monde ludique et coloré. Il saura ravir les plus jeunes, tout en aidant les parents divorcés à répondre avec justesse aux questions de leurs enfants.

Figure de la lutte contre le rapt parental, Sabine Vander Elst se bat pour retrouver sa petite Maëliss, enlevée par son père allemand.

Extrait du livre

1. LA PETITE FILLE ET SON ANGE GARDIEN Il était une fois, une petite fille, du doux nom de Maëliss ; si belle que quiconque la regardait pensait voir un ange. À sa naissance, les cheveux de la belle enfant étaient presque noirs, ce qui faisait ressembler à la chevelure d’un bébé africain. Pourtant, quand trois semaines furent passées, sa chevelure était devenue orange et, à l’âge de six mois, Maëliss était la plus blonde de toutes les petites filles ; ses cheveux étaient si bouclés et ses yeux aussi beaux que la transparence des eaux du pacifique. Les anges eux-mêmes en étaient tout ébahis. Maëliss avait un don caché ; quelque chose que toutes les petites filles et les petits garçons de la planète aient rêvé d’avoir. N’ayant ni frère ni sœur et personne à qui parler, la petite s’était tout naturellement entourée d’animaux et connaissait leur langage. Elle avait appris à les aimer et les respecter, si bien que ces derniers le lui rendaient bien ; même le plus dangereux des fauves aurait protégé Maëliss au péril de sa vie si, d’aventure, cette dernière en aurait eu besoin. Le meilleur ami de la petite fille, son plus proche compagnon, était un mignon petit troglodyte nommé Troglo, minuscule oiseau, qui s’était déplacé du pays de la maman de cette dernière pour, le soir, lui raconter de jolies fables belges. La toute petite taille de l’oiseau ainsi que sa discrétion lui permettait de se cacher sous la robe de Maëliss lorsque celle-ci se trouvait en présence d’adultes.

Pourquoi avoir choisi le Manuscrit?

Après avoir lu mon conte, plusieurs de mes amis journalistes m’ont encouragée à le publier. Sans trop y croire, je me suis renseignée auprès de connaissances en France qui m'ont fait découvrir cette maison d'édition. J’ai donc contacté les éditions Le Manuscrit qui ont accepté de soutenir et de publier mon texte. Cette publication m’a permis de passer un cap au niveau de la lecture. J’ai le sentiment que quelque part, ce livre est maintenant à la disposition de ma fille. C’est un cadeau que je lui fais. Mais je le dédie aussi aux centaines d'enfants qui chaque année doivent traverser ce que ma fille a traversé; la déchirure, l'aliénation parentale, l'amputation d'un parent...


Quels projets d'écriture avez-vous pour l'avenir?

Je voudrais écrire un livre sur la maltraitance des personnes âgées et sur les incohérences européennes à ce sujet. J'aimerais aussi écrire un conte en rapport avec les soins palliatifs.

Source: http://www.manuscrit.com/Newsletter/Newsletter_230709.pdf

De tout coeur Goudi souhaite à Sabine Vander Elst un grand succès avec son livre.


 
En haut
 

Pétition et marche "Access Denied"
du 25 avril jusqu'au 21 mai 2008

INTERNATIONALE KINDERONTVOERINGEN - OUDERVERVREEMDING



Europees verzoekschrift en mars


http://1777.lapetition.be/ [elektronische handtekening naar beneden scrollen
en op de koppeling klikken]

Beste Grootouders,
Beste Ouders,
Beste Vaders én Moeders,
Beste Sympathisanten van waar dan ook,
 
 

Terwijl ik dit schrijf staan Sabine Vander Elst en Pascal Gallez in de aankomsthal van de luchthaven van Zaventem om handtekeningen voor hun petitie te verzamelen. Het gaat om het contact van ouders met hun kinderen na een scheiding. Het gaat om het hoogste belang van die kinderen voor hun persoonlijke ontplooiing tot volwaardige volwassen persoon door een blijvende band met elk van hun beide ouders. Het gaat om de toepassing en de handhaving van de wet- en regelgeving en de beschikkingen door de rechtbanken uitgesproken zowel op binnenlands vlak als op Europees vlak.

Een volledige uitleg in het Frans geeft Sabine Vander Elst op de film op Youtube:
http://fr.youtube.com/watch?v=O2bPVE7KgqI


Wij doen hier een oproep aan elk van u om deze enorm belangrijke actie persoonlijk te ondersteunen. Doe mee in de mate dat u dat kunt. U kunt dat in elk geval door de petitie of het verzoekschrift te onderschrijven door uw handtekening te zetten zowel op papier als elektronisch op de voorziene website.

http://1777.lapetition.be/ [elektronische handtekening:  naar beneden scrollen en op de koppeling klikken]
 
 
Het vertrek de mars van Sabine Vander Elst en Pascal Gallez aan het Europees Parlement in Brussel richting Straatsburg en de handtekeningenactie in Leuven voor hun petitie vrijdagnamiddag 25 april 2008 - herdenkingsdag van de oudervervreemding - leverden ruim driehonderd handtekeningen op voor het verzoekschrift en trokken heel wat persbelangstelling.


De Vlaamse commerciële televisie VTM zond twee reportages uit in haar nieuws van 13 u en 19 u. In de ruime reportage opgenomen voor het station in Leuven kreeg de actie en haar betekenis veel aandacht. In het nieuws van 19 u. werd even een beeld weergegeven van de handtekeningenactie, maar lag heel wat klemtoon op de tragische geschiedenis van een ouderontvoering van twee jonge kinderen door de moeder naar haar thuisland Polen. De vader en de grootouders van de kinderen konden hun verhaal van in de huiskring thuis kwijt aan de televisiekijkers. De familie Cordonier vecht voor het behoud en menswaardige contacten met de beide kinderen in Polen. Via de BASO-website van Eddy Dewaele kunt u de beide reportages bekijken en beluisteren en ook de krantenteksten in Het Laatste Nieuws en De Standaard lezen.


Ook de geschreven pers was in Leuven prominent aanwezig. Dat resulteert op zaterdag 26 april 2008 in twee uitvoerige krantenartikels in De Standaard en in Het Laatste Nieuws. Het Standaardartikel brengt in het kort het verhaal van Pascal Gallez en beklemtoont dat oudervervreemding een vorm van kindermishandeling is. Het artikel in Het Laatste Nieuws kopt met de titel "200.000 kinderen zien pa of ma niet" en beklemtoont naast de mars op Straatsburg voor de overhandiging van het verzoekschirft het maatschappelijk probleem van de oudervervreemding waartegenover de vervreemde ouders zo vaak machteloos staan.

 
Via de BASO-website van Eddy De Waele kunt u de beide reportages bekijken en beluisteren en ook de krantenteksten in Het Laatste Nieuws en De Standaard lezen onder Nieuws en Actua Januari-April 2008. Klik hier

www.F4J.be - Jan Van Baelen filmde Sabine en Pascal en ook Patrick Garnier die de actie van meet af aan steunde en ook in Wallonië mee actief is met interviews en verzamelen van handtekeningen. De interviews in het Frans kunt u op het internet bekijken. Klik hier



Hieronder vindt u de persmededeling van de actiegroep in het Nederlands en de planning van de mars van Brussel naar Straatsburg!
De Nederlandstalige versie van het verzoekschrift staat onderaan.
 
 
 
Ghislain Duchâteau,
partner in de actie van de beide Brusselse ouders
 
____________________________
 


Persmededeling van de actiegroep
« Access Denied »

Access Denied (Toegang miskend) is een actie die wordt georganiseerd door twee ouders die elk ten gevolge van een ouderontvoering al gedurende enkele jaren hun kind niet meer zien.

Die beide ouders, Sabine Vander Elst en Pascal Gallez kregen heel vlug de steun van ouders en verenigingen waarvan er enkele het peterschap wilden opnemen van de actie met het aanbrengen van hun logo of van hun naam.  Ook worden ouders en grootouders opgeroepen om bij te dragen aan het succes van deze actie.

Een veertigtal verenigingen, waarvan 98% Europees van herkomst hebben bijgedragen met hun handtekening en hebben op hun website ons verzoekschrift verspreid. Ook hebben ouders zich ingezet om mee te helpen deze actie tot een succes te maken.

Daarbij hebben we een honderdtal getuigenissen ontvangen die we kunnen verspreiden. Een aantal staan op de website met het verzoekschrift; andere zijn te vinden in het bijvoegsel van onze persmededeling. We stellen ze ter beschikking tijdens onze manifestaties (zie beneden)

De actie beoogt drie aspecten aan te klagen rond de problematiek van het niet eerbiedigen van de rechten van het kind:

1. het niet respecteren van het omgangsrecht of het bewaringsrecht
2. het probleem van de ouderontvoering
3. de ouderverstoting


De actie wordt voorgesteld met zijn zijn verschillende  aspecten waarvan

1. Europees verzoekschrift op het internet en op papier. Zie de tekst en de handtekeningen op http://www.lapetition.be/petition.php?petid=1777

2. Mars van het Europees Parlement in Brussel naar het Europees Parlement in Straatsburg van 25 april tot 21 mei. Op 21 mei wordt de actie afgerond met een mars doorheen Straatsburg naar het Europees Parlement. Daar worden we ontvangen door de voorzitter van de Commissie van de verzoekschriften van het Europees Parlement , de heer Libicky. Een aantal Europese parlementsleden hebben ons al verzekerd dat ze die dag aanwezig zullen zijn aan de zijde van de heer Libicky om ons te ontvangen en dan ook onze petitie aan te nemen.

Schenk aandacht aan de planning van onze acties in het document dat hierbij is gevoegd.
Bijkomende informatie bij de persmededeling wordt overhandigd aan de journalisten op de plaatsen waar wij manifesteren.



Pascal Gallez +32 473 97 42 92
http://antoinekailouisghislain.skynetblogs.be

en/of



Sabine Vander Elst + 32 497 38 69 77
http://lebensborn2-mafille-maeliss.skynetblogs.be/



Planning - met beknopte verslagen van het verloop van het gebeuren

Zaterdag 5 april 2008, luchthaven Zaventem, van 12 u. tot 16 u. worden bij de aankomsten handtekeningen verzameld. 

Dinsdag 8 april 2008,  Brussel / Parlement van de Franstalige Gemeenschap, van 15 u. tot 17 u. Wij zullen proberen de aanwezige politici te benaderen, hen te informeren en hun handtekening te vragen. Geen spandoek; geen luidruchtige actie: een respectvolle benadering.

Woensdag 9 april, Brussel/ Ministerie van Buitenlandse Zaken, van 10 u. tot 17 u.: we zullen plaats nemen achter een kleine tafel aan de grote ingang van het Ministerie van BZ. Ons doel is onze actie aan voorbijgangers voor te stellen. En wel te verstaan het verzoekschrift te laten ondertekenen.

Zaterdag 12 april, Markt in Namen, van 10 u. tot 12 u. Wij hopen er onze tafel te kunnen plaatsen, zoniet zwermen we uit met ons verzoekschrift op zoek naar handtekeningen.

Maandag 14 april, Brussel / ontmoeting met de heer Melchior Wathelet, staatssecretaris van gezinsbeleid

Dinsdag 15 april, Brussel/ Justitiepaleis. Wij staan van 9 u. tot 16 u. aan het Justitiepaleis onder de overkapping. We hebben de toestemming gekregen van het Justitiepaleis om er een tafel te plaatsen en onze actie voor te stellen en ook om onze petitie te laten ondertekenen. Vijf advocaten hebben ons verzoekschrift al ondertekend.

Zaterdag 19 april, Brussel/Muntplein, van 12 u. tot 17 u.
Wij beschikken over een tafel; wij kunnen zonder moeite kleine borden met opschriften plaatsen.

De verenigingen en forums die de actie patroneren door de aanbreng van hun logo op onze actiebladen kunnen er affiches en spandoeken hangen (actieactiviteit onder voorbehoud dat er geen stortregen komt)

Zondag 20 april, van 12 u. tot 17 u., Brussel / Beursplein. Wij beschikken over een tafel en kunnen daar ook zonder moeite kleine borden met opschriften plaatsen. De verenigingen en forums die de actie patroneren door de aanbreng van hun logo op onze actiebladen kunnen er affiches en spandoeken hangen (actieactiviteit onder voorbehoud dat er geen  stortregen komt)

Dinsdag 22 april, van 10 u. tot 17 u., Brussel / Europese Commissie. Afspraak in de Wetstraat 200 (Berlaymontgebouw), aan de kant van de uitgang van de metro. Tafel, uitleg en verzamelen van handtekeningen voor het verzoekschrift. Zo zullen we staan tegenover de deur van de heer Barroso, voorzitter van de Europese Commissie en van de heer Frattini, hoge commissaris van de Europese Commissie, die LIBE heeft voorgezeten in verband met de kinderrechten (een project dat ons erg bitter stemt).

Woensdag 23 april , van 9 u. tot 17 u Brussel / Europees Parlement, op het plein dat « La Dalle » wordt genoemd, vlak voor de ingang van het parlementsgebouw (waar je je moet aanmelden vooraleer je het Europees Parlement mag binnengaan richting Luxemburg station). Tafel, voorstelling van het verzoekschrift en op zoek naar handtekeningen.

Vrijdag 25 april : van Brussel ( van het Europees Parlement naar het Noordstation), dan naar Leuven.

Afspraak tussen 9.30 u. en 10 u., vertrek om 10 u. in de voormiddag. We verlaten het Europees Parlement van “la Dalle” en marcheren tot aan het Noordstation. Daar nemen we de trein samen met wie wil meerijden… te 11.21 u. in de richting van Leuven. In Leuven sluiten Nederlandstalige ouders zich bij ons aan. Die zullen samen met ons handtekeningen verzamelen. De actie in Leuven wordt georganiseerd door Ghislain Duchâteau van Goudi.

Vrijdag 25 april : van Brussel ( van het Europees Parlement naar het Noordstation), dan naar Leuven.

Afspraak tussen 9.30 u. en 10 u., vertrek om 10 u. in de voormiddag. We verlaten het Europees Parlement van “la Dalle” en marcheren tot aan het Noordstation. Daar nemen we de trein samen met wie wil meerijden… te 11.21 u. in de richting van Leuven. In Leuven sluiten Nederlandstalige ouders zich bij ons aan. Die verzamelen samen met ons handtekeningen. De actie in Leuven wordt georganiseerd door Ghislain Duchâteau van Goudi.

Vrijdag 25 april 2008

Europees Parlement in Brussel – voettocht naar het Noordstation - Leuven

Waren aanwezig of vertegenwoordigd :
Goudi, Sosraptsparentaux, Cap enfance, Citoyensattentifs.be, Solidarité rapt parental
en senator J.P. Procureur van CDH.


A Bruxelles etaient presents ou representes:
Goudi, Sosraptsparentaux, Cap enfance, Citoyensattentifs.be, Solidarite rapt parental
et le sénateur J.P. Procureur du CDH.

Dank aan Nancy omdat ze Radio Nostalgie voor ons heeft kunnen inschakelen, men heeft over ons gesproken op Radio Contact en Belga heeft een artikel gepubliceerd.

Merci a Nancy pour nous avoir deniche Radio Nostalgie, on a parlé de nous aussi sur Radio Contact et Belga a fait un article.

In Leuven hebben we 201 handtekeningen verzameld, waarvoor een welgemeende dank aan Ghislain voor deze prachtige namiddag op 25 april in Leuven. Twee goede artikels verschenen in de Vlaamse pers in “De Standaard” en “Het Laatste Nieuws”. Dat is bijzonder goed ook omdat ze koppelingen hebben geplaatst die de lezer toelieten om ons verzoekschrift te vinden.

A Leuven nous avons recolté 201 signatures, un tout grand merci a Ghislain pour cette magnifique après- midi du 25 avril a Leuven.
Deux articles de presse flamande ont été tres bien faits dans « De Standaard » et « Het Laatste Nieuws ». Ce qui est très bien c’ est qu´ en plus ils ont mis des liens qui permettaient au lecteur de trouver la petition.

Dankzij de Vlaamse pers spreekt men over Theo en zijn zaak met Polen : zijn twee kinderen werden door de Poolse moeder gekidnapt en jammer genoeg… Niemand onderneemt iets waar toch de ontvoering in België werd erkend en de moeder tot gevangenisstraf werd veroordeeld. Zij loopt vrij rond in Polen, de Belgische autoriteiten doen niets… De vader zou meer dan 1000 euro per maand aan zijn Poolse ex-vrouw moeten betalen om zijn kinderen éénmaal per maand in Polen zijn kinderen te kunnen zien. De chantage komt van de moeder en dat duurt al 5 jaar terwijl de centrale autoriteiten daarvan de vormloze getuigen zijn.

