Plan d'action pour la conservation et la restauration de trois bois dans les Ardennes Flamandes. Les espaces forestiers d'Ename (“habitat” actuel : aire de projet de 260 ha), d'Everbeek (“habitat” actuel : aire de projet de 533 ha) et de Grimminge (“habitat” actuel : aire de projet 314 ha) font partie du Site Directive “habitat” nommé "Forêts des Ardennes Flamandes et autres forêts de la Flandre méridionale". Les parties centrales sont formées de forêts d'arbres feuillus mixtes, constituées de différents types d'“habitat”, auxquels appartiennent les types prioritaires des "Sources à tuf calcaire avec formation de travertin" (Cratoneurion) et "Forêt alluviale résiduelle (Alnion glutinoso-incanae)"(Carici remotae-Fraxinetum et Pruno-Fraxinetum). La riche faune comprend entre autre le Triton crêté, la Lamproie de Planeri et le Chabot de rivière (Annexe II de la Directive “habitat”), ainsi que la Bondrée apivore et le Martin-pêcheur (Annexe I de la Directive Oiseaux). Plusieurs zones forestières appartiennent aux plus beaux exemples des “habitats” concernés en Région Flamande, même en Europe. Certains des “habitats” et espèces envisagés ont une aire européenne (atlantique) limitée. D'autres se trouvent aux confins de leurs zones d'extension (zone limite de la Plaine d'Europe occidentale). Le projet a pour but de sauvegarder, de restaurer et d'étendre ces “habitats” et espèces en particulier, ainsi que la biodiversité en général. Le moyen le plus important est l'achat d'un ensemble de 141 ha de terrains, contenant des forêts et leur environnement (extension d’ “habitat”), à ajouter à la superficie actuelle des réserves. L'exploitation forestière commerciale sera arrêté et remplacée par une gestion d’évolution naturelle, de restauration du taillis-sous-futaie (protection d’”habitat”) et de conversion des populi cultures homogènes en forêt mixte (restauration d’ “habitat”). De cette façon on offrira de nouvelles chances aux espèces qui dépendent du bois mort, aux espèces héliophiles, et aussi aux espèces des broussailles et des lisières. La dispersion des espaces boisés et la séparation de certaines populations, menacées d’extinction, sera corrigée, en donnant lieu à une expansion forestière, accompagnée d’extension d’ “habitat” . Les forêts deviendront plus compactes, ce qui est favorable aux oiseaux et mammifères de plus grande taille (tel que la Bondrée apivore). Les évolutions défavorables (telle que la rudéralisation) sortant de la périphérie de la forêt seront en majeure partie éliminées, grâce à l'abandon des activités agricoles intensives, remplacées par le pâturage extensif, à l'épuration des eaux à petite échelle, à l'enlèvement des dépôts illégaux d'immondices et des systèmes de drainage agricole. Aussi la qualité écologique de la périphérie de la forêt s’améliora, d'où les effets positifs pour le Triton crêté. L'épuration des eaux et l’arrêt de l'érosion des terres arables par reboisement ( extension d’ “habitat”). produiront également des opportunités accrues pour la Lamproie de Planeri, le Chabot de rivière et le Martin-Pêcheur dans les cours supérieurs. L'ensemble du projet est encadré de conceptions de gestion bien fondées pour la totalité des Sites Directive “habitat” concernés, exécuté par un groupe d’action local, dirigé par une commission d’experts et il est accompagné d'une politique de sensibilisation continuée du public. Des observations scientifiques sur les évolutions de la végétation et de la faune font aussi part du projet. Le projet sera soumis à un audit.
Bienvenu au site Web
du projet LIFE-2000



LIFE-Nature
Be-7156