vowlogo.GIF (7333 bytes)

Gelieve onze nieuwe website te bezoeken voor actuele informatie

Veuillez visiter notre nouvelle site avec de l'information plus actuelle

Please visit our new website with the recent informations

http://home2.pi.be/tmachiel

 


Home Up Général Logement Service Social Enseignement Travail Socio Culturel Santé Acceuil Diverses Les Roms

 

 

 

10. RECHERCHES SCIENTIFIQUES

10.1 Nombre

Au moyen de recherches actives, il faut établir des contacts avec les voyageurs et les tziganes qui ne sont pas connus comme tels, mais qui mènent une vie nomade. Notre expérience limitée à cet égard nous apprend qu’ils mènent souvent une vie très marginale, qu’ils font vraiment partie de la communauté des voyageurs, mais qu’ils ne sont pas capables d’entretenir des contacts avec ce groupe parce qu’ils ne voyagent plus, ceci n’étant plus nécessaire ni faisable du point de vue économique.

Selon les sondages il s’agit de groupes assez grands; souvent ce sont des voyageurs et des tziganes qui habitent dans des maisons. Ces gens peuvent être approchés uniquement par le travail social d’aide aux habitants de roulottes: un recensement en tant que tel n’est pas souhaité par ces gens (on les a déjà enregistrés dans les années juste avant la deuxième guerre mondiale!). En plus nous dépendons d’eux pour pouvoir trouver les autres membres de ce groupe-cible, parce que le VOW ne connaît pas non plus ces adresses-là. C’est par ce que nous avons à leur offrir que nous devons les convaincre de nous mettre en contact avec les autres.

10.2 Logement

Même si le VOW a déjà beaucoup progressé dans le know-how autour des possibilités existantes pour les roulottes dans le système urbaniste, il manque toujours un élément essentiel dans la promotion du mode de logement mobile: la recherche de terrains éventuels. C’est une activité qui demande beaucoup de temps et de laquelle on s’occupe actuellement de façon tellement sporadique que nous n’arrivons à aider qu’une partie très limitée du groupe-cible.

Si nous voulons faire des propositions concrètes dans le cadre du lobbying politique que le VOW souhaite organiser à partir de 1995, il est absolument indispensable d’avoir un expert à notre disposition pendant 2 ans pour étoffer nos propositions à long terme en coopération avec les groupes locaux de voyageurs et/ou de tziganes.

10.3 Vulnérabilité sociale

Au département de criminologie de la KUL, une équipe de chercheurs s’occupe de la confrontation de la théorie de vulnérabilité sociale à la réalité. La théorie actuelle accorde encore beaucoup d’attention au trajet individuel des adolescents. Il est important de confronter cette théorie également aux voyageurs. Leur vulnérabilité date déjà d’il y a des générations, sinon des siècles: c’est devenu leur culture. L’impact de cette réalité sur l’analyse et la stratégie ne saurait être surestimé. Le VOW choisit l’option d’analyser la marginalisation de son groupe-cible par le biais de l’observation participante.

10.4 Histoire

L’histoire de l’homme de la rue, du sous-prolétariat, des figurants etc... doit toujours être écrite. Comme les tziganes ne connaissent pas d’historiographie systématique, leur passé doit être reconstitué à partir de sources très différentes et parfois très surprenantes (p.ex. les contes et les légendes). Un peuple a toujours besoin de sa propre histoire pour pouvoir se créer une identité. Ce qu’il advient d’un peuple sans histoire a été décrit dans le chapitre sur la vulnérabilité sociale.

10.5 Travail

Nous ressentons le besoin d’une compréhension scientifique de la relation entre les habitants de roulottes et l’économie de la société dominante. C’est pourquoi nous voulons souligner l’importance d’une étude des possibilités sur le marché de l’emploi, des capacités et de la motivation de la population nomade et de la combinaison de ces deux facteurs. Ces recherches devraient mener à un document de base à partir duquel une politique fondée et orientée vers la pratique puisse être élaborée.

 

 

11. ORGANISATION

11.1 Problématique

Tout ce que nous proposons dans ce plan quinquennal est mis en péril parce qu’il nous manque le personnel pour réaliser les projets. Il y a en plus une répartition déséquilibrée du personnel: dans les provinces de la Flandre Orientale et Occidentale et dans le Brabant il n’y a aucun assistant social au service des voyageurs, bien que la concentration de voyageurs et de tziganes y soit la même que dans les autres provinces.

La Communauté Flamande n’intervient que pour un tiers dans les subventions de l’aide sociale aux habitants de roulottes: 6 000 000 FB en 1994. En plus il s’agit d’une subvention facultative.

