Bleu du Maine

Historique de la race:

Le mouton Bleu du Maine est originaire de l'Ouest de la France, et plus précisément de la Province qui porte son nom: le Maine (aujourd'hui Maine-Anjou). Celle-ci comprend, sans limites strictes, les départements de la Mayenne, du  Nord Maine-et-Loire et de la Sarthe. Le berceau de la race se situe dans le triangle formé par les localités de Bazougers, Sablé-sur-Sarthe et Château-Gonthier, entre Laval et Angers.

Ce mouton est issu d'un croisement d'une race locale avec des béliers ayant de sang Leicester et Wensleydale importés d'Angleterre au milieu du 19è siècle. Selon de nombreux auteurs, le Bleu du Maine, tout comme son cousin le Rouge de l'Ouest, a hérité de certaines qualités de la race anglaise de grand format, bonne laitière et très profilique. Le Rouge de  l'Ouest apparaît d'ailleurs comme une variation du Bleu qui, à l'origine, était mal fixé.

En France, la race s'est répandue dans les régions de bon herbage aussi différentes les unes des autres comme le Nord, la Bretagne, le Centre et principalement dans la région herbagère des Ardennes. De là, il fut introduit au début des années 1980 dans la Belgique. Il a été admis en 1983 pour être officiellement reconnu le 21/11/88 par décision du Ministère de l'Agriculture.

Standard de la race:

Tête:

-bleu foncé, sans corne

-front large, dégagé de laine

-profil légèrement busqué

-yeux à orbites saillantes

-mufle et nez larges

-oreilles bleu foncé, longues, fines, implantées haut et non rabattues

-bélier: tête à caractère mâle, présence de rides sur le front et entre les yeux, sans laine

-brébis:tête féminine, moins lourde que chez les béliers et un peu de rides

Corps:

-cou moyen

-épaules fortes et musclées

-poitrine profonde et large, ce qui s'extériorise par des membres antérieurs bien écartés

-dos droit, régulier, long et large

-bassin long et large

-attache de queue noyée dans la croupe

-queue coupée chez la brebis et le bélier

Gigots:

-bien développés, descendant à l'intérieur, sur le jarret

Membres:

-verticaux, à aplomb correct

-plus lourds chez le bélier

-vus de côté, les jarrets sont coudés

-le plus bleu possible

-sans laine ni poils sur les genoux et les jarrets

-les onglons sont foncés

Laine:

-blanche, tassée, homogène, couvrant tout le corps, sauf la tête, le jarrets et les genoux

-longueurde mèches moyennes sur tout le corps finesse 2 à 3

Peau:

-souple, fine et sans tache

Formats:

-béliers adultes - 2 ans et demi: 110 Kg

-brebis adultes - 2 ans et demi: 80 Kg

Aspect general:

-béliers comme brebis sont suffisamment lourds, d'un bon gabarit, d'une profondeur, hauteur et largeur permettant un développement nécessaire au caractère profilique de la race, tout en gardant une allure harmonieuse et noble

Petits défauts ou caractères indisérables:

-tête rose, rouge ou grise chez la brebis

-dos ensellé, cassé derrière les épaules

-tache noire sur les pattes (dim. max. 1 pièce de 5F-2,5 cm de diamètre)

-laine sur la tête

-cou trop dégarni

-laine couvrant toutes les pattes

-poils blancs ou roux sur les pattes

-sourcils blancs

-laine manquant de densité

-vulve sans écusson (non dégagée de laine)

-anus du bélier non dégagé de laine

Gros défauts:

-tête rose, rouge grise, féminine ou avec de la laine chez le bélier

-tête masculine ou grossière chez la brebis

-tronc étroit

-membres cagneux( ) ou panards ) (

-phalanges (paturons) faibles ou trop longues

-jarrets droits

-laine grossière et peu dense, présence de jarres

-aspect général: animaux trop légers

-manque de développement, trop courts, trop trapus, trop petits

Ce standard officiel en Belgique depuis le 21.11.88 est une copie très proche du standard français, bien qu'il ait beaucoup plus de précision.

Performances de la race:

En Belgique comme en France, la race Bleu du Maine est utilisée en race pure par de nombreux éleveurs en raison de ses multiples qualités d'élevage; peu de races en réunissent en effet autant.