Grace à la presse flamande on a parlé de Theo et son affaire avec la Pologne: ses deux enfants ont été kidnappés par la mère polonaise et malheureusement .... Personne ne fait rien  alors que le rapt a été reconnu en Belgique et la mère condamnée à de la prison reste libre en Pologne, les autorités belges ne font rien... le père payerait plus de 1000 euro par mois à son ex femme pour pouvoir voir les enfants 1 fois par mois en Pologne.  Chantage venant de la mère, cela fait 5 ans que cela dure avec les autorités centrales en témoins amorphes.

Ze hebben het ook gehad over de zaken van Pascal, van Mark (Fam4Justice), die van Patrick Garnier (al 10 jaar zonder contact met zijn dochter Flo), van Ghislain Duchâteau…

Ils ont parle aussi de l’ affaire de Pascal, de Mark ( de Familie 4 justice) de Patrick Garnier ( sans contact avec sa fille Flo depuis 10 ans), de Ghislain Duchâteau...

Zaterdag 26 april : Pepinster / Verviers / Stavelot / Malmédy. We vertrekken uit Pepinster te 8.30 u., steken de markt van Pepinster over en gaan te voet naar Verviers (aankomst omstreeks 10.30 u/ 11 u.). Tot 12 u. verzamelen we handtekeningen in Verviers. Te 12.42 u. nemen we een bus of een trein van Verviers naar Stavelot (aankomst te 13.25 u.). Ophalen van handtekeningen in Stavelot, daarna stappen we van Stavelot (15.00 u.) naar Malmédy (aankomst te 18 u. of later).

Wij werden begroet in Pepinster door Marie Breda, heel veel dank aan u Marie.

Nous avons été recu par Marie Breda À Pepinster, Super Merci Marie

In Verviers hebben de TV Vestre, de TV van Verviers bij ons gehad. Die heeft Patrick Garnier en Sabine een interview afgenomen. Ze zouden ook Sonia hebben moeten interviewen, maar Sonja had goed nieuws ontvangen, dat ze haar kinderen zou gaan zien waarop ze al gedurende vier maanden aan het wachten was. Maar ongelukkig heeft haar ex-echtgenoot geweigerd gevolg te geven aan de beslissing van de rechter en ze heeft haar kinderen dus niet terug gezien. Ondanks alles heeft de TV ook kennis kunnen nemen van een andere zaak tussen Belgische ouders.

Reportage TV Vestre - Verviers

A Verviers on a eu TV Vestre, TV verviètoise. Qui a pu interviewer Patrick Garnier et Sabine. Ils aurait du interviewer aussi Sonia, mais Sonia a recu une bonne nouvelle, qu´elle allait voir ses enfants, ce qu´elle attendait depuis 4 mois. Malheureusement son ex mari a refusé d’ obéir à la décision du juge et  elle n’ a donc pas revu ses enfants.
La tv a malgré tout aussi pu prendre note d’ une autre affaire belgo belge.

Op 26 april 2008 werden we als koningen begroet door de heer Gérard Fortemps van het comité van de witte marsen in Malmedy. We hebben handtekeningen verzameld in Stavelot en in Malmedy.

De krant Grenz Echo was op 26 april 2008 aanwezig en heeft de heer Hardi, vereniging Cap enfance, kunnen interviewen (een binationaal probleem sinds 2000, dat een katastrofale wending heeft genomen in 2006…). Hij heeft geen nieuws meer van zijn twee dochters die worden vastgehouden in het Groot Hertogdom Luxemburg. Die vader wist niet dat er verdragen bestaan noch dat er zelfs een Centrale Autoriteit bestaat die hem zou moeten helpen. Pfffffff zoals gewoonlijk… en het is niet de schuld van Cap enfance die zich met de Belgische binnenlandse zaken inlaat.

Die krant heeft ook Patrick Garnier kunnen interviewen, die al 10 jaar kampt met een nationaal probleem. De krant bereikt Duitssprekende lezers en we hebben dus gesproken over onze zaken en de redenen die ons ertoe brengen doorheen Duitsland te marsjeren. Uiteraard werden ook de algemene problemen van de internationale ontvoeringen aangesneden.


Le 26,04,2008 nous avons été recu comme des rois par Monsieur Gerard Fortemps du comité des marches blanches de Malmedy. Nous avons récolté des signatures à Stavelot et à Malmedy

Le journal Grenz Echo est venu, il a pu interviewer Monsieur Hardi, association cap enfance (problème binational depuis 2000, catastrophique depuis 2006...) qui n´a plus de nouvelles de ses deux filles retenues au Grand Duché du Luxembourg: Ce papa ne savait pas qu´ìl existait des conventions, ni même une autorité centrale qui devrait l´aider. pfffffffffffff comme d´habitude...et ce n est pas de la faute de cap enfance qui ne s’ occupe que d´affaires belgo belges

Ce journal a pu aussi interviewer Patrick Garnier qui a un problème national depuis 10 ans. Le journal touchant des lecteurs germanophones, nous avons donc parlé de nos affaires et des raisons qui nous poussent à traverser l´Allemagne. Bien entendu aussi les problèmes généraux dans les rapts internationaux ont été abordés.

Zondag 27 april : Malmédy / Spa

De heer Fortemps organiseert een mars tussen Spa en Malmédy.

Op 27 april 2008
Verzamelen van handtekeningen in de stad Spa en daarna werden we ontvangen door de supporters van Standard van Malmedy en wij zijn met hen naar de voetbalwedstrijd tegen Charleroi gegaan. Begrijp wel dat deze uitnodiging tot doel had ons toe te laten handtekeningen te verzamelen.

Een prachtig onthaal, ongelooflijk oprecht en warmhartig.

In het kort gezegd hebben we dankzij Gérard Fortemps meer dan 550 handtekeningen meer en…het hoofd vol herinneringen die ons bijzonder veel genoegen verschaffen. EEN BIJZONDER GROTE DANK GERARD en beslist ook aan zijn echtgenote…en een kusje aan de voorzitter van de Standard supportersclub van Malmedy.

le 27-04-2008
Recoltes de signatures dans la ville de  Spa et ensuite nous avons été accueillis par les supporters du Standard, de Malmedy et nous les avons accompagnés  au match de Foot contre Charleroi.
Bien entendu cette invitation avait pour but de nous permettre de recolter des signatures.

Un accueil merveilleux, incroyablement sincère et chaleureux.

Bref grace à Gerard Fortemps, ce sont plus de 550 signatures de plus et ...des souvenirs plein la tete qui font tres plaisir.  UN GRAND MERCI GERARD et a son épouse aussi bien sur...et bise au président des supporters du Standard de Malmedy.

Onderweg zijn ons ook komen begroeten :
Philippe Paquay, vader die slachtoffer werd van de ontvoering van zijn kinderen naar Zweden
J.M. Langleur die een binnenlands Belgisch probleem heeft en die je het verzoekschrift ziet tekenen.
Robin Langleur, die een van de kinderen is die behoren tot de vereniging J’AIME PAPA ET MAMAN
De heer Pirson van de vereniging Cap enfance.

We moesten ook Karine en Ben ontmoeten die ook zelf moeilijkheden hebben gehad in België, maar we hebben ze gemist…grrrrr.


Sont aussi venus nous rencontrer sur notre route:
Philippe Paquay, papa qui fut victime du rapt de ses enfants vers la Suède
JM Langleur qui a un problème belgo belge et que vous voyez signer la petition
Robin Langleur, qui est un des enfants de l´association J AIME PAPA ET MAMAN
Monsieur Pirson de l association cap enfance

On aurait du rencontrer Karine et Ben qui ont connu eux aussi des ennuis en Belgique , mais on les a ratés....grrrrrrr

Maandag 28 april : vertrek van Malmédy naar Duitsland.

Vandaag ontdekten we in de krant het artikel over Vincent Géoris. Voor hem hoop ik dat het geen valse hoop is zoals wij die hebben gekend.

Wij zijn rond de middag  de Belgisch-Duitse grens overgestoken en vanavond zijn we in Dahlem.

Tot daar…

Voor wie zo rap mogelijk afbeeldingen en nieuwtjes willen hebben die ikzelf niet kan geven, kan gaan kijken op

Goudi.be
Sosraptsparentaux.org
Citoyens.attentifs.be

Kusjes aan allen

Sabine


Aujourd`hui nous avons découvert dans le journal l’ article sur Vincent Géoris. J´espère pour lui que ce n´est pas un faux espoir comme nous en avons connu.

Nous avons traversé la frontière belgo allemande vers midi et sommes ce soir à Dahlem

Voilà...

Pour ceux qui souhaitent recevoir des images et des nouvelles plus vite que je ne suis capable de le faire, pensez à aller voir

Goudi.be
sosraptsparentaux.org
citoyens.attentifs.be

Bises a tous

Sabine

Op 1 mei komen we ‘s avonds aan in Bonn.

Op 2 mei zullen de stappende ouders zich aanmelden bij de Duitse Centrale autoriteit om haar een klachtenbrief te overhandigen.

Begin van het spel : iemand heeft ons gevraagd of wij de weg wilden kennen naar het station… !

D´entrée de jeu, Quelqu´un nous a demandé si nous voulions savoir oú se trouvait la gare...lol

De vergadering die wij hebben gehad op het ‘Bundesministerium Justiz’ was … interessant : eerst en vooral werden we niet ontvangen door de verantwoordelijken van de dienst, die wellicht teveel schrik hadden het pad van Sabine te kruisen :), maar door een perswoordvoerder die zich voorstelde met de naam ‘Ottenrath’ : laten we maar veronderstellen dat bij de officiële Duitsers, met hun grote specialiteit van het valse en het gebruik van vervalsing, dat de gegeven naam echt was…

La réunion que nous avons eue au 'Bundesministerium Justiz' a été... intéressante: tout d'abord, nous n'avons pas été reçu par les responsables du service, qui avaient probablement trop peur de croiser Sabine :), mais par un 'press officer' qui s'est presenté sous le nom de 'Ottenrath': supposons que chez les officiels Allemands, grands spécialités du faux et usage de faux, le nom donnéètait réel...

Maar de perswoordvoerder heeft niet toegestaan dat van hem een foto werd genomen – wat toch wel wat ongewoon is voor een perswoordvoerder, niet waar?

Mais ce 'press officer' n'a pas souhaité être pris en photo - ce qui est un peu inhabituel pour un officier de presse, n'est ce pas ?

Wat het onderwerp van het gesprek was : wij hebben het recht niet gekregen om onze dossiers te raadplegen. Waar Duitsland wel de verklaring van de rechten van de mens heeft ondertekend die speciaal toelaat ons dossier te raadplegen, verbiedt een interne Duitse wet dat wel: het is gemakkelijk verdragen te ondertekenen, als men weet dat het niet mogelijk zal zijn ze te respecteren. Dat doen ze wel vaker, onze Duitse vrienden.

Quant au sujet de la conversation: nous n'avons pas eu le droit de consulter nos dossiers car, si l'Allemagne a bien signé la déclaration des droits de l'homme, permettant spécifiquement de consulter notre dossier, une loi interneà l'Allemagne l'interdit: c'est pratique de signer des conventions, quand on sait qu'il ne sera pas possible de les respecter. Nos amis Allemands sont coutumiers du fait.

Ook hebben wij gelijk te foeteren, maar de Duitse pennenlikker verzekert ons dat hij ons niet kan helpen omdat de wet zo is opgesteld dat hij het niet kan doen: per slot van rekening raadt ons deze perswoordvoerder met de echte of veronderstelde naam aan verder te gaan met ons activisme, want de oplossing is een politieke: alleen de parlementen en de ministers, van Europa of van Duitsland zouden de huidige situatie kunnen veranderen. Hij zei dat hij het droevig vond voor ons en dat hij onze woede kon begrijpen, want hijzelf was de vader van drie kinderen. Het is onvoorstelbaar hoeveel mensen ons verstaan… (voor Sultana, neen er was geen kleenex voorhanden..)

Aussi, nous avons raison de raler, mais le rond de cuir Allemand nous assure que s'il ne peut nous aider, c'est que la loi est ainsi faite qu'il ne peut le faire: en conclusion, ce même 'press officer' au nom réel ou supposé nous conseille de continuer notre activisme car la solution est politique: seuls les Parlements et les ministres, d'Europe ou d'Allemagne, pourront changer la donne. Il disait être triste pour nous et comprendre notre colère car lui même est papa de trois enfants. C´est fou le nombre de gens qui nous comprennent... ( pour Sultana, non il n´y avait pas de kleenex...)

De hete aardappel ligt nu voor de poort van de politieke verantwoordelijken, dus… Zullen zij in staat zijn te ageren of werd de tijd van de cowboys aangekondigd?

La patate chaude est maintenant devant la porte des responsables politiques, donc... Seront-ils en mesure d'agir, ou le temps des cowboys est-il annoncé?

Sabine heeft de perswoordvoerder gevraagd uit te leggen waarom Duitsland er zo’n behoefte aan heeft kinderen te stelen. Hij heeft de ogen neergeslagen, daarna het hoofd gebogen… en zei uiteindelijk: daarmee hebben zij niets te maken, het is een politiek probleem… Tot slot heeft de perswoordvoerder ons aanbevolen naar Straatsburg te stappen. Hij is ervan overtuigd dat wij bij het Hof van de Rechten van de Mens zeker gelijk zouden krijgen. Wij hebben hem een klachtenbrief overhandigd.

Sabine a demandé au Press officer de lui expliquer pourquoi l´Allemagne avait tant besoin de voler les enfants, il a baissé les yeux, puis la tête...pour enfin dire: Cela n´a rien à voir eux, c’est un problème politique... Pour terminer le Press Officier nous conseille d´aller à Strasbourg, il dit qu´aux droits de l´homme nous gagnerions certainement. Nous avons remis une lettre de Doléance.

Toen we vertrokken hebben we links en rechts van de toegangspoort in het tuintje van het ministerie zaadjes uitgestrooid van het vergeet-mij-nietje, het symbool van onze actie.

En partant, dans le jardinet du ministère, à gauche et à droite de la porte d'entrée, nous avons semé des graines de myosotis, le symbole de notre action.

Wij hopen dat het CEED of de Poolse ouders op een dag in het justitieministerie in Bonn met alle ouders een actie zullen organiseren.

Nous esperons que le CEED ou les parents polonais organiseront un jour une action avec tous les parents dans le ministère de la justice à Bonn.

Sabine et/en Pascal

Zaterdag 3 mei : Koblenz en Karlsruhe

Op 3 mei 2008 zijn we uitgenodigd op het Väterkongress, in Karlsruhe georganiseerd door Vaeteraufbruch.de. De beide acties komen bij die gelegenheid samen.

Verslag / Rapport / Report - Engels - Anglais - English

Report on the Father Congress in Karlsruhe, May 3rd and 4th 2008
Notes, comments and links
By Ulf Andersson

Vrijdag 9 mei 2008

Dag,

Vandaag zijn we in Darmstadt. We hebben zowat 100 handtekeningen verzameld. Dat gebeurde dankzij de vereniging Vaeter-kinder-stiftung.de, een moedige vrijwilligersvereniging die ouders en grootouders helpt die ten onrechte afgesneden werden van hun kinderen. Darmstadt is de stad waar Stefan Umhey werkt. Hij is de vader en ontvoerder van Maelliss Umhey. Vanuit die stad hebben we dan een honderdtal handtekeningen waarvan er verscheidene van de collega's van Stefan Umhey. We herinneren eraan dat Stefan Umhey werkt in het theater van Darmstadt. Dank aan Ulli en aan Michael voor hun fantastische ontvangst. Morgen zijn we in Lampertheim. Wij marcheren van Heppenheim (waar het Jugendamt is gevestigd dat het vals psychiatrische rapport heeft opgesteld over Sabine) naar Lampertheim waar op dit ogenblik Maeliss woont.

Kusjes aan allen

Sabine

Bonjour

Aujourd´hui nous sommes à Darmstadt. Nous avons récolté près de 100 signatures. Tout cela grâce à l´association Vaeter-kinder-stiftung.de, une association courageuse et volontaire qui aide les parents et grands parents amputés injustement d´un enfant. Darmstadt est la ville où travaille Stefan Umhey, père kidnappeur de Maeliss Umhey. Nous avons donc recu de cette ville une centaine de signatures DONT plusieurs de collègues de Stefan Umhey. Rappelons que Stefan Umhey travaille dans le théatre de Darmstadt. Merci à Ulli et à Michael pour leur accueil fantastique. Demain nous serons à Lampertheim. Nous marcherons de Heppenheim ( où se trouve le Jugendamt qui a fait le faux protocole psychiatrique concernant Sabine) vers Lampertheim où vit actuellement Maeliss.