En réalité, le VOW se voit obligé de (sur)vivre, comme son public-cible, dans l’ici-

maintenant et de façon très "flexible".

Le fait que nous travaillons avec et pour un groupe peu valorisé au niveau social (et donc au niveau politique) y est sûrement pour quelque chose. Nous sommes néanmoins convaincus que la marginalisation, qui se fait sentir le plus au niveau local, doit être brisée avec le soutien des instances supérieures, les provinces et la Communauté Flamande. Référant à la vulnérabilité sociale, il est de notre devoir de créer des liens sociaux entre la société bourgeoise et les habitants de roulottes.

C’est donc la société bourgeoise qui doit faire preuve de son sérieux à propos du travail social d’aide aux habitants de roulottes, sinon ce groupe continuera à "causer des problèmes".

11.2 Organisation: options

11.2.1. Reconnaissance

Le VOW veut évoluer vers un Centre Flamand pour le travail d’aide sociale aux habitants de roulottes, fondé par décret, reconnu et subventionné; soutenu sur le plan des contenus par un mémoire de politique à suivre du Ministre.

Nous essayons d’obtenir une reconnaissance pour 5 ans sur base du présent plan quinquennal et des plans annuels supplémentaires.

Ce Centre doit développer des réseaux de communication avec tous les échelons des autorités. D’une part pour favoriser une coopération entre les différents niveaux, d’autre part pour défendre de façon plus efficace la cause du groupe-cible.

Dans le cadre d’une politique coordonnée des minorités, le centre souhaite s’engager en tant que partenaire compétent. Ceci veut dire, entre autres, que notre propre compétence méthodique et l’évolution nécessaire de cette compétence doivent continûment être garanties. Ceci doit également se refléter dans la structuration de la politique même des minorités.

Ayant une fonction d’intermédiaire spécifique pour un groupe-cible spécifique, nous veillerons toujours à ce que nous ne disparaissions pas dans l’anonymat d’une structure trop étendue.

11.2.1.1. Points de rencontre régionaux de l’aide sociale aux habitants de roulottes

11.2.1.1.1. Tâches

Assistance directe

Le travail social d’aide aux habitants de roulottes, étant obligé de partir d’une relation de confiance péniblement établie, se base nécessairement sur l’assistance directe: administration sociale (revenu de remplacement, problèmes de locataires...) et sécurité de logement pour les voyageurs et les tziganes habitant dans des roulottes.

Dans l’aide sociale aux habitants de roulottes, un assistant social doit également acquérir une connaissance des relations internes dans le groupe. Il/elle n’est que considéré(e) comme un membre à part entière dans la mesure ou il/elle connaît personnellement un grand nombre de voyageurs et de tziganes. D’ailleurs, ceux-ci nous en voudraient énormément si nos assistants sociaux visitaient certaines familles sans visiter les autres. Établir un point de rencontre demande donc beaucoup de temps et une longue période d’adaptation.

Le VOW souhaite en tout cas éviter de devenir pour les habitants de roulottes l’énième "guichet"; nous voulons surtout encourager les gens à s’adresser eux-mêmes aux instances appropriées pour obtenir ce à quoi ils ont droit.

Fonction d’intermédiaire

Nous n’avons en aucun cas l’intention d’acquérir un monopole de l’assistance sociale aux habitants de roulottes. Ceci n’est pas faisable et encore moins souhaitable. Le but du VOW est que de plus en plus de services réguliers puissent s’engager dans la problématique des habitants de roulottes. Nous pensons en premier lieu aux services publics et privés d’aide sociale, mais également aux services communaux, à la police, à Kind & Gezin, aux centres P.M.S., aux nouveaux Centres d’Aide Sociale Générale, etc... Il va de soi qu’informer et former tous ces travailleurs sociaux ne peut se faire du jour au lendemain. Le VOW doit d’abord acquérir une compréhension suffisante de la problématique dans la région, de l’assistance sociale existante et des lacunes que celle-ci présente encore. A partir de ces données, nous développerons et nous offrirons une formation appropriée.

11.2.1.1.2. Structure

Structure provinciale

Vu le fait que beaucoup de services sont intégrés dans une structure ou une coordination provinciale, et que l’autorité provinciale supervise les services des autorités communales, il serait en tous les cas opportun d’élaborer l’aide sociale aux habitants de roulottes au niveau provincial. La concentration des habitants de roulottes au niveau communal est d’ailleurs tellement faible qu’une structuration à ce niveau-là n’est pas souhaitable. Les voyageurs et les tziganes n’attachent tout de même pas d’importance aux frontières géographiques. Tenant compte de tous ces éléments, les provinces peuvent assumer un rôle unique dans l’aide sociale aux habitants de roulottes: coordonner, détecter les