1. Rusticité

Le mouton Bleu du Maine est parfaitement adapté à l'élevage de plein air sur des herbages riches. Même dans des régions à climat plus rigoureux, la brebis Bleu du Maine sort l' hiver malgré le gel et la neige (plus rare dans le berceau de la race).Elle rentre la nuit en bergerie quand il fait très froid ou par temps pluvieux. A partir de décembre et jusqu'en février, certains éleveurs gardent les brebis en bergerie avec ou sans jeunes afin d'éviter les passages dans la boue autour de la bergerie (d'après la pluviosité de la saison), mais aussi et surtout afin de surveiller plus facilement les naissances et le démarrage des nouveau-nés. Il y a en effet souvent trois agneaux ou plus pour deux mamelles seulement.

Le Bleu du Maine est, malgré tout, un mouton d'herbage avec un agnelage de printemps, soit fin janvier et février.

2. Prolificité élevée

La race Bleu du Maine apparaît comme la race la plus prolifique. La moyenne de brebis adultes soumises au contrôle officiel dépasse 200 % pour atteindre 250 % dans les élevages les plus performants. Les agneaux doubles sont donc la règle. Les triplés sont fréquents et quelquefois, on obtient des quadruplés.

3. Excellente valeur laitière et très bonne croissance des agneaux

Les brebis Bleu du Maine sont excellentes laitières: leur production de lait est largement suffisante pour nourrir des agneaux doubles et leur permettre une croissance intéressante: plus de 280 gr. par jour en moyenne. Un gain moyen quotidien (G.M.Q.) de 600 gr. et plus est enregistré chez les meilleures brebis. Et si celles-ci ont des triplés, elles peuvent les élever sans apport d'un supplément de biberon. Ces chiffres permettent d'apprécier la valeur laitière des brebis Bleu du Maine puisque durant cette période (10 - 30 jours), les agneaux ont pour seule nourriture le lait de leur mère. Une mère qui allaite des triplés doit, bien entendu, recevoir une alimentation plus riche: un complément après herbe et foin. La brebis Bleu du Maine est, en outre, très maternelle; elle s'occupe très bien de ses petits. Rares sont celles (même les antenaises) qui abandonnent un de leurs agneaux. Les agneaux bien démarrés enregistrent ensuite des gains de poids élevés: plus de 300 gr. par jour chez les mâles doubles. La croissance des agneaux sera enfin d'autant plus performante qu'ils seront eux-mêmes issus de béliers sélectionnés sur leur aptitude de croissance 30 - 70 jours. C'est une des bonnes raisons de la volonté de l' éleveur sélectionneur à introduire dans son troupeau un bélier qui remplit les meilleures conditions quant à son origine et ses performances personnelles.

4. Précocité sexuelle et agnelage facile

Le taux de fertilité des agnelles mises à la lutte dès l'âge de 6 à 8 mois atteint 90 % dès lors qu'elles pèsent plus de 45 kg. lorsqu'elles sont mises au bélier. Les agnelles pleines mettent bas dans le courant du mois de février pour la plupart des cas; un peu plus tard donc que les brebis.

L'agnelage est, d'une manière générale, facile et la race est d'ailleurs réputée pour sa facilité d'agnelage. L'intervention de l'éleveur ou du vétérinaire est pratiquement inexistante lors des mises bas, quoique tout accident ne soit pas à exclure. Ceci n'est pas le cas pour toutes les autres races.

5. En bref

La race Bleu du Maine produit des femelles idéales pour l'élevage; la brebis Bleu du Maine est une mère des plus performantes. En croisement même, le Bleu du Maine sert de lignée femelle. Laissons le choix à l'éleveur quant au mâle qui apportera la conformation la plus viandeuse: qu'il soit Texel, Suffolk ou autre.Le Bleu de Maine est une race de femelles pour les éleveurs qui veulent produire de la viande. Cette réalité a même fait dire un jour à un éleveur de la race Texel: " Il nous faudrait des mères Bleues pour allaiter nos agneaux blancs." Malheureusement, l'espèce ovine n'en est pas encore arrivée là. Une brebis qui agnelle facilement, qui est précoce et qui produit bien, de bonne heure, des agneaux de 20 kg. à 3 mois, ne le fait que pour ses petits.
 
 

Nos remerciements à Mr.Cardols Robert, auteur du texte.