Bises`à tous

Sabine

Daarna voettocht van Koblenz richting Karlsruhe met doortocht door Lampertheim, stad waar de dochter van Sabine Vander Elst al 5 jaar verblijft.

Zaterdag 10 mei Doortocht doorheen Lampertheim | Passage à Lampertheim

Dag allemaal,

Het was een interessante dag vandaag. We marcheerden tussen Heppenheim en Lampertheim, met een tocht door Hüttenfeld, waar de kleine dochter van Sabine woont. Zij werd weldra 5 jaar geleden ontvoerd en leeft bij de ontvoerende ouder. In Heppenheim zijn we met genoegen voorbijgelopen aan de kantoren van het Jugendamt, waar de heer Jürgen Focke, de vervalser, werkt. Wij hebben er enkele strooibiljetten voor de gelegenheid gemaakt neergelegd. Sabine schreef daarbij heel zorgvuldig met krijt voor de deur van het Jugendamt, dat zij en Focke elkaar op een dag zouden terugzien voor het hof van de rechten van de mens in Straatsburg.

Bonjour à tous,

La journée a été interessante: aujourd'hui, c'était une marche entre Heppenheim et Lampertheim, avec un passage par Hüttenfeld, ou la petite fille de Sabine, qui a été raptée il y aura bientôt 5 ans, vit chez le parent rapteur. A Heppenheim, nous nous sommes contentés de passer devant les bureaux du Jugendamt, ou Mr Jürgen Focke, le faussaire, travaille. Nous y avons deposé quelques flyers fabriques pour l'occasion, pendant que Sabine écrivait bien soigneusement a la craie, devant la porte du JA, qu'elle et Focke se retrouveraient un jour devant la court des droits de l'homme, à Strasbourg.

Dan op weg doorheen de straatjes naar Hüttenfeld, waar wij het kleine strooibiljet van Sabine verspreid hebben in alle brievenbussen. Daarbij herinneren we iedereen van het dorp dat wij een elektronische petitie hebben en dat Maeliss al vijf jaren geleden ontvoerd werd naar het dorp en dat het onmogelijk is dat Sabine in contact komt met Maeliss vanaf de dag van de ontvoering. Meer nog schreef Sabine gewapend met krijtjes in elke straat van Hüttenfeld liefdeswoordjes voor haar dochter. Ze sprak er met de nieuwsgierigen, legde haar zaak uit: zij is er op die wijze in geslaagd te sensibiliseren voor het probleem van de ouderlijke ontvoering. Daarbij waren er zeker een tiental volwassenen en zeker evenveel kinderen die allen Maeliss kennen en allen de een wel meer dan de andere wilden haar gaan vertellen dat haar afwezige mama alles doet om haar terug te zien.

Puis en route, par les petits chemins, à Hüttenfeld, ou nous avons distribué dans toutes les boites aux lettres le petit flyer de Sabine, rappelant à chacun du village que nous avons une pétition électronique, et que Maeliss est kidnappée depuis 5 ans, dans le village, et qu'il est impossible à Sabine d'entrer en contact avec Maeliss depuis le jour du kidnapping. De plus, armée de craies, Sabine écrivait, dans chaque rue de Hüttenfeld, des mots d'amours à sa fille, entretenait les curieux, expliquait son affaire: elle est ainsi parvenue à sensibiliser au problème du rapt parental - dont le sien, bien entendu - une bonne dizaine d'adultes, et autant d'enfants, tous connaissant Maeliss et tous, à des degrés divers, prêts à aller lui faire savoir que sa mère absente faisait tout pour la revoir.

Dat was dus een groot succes en daarna hebben we Hüttenfeld verlaten. Dan is de Grote Stoute Wolf in zijn auto komen aanrijden. Hij zag ons aan de kant van de weg praten met een meisje op de hoek (die ook Maeliss kende), hij heeft een grote bocht gemaakt waardig van de Amerikaanse films, deed zijn gemartelde banden snerpen en gaf enkele onwaardige claxonstoten te horen. Hij heeft dan plotseling geremd en heeft met een groot theatraal gebaar zijn fototoestel boven gehaald om ons te tonen dat hij ons voor de eeuwigheid in zijn dossier had. Hij heeft het kleine meisje doen schreien. Bravo… Daarna is hij opnieuw vertrokken en … heeft zonder twijfel de flikken erbij geroepen. Die zijn daarna naar ons toe gekomen zowat een uurtje later langs de weg waarop wij aan het marcheren waren. Die pandoeren zijn uitgestapt alsof zij een sovjetleger moesten aanvallen vanuit de periode van zijn glorie. Zij hebben onze papieren gevraagd, daarna ophelderingen, daarna nog maar eens ophelderingen. Na een goed halfuur praten aan de kant van de weg hebben ze ons verlaten met een hartelijke “Tschüss!” (Groet!) en nog een hartelijker ‘Viel Erfolg’ (succes!) Hoe dan ook voert het activisme niet altijd naar het cachot en naar droog brood en water:).

Grand succès donc, et nous avons alors quitté Hüttenfeld. C'est alors que le Grand Méchant Loup est arrivé, en voiture. Nous voyant sur le bord de la route, parlant avec une jeune fille du coin (qui, elle aussi, connaissait Maeliss), il a entammé un grand tournant digne des films américains, faisant crisser ses pneus martyrisés et suscitant quelques coups de claxon indignes. Il a alors freiné pile et a, dans un grand geste théatral, sorti son appareil photo, pour nous montrer qu'il nous avait dans son dossier pour l'éternité: Il a fait pleurer la petite fille. Bravo... Ensuite de quoi, il est reparti, et ... a de toute evidence appelé les flics qui nous ont bientôt rejoint, une petite heure après, le long de la route sur laquelle nous cheminions. Les pandores sont sortis comme s'ils devaient s'attaquer à l'armée soviétique du temps de sa splendeur, nous ont demandé nos papiers, puis des éclaircissements, puis, davantages d'éclaircissements, et nous nous sommes quittés, après une bonne demie-heure de conversation menée sur le bord de la route, sur un cordial "Tschüss!" (Salut!) et d'un encore plus cordial "Viel Erfolg!" (Bon succès!) Comme quoi, l'activisme ne conduit pas invariablement au cachot, au pain sec et à l'eau :).

Pascal Zondag 11 mei Moederdag | La fête des mères

Vandaag is het moederdag. Daarom wens ik aan allen die de kans niet krijgen een kusje te ontvangen van hun kind toch een super moederfeest. Wij stappen nog en nog steeds. Vandaag hebben wij Lampertheim verlaten en zijn in Mannheim aangekomen.

Aujourd`hui c´est la fête des mamans, alors je souhaite, à toutes celles qui n´ont pas eu la chance de recevoir un bisou de leur enfant, une super fête des mères. on marche encore et toujours. Aujourd`hui nous avons quitté Lampertheim et sommes arrivés à Mannheim.

Bepaalde mensen uit de streek waar Maeliss woont, hebben me voorgesteld om op een dag een manifestatie te organiseren voor het theater van Darmstadt mét of zonder mij. Daarbij stelde Pascal: het is geniaal te zien dat zelfs in een land dat vervuild is door het Ultrafeminisme de vaders en de moeders samen strijden tegen het systeem. Omdat het Europees Parlement ons heeft gevraagd te zorgen voor een zekere verspreiding van het Europees onderzoek dat heel binnenkort wordt gevoerd en dat wel bepaald Duitsland viseert, hebben we de laatste dagen aan verscheidene Duitse organisaties de noodzakelijke gegevens overgemaakt met de doel de dossiers voor het Europees Parlement op te maken. Zowel de binationalen als de nationalen worden geconfronteerd met een partijdig familiesysteem dat per slot van rekening slechts de naam heeft van democratisch te zijn. Hoe langer hoe meer vraagt het Duitse volk zich af welk verschil er bestaat tussen het politiek systeem waarin het nu leeft en het dictatoriaal systeem van China…

Certains de la région où vit Maeliss m´ont proposé d´organiser, un jour, une manifestation en face du théatre de Darmstadt, avec ou sans moi.  Comme dit Pascal: c´est génial de voir que même dans un pays qui a été pollué par l´Ultra féminisme les pères et les mères se battent ensemble contre le système. Commme le Parlement Européen nous a demandé de gérer une certaine diffusion sur l´enquête européenne qui sera très prochainement menée et qui vise bien entendu l´Allemagne, nous avons remis ces derniers jours à plusieurs associations allemandes les informations nécessaires afin qu`ils organisent les dossiers pour le PE. Comme les bi nationaux, les nationaux sont confrontés à un système familial partial dans un pays qui finalement n´a de Démocratique plus que le nom. De plus en plus le peuple allemand se demande quelle est la différence entre le système politique dans lequel il vit et le système dictatorial de la Chine.

Om kort te gaan, wij zijn vanmorgen vroeg vertrokken en hebben 16,6 km. gelopen en zijn in Mannheim aangekomen. Twee blaren bij.. ik heb er dus zeven in totaal…. Pfffffff…. Maar het doet niet echt pijn. Daarbij is het heel verheugend dat de vader die 1050 handtekeningen had verzameld (in Hasselt) er nog 1.150 bij heeft vergaard (in Tongeren). Dank aan de Nederlandstalige ouders voor hun buitengewone actie. Maar ik kreeg ook leuke berichten…. BRAVOOOOOOOOOOOOOO!!!!!!!!!!!!!!!!!

Ik hoop dat al die berichtjes in krijt gelezen zullen worden door Maeliss. Kussen en ‘Tschüss-ciao’ ;-) Wij zijn nog altijd bij jullie ‘moreel gezien’ !!! Corine www.figlinegati.it www.daddyspride.it. Maeliss, Ik wens je een goede moederdag, want later op een dag zul je mama zijn gelijk je mama het nu is… Ben, Heel interessant verhaal. Duitsland is dus niet volledig ..... Goede moed

+Patrick

Enfin bref, nous sommes donc partis tôt ce matin et avons parcourru 16,6 km et sommes arrivés à Mannheim. Deux cloches de plus ... j´en ai donc sept au total....pfffffff.... mais ce n´est pas vraiment douloureux. Par contre Geniale le papa qui avait recolté 1050 signatures (à Hasselt) vient encore d´en récolter 1150 de plus, (à Tongres) merci à ces parents néerlandophones pour leur action extraordinaire. Mais de jolis messages m´attendaient aussi ....
BRAVOOOOOOOOOOO !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

J'espère que tous les petits messages à la craie seront lus par Maeliss Bisous & 'Tschüss-ciao' ;-) On est toujours avec vous 'moralement' !!! Corine www.figlinegati.it www.daddyspride.it Maeliss , je te souhaite une bonne fête des mamans, car un jour tu seras maman comme maman l'est.. Ben. Récit très intéressant. L'Allemagne n'est donc pas complètement n... Bon courage.

+ Patrick

Vanwege : Karine and Co Fijn feest aan een super mama… Zonder enige twijfel aan één van de merkwaardigste mama’s die ik ken. Als Maeliss eens zal weten wat je voor haar hebt gedaan, dan zal ze uiteindelijk gelukkig en heel fier zijn je als mama te hebben. We denken veel aan jou (aan jullie) en leven alles met je mee op afstand… Karine, Ben, Vicky en Bastian Op mijn beurt een goede moederdag te wensen aan u allen: Karine, Sonia, Sultana Kouhmane, Robin Denisson, Nadine, Véro. …, Christiane Pohl, Corinne, Sabine, Nina, Marie, Nancy… ‘jullie allen, mijn kleine zussen in de strijd.

De la part de : Karine and Co Bonne fête à une super Maman.. Sans aucun doute , à l'une des mamans les plus extraordinaires.que je connaisse.. Quand elle va savoir tout ce que tu as fait pour elle , Maeliss sera enfin heureuse et très fière de t'avoir comme maman . Pensons bien à toi ( à vous ) et partageons tt à distance .. karine , Ben , Vicky et Bastian A mon tour de souhaiter une bonne fête des mères à vous toutes: Karine, Sonia, Sultana Kouhmane, Robin denisson, Nadine, Vero, ... , Christiane Pohl, Corinne, Sabine, Nina, Marie, Nancy... `vous toutes, mes petites soeurs du combat.

Ook zou ik van dit ogenblik met jullie willen gebruik maken om jullie te herinneren dat de kinderen van Nancy André door hun vader in Libanon worden achtergehouden en dat het voor Nancy op dit ogenblik zeker niet gemakkelijk moet zijn nu de oorlog er opnieuw is losgebarsten de laatste dagen. Nancy, wij denken heel erg aan je. Een andere aangelegenheid, mijn telefoon ligt stil op het ogenblik, maar die van Pascal werkt… En kusjes aan onze kinderen.

Je voudrais aussi profiter de ce moment avec vous pour vous rappeler que les enfants de Nancy André sont au Liban retenus par leur papa et que pour Nancy cela ne doit pas être facile en ce moment vu la guerre qui a explosé ces derniers jours. Nancy, nous pensons très fort à toi. Bon autre chose, mon tel est en panne, mais celui de Pascal fonctionne... Et bises à nos enfants.

Vrijdag 16 mei

Dag allemaal, Bühl ligt op enkele kilometers van bij Karin Jaeckel, waar wij morgen verwacht worden. Het is ook onze voorlaatste halte in Duitsland. Van Karlsruhe naar Bühl zijn wij kilometers over de bergen getrokken met uren krampen in de benen en met veel moeite om er te geraken. We hebben het gepresteerd en wij zijn fier er aangekomen te zijn. Pfffff het was echt niet makkelijk, maar wel heel leuk vanaf Frauenalb, dat verzeker ik je. Heel wat slangen, geiten en de schapen waren bijzonder lief helemaal zoals Pascal… Maar de bergen wilden alsmaar hoger worden, ruwer, … Het ergste kwam gisteren, we zijn op een berg geklommen die niet ophield steeds groter te worden en toen we op de top kwamen, beseften we dat we op een verkeerde berg stonden. Ik dacht te sterven… Om het enigszins goed te maken heb ik in Baden Baden een goede kleine Weinstube gevonden, waar Pascal een klein glaasje droge witte wijn van de streek heeft kunnen drinken… Goed, maar het is nog niet afgelopen, wij verwachten u allen op 21 mei in Straatsburg… Ik heb heel wat bevestigingen gekregen van jullie komst en ik verwacht nog het laatste nieuws vanwege Cap enfance, van Anne S, …. Pascal en ikzelf nemen opnieuw de trein op 21 mei even na 17 u…. richting Brussel. Het beste tarief is Straatsburg-Aarlen tegen normale prijs, daarna met de Belgische Go pass de rest afleggen… voor wie de trein nemen. Elkeen die komt wordt verzocht een herinnering te sturen naar Sultana, opdat zij mijn tas niet zou vergeten en mijn shirt die Nène in handen had op 25 april. Kusjes aan allen.

Sabine

Bonjour à Tous.

BÜhl est à quelques km. de chez Karin Jaeckel, où nous sommes attendus demain. C´est aussi notre avant dernière halte en Allemagne. De Karlsruhe à Bühl, nous avons traversé des kilomètres de Montagnes, des heures de crampes et beaucoup d´énergie pour y arriver. On l´a fait et on est fier d´y être arrivé. Pfffff ce n´était pas vraiment facile, mais très joli à partir de Frauenalb, je l´avoue... Bon les serpents, les chèvres et les moutons ont été adorables tout comme Pascal... Sauf les montagnes qui voulaient toujours être plus hautes, plus rudes, lol... Le pire fut hier, on a grimpé sur une montagne qui n´en finissait pas de ' grandir' et quand on est arrivé sur le sommet, on s´est rendu compte qu´on était sur la mauvaise montagne. J´ai cru mourir.... Pour me faire pardonner, hier, à Baden Baden j´ai trouvé un bon petit Weinstube, où Pascal a pu boire un petit verre de blanc sec de la région... Bon ce nést pas encore fini, on vous attend tous le 21 Mai à Strasbourg... J´ai recu beaucoup de confirmations et j´attends encore les dernières nouvelles comme de Cap enfance, de Anne S, .... Pascal et moi-même reprenons le train le 21 peu après 17h00...pour Bruxelles. Le meilleur tarif est Strasbourg Arlon tarif normal, puis sur carte Go pass belge, faire le reste... pour ceux qui prennent le train. Tout le monde est prié d´envoyer un rappel à Sultana pour qu´elle n´oublie pas mon sac et le t shirt que Nène avait en main le 25 avril. Bises à tous.

Sabine

Zaterdag 17 mei : aankomst bij de schrijfster Karin Jaeckel in Oberkirch.

Karin Jaeckel is de beroemde auteur in Duitsland van 82 boeken speciaal gewijd aan de rechten van de vaders en van bepaalde ouders, die vernederd werden ten gevolge van een onbegrijpelijke zelfs onmenselijke Duitse gezinspolitiek.

Maandag 19 mei : Aankomst in Straatsburg, na een zwerftocht van 661 km !

Dag allemaal, Anderhalve dag hebben wij doorgebracht bij Karin Jaeckel, Duitste schrijfster en journaliste, die ons vanaf het begin heeft gesteund. Zij heeft onder onderdak en de kost verleend, ook heeft zij geholpen om de documenten te vertalen en ze heeft ons de gelegenheid gegeven een journaliste te ontmoeten. IN HET KORT Hartelijke dank, Karin. Karin Jaeckel heeft onlangs in een magazine een artikel geschreven over het Jugendamt dat ‘MUT’ getiteld werd. Haar geschriften kan je vinden op haar website http://www.karin-jaeckel-autorin.de/aktuelles/mut.htm

Bonjour à tous. On a passé une journée et demie chez Karin Jaeckel, écrivain et journaliste allemand qui nous soutient depuis le début. Elle nous a offert le gite et le couvert, son aide aussi pour traduire des documents et nous a permis aussi de rencontrer une journaliste. BREF Un grand merci Karin. Karin Jaeckel a écrit dernièrement un article sur le Jugendamt dans un magazine qui s' appelle 'MUT'. Ces écrits, vous pouvez aussi les trouver sur son site
http://www.karin-jaeckel-autorin.de/aktuelles/mut.htm


Nadat we kilometers getrokken waren langs kersenboomgaarden, zijn we aangekomen in Oberkirch waar Karin woont met haar man en haar drie kinderen. Mijn schoenen begaven het hoe langer hoe meer, maar wat een geluk dat wij ons bij haar thuis konden voelen.

Donc, après avoir traversé des km de cultures de cerisiers, nous sommes arrivés à Oberkirch où vit Karin, son mari et ses trois enfants. Mes chaussures craquent de plus en plus, mais quel bonheur de nous retrouver chez elle.

Voor wie Karin Jaeckel nog niet kennen, herinneren wij eraan dat zij meer dan 80 boeken heeft geschreven waarvan een groot gedeelte handelt over de problemen met het Jugendamt en dat zij al gedurende jaren de ouders en de kinderen verdedigt die men ten onrechte het omgangsrecht heeft ontnomen. Zij is ook de auteur van een heel belangrijk verzoekschrift tegen het Jugendamt dat bij het Europees Parlement werd ingediend. Wij hadden dus het geluk geïnterviewd te worden door een Duitse journaliste die haar artikel op woensdag 21 mei zou publiceren en daarna hebben wij de persmededeling en onze toespraak voorbereid waarvoor Karin zo vriendelijk was ze in het Duits te vertalen.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Karin Jaeckel, rappelons qu' elle a écrit plus de 80 livres dont une bonne partie sur les problèmes avec le Jugendamt et que depuis des années elle défend les parents et les enfants dont 'on' a retiré injustement le droit de contact. Elle est l'auteur aussi d'une pétition très importante contre le Jugendamt déposée au Parlement européen. Nous avons eu donc la chance d' être interviewé par une journaliste allemande qui devrait sortir son article mercredi 21 mai et ensuite nous avons préparé le communiqué de presse et le discours que Karin a eu la gentillesse de traduire en allemand.

We hebben mooi weer gehad tot zondag; op zondag was de regen echter des te heviger, zelfs de kat van Karin kon er niet om lachen.

On a eu du beau temps jusqu’ au dimanche; dimanche la pluie a été la plus forte, même le chat de Karin n'a pas apprécié.

Vanmorgen hebben we Karin verlaten en zijn we in Straatsburg aangekomen met wat natte voeten… In België is er op 20 mei een treinstaking en in Frankrijk op 22 mei, let dus goed op als je je bij ons wilt aansluiten op 21 mei in het Europees Parlement. De Duitsers leggen een minibus in om zich bij ons aan te sluiten en ik verneem net dat de Zwitsers zullen trachten zich bij ons te voegen ook op 21 mei bij het afsluiten van onze mars. Kort uitgedrukt kunnen we inschatten dat een veertigtal personen zich bij ons aansluiten bij het beëindigen van onze actie.

On a quitté Karin ce matin et sommes arrivés à Strasbourg. les pieds un peu mouillés... Il y aura grève des trains en Belgique le 20 et en France le 22, donc faites bien attention si vous voulez nous retrouver le 21 au PE. Les allemands organisent un minibus pour nous retrouver et je viens d' apprendre que les suisses vont essayer de nous retrouver aussi le 21 pour la clôture de la marche. Bref pour l' instant on estime à une quarantaine de personnes qui nous retrouveront pour clôturer cette action.

Hoewel het niet echt een afsluiting is. Ik kan me voorstellen dat we het een begin kunnen noemen, want andere acties zullen volgen, in België, in Duitsland, in Zwitserland… alle verenigingen zijn gemotiveerd en willen handelen. Samen handelen. Pascal en ikzelf zullen deelnemen aan bepaalde acties die later door de verenigingen worden georganiseerd.

Bien que ce n' est pas exactement une clôture, j'imagine que l'on peut appeler cela un début, car d'autres actions vont suivre, en Belgique, en Allemagne, en Suisse... toutes les associations sont motivées et veulent agir. Agir ensemble. Pascal et moi-même prendont part à certaines actions organisées alors par les associations.

Op 20 mei voegen zich in Straatsburg al bij ons sosraptsparentaux, solidariraptparental, Christophe en zijn vriendin (contact van Goudi, Vlaanderen), Viktor van secondlife (yaka club) en H2SO4 van MFSB, om ons te helpen handtekeningen te verzamelen en samen met ons een goede maaltijd te gebruiken. Voor 21 mei hebben we onze toespraak klaar en die wordt in 4 talen gelezen. Wij hebben ze tamelijk kort gehouden om niet de hele namiddag in beslag te nemen en om de presentatie ervan in vier talen te kunnen doen als blijk van ons internationaal partnerschap. In onze toespraak stellen we aan de vertegenwoordigers van het Europees Parlement voor om rechtstreeks te kunnen praten met ouders en verenigingen. Voor de 21ste mei welteverstaan krijgen Karin Jaeckel en de verenigingen voorrang op de ouders . Dat gebeurt om de eenvoudige reden dat zij tientallen, honderden, zelfs duizenden ouders vertegenwoordigen. Zij brengen een boodschap die in zekere zin belangrijker is dan die van een afzonderlijke ouder. Als de pers aanwezig is, dan zal dat ook daarvoor zijn. Dat betekent evenwel niet dat de ouders geen recht van spreken zouden hebben, maar houd steeds voor de geest dat de verenigingen u vertegenwoordigen zoals ook andere ouders.

Le 20 à Strasbourg nous rejoignent déjà sosraptsparentaux, solidariraptparental, Christophe et son amie (contact de goudi, flandre), Viktor de secondlife (yaka club) et H2SO4 de MFSB pour nous aider à rassembler des signatures et partager un bon repas. Pour ce qui est du 21, le discours est prêt et il sera lu en 4 langues. Nous l' avons fait assez court pour ne pas monopoliser toute l' après-midi et pour permettre cette présentation en 4 langues, preuves de notre partenariat international. Dans le discours nous proposons aux représentants du PE de pouvoir parler directement avec parents et associations. Bien entendu pour ce 21 mai, Karin Jaeckel et les assocations seront prioritaires par rapport aux parents. La raison est simple elles représentent des dizaines, centaines, voire des milliers de parents, elles portent un message plus important en quelque sorte qu'un parent isolé. Si la presse se déplace, il en sera de même pour eux. Bien entendu cela ne veut pas dire que les parents n'ont pas de droits de s' exprimer, mais garder toujours en mémoire que les associations vous représentent ainsi que d'autres parents.

Voor mijn part wil ik graag ouders de toespraak laten lezen, als een ouder zich bekwaam voelt om het in het Frans te doen, zou ik heel blij zijn hem/haar die opdracht toe te vertrouwen. En bijkomend bij die toespraak zou ik graag hebben dat men de brief leest van Nadia, die zich niet kan verplaatsen en ons meer dan 1100 handtekeningen heeft bezorgd. Die mama werd levend in brand gestoken en haar kinderen werden door haar ex-echtgenoot ontvoerd. De Franse rechter heeft het dossier geseponeerd omwille van het ontbreken van bewijs. Ik heb de brief, die zij gericht heeft aan de heer Libicki, al gebruikt tijdens onze manifestaties in België.

Je voudrais pour ma part laisser des parents lire le discours, bref si un parent se sent capable de le faire en Français, je serais ravie de lui donner cette fonction. En plus du discours, je voudrais qu'on lise la lettre de Nadia, qui ne peut se déplacer et qui a remis plus de 1100 signatures. Cette maman a été brulée vive et ses enfants ont été kidnappés par son ex mari. Le juge Français a classé le dossier pour manque de preuve. J'ai déjà utilisé la lettre qu'elle adresse à Monsieur Libicki lors de nos manif. en Belgique.

Pascal en ikzelf danken de tientallen Europese verenigingen en de drie verenigingen van buiten Europa voor hun steun en heel in het bijzonder de verenigingen die het peterschap voor deze actie op zich hebben genomen door hun logo ter beschikking te stellen en door het werk dat zij hebben gepresteerd samen met ons en voor ons.

Wij danken ook de vice-voorzitter van het Europees Parlement, Edward Mac Millan Scott, Europese vertegenwoordigers Mevrouw Brepoels en de heer Rogalski en ook Senator de heer Procureur, die deze actie vanaf het begin hebben ondersteund. Ik stel het ook op prijs eraan te herinneren dat de 3 leden van het Europees Parlement persoonlijk hebben geschreven naar de Belgische overheden die ons opeens onze acties in België wilden verbieden.

Wij danken ook heel zeker de schrijfster Karin Jaeckel die ons vanaf het begin steeds is blijven steunen en ons is blijven helpen.

En wij danken heel hartelijk de ouders, de grootouders die handtekeningen hebben verzameld, die hun getuigenis hebben gebracht, die ons tot het uiterste hun vertrouwen hebben gegeven.

Ook veel dank aan Demon van MFSB die onze logo’s heeft gecreëerd en de zaak SL.

En dank aan de personen die ons ondersteund hebben op de achtergrond of die ik vergeten zou hebben.
- Ghislain Duchateau (Vlaamse Belg) van http://www.goudi.be,
- Marie Bréda (Belgische) van http://www.citoyens-attentifs.be/,
- Robin Denison (USA) van http://www.parental-alienation-awareness.com/,
- Sultana Kouhmane (Brussel) en de leden van http://www.sosraptsparentaux.org/,
- MFSB (Frankrijk) van http://www.mafemmesebarre.com/,
- Cap enfance (Brussel), http://www.capenfance.be en http://lespapas.com,
- Peter Tromp (Nederland) voor http://www.fkce.wordpress.com,
- Nancy André http://users.belgacom.net/solidariteraptparental/,
- Figli Negatie (Italië) http://www.figlinegati.it/,
- Karin Jaeckel, Duitse schrijfster http://www.karin-jaeckel-autorin.de/,
- LPLM (Frankrijk) http://www.lplm.info/,
- Väter-Kinder-Förderverein e.V (Duitsland) http://www.vaeter-kinder-stiftung.de en http://www.maennerbeauftragte.eu
- Vaeteraufbruch (Duitsland) http://www.vafk.de/,
- Wstroneojca (Polen) http://www.wstroneojca.pl/,
- Entfremdet.de (Duitsland) http://www.entfremdet.de/,
- PAS Eltern (Duitsland) http://www.pas-eltern.de

Pascal et moi même remercions les dizaines d'associations européennes et les 3 associations extra européennes pour le soutien et tout particulièrement les associations qui ont parrainé cette action par l' apport de leur logo et par le travail qu'ils ont accompli avec nous ou pour nous.

Nous remercions aussi le Vice président du PE, Edward Mac Millan Scott, les eurodéputés Mme Brepoels et monsieur Rogalski ainsi que Le Sénateur Monsieur Procureur qui ont soutenu cette action dés le départ. Je tiens aussi à rappeler que les 3 membres du PE cités ont défendu notre action jusqu'à devoir téléphoner ou écrire personnellement aux autorités belges qui tout à coup voulait nous interdire de poursuivre nos actions en Belgique.

Nous remercions bien sur, aussi, l'écrivain Karin Jaeckel qui n'a pas cessé depuis le début de nous soutenir et de nous aider. Et nous remercions chaleureusement les parents, grands parents qui ont récolté des signatures, qui ont offert leur témoignage, qui nous ont fait confiance jusqu' au bout.

Un grand merci aussi à Demon de MFSB qui a créé nos logos et le magasin SL.

Et merci aux personnes qui nous ont soutenus dans l'ombre ou que j'aurais oublié.
- Ghislain Duchateau (Belge flamand) de http://www.goudi.be,
- Marie Bréda (Belge) de http://www.citoyens-attentifs.be/,
- Robin Denison (USA) de http://www.parental-alienation-awareness.com/,
- Sultana Kouhmane (Bruxelles) et les membres de
http://www.sosraptsparentaux.org/,
- MFSB (France) de http://www.mafemmesebarre.com/,
- Cap enfance (Bruxelles), http://www.capenfance.be en http://lespapas.com,
- Peter Tromp (Hollande) pour http://www.fkce.wordpress.com,
- Nancy André http://users.belgacom.net/solidariteraptparental/,
- Figli Negatie (Italie) http://www.figlinegati.it/,
- Karin Jaeckel, écrivain allemand http://www.karin-jaeckel-autorin.de/,
- LPLM (France) http://www.lplm.info/,
- Väter-Kinder-Förderverein e.V (Allemagne) http://www.vaeter-kinder-stiftung.de en http://www.maennerbeauftragte.eu
- Vaeteraufbruch (Allemagne) http://www.vafk.de/,
- Wstroneojca (Pologne) http://www.wstroneojca.pl/,
- Entfremdet.de (Allemagne) http://www.entfremdet.de/,
- PAS Eltern (Allemagne) http://www.pas-eltern.de

Sabine Dinsdag 20 mei :

Op zoek naar handtekeningen in Straatsburg.

Woensdag 21 mei

Laatste mars met ouders, verenigingen en personaliteiten. Goede dag aan allen, Wij komen aan het einde van onze tocht ! Vanaf 19 mei (op het einde van de dag) komen wij in Straatsburg aan.. In de loop van de dag van de 20ste trekken we door Straatsbrug om handtekeningen te verzamelen. Elkeen die wenst met ons mee te gaan tijdens die dag wordt verzocht ons te schrijven op mijn adres pascalgallez@yahoo.com of op dat van Sabine. Op 21 mei is de afspraak te 11.30 u. voor het stadhuis van Straatsburg dat je vindt: PLACE DE L'ETOILE / 1 PARC ETOILE 6700 STRAATSBURG
‘s Middags vertrekken we naar het Europees Parlement. We worden er te 13.30 u. verwacht door de heren Libicki, voorzitter van de Commissie van de Verzoekschriften, Mac Millan Scott, Vice-voorzitter van het Europees Parlement, Rogalski Europees volksvertegenwoordiger en mevrouw Frieda Brepoels, Europees volksvertegenwoordiger.
Het eindpunt van onze samenkomst is CRISTAL BALL: we gaan het Europees Parlement binnen doorheen de “Porte du Bâtiment Louise Weil”. We komen dan in een tuin in het midden waarvan een grote glazen bol staat (een geschenk van Polen). Heel wat ouders en verenigingen hebben ons hun aanwezigheid al aangemeld: (Sosraptsparentaux; Solidariteraptparental; ouders behorende bij Goudi; Vater-Kinder Stiftung; VAfK; Christiane Pohl; entfremdet.de; Acalpa; Citoyens Attentifs; Peter Tromp van Vaderkenniscentrum; Cedric Crouzatier, slachtoffer van Duitsland; Viktor, de Yaka-Club; sommige leden van MFSB enz...

