BELGIUM'S BIGGEST OLD BIKE JUMBLE

Home | Retro Wieze | Retro Leuven | Nouvelles | Exposants | Contact

 

   

Motocross première partie : la période avant 1965

La Belgique est très renommée dans le monde pour ses prouesses dans le motocross.
Les 43 titres de champion du monde le prouvent bien. Même avant le premier championnat du monde, il était évident que la Belgique possédait d'immenses talents comme Leloup, Jansen, Mingels, Meunier et autres. Et le fait que ces sportifs légendaires réalisaient ces victoires internationales sur des motos belges des trois grands fabricants de Herstal, complètent le succès sportif. A la demande des plusieurs adeptes, Moto Retro Wieze consacrera deux éditions à l’histoire de ce sport motorisé négligé par notre gouvernement.

Le premier volet de cette exposition se concentre sur la période du début du motocross jusqu’à l’année 1965. Nous distinguons 3 périodes : le commencement avec les aventuriers coureurs motocross de l’époque avant la deuxième guerre mondiale, la période juste après la deuxième guerre mondiale avec les premiers organisateurs professionnels de course de motocross et les grands succès belges à partir de 1958. Et la troisième période à partir de 1958 : le tournant avec la montée des coureurs suédois et anglais. Après 1965, le monde du motocross sera de nouveau bouleversé tant sur le plan technique et méchanique, qu’au niveau de l’arrivée d’une nouvelle génération de pilotes belges. Mais cette histoire sera pour notre deuxième partie de l’exposition, en septembre 2017…
 

Le 11 mars 1934 : la date de naissance du motocross belge

Le motocross débute au début du siècle précédent sur le sol anglais parce que les courses sur la voie publique ne sont pas autorisées. De ce fait sera également organisé le premier TT renommé en 1907 sur l’Isle de Mann, mais également les scrambles qui se déroulaeint sur des terrains accidentés. Les pilotes participaient avec des motos de route adaptées.
Les courses de route n’étaient pas interdites en Belgique et en plus la fabrication de motos fut parmi les meilleures au monde. Des courses étaient organisées partout. Et les records de vitesse étaient battus constamment.
Un certain Jacky Ickx de la région de Louvain est l’adepte des motos qui voulait faire plus que l’ordinaire. Le 11 mars 1934 il organisa avec son club « le Motor Union Louvaniste » le premier Motocross Brabançon aux étangs les Zoete Waters à Oud-Heverlee ; une course de vitesse tout-terrain. Pour la première fois le nom motocross apparu dans un article pour le Bulletin de la fédération motocyclistes belge (FMB/BMB).
Juste avant la deuxième guerre mondiale, le premier championnat FMB fût organisé. Ce sera ce même Jacky Ickx qui gagne et qui devient le premier champion belge de motocross.
Pendant la deuxième guerre mondiale, cette nouvelle discipline de course de motos se maintiendra. Ceci grâce à la « Coupe de Maldeghem » une course de motocross annuelle qui sera organisé 4 fois et qui annoncera en 1945 la période d’après geurre. Les stocks de l’armée étaient bourrés de motos comme Triumph, BSA, Matchless et Norton. Et le club AMC Herentals aura très vite de la compétition d’autres clubs à des endroits comme à Dworp. La course de motocross était devenue un véritable sport de motos.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques Ickx , à gauche au départ du motocross aux étangs de Zoete Waters (Oud-Heverlee), près de Louvain, en 1938. Ickx était pilote et journaliste. Le 11 mars 1934, il organisa la première course de vitesse tout terrain au Zoete Waters sous le nom du Motocross Brabançonne. Le motocross belge était né.



Jacques Ickx montra ce nouveau sport à son ami Gilbert ‘Grizzly’ Derudder, le pilote de course belge talentueux qui roulait pour Saroléa. Très vite Grizzly prédomina également cette discipline sportive : en 1938, l’inimitable Gilbert Derudder gagna 9 des 12 courses de motocross en Belgique. Jacques Ickx en gagna deux. Sur la photo de gauche au départ du Motocross Brabançonne en 1939, on voit Grizzly avec le n° 11 et Jacques Ickx juste derrière. Sur la photo de droite, Gilbert Derudder avec le n° 2 en action à Kontich



Gilbert ‘Grizzly’ Derudder était pour Saroléa une enfant prodige tant sur le plan technique qu’acrobatique.
Il se sentait à l’aise aussi bien sur les circuits de courses que des circuits de cross. Et 'La Maison de Herstel' aimait s'en vanter dans les revues de motos.


Gilbert Derudder, alias Grizzly, le vainqueur du Grand Prix Maurice Defoin en 1936 (à droite sur la photo de gauche) et sur sa Saroléa 350cc ACT en 1937. A la demande de Jacques Ickx il roula cette année-la sa première course de motos aux Zoete Waters. Il passa la ligne d’arrivée avec 7 minutes d’avance sur le deuxième.

En 1948 fût organisé le premier Motocross des Nations à Spa.
L’équipe belge composée d’entre autres Nic Jansen, Cox et René Milhoux gagna la trophée. Un an plus tard, le 7 août 1949, le premier grand prix belge de motocross a lieu au Citadelle de Namur. Et l’endroit deviendra mythique dans l’histoire du motocross.
Le 4 août 1949, l’Auto Moto Club (AMC) Namur reçoit l’autorisation de la fédération belge des motocyclistes d’organiser le grand prix de Belgique de motocross.
Deux ans plus tard, la FMB sera demandée d’organiser le grand prix des nations – en fait le championnat du monde. Et la FMB pensa tout de suite à Namur. Le 5 août 1951, Victor Leloup remporta ce premier championnat du monde pour équipes nationales sur sa moto d’usine FN, avec ces coéquipiers Jansen et Meunier sur des motos Saroléa.

Les années’50 était une période glorieuse pour les pilotes belges. Baeten, Mingels, Jansen, Leloup et Meunier sont des pilotes belges qui faisaient partie du top mondial. Et quand René Baeten devient le deuxième champion du monde de motocross avec sa moto FN, le monde belge du motocross ne se doute encore de rien. Mais c’est quand FN décide de se retirer de la compétition sportive que tout va changer. C’est le début de la troisième période de cette exposition pré-1965.
Le champion du monde, René Baeten n’a plus d’employeur en 1959. Il est forcé de changer de marque, mais avec Matchless il ne peut plus renouveler ses anciennes victoires. Et de la première place dans la liste mondiale il descendit vers la 9ième place. Et l’équipe nationale ne prestait pas mieux. La situation allait de mal en pis.. Un an plus tard René Baeten meurt suite à un accident avec sa moto Matchless. La période de gloire des Suédois comme Nillson, , Lundin, Tibblin et Johansson commença. Cette période clôture la première partie de cette expo sur le motocross.
 

 
 

Où se trouve Wieze et le Brabanthal à Louvain?
Avec nos plans d'accès vous trouverez aisément les expos. Même avec les transports en commun.

Photos d'éditions précedentes

 

Webmaster © BEMA