Pascal en Sabine

*** Bonjour à tous, Nous arrivons au bout de notre périple! A partir du 19 mai (en fin de journée), nous serons a Strasbourg. La journée du 20, nous la passerons dans Strasbourg, à recolter des signatures. Toute personne souhaitant se joindre à nous pour cette journée est priée de nous écrire a mon adresse (pascalgallez@yahoo.com) ou à celle de Sabine. Pour le 21: on se donne rendez-vous à 11h30 devant la mairie de Strasbourg, qui se trouve: PLACE DE L'ETOILE / 1 PARC ETOILE 6700 STRASBOURG
On demarre a midi pour le PE. Nous sommes attendus à 13h30 au PE par MMr Libicki, Président de la Commission des Petitions, MacMillan Scott, Vice Président du PE, Rogalski, MeP et Mme Brepoels, MeP. Le point de réunion final est CRISTAL BALL: on entrera au PE par la Porte du Bâtiment Louise Weil. On rentre dans un jardin au milieu duquel il y a une grosse balle de verre (un cadeau de Pologne). Plusieurs parents et associations nous ont déjà confirmé leur présence (Sosraptsparentaux; Solidariteraptparental; des parents de Goudi; Vater-Kinder Stiftung; VAfK; Christiane Pohl; entfremdet.de; Acalpa; Citoyens Attentifs; Peter Tromp de Vaderkenniscentrum; Cedric Crouzatier, victime de l'Allemagne; Viktor, de Yaka-Club; certains membres de MFSB; etc... et, bien entendu, Karin Jäckel, ecrivain.(J'arrète ici la liste, par manque de temps). Pascal en Sabine

*** Greetings to all, We are arriving to the end of our trip. As from the 19th (end of the day) we may be found at: HOTEL PREMIERE CLASSE STRASBOURG OUEST 6 rue Cerf BERR PARC DES POTERIES 67200 STRASBOURG PH (+) 33 3 88 10 06 16 On the 20th, we shall be in town, collecting signatures. All those who want to join us for this action ought to write me, so we can arrange a meeting point. On the 21st, we shall meet at 11h30 at the Mairie of Strassburg. the adress is: PLACE DE L'ETOILE / 1 PARC ETOILE 6700 STRASBOURG We shall leave at noon. We are expected at the EP at 13h30, bw MMr Libicki, President of the Commission of the Petitions, McMillan Scott, Vice President of the EP, Rogalski, MeP and Mrs Frieda Brepoels, MeP.
Our last meeting spot will be by the Cristal Ball. We shall arrive at the EP through the door of the Louise Weil building. We then arrive in a garden in middle of which there is a big cristal bullet (a present of Poland). Several parents and associations let us already know they would be there (Sosraptsparentaux; Solidariteraptparental; some parents from Goudi; Vater-Kinder Stiftung; VAfK; Christiane Pohl; entfremdet.de; Acalpa; Citoyens Attentifs; Peter Tromp from Vaderkenniscentrum; Cedric Crouzatier, victim of Germany; Viktor, from Yaka-Club; several members of MFSB; etc... and, of course, Karin Jäckel, writer. I stop here the list, due to lack of time.

 

vrijdag 25 april 2008
Vertrek mars Brussel - Straatsburg 10 u.
Actie Leuven in de namiddag

 

Het verzoekschrift

Het gaat over een principeverklaring.

Elk kind heeft recht op regelmatig contact met zijn ouders.

Elke ouder heeft recht op regelmatig contact met zijn kind(eren).

Verscheidene wetten die de relatie tussen ouders en kinderen beschermen, bestaan in de meeste Europese landen; maar ze worden slechts  met de grootste laksheid, zeg maar lafheid toegepast. Door te weigeren de Wet toe te passen, ziet de rechter elke ethiek over het hoofd. 

Op die manier tonen de verantwoordelijke instanties van justitie, van de administratie; de politici en de schooldirecteurs; de artsen en de psychologen hun gebrek aan moed. Door te weigeren te reageren tegen deze vorm van kindermisbruik, is het  Europa van de 25 niet langer in staat de ethische grondslagen van onze maatschappij te beschermen.

Niet de wetten zijn fout gemaakt, maar de personen die ermee belast zijn de wet  toe te passen, gedragen zich lafhartig.

Daarom is dit verzoekschrift in het leven geroepen : het vraagt één zaak : de terugkeer naar het respect voor het recht, voor de toepassing van de wetten ; de politieke en vooral de gerechtelijke overheid  moeten opnieuw moedig worden ; de specialisten moeten hun impliciete instemming met een laat-maar-begaan - het kind te laten beschadigen -  opgeven, maar integendeel het verbod het misdrijf te plegen suggereren en zorgen voor het herstel van het kind. 

Het gerecht lijkt al te vaak ontoegankelijk voor de ethiek en slechts  gevoelig te zijn voor de beslistheid – zelfs om te schaden -  van de actoren van het juridische debat. Wij moeten dus aantonen dat de vastberadenheid van de goede mensen, die bezorgd zijn om het geluk van het kind, sterker is dan die van de wraakzuchtige ouders…en van de aanhangers van de kindergijzeling.

Om het verzoekschrift te ondertekenen klik de (volgende) koppeling aan:

http://1777.lapetition.be





 
En haut
 
 

Cali - Le Droit des Pères - Chanson









 

 

Au diable ma fierté À genoux je viens supplier Je voudrais juste que la justice Soit un peu plus juste cette fois
Au diable ma fierté À genoux je viens supplier Car la justice a été trop juste Encore une fois
C'est une tragédie Une nouvelle marche en arrière Leur partielle, meurtrière justice A posé son gros cul sur le droit des pères
C'est une tragédie Une nouvelle course à l'envers La justice a posé son gros cul Sur le droit des pères
Si je t'écris aujourd'hui Mon enfant, de ma nuit C'est pour que tu saches Que si j'ai tout perdu Comme un chien je me suis battu Pour mon droit de t'aimer Comme un papa peut aimer Ils m'ont laisser errer sans toi Dans ma colère Ils ont piétiné encore une fois Le droit des pères
Ils nous ont posé Toi et moi sur le bord Comme deux serpillières Et merde au droit des pères !
Si je t'écris aujourd'hui C'est que tu dois savoir Qu'ils ne m'ont laissé Que le droit de hurler Ton prénom dans le vent J'ai perdu la plus importante De mes guerres Te voir grandir tous les jours Mon enfant
Nous sommes des milliers de pères Le nez dans la poussière Les milliers qu'ils ont jeté Dans ce cachot, ce piège à rat, cette misère Des milliers à pleurer Madame la justice, enlevez vos oeillères Des milliers à mendier Notre droit des pères
Je m'en vais dans ma nuit Non, je ne te laisse pas Non, je veille de loin Puisque c'est le seul de mes droits J'aurais toujours une main sur le coeur L'autre sur ton épaule Je viendrais te renifler De loin, à la sortie de l'école
Mon amour Ils ne m'arracheront pas ça Ni eux, ni ta pauvre mère Mes yeux de père
Mon amour Sache que mes mains se seront déchirées Sur l'infranchissable barbelé D'une machine à fric Qu'ils appellent justice La plus vieille des putes À la raie je lui pisse
J'ai cette envie de meurtre Au fond de ma colère Je ne poserai pas de bombes Non, ça me dégoûte Il n'y a rien de plus bas Tu sais Celles qui arrachent Les jambes et les bras Elles n'arracheront jamais le coeur De ceux qui n'en ont pas Tu sais Ceux qui nous offrent Des miettes de jours pour tous les deux Chaque mois
J'ai cette envie de meurtre Au fond de ma prière Ils m'ont volé Mon droit de père



 
 
En haut
 

Le cadeau parfait pour mon enfant

J’ai parcouru plusieurs kilomètres pour trouver le cadeau parfait pour mon enfant. Après deux longues soirées, fatigué, j’ai demandé ce qu’il voulait. Voici la liste de cadeaux qu’il m’ a suggérés :

J’aimerais être Felix, le petit chat, pour être moi aussi pris dans les bras chaque fois que vous revenez à la maison.

J’aimerais être un baladeur pour être parfois écouté par vous deux, sans aucune distraction, n’ayant que mes paroles au bout de mes oreilles frédonnant l’echo de ma solitude.

J’aimerais être un journal pour que vous preniez un peu de temps chaque jour pour me demander de mes nouvelles.

J’aimerais être une télévision pour ne jamais m’endormir le soir sans avoir été au moins une fois regardé avec intérêt.

J’aimerais être une équipe de hockey pour toi papa afin de te voire t’exciter de joie après chacune de mes victoires et un roman pour toi maman afin que tu puisses lire mes émotions.

A bien y penser, je n’aimerais qu’être une chose, un cadeau inestimable. Pour vous deux. Ne m’achetez rien : permettez moi de sentir que je suis votre enfant.

Référence : Les services de garde en milieu scolaire p. 62 (Auteur : Steve Musson) provenant du Journal L’Echo de la Tuque.

Site : Pour l’amour des enfants


 
En haut
 

20 Demandes des enfants
à leurs parents divorcés ou séparés

érites par Dr. Karin Jäckel
dédiées à Dieter Mark

http://www.karin-jaeckel.de:80/

Tous droits réservés à l'auteur

Qand la famille décompose, très souvent les enfants réagissent avec une silence triste. A cause de cette silence j'ai noté les points les plus importants que les enfants aiment à transmettre à leurs parents.

(Regardez aussi: Karin Jäckel, Mein Kind gehört auch zu mir; Handbuch für Väter nach der Trennung, 1999 ff.)

1. N’oubliez jamais: je suis l’enfant de vous deux. Maintenant, je n’ai plus qu’un parent avec lequel je vis et qui me consacre le plus de temps. Mais j’ai besoin aussi de l’autre.

2. Ne me demandez pas si j’aime plus l’un ou l’autre. Je vous aime tous les deux tout autant. Ne critiquez donc pas l’autre devant moi. Car cela me fait mal.

3. Aidez-moi à maintenir le contact avec celui d’entre-vous chez qui je ne suis pas tout le temps. Formez son numéro de téléphone pour moi, ou écrivez-moi son adresse sur une enveloppe. Aidez-moi, à Noël ou à l’occasion de son anniversaire, de lui confectionner ou de lui acheter un beau cadeau. De mes photos, faites-en toujours une copie pour l’autre.

4. Conversez comme des adultes. Mais conversez. Et ne m’utilisez pas comme messager entre vous – encore moins pour des messages qui rendront l’autre triste ou furieux.

5. Ne soyez pas triste quand je vais chez l’autre. Celui que je quitte ne doit pas penser que je ne l’aimerai plus d’ici quelques jours. Je préférerais toujours être avec vous deux. Mais je ne peux pas me couper en deux – seulement parce que notre famille s’est déchirée.

6. Ne prévoyez jamais rien durant le temps qui m’appartient avec l’autre. Une partie de mon temps est à ma Maman et à moi; une partie de mon temps est à mon Papa et à moi. Soyez conséquents.

7. Ne soyez ni étonnés ni fâchés quand je suis chez l’autre et que je ne donne pas de nouvelles. J’ai maintenant deux maisons. Et je dois bien les distinguer – sinon je ne m’y retrouve plus du tout.

8. Ne me passez pas à l’autre, à la porte de la maison, comme un paquet. Invitez l’autre pour un court instant à l’intérieur et conversez comment vous pouvez me faciliter la vie. Quand je suis recherché ou ramené, laissez-moi un court instant avec vous deux. Ne détruisez pas ce moment en vous fâchant ou vous disputant.

9. Laissez-moi être recherché de la Maternelle ou de chez des amis si vous ne pouvez supporter le regard de l’autre.

10. Ne vous disputez pas devant moi. Soyez au moins aussi poli que vous le seriez avec d’autres personnes, comme vous l’exigez aussi de moi.

11. Ne me racontez pas des choses que je ne peux pas encore comprendre. Discutez-en avec d’autres adultes, mais pas avec moi.

12. Laissez-moi amener mes amis chez tous les deux. Je souhaite qu’ils puissent connaître ma Maman et mon Papa et les trouver sympa.

13. Mettez-vous d’accord au sujet de l’argent. Je ne souhaite pas que l’un en ait beaucoup et l’autre très peu. Il faut que ce soit bien pour tous les deux, ainsi je pourrai être à l’aise chez tous les deux.

14. N’essayez pas de m’habituer à parier. Je ne peux de toute façon pas manger tout le chocolat que j’aimerais.

15. Dites-moi franchement s’il vous arrive de ne pas pouvoir boucler le budget. Pour moi, le temps est bien plus important que l’argent. Je m’amuse bien plus avec un jouet simple et comique qu’avec un nouveau jouet.

16. Ne soyez pas toujours „actifs“ avec moi. Cela ne doit pas toujours être quelque chose de fou ou de neuf quand vous faites quelque chose avec moi. Pour moi, le plus beau c’est quand nous sommes simplement heureux de jouer et que nous ayons un peu de calme.

17. Laissez le plus possible de choses identiques dans ma vie, comme c’était avant la séparation. Cela commence par ma chambre, ensuite sur les petites choses que j’ai faites tout seul avec mon Papa ou ma Maman.

18. Soyez aimable avec les autres grands-parents – même si lors de leur propre séparation ils penchaient davantage pour leur propre enfant. Vous seriez aussi à mes côtés si je n’allais pas bien ! Je ne veux pas perdre, en plus, mes grands-parents.

19. Soyez „fair“ avec le nouveau compagnon que l’un d’entre-vous rencontre ou a déjà rencontré. Je dois aussi m’entendre avec ces autres personnes. Je préfère quand vous ne vous espionnez pas jalousement l’un l’autre. Ce serait de toute façon mieux pour moi si vous rencontriez rapidement tous les deux quelqu’un que vous aimiez. Vous ne serez plus aussi fâché l’un sur l’autre.

20. Soyez optimistes. Vous n’avez pu gérer votre couple – mais laissez-nous au moins le temps que cela se passe ensuite bien. Relisez toutes mes demandes. Peut-être en discuterez-vous. Mais ne vous chamaillez pas. N’utilisez pas mes demandes pour faire des reproches à l’autre, aussi mal qu’il ait pu être avec moi. Si vous faites cela, vous n’aurez pas compris comment je me sens et ce dont j’ai besoin pour me sentir heureux.

Dr. Karin Jäckel

Copyright by http://www.karin-jaeckel-autorin.de
Référence: http://www.karin-jaeckel.de/werhilft/waskinderwollen2.html

Traduction de l’original allemand : Philippe Maillard – Avril 2005


 
En haut
 

« PAPA, MAMAN… OU EST MA PLACE ? » - CONFERENCE DEBAT DU 17 NOVEMBRE 2004 - Facultés Universitaires Notre Dame de la Paix, Namur - par Ursula KODJOE, PSYCHOLOGUE

(Résumé réalisé par Lucien DERZELLE)


D’emblée Madame KODJOE nous parle des relations qui doivent subsister entre enfants et parents lors de la séparation de ceux-ci.
Plus de la moitié des enfants sont exclus d’un parent dans les pays européens.

Les relations entre les enfants et leurs parents séparés, doivent être poursuivies. Tout d’abord, des décisions doivent être prises au sujet de l’avenir des enfants. Les deux parents doivent s’impliquer malgré leur inimitié l’un envers l’autre. Les mentalités doivent changer même dans la population non concernée ; aujourd’hui, des parents séparés conservent chacun leurs amis, ceux-ci prennent fait et cause pour eux, les approuvent même dans leur acharnement à contrer l’autre… et on ne pense ni ne parle des difficultés subies par les enfants.

Si aucune entente ne se manifeste entre parents, ils doivent être aidés.
Les psychologues et institutions sont là pour cela. Les peurs, les mésententes entre institutions, les précautions (vie privée…), les surcroîts de travail ne peuvent être des obstacles à la recherche d’une solution pour recréer une ambiance d’entente et de décision à l’égard des enfants. Sinon, des procédures trop longues s’installent régies par les tribunaux, tout le monde y perd, surtout les enfants. Quel parent coopère ? Où est la vérité dans le discours des deux parents ? Tâchons plutôt de percevoir leur vécu et de rester neutre en face de leur histoire. Voilà les questions posées par les magistrats, voilà les dilemmes devant lesquels ils se trouvent.

Un parent quitte la maison avec ses affaires, sans explication. L’enfant se pose des questions, réagit, conclut : « Il (elle) ne m’aime plus ». Il devient pensif, triste. Le triangle maman, papa, enfants n’existe plus. Ceux-ci se sentent diminués, l’amour parental était donc bien caduc : « Je ne vaux donc rien ! » Ils deviennent agressifs, même avec le parent gardien.

Les visites au parent parti seront, s’il le faut, accompagnées d’un adulte proche, surtout au début. L’enfant aura moins peur. Une peur vaincue empêche une séparation qui pourrait devenir définitive. Les contacts ne doivent pas être interrompus avec la famille élargie, l’enfant doit toujours ressentir les mêmes attitudes de tous à son égard.

Lors de séparations de parents, chacun voit les défauts de l’autre, ainsi il se justifie, se donne bonne conscience. Cette attitude est à proscrire en face de l’enfant., il faut au contraire se mettre à sa place, participer à la joie et au bonheur que l’autre parent lui a procurés. Certains enfants paraissent forts mais veulent crâner, ils souffrent intérieurement, perdent confiance en eux-mêmes, ils sont un piège pour le psy. Normalement, chacun des parents apporte à l’enfant ce qui est nécessaire au développement de sa sensualité, de sa personnalité, sa formation même de futur parent. L’enfant lésé de cet apport vit le conflit et ne voit pas de solution. Il sera heureux s’il découvre que les parents se reparlent pour résoudre les problèmes, aussi bien les siens que ceux des grands.

Des séparations entre gens qui ne peuvent s’entendre sont normales dans les cas généraux, mais ici la présence d’un enfant doit changer la logique de raisonnement des grands.
L’enfant a besoin du contact des deux parents. Jusqu’à l’âge de 6 ans, il est égocentrique, se croit cause de tout et a honte pour ses parents séparés. L’absence du père pour une fille lui provoque une vision idéalisée du père souhaité. Elle répercute ses rêves sur l’ensemble des hommes, cela provoquera des tensions lorsqu’elle sera plongée dans la réalité. Rencontres et conversations entre parents sont nécessaires, les enfants espèrent et suivent cela de près, même s’ils n’y participent pas. Ils sont très prudents devant la justice et répondent à leur manière, le plus possible pour éviter de nouveaux conflits entre parents, sauf s’ils sont manipulés (S.A.P.). De plus, ils ressentent très fortement les émotions des adultes.

Une séparation des parents provoque une perturbation dans la vie de l’enfant. Le parent de garde est seul, l’enfant visitera l’autre parent, changera alors de milieu, d’activités, de comportement vis-à-vis de ce parent, l’éducation sera peut-être différente. Une entente entre les parents doit procurer à l’enfant une sérénité continue, le style de vie ne peut varier continuellement d’un point à l’autre, l’entourage, l’école, les copains, mieux vaut s’arranger pour garder tout cela.
Les parents autoritaires ou trop laxistes n’arriveront pas à un bon résultat d’éducation, ils doivent permettre à l’enfant de réfléchir et de leur parler.

Un groupe de travail a été institué par Madame KODJOE voici 10 ans, il se réunit une fois par mois. Il est formé de juges, d’avocats, d’assistants sociaux . Par exemple, il adresse une demande de modifications de visite à la cour. L’audition est rapide, dans les cinq jours. Le juge contacté fait part des besoins de l’enfant aux avocats des parents, ceux-ci sont impliqués, donnent leurs conclusions aux avocats, lesquels présentent le résultat au juge. Le juge leur donne 3 mois pour s’arranger, sinon il prend des dispositions plus exigeantes. Tous les trois mois, il réévalue la situation et au bout d’un an, change la garde si nécessaire.
On constate donc un suivi dans la solution projetée et appliquée. Conversations et rapidité sont les grandes qualités de cette procédure.

Il n’y a pas de parents idéaux, mais malheureusement certains font des erreurs, bafouent les règles, décident eux-mêmes des visites, souvent unilatéralement. Le parent hébergeant est alors sous tension, l’enfant le remarque : « Toi tu n’as rien à dire ».
La situation peut aussi se dégrader si un nouveau compagnon (ou compagne) habite avec un des parents séparés, celui-ci devra peut-être choisir, entre le nouveau compagnon (ou la nouvelle compagne) et l’enfant. Une jalousie peut s’installer, une grande prudence sera de mise, et il sera bon que l’enfant se retrouve de temps en temps seul avec son parent. Les visites seront régulières. Les enfants seront suivis s’ils sont tristes. Leur parler de la situation mais en termes choisis pour ne pas les blesser, ni blesser l’autre parent.
Les deux parents devront suivre une même ligne de conduite dans l’éducation. Ils ne doivent pas, chacun de leur côté, offrir cadeaux, promettre des facilités afin d’attirer l’enfant exclusivement chez eux. Les jugements doivent absolument être respectés.
On constate aussi l’utilisation des enfants dans les conflits, on les traite comme des copains afin de prendre le dessus sur l’autre parent pour mieux les manipuler peut-être.
On en revient ici, comme cité plus haut, à l’uniformisation de l’éducation à mettre en place par les parents.

Un enfant triste sera suivi psychologiquement. La famille élargie a son rôle…
Il ne fut pas question dans cette conférence du S.A.P. (syndrome d’aliénation parentale), d’autres documents en parlent suffisamment. Cette conférence a tenté de démontrer les lacunes des mauvaises ententes, des jugements mal respectés, des souffrances subies par les enfants mal accompagnés, rejetés psychologiquement, manipulés.

CONCLUSION

Aux questions posées après la conférence, on peut résumer la pensée de Madame KODJOE comme suit :

1. la mère garde son bébé, mais celui-ci doit voir son père trois ou quatre fois par semaine, un peu moins éventuellement après la première année. Le climat social de la famille élargie et d’amis sera bénéfique pour l’enfant dans sa croissance.

2. des parents qui se séparent doivent être prévenus, formés sur les attitudes à prendre vis-à-vis de l’enfant, ensuite la Justice doit donner des directives. Les juges seront formés, il faut s’adapter sur les plans professionnel et politique à l’évolution de la société.

3. le S.A.P. est attaqué, mais il faut le diffuser. Il n’est si bien compris que par les parents qui le vivent. Tous s’y reconnaissent, il dépeint ce qu’ils vivent, met en garde contre les dangers pour le futur qu’il explique et démontre par les études suivies de l’évolution de la société.

4. des groupes de travail s’organisent, une loi familiale européenne est à l’étude.

5. la garde alternée devrait être mieux acceptée pour les enfants de 3 à 14 ans.

Une conclusion optimiste fut émise par un père : « le mouvement CONTRE le S.A.P. va s’essouffler et je crois que nous pouvons compter sur toutes les autorités qui se penchent sur nous, parents, en reconnaissant les souffrances des enfants et des parents. »


 
En haut
 

Pourquoi les pères doivent reprendre le pouvoir aux mères

(Jacqueline Remy l express - 30-6-2004)

Le pédiatre Aldo Naouri lance cet appel en forme de mise en garde dans son nouveau livre, assez provocateur, Les pères et les Mères (Odile Jacob). Il y exhorte les parents à jouer chacun son rôle, sans confusion des sexes. Il y va de l'é...

Il y a de la jubilation chez ce pédiatre-là. De la jubilation dans la provocation. Une fois de plus, Aldo Naouri va agacer et désarmer, tant son propos est iconoclaste, bien que nourri d'arguments puisés dans la psychanalyse et l'anthropologie. Le livre touffu et passionnant qu'il publie ces jours-ci aux éditions Odile Jacob s'intitule Les Pères et les Mères, mais c'est à ces dernières qu'il s'attaque d'abord. Les mères sont toutes-puissantes, martèle-t-il, il faut les arrêter. Sauvons les enfants de la
fusion inquiète dont elles les accablent: «La maladie la plus grave qui puisse affecter un être humain (surtout masculin) en devenir, c'est d'être encombré d'une telle mère.» Il en appelle aux pères, sommés de se comporter en hommes. Il n'est jamais très réjouissant de se voir tancer: les pères et les mères d'aujourd'hui, tout
occupés qu'ils sont à inventer de nouvelles figures de parentalité, très créatives et
joliment postmodernes, se font fermement rappeler à l'ordre. «Vous êtes au service de vos enfants, lance-t-il dans son nouveau livre. Mais vous ne leur rendez pas service.» Jamais on ne s'est tant occupé, préoccupé, des enfants. Justement,
assène-t-il, nos enfants vont mal.

Ce pédiatre, qui prétend préférer parler aux parents que s'adresser directement aux enfants, leur explique qu'ils ont oublié d'où ils venaient. D'un fond des âges où la première sépulture servit à enterrer, pour prévenir sa vengeance, le mâle dominant que ses jeunes rivaux venaient d'assassiner. D'un passé où l'on redoutait la mort, où seules les mères avaient le pouvoir d'apaiser cette angoisse, où peu à peu
des systèmes de parenté se sont élaborés autour d'interdits pour régler la vie sociale et désamorcer les peurs. Aldo Naouri exhorte aussi les parents à se souvenir qu'ils sont différents, depuis la nuit des temps, et il oppose la «logique de la grossesse», celle des femmes, à la «logique du coït», celle des hommes. De quoi exaspérer les féministes qui, dans le passé déjà, taxaient le célèbre pédiatre de misogynie. De
quoi choquer, aussi, tous ceux qui croient ou espèrent relever d'une espèce plus sophistiquée que le genre animal. Personne n'aime être ramené si brutalement à son sexe et à ses angoisses archaïques. Pourtant, la démonstration d'Aldo
Naouri vaut la peine d'être écoutée. Car cet homme qui sait faire parler les mythes raconte à sa façon, poétique, généreuse, convaincante, et parfois discutable, comment l'histoire de l'humanité nous a amenés là où nous sommes aujourd'hui, pris dans ce triangle éternel - le père, la mère, l'enfant - dont nous ne savons
plus équilibrer les forces.

Aldo Naouri affirme que les pères et les mères flottent, égarés dans la confusion des rôles. Il soutient que les uns et les autres doivent retourner chacun à sa place, l'enfant itou. Et, s'il insiste sur le pouvoir des mères, ce n'est pas pour les blâmer. Il est bien normal, explique-t-il, que la mère soit en prise directe sur son petit, qu'elle fasse la pluie et le beau temps sur le berceau, qu'elle le protège de tout son être, jusqu'à lui cacher le père. Mais, gronde-t-il, où est-il donc passé, celui-là?

Aldo Naouri se défend d'être rétrograde et conservateur. Il explique qu'il n'est pas contre le partage des rôles et le pouvoir des femmes. «Cela n'a rien à voir», dit-il. Que les hommes fassent la vaisselle, c'est une chose. Mais il faut qu'ils jouent leur véritable rôle de père. Pas celui des sitcoms et des poncifs à la mode. Celui qui s'interpose entre la mère et l'enfant. Ce n'est pas en maternant ce dernier qu'ils y
parviendront, précise Aldo Naouri avec une moue légèrement dubitative. Le pédiatre ne combat pas la toute-puissance des mères. Au contraire, il la célèbre. Mais à une condition: que les pères ne cessent de rappeler à ces mères qu'elles sont des
femmes. Par-dessus l'épaule maternelle, l'enfant doit voir qu'il y a un homme et que cet homme intéresse bigrement sa mère.

Reuters
C'est à ce moment de la démonstration qu'Aldo Naouri glisse un sourire séraphique et se tait. Il prévoit parfaitement les réactions qu'il ne manquera pas de susciter. «J'ai quarante ans de métier, dit-il, et je sais de quoi je parle. Je n'ai pas de position idéologique. Je veux juste faire de la prévention.» Il a l'habitude de susciter des polémiques. Les Pères et les Mères est son dixième livre, dit-il. On ne le fera pas
taire. D'abord, cet auteur fécond a de la faconde. Ensuite, c'est ainsi qu'il a toujours
exercé son métier de pédiatre, en s'intéressant aux ressorts de l'inconscient. «Sinon,
précise-t-il, je serais devenu vétérinaire.» En 1985, ce médecin formé à la psychanalyse dans les groupes Balint - comme Martin Winckler, l'auteur de La Maladie de Sachs - a prescrit à la société Une place pour le père (Seuil): «J'ai ressuscité
un personnage exécuté, c'était perçu comme réactionnaire.» Il était juste un peu en avance. Les Filles et leurs mères (Odile Jacob), son ouvrage le plus célèbre, a rencontré un succès extraordinaire. Déjà, il y expliquait comment une tierce personne, le père, doit empêcher la mère de se livrer à un abus de pouvoir. Cette fois, dans son nouvel ouvrage, il distribue solennellement les rôles. Il ne faut pas arracher les enfants aux mères, mais arracher ces dernières à leur enfant. Les mères comptent plus que les pères. Il explique pourquoi.

Jacqueline Remy

28 mai 2004

 
En haut
 

SITE WEB SUR LE SYNDROME D' ALIENATION PARENTALE (SAP) EN FRANCAIS

URL : http://membres.lycos.fr/alienationparentale/forum.html

+Prof. Dr. Richard Gardner mort le dimanche le 25 mai 2003

une perte énorme

Il a décrit le SAP

Un document exploitable essentiellement via internet avec des hyperliens documentaires sur l'aliénation parentale

APRES DIVORCE OU SEPARATION DE LEURS PARENTS, DES MILLIERS D'ENFANTS DEVIENNENT ORPHELINS D'UN DES 2 PARENTS (souvent du père)


Les divorces et séparations sont de plus en plus nombreux.
Dans 15% des cas de séparation, un parent cherche à exclure l'autre parent
Les enfants deviennent alors injustement otages et victimes.

C'est ainsi que, par milliers, des enfants et des adolescents deviennent aujourd'hui orphelins du parent non-gardien (souvent du père).

Pire parfois, ils sont amenés à devenir complices et eux-mêmes co-auteurs d'un parricide psychologique.

Les gouvernements et la Justice doivent absolument prendre conscience de l'ampleur de ce drame, véritable génocide social.

Des réformes, politiques et judiciaires, s'imposent de toute urgence !

L'ALIENATION PARENTALE: EXPLICATION PSYCHOLOGIQUE (analyse et traitement)

ANALYSE DE DEUX EXPERTS, PSYCHOLOGUES MEDIATEURS

DEVELOPPEMENT SCIENTIFIQUE D'UN PSYCHOLOGUE SPECIALISTE, PROFESSEUR D'UNIVERSITE

LES CONSEQUENCES DRAMATIQUES DE CETTE RUPTURE DE LIENS ENTRE UN ENFANT ET UN DE SES PARENTS

L'APPROPRIATION D'UN ENFANT PAR UN PARENT (contre l'autre)

LE PROCESSUS D'ALIENATION PARENTALE (synthèse d'explications de 8 spécialistes)

DOSSIER SPECIAL SAP (MAGAZINE FRANCAIS)

EMISSION TV sur France 2 "CA SE DISCUTE" AVEC UN PSYCHIATRE FRANCAIS

CONFERENCE PAR UNE PSYCHOLOGUE ALLEMANDE

UN MAGISTRAT DE LA JEUNESSE LANCE UN SIGNAL D'ALARME SUR LA DANGEREUSE PROPAGATION DU PHENOMENE

EXEMPLE DE JUGEMENT RECONNAISSANT L'ALIENATION PARENTALE - 2001 (CANADA)

2d EXEMPLE 2002 (CANADA)

***

COMMENT SORTIR D'UN PROCESSUS D'ALIENATION PARENTALE

LA SOLUTION: UN JUGE FERME + UN PSYCHOLOGUE FAMILIAL DIRECTIF

L'AVERTISSEMENT DES PROFESSIONNELS ADRESSE AUX JUGES ET PSYCHOLOGUES CONFRONTES A CE PROBLEME
Les seules solutions réellement efficaces face à la violence symbolique du parent (pathologiquement et/ou volontairement) aliénant

L'AVERTISSEMENT DES PROFESSIONNELS ADRESSE AUX AVOCATS

QUAND LA MEDIATION ECHOUE ET MEME PREJUDICIE LES ENFANTS

REFLEXIONS ET PROPOSITIONS ADRESSEES AUX PROFESSIONNELS DE LA MEDIATION

DE L'IMPORTANCE D'UNE VIGILANCE JUDICIAIRE ET DE L'EDUCATION OU D'UNE TUTELLE PARENTALE

BROCHURE EDUCATIVE ET D'INFORMATION POUR LES PARENTS (QUEBEC)

SITE DE REFLEXION SUR LA RESPONSABILITE PARENTALE APRES RUPTURE CONJUGALE

COMMENT SAUVER LES ENFANTS VICTIMES (OTAGES) DE DIVORCES TRES CONFLICTUELS

POUR LES PROFESSIONNELS: DOCUMENTATION APPROFONDIE SUR L'EDUCATION PARENTALE ET L'ARBITRAGE JUDICIAIRE ET PSYCHOSOCIAL EN CAS DE LITIGE PARENTAL

POLITIQUE FAMILIALE AU CANADA : L 'EXEMPLE DE L 'ONTARIO
+ PROGRAMMES D'INFORMATION ET DE FORMATION POUR PARENTS EN COURS DE SEPARATION

***

1. Tous les experts sur la question insistent : face à une telle violence symbolique d'un parent gardien, véritable maltraitance psychologique d'un enfant, il est impératif de prendre conscience qu'il faut (malheureusement) judiciariser la réaction devant ce problème (malgré la tendance générale de déjudiciariser un maximum d'affaires familiales).

2. Veiller à vider ou continuer de bien débattre de tous les conflits du divorce dans une instance judiciaire distincte (enjeu de la conjugalité): car plus ces litiges se gèrent réellement et progressent vers des solutions concrètes, plus cela évite le transfert d'agressivité et de tensions conjugales sur les enjeux parentaux. Il est urgent d'harmoniser la gestion des litiges familiaux dans le cadre d'une instance cohérente, un Tribunal des affaires familiales, et où seront clairement distinguées la gestion des problèmes liés à la parentalité et la gestion de ceux liés à la conjugalité.

3. Mettre en application au niveau judiciaire des délais raisonnables (dans l'intérêt supérieur de l'enfant) de réaction de la part de la Justice en cas de conflit dur entre parents (pouvant évoluer en rupture de relation entre un des parents et un enfant), par l'intervention d'une analyse psychosociale en amont (notamment pour évaluer s'il y a aliénation parentale, c'est-à-dire un rejet radical non justifié d'un parent, qui a bien l'aptitude à être parent) ; préventivement, il serait utile d'amener les parents en procédure judiciaire de divorce ou séparation et ayant un litige pour les relations interpersonnelles parents-enfants à participer à des séances d'information à leurs rôle et responsabilités en tant que parents séparés.

4. Si un diagnostic d'aliénation (ou de rejet) parental(e) est confirmé par une expertise psychosociale, ouvrir la possibilité d'une ordonnance de transfert de garde de l'enfant vers le parent non aliénant (ceci devenant un critère clair pour tout juge pour accorder les droits) ou dans un centre (si les deux parents sont aliénants), avec obligation pour le(s) parent(s) aliénant(s) de fréquenter un service d'accompagnement aux responsabilités parentales (condition absolue pour qu'il(s) obtienne(nt) un droit de visite).

5. S'il s'agit d'un adolescent (souvent refusant le transfert), réorganisation de la garde avec augmentation du temps de contact avec le parent non aliénant, application d'astreintes en cas de non-respect, menace voire exécution d'emprisonnement du parent aliénant, éventuellement placement du jeune en internat ou dans un centre, afin de tenter de recréer les conditions nécessaires efficaces pour rétablir le lien au parent abusivement rejeté, d'une manière aussi ferme que l'est la violence symbolique de l'aliénation (que celle-ci soit consciente et volontaire ou pas).

6. Gestion du litige par un service d'accompagnement aux responsabilités parentales, avec rapports réguliers au Juge, par médiation ou arbitrage obligatoire entre parents (avec participation des enfants), de manière systémique soit collective (toute la famille) soit dédoublée père-enfant(s) et mère-enfant(s), afin de "déprogrammer" les perceptions de l'enfant aliéné (et en confiant la garde au parent le plus sain, le non-aliénant) et amener le parent aliénant à changer son attitude (travail éducatif et éventuellement thérapeutique), ce qui ne sera pas toujours possible.


COMMENT SAUVER LES ENFANTS QUI EN SONT VICTIMES:

CONSTAT:

La justice actuelle est trop lente, voire passive devant ce phénomène, et dispose d'insuffisamment de moyens pour gérer efficacement et dans un délai raisonnable certains litiges entre parents séparés en matière de garde et d'éducation des enfants, ce qui préjudicie actuellement des milliers d'enfants et d'adolescents.

La tendance (raisonnable) à vouloir déjudiciariser est quand même aussi une forme d'aveu de cette impuissance, voire des fautes de la Justice ou plus encore de l'incapacité de notre Etat (dit démocratique) et de son manque de volonté et de crédibilité politique à réellement protéger les mineurs; mais en matière d'AP, de l'avis des experts psychologues, la déjudiciarisation peut se révéler être une grave erreur

PROPOSITIONS

réponse psychosociale: rétablir une co-gestion des rôles parentaux avec des professionnels psychosociaux, amener les parents en litige à négocier la répartition de leurs rôles et responsabilités.

réponse institutionnelle: développer, par arrondissement judiciaire, des initiatives d'accompagnement des parents à co-gérer et partager leurs responsabilités parentales le juge doit pouvoir déléguer cette mission dans un délai rapide (2 mois maximum) lorsqu'il y a conflit ou non-respect de décision judiciaire en matière de garde ce type de service et de procédures est nécessaire car les structures d'aide à la jeunesse et de protection judiciaire, les espaces-rencontres et la médiation sur base volontaire ont montré leurs limites, voire leur incapacité à réagir devant des conflits durs il faut donc réorganiser le secteur et renforcer les moyens et les efforts, en assurant une cohérence dans le travail d'intervention des différents services.

réponses judiciaires et financières: pour le parent coupable de pareille rupture, retrait de garde et obligation de suivi dans un centre d'accompagnement des responsabilités parentales (condition pour garder un droit de visite); s'il s'agit d'un adolescent (pour lequel il est plus difficile d'appliquer un transfert de garde), appliquer les moyens de contraintes efficaces, comme une éventuelle astreinte, suffisamment significative, à chaque non-présentation d'enfant, retrait de pension alimentaire et d'allocations familiales pour le parent gardien en faute et transfert vers l'autre parent, assorti d'une menace de retrait de l'autorité parentale ou retrait direct et automatique si la reprise de contact n'est pas effective.


REFORMES

INSTAURER UN TRIBUNAL DES AFFAIRES FAMILIALES

DISPOSANT DES MOYENS DE MENER RAPIDEMENT UNE ANALYSE JURIDIQUE ET PSYCHOSOCIALE DES SITUATIONS
PRIVILEGIANT EN AMONT DES DEMARCHES DE MEDIATION, SINON D'ARBITRAGE OBLIGATOIRE
POUVANT S'APPUYER SUR DES LIEUX ET SERVICES D'EDUCATION, DE FORMATION ET DE TUTELLE DES RESPONSABILITES PARENTALES

(ARGUMENTAIRE APPROFONDI)

Pour protéger et aider ces trop nombreux enfants perturbés et préjudiciés par des séparations douloureuses et conflictuelles, il faut réformer l'encadrement juridique et psychosocial actuel
Certaines législations doivent être revues et certaines structures réorganisées (les rôles des uns et des autres): juges des affaires familiales, services d'aide à la jeunesse et de protection judiciaire, espaces-rencontres, médiation familiale, maisons de justice, services d'aide aux victimes,...

L'aide à la jeunesse et l'aide aux familles doivent articuler leurs missions et les développer en intégrant l'éducation à la parentalité, y compris la tutelle "contrainte" pour les parents coupables.

Actuellement des manquements apparaissent, sur les plans législatif et institutionnel: les missions des espaces-rencontres doivent être redéfinis, la qualification et le système d'intervention des médiateurs familiaux peuvent parfois poser problème (les interconnexions nombreuses entre le psychologique, le social, le juridique requièrent un grand professionnalisme, pas toujours possible pour un seul type d'intervenant), certains parents nécessitent une contrainte judiciaire (lorsque la médiation n'est pas possible) et un suivi psychologique et pédagogique actif et vigilant, plus directif.

Par arrondissement judiciaire, une cohérence d'intervention doit pouvoir mettre en place un accompagnement, un encadrement (parfois sous contrainte) de parents et d'enfants immergés dans ces séparations conflictuelles. Les interventions des professionnels méritent d'être clairement coordonnées et pouvoir faire face à tout type de situations (médiation, éducation, thérapie, encadrement, contrôle, suivi,...) et ce dans des délais raisonnables pour sauvegarder l'intérêt supérieur de l'enfant, ce qui n'est pas du tout le cas aujourd'hui.

Ainsi est-il utile de réfléchir par exemple à l'idée de créer, dans chaque arrondissement judiciaire, des LIEUX ET SERVICES D'ACCOMPAGEMENT DES RESPONSABILITES PARENTALES regroupant, coordonnant notamment les interventions des professionnels de la médiation et des espaces-rencontres et leur attribuant des missions claires.


http://membres.lycos.fr/alienationparentale/forum.html

lesap@netcourrier.com

 

En haut
 

Réflections dans la presse après l'action des pères

Le 07/06/2003 | 08 h 19
Le Soir

Ces pères qui n'abdiquent pas


Photo Dominique Duchesnes.

Les pères sont de plus en plus nombreux à réclamer la garde des enfants en cas de divorce. Mais ce sont les mères qui l'obtiennent la plupart du temps. A l'occasion de la fête des pères, des papas dénoncent l'iniquité d'une justice qui les a "mis au placard".

ANNE-CÉCILE HUWART , PIERRE VASSART et STÉPHANE DETAILLE

Ce dimanche, à l'heure où, entre la poire et le fromage, des milliers de pères aux anges recevront de leur progéniture les gages renouvelés d'une émolliente affection, une poignée de papas manifestera sur la Place de la Monnaie, à l'appel de l'antenne bruxelloise du Mouvement pour l'égalité parentale (MEP) : une association qui tente d'obtenir de la Justice qu'elle prenne davantage conscience de l'importance des deux parents dans l'exercice de l'autorité parentale.

C'est qu'en effet, pour avoir été consacré par la loi du 13 avril 1995, ce principe n'en paraît pas moins battu en brèche par ce constat statistique : le plus souvent - dans 80 % des cas, selon l'estimation la plus répandue -, les juges continuent de confier la garde des enfants à la mère quand un couple divorce ou se sépare. Sans préjudice pour ce postulat d'« un exercice conjoint de l'autorité parentale » ? Dans les faits, estime Kerim Maamer, responsable de l'antenne bruxelloise du MEP, rien n'a changé depuis l'époque où la loi attribuait cette autorité à celui des conjoints qui assurait l'hébergement principal des enfants : exclu de la cellule familiale, le père n'a simplement plus voix au chapitre.

« Mis au placard », selon l'expression de la psychanalyste Christiane Olivier, beaucoup de pères s'effacent, comme l'a montré en France une étude consternante menée en 1998 par l'Institut national d'études démographique (Ined) : 20 % des pères divorcés ou séparés voient leurs enfants moins d'une fois par mois, 22 % jamais.

Des pères démissionnaires ? Pour une partie d'entre eux, sans doute. Mais le fond de l'affaire, c'est que la Justice attribue au père une place à ce point étriquée - quelques heures à quelques jours de visite par mois, dans la plupart des cas - qu'il est quasiment contraint d'endosser un rôle ludique dans lequel il a du mal, paradoxalement, à conserver son pouvoir attractif : aux yeux de l'enfant, ce camarade de jeux subit tôt ou tard la concurrence des copains, explique Michel Deleau, juriste à l'association Addemas (Accueil, documentation et défense des enfants mineurs et adultes séparés). Et vous avez beau faire la tournée des parcs d'attraction de France et de Navarre, vous comprenez que l'enfant vous échappe, soupire Jacques, un militant du MEP.

D'autres pères, comme Edouard - un anthropologue « en procédure » avec son ex-épouse depuis près de trente ans - finissent un jour par renoncer à leur droit de visite « pour limiter les dégâts » : J'ai vu, dit-il, à quelles extrémités peut conduire le fameux « syndrome d'aliénation parentale » : mes enfants étaient à ce point endoctrinés par leur mère que toute communication était devenue impossible entre nous.

Georges, lui, bataille pour conjurer ce risque-là : il consulte un spécialiste de la Fondation Dolto, pour apprendre à répondre aux questions de sa fille (4 ans) quand elle aborde le terrain délicat, et souvent miné, de ses relations avec sa mère. L'idée, dit Thierry, nous est tous venue de laisser tomber, un jour que nous étions fatigués d'investir - pour des résultats invariablement frustrants - autant d'argent et d'énergie à la sauvegarde d'un droit aussi fondamental.

On peut, comme Christiane Olivier, déplorer que de nombreux pères ne s'inquiètent qu'au moment du divorce de leur véritable place auprès de l'enfant, sans pour autant mettre en doute la profondeur de leur désarroi quand un jugement les en déloge sans crier gare. Depuis deux ans qu'il anime, avenue Plasky, à Schaerbeek, l'antenne bruxelloise du MEP, Kerim Maamer a pu observer, dit-il, « les conséquences épouvantables » que leur vécu douloureux provoque dans le quotidien chambardé de ses membres : dépression, alcoolisme, affectivité délabrée - Ils sont, pour la plupart, incapables de nouer une nouvelle relation -, précarisation, voire paupérisation. Beaucoup d'entre eux perdent leur emploi, explique Kerim. Il y a ici d'anciens cadres qui vivent désormais des allocations du CPAS. En rognant sur leur disponibilité, le simple exercice de leur droit de visite et les exigences de leur combat finissent par les disqualifier au sein de l'entreprise qui a érigé la flexibilité en vertu cardinale. Ils se retrouvent au chômage, avec une pension alimentaire à payer, sans pouvoir prétendre aux logements sociaux prioritairement attribués aux mères qui ont obtenu la garde de leurs enfants.

G. est du nombre : J'avais, raconte-t-il, obtenu de recevoir ma fille le mercredi après-midi. A l'école, les cours s'achevaient à 11 h 30. Moi, mon boulot me retenait jusqu'à midi. J'arrivais en retard. Mon ex-épouse a demandé à l'école de témoigner contre moi. J'ai obtenu « un 4/5e temps » de mon employeur et je suis passé à la trappe à la première restructuration : je n'étais plus rentable.

Près de 30.000 divorces ont été prononcés en Belgique en 2001. Dans une société qui a tout mis en œuvre pour favoriser l'avènement du « nouveau père », les papas sont de plus en plus nombreux à réclamer la garde de leurs enfants, admet Nadia De Vroede, substitut du procureur général de Bruxelles. Dans un sondage organisé par « Le Pèlerin Magazine », 54 % des hommes interrogés répondaient qu'ils réclameraient cette garde s'ils étaient un jour confrontés à la situation. Selon Kerim Maamer, beaucoup de pères feraient toutefois leur deuil de cette requête sur le conseil d'avocats d'abord soucieux de « ne pas braquer le juge ».

Rendus dans l'urgence, les jugements provisoires sont régulièrement assortis, au nom du « principe de précaution », de mesures d'écartement du père dont l'ex-conjointe a dénoncé - à tort ou à raison - tantôt le comportement violent, tantôt les « projets d'enlèvement » ou les « tendances incestueuses » : Suivent alors des mois, voire des années, d'expertises durant lesquelles le droit de visite du père s'exerce au mieux dans le cadre anonyme d'« espaces-rencontre », à raison de quelques heures par mois et, le plus souvent, en présence d'une tierce personne, explique Michel Deleau. Dans 90 % des cas, les enquêtes démontrent l'innocence du père qui se heurte alors bien souvent à « l'avis de l'enfant » - parfois manipulé par « le parent adversaire » - pour lequel il n'est plus guère qu'un inconnu.

Thierry vit cet enfer-là. Mon ex-conjointe, raconte-t-il, a tout fait pour m'éloigner de notre fille, dont j'avais obtenu la garde pendant deux ans. On me l'a retirée lorsque sa mère, manipulée par la secte dont elle est membre, m'a accusée d'inceste. Depuis, je ne suis plus autorisé à voir la petite que dans un « espace-rencontre » où l'on m'a un jour reproché de tenir ma fille sur mes genoux...

Certes, les mentalités évoluent. Les juges, estime Philippe Piret, de l'ASBL Parents pour toujours, font désormais davantage de concessions aux pères, même si leur mise en œuvre demeure souvent problématique. C'est que l'époque n'aurait pas toujours été propice à la promotion de l'image paternelle : L'affaire Dutroux, la marche blanche, le battage médiatique autour de certains rapts parentaux ont eu pour effet de sacraliser « l'intérêt de l'enfant » : l'image du père a souvent été diabolisée quand celle de la mère était sublimée. Le psychiatre Philippe van Meerbeeck ne dit rien d'autre lorsqu'il évoque « le déclin du père face à un matriarcat idéalisé (« Le Soir » du 28 mai).

La Justice témoignerait d'ailleurs d'une sévérité inégale selon que les termes d'un jugement sont violés par le père ou la mère des enfants : De leur propre mouvement, les parquets, au motif de la « non-opportunité », ne poursuivent jamais la mère dès le dépôt de la première plainte pour non-présentation d'enfant, assure Michel Deleau. Ce que corrobore une étude commandée en 1995 par l'association française SOS Papa, qui montrait à l'inverse que les non-paiements de pensions alimentaires qui viennent au pénal sont condamnés dans 99 % des cas et conduisent un père mauvais payeur sur quatre à la prison ferme. K., lui, a fait deux jours de prison préventive avant d'être condamné à six mois avec sursis pour avoir refusé de ramener ses enfants à leur mère après un week-end qu'ils avaient passé chez lui : un « banal droit de visite » qu'il avait obtenu, dit-il, après trente mois de procédure. Depuis, raconte-t-il, mon passeport sert de monnaie d'échange : je ne peux exercer mon droit de visite qu'en le remettant à mon ex-épouse qui m'a prêté le projet d'enlever les enfants. C'est terriblement humiliant.

Le MEP prône la garde alternée sans se tromper de combat : c'est bel et bien pour une « adaptation plus judicieuse du droit face au boom des divorces » que le mouvement se bat. Si demain, explique un militant, les femmes devaient être les perdantes désignées des procédures relatives aux enfants dans le cadre des divorces, le Mouvement pour l'égalité parentale continuerait d'exister. Mais il recruterait ses membres dans les rangs des femmes.

Le 08/06/2003
Vers l'Avenir

FAMILLE - Fête des pères

Les papas tiroirs-caisses


Les divorces déchirent de plus en plus de familles alors que le droit familial est dépassé. Les papas du divorce en font les frais. Ils dénoncent.

CATHERINE ERNENS

BIEN DES PÈRES ne seront pas heureux dimanche, jour de la fête des pères. Ils seront nombreux à ne pas avoir le droit de voir leurs enfants pour l'occasion. Le " mouvement pour l'égalité parentale " dénonce cette situation.

Nombreux sont les pères qui sont écartés avec une grande violence de la vie de leurs enfants lorsque survient une séparation. Bien malgré eux, ils sont transformés, le temps d'un week-end sur deux ou la moitié des grandes vacances, en amuseurs publics ou en tiroirs-caisses.

Ils soulignent : " aujourd'hui, 85 % des pères sont les perdants désignés des procédures relatives aux enfants dans le cadre des séparations ou des divorces. " Ils ajoutent : " dans 80 % des cas ce sont les mères qui sont à la source de la demande de séparation. "

Les pères se sentent aujourd'hui, à l'heure où le nombre de divorces ne fait qu'augmenter, complètement écrasés. " C'est du talibanisme. Le père doit prouver qu'il est apte à éduquer ses enfants alors que pour la mère la question ne se pose pas. Elle reçoit la maison, la garde et la pension alimentaire ", dit Kerim Maâmer (le responsable de l'antenne de Bruxelles).

La sphère familiale reste, dans l'esprit de beaucoup de décideurs et dans l'imaginaire d'une grande partie de l'opinion publique, la chasse gardée des femmes. Les stéréotypes ont la vie dure. D'un côté, la tendresse, le dévouement, l'instinct. de l'autre, l'aspect ludique, aventurier, violent, rapteur, voire dévoyé sexuel, cette dernière tare est en nette expansion depuis 1997. " Aujourd'hui, c'est très rentable d'accuser d'inceste son ex-mari. On obtient directement une pension plus élevée, la garde exclusive des enfants et une vengeance maximale. " Neuf fois sur dix, les accusations de la mère sont fausses mais le mal est fait. " Nous réclamons des peines très dures contre les parents qui se conduisent ainsi ".

On regarde depuis 20 ans la déglingue sans bouger " Au début, on ne voyait en nous que des hommes qui voulaient faire enrager leur ex. " Ils démentent et parlent de véritable combat pour faire respecter les droits des papas. Le père est un des instruments de la " défusion " des enfants par rapport à leur mère, et par là même, un acteur de leur entrée dans la vie sociale.

La faute à qui ? Les parlementaires sont stigmatisés comme premiers responsables. Les avocats " qui confisquent la parole aux parents " viennent ensuite. Et les juges en dernier lieu " pour leurs préjugés et leur peu de créativité. "

La grande faute revient donc à nos politiques : " Ils sont restés pendant 20 ans dans l'expectative à regarder la déglingue de la famille. " Or, souligne Gabriel Discry président du mouvement pour l'égalité parentale, " Le droit familial est vague. Selon la sensibilité du juge, la solution sera complètement différente. Tout le monde est là dans une complète insécurité qui ne correspond plus du tout aux réalités d'aujourd'hui. "

Les membres du mouvement pour l'égalité parentale organisent, ce dimanche, un sitting amical de 14 à 17 h, place de la Monnaie à Bruxelles pour faire entendre leurs revendications. Et si vous les croisez, ne leur parlez de la démission des pères, ils riraient jaune.

Mouvement pour l'égalité parentale, 02/735 88 48.

(Merci bien à Catherine Ernens pour sa gentillesse de nous permettre à publier son texte sur cette page)

 
En haut
  Après l'action des pères : interview avec une magistrate dans la presse

Le 07/06/2003 | 06 h 00
Le Soir

« Promouvoir la notion de coparenté »

AP

ENTRETIEN

De plus en plus de pères revendiquent leurs droits et leur place de pères devant les tribunaux. Et ils sont de plus en plus nombreux à vivre très mal qu'on ne leur donne pas raison, explique la magistrate Anne De Vroede, qui dirigeait, jusqu'il y a peu, la section « famille et jeunesse » du parquet de Bruxelles. Avant d'être un problème de justice, la place du père dans la famille est une question de société.

Quel doit être le rôle de la Justice ?

Le rôle de la Justice, c'est d'essayer d'atténuer les problèmes, diminuer les souffrances et assurer dans tous les cas la justice pour les plus faibles.

Une gageure ?

La première difficulté est liée à la forte augmentation du contentieux civil relatif aux familles. Dans l'arrondissement judiciaire de Bruxelles, pour le seul tribunal de la jeunesse, le nombre d'affaires jugées est passé de 1.986 à 2.396 entre 1998 et 2002. Pendant ce temps, la situation conflictuelle s'envenime, compromettant les chances d'un règlement pacifique du conflit. Les enfants en sont les premières victimes. La tâche devient difficile pour le juge : quelle décision prendre ?

Et selon quels critères...

C'est l'intérêt de l'enfant qui prime. C'est au nom de cet intérêt que le rôle du père a longtemps été marginalisé. Et c'est au nom du même intérêt qu'un rééquilibrage se fait aujourd'hui, au bénéfice du père. La loi du 13 avril 1995 relative à l'exercice conjoint de l'autorité parentale a corrigé une inégalité de fait constatée entre le père et la mère lors de la séparation de la famille. Cette loi, basée sur la notion de « coparenté », a intégré les acquis des sciences humaines, qui ont montré combien il était important pour l'enfant que la séparation de ses parents ne devienne pas la cause d'une rupture de la relation avec un des deux parents.

Dans les faits, pourtant, les choses ne sont pas toujours aussi simples...

Il arrive souvent que le parent qui assure l'hébergement principal des enfants ne respecte pas ce principe de l'exercice conjoint de l'autorité parentale. Notamment parce que, durant le délai qui a précédé la décision judiciaire, il a été seul à assumer de facto cette autorité. Il estime donc normal de continuer à l'exercer seul. Dans certains cas, le blocage est complet. Peut-être faudra-t-il un jour sanctionner pénalement le non-respect du principe de l'autorité parentale conjointe, tout comme est sanctionné actuellement le non-respect d'un droit d'hébergement... A mon avis, la réponse est toutefois ailleurs. Ce qu'il faut promouvoir au sein de la société, c'est la notion de « coparenté ». Elle implique une conception nouvelle de la parenté après le divorce. Elle suppose aussi une conception différente du règlement des différends entre les parents à propos des enfants : la médiation me semble être la solution qui correspond le mieux à la notion de « coparenté ».

Commentaire :

Pour moi c'est formidable qu'une magistrate en fonction révèle d'une telle manière la situation des pères en cas de divorce et de séparation. Je la félicite cordialement. Ce fait doit améliorer la situation actuelle. Mais aussi : je dois exprimer une considération. Madame De Vroede omit de mentionner la responsabilité des parquets concernant les nombreuses difficultés qu'ont les pères pour exercer leurs droits d'accès et de fréquentation avec leurs enfants. Quesqu'il font les parquets ? Plus de 95 % des plaintes de la part des pères qui se voient devant les portes fermées des mères sont classées sans conséquence. C'est un fait remarquable que les organisations pour les droits des deux parents ont à souligner clairement. Il est presqu' incroyable que les magistrats qui ont le devoir de faire respecter les jugements continuent d'agir d'une telle façon.

Ghislain Duchâteau

 
En haut
 

Accord des Quinze sur le traitement des enlèvements d'enfants bi-nationaux

BRUXELLES, 29 nov (AFP) - Les ministres de la Justice des Quinze se sont mis d'accord vendredi à Bruxelles sur un cadre européen pour le traitement judiciaire des enlèvements d'enfant de couples bi-nationaux séparés, un phénomène qui prend de l'ampleur chaque année.

Après deux ans et demi de négociations, les Quinze ont finalement trouvé un compromis qui doit permettre d'éviter les interminables batailles judiciaires menées simultanément dans les pays des deux parents qui se disputent leurs enfants.

La France et l'Allemagne sont particulièrement concernées par ces imbroglios juridiques, au point que les deux pays ont créé une commission spéciale bi-nationale pour tenter de régler les conflits les plus difficiles.

Le nouveau règlement validé par les Quinze définit précisément les compétences respectives du tribunal du pays d'origine (celui où l'enfant vivait avant l'enlèvement) et du tribunal du pays d'arrivée (celui où l'enfant est arrivé après son enlèvement).

D'une manière générale, le nouveau règlement pose que le tribunal compétent sur le fond est celui du pays d'origine. Mais le texte reconnaît également la possibilité pour le tribunal du pays d'arrivée de prononcer, dans le cadre d'une procédure rapide (pas plus de six semaines), un ordre temporaire de non-retour de l'enfant.

Dans un tel cas, le pays d'arrivée devra informer le pays d'origine afin que le parent victime de l'enlèvement soit prévenu et puisse saisir chez lui le tribunal compétent au fond.

Si ce tribunal rend une décision demandant le retour, ou prévoyant un droit de visite du parent victime, celle-ci sera immédiatement applicable dans le pays d'arrivée, sans passer par la lourde procédure dite d'exequatur qui permet à une décision juridique d'être applicable dans un pays tiers.

Le règlement sera applicable à partir du 1er juillet 2004, a-t-on indiqué de source diplomatique.

La ministre danoise de la Justice Lene Espersen a salué au nom de la présidence danoise de l'UE une "percée majeure", qui permettra de "jouer un rôle important pour ramener les enfants enlevés" dans le cadre de conflits de couples bi-nationaux.

Les Quinze ont défini "une formule efficace qui place l'intérêt de l'enfant au dessus de tout", a déclaré de son côté le commissaire européen chargé des Affaires intérieures, Antonio Vitorino.

Selon une source communautaire, les conflits transfrontaliers autour du droit de garde des enfants concernent plusieurs centaines de cas par an et augmentent en raison du nombre croissant de couples bi-nationaux.

Message nous transmis par Violaine Delahais

 
En haut
 

La Conférence de Namur du 5 novembre 2002 concernant le SAP dans la presse et dans l'attention des nombreux intéressés

Philippe Paquay nous communique :

Chers amis,

Le journal belge "La Libre" , dans son édition du 12 novembre, a consacré un dossier d'une page pleine au PAS, à la suite de la conférence de Namur de la semaine passée. On y trouve des interviews de Hubert Van Gijseghem, le conférencier de Namur, Wilfrid von Boch, l'organisateur de la conférence de Francfort; et Olivier Limet

lien: http://www.lalibre.be/article.phtml?id=12&subid=124&art_id=89051

......

***

D'autre part, Olivier Heuzé est en pleine édification du site Web sur le PAS francophone, avec des articles de François Podevyn, Wilfrid von Boch (l'article de Synapse) ; des traductions qu'Olivier a faites de Gardner, Bone & Walsh; des arrêts québecois et de la cour des droits de l'Homme de Strasbourg qui font référence au PAS, etc

lien: http://pasf.free.fr


Philippe

 
En haut
 

"Retrouver Sara", le récit par une mère d'une affaire d'enlèvement parental

NANTES, 18 sept 2002 (AFP) - L'infirmière nantaise Fabienne Brin publie jeudi "Retrouver Sara", un livre dans lequel elle revient sur trois années passées, entre 1999 et 2002, à rechercher sa fille aînée enlevée par son père, conclues par des retrouvailles en février au Canada et le procès du père à Nantes.

Marc Eghbal, 37 ans, a été condamné en mai à trois ans de prison, dont un avec sursis, pour non-présentation d'enfant et coups et blessures sur Fabienne Brin, qu'il avait agressée avec un couteau en février 1999, au moment de s'enfuir avec Sara.

Celle-ci était alors âgée de quatre ans. "Ce n'est pas vivre que chercher son enfant, c'est s'empêcher de mourir", témoigne Fabienne Brin, 34 ans, avant de raconter comment elle est "partie au combat".

La jeune femme fait le récit de trois ans de quête acharnée, de péripéties judiciaires, d'espoirs déçus, de contacts avec la police, les médias, les associations et l'institution judiciaire en France, aux Etats-Unis et au Canada.

Le livre, qu'elle dédie à ses deux filles, évoque aussi les débuts de l'histoire d'amour qu'ont vécu, pendant plus de dix ans, Marc Eghbal et Fabienne Brin avant de se déchirer.

Marc Eghbal doit être jugé en appel le 1er octobre 2002.

("Retrouver Sara", par Fabienne Brin avec Danièle Georget, éditions Michel Lafon, 304 pages, 19 euros)

Message transmis par Violaine Delahais

Trois ans de prison dont un an avec sursis requis contre Marc Eghbal

RENNES, 12 nov 2002 (AFP) - Trois ans de prison dont un an avec sursis et mise à l'épreuve ont été requis mardi par l'avocat général de la cour d'appel de Rennes contre Marc Eghbal, accusé d'avoir enlevé sa fille Sara pendant trois ans après avoir agressé son ex-compagne.

L'affaire a été mise en délibéré au 3 décembre.

L'avocat général a requis la même peine que celle prononcée en première instance par le tribunal correctionnel de Nantes, le 27 mai. Marc Eghbal avait été condamné également à verser de 22.265 euros à son ex-compagne Fabienne Brin et de 7.600 euros à chacune de ses deux filles.

L'accusé, âgé de 37 ans, qui comparaissait pour "coups et blessures volontaires" et "soustraction d'enfant", avait fait appel du jugement, estimant avoir fait l'objet d'un "procès inéquitable" et d'une "surmédiatisation".

Marc Eghbal est accusé d'avoir pris la fuite le 24 février 1999 avec sa fille Sara, alors âgée de 4 ans, après avoir blessé au visage, la mère de la fillette, qui souhaitait se séparer de lui. Il avait laissé sa seconde fille de huit mois, Eva.

Fabienne Brin avait mené elle-même une intense campagne de recherches pour retrouver sa fille. Elle y était finalement parvenue à l'issue d'une semaine de campagne médiatique début février au Canada, où la gendarmerie canadienne avait finalement interpellé Marc Eghbal avec sa fille.

L'avocat de M. Eghbal, Me Jean-Marc Fedida du barreau de Paris, a demandé la relaxe de son client, exprimant des doutes concernant l'agression de Mme Brin. Il a repris à son compte le constat des experts sur la blessure de la mère, compatible selon lui avec la version de son client. Ce dernier assure que son ex-compagne avait été blessée par accident alors qu'elle tentait de le frapper avec un couteau.

L'avocat a rappelé que la mère avait obtenu un référé du tribunal des affaires familiales en mars 1999 lui confiant la garde de l'enfant, mais que cette décision n'avait jamais été notifiée à son client.

Les avocats de Mme Brin, Me Hervé Ballereau et Me Fabrice Petit du barreau de Nantes, ont souligné que le délit d'enlèvement d'enfant était constitué dès qu'un des deux conjoints était empêché d'exercer son autorité parentale.

"Il a privé une mère de son enfant pendant trois ans", a rappelé Me Petit, soulignant les souffrances de sa cliente mais également des deux petites filles, Sara et Eva, qui ont connu "un déséquilibre affectif réel", a-t-il affirmé.

Message transmis par Violaine Delahais

 
En haut
 
     
Laatste update : 10 januari 2015 | Vragen welkom bij : Webmaster Top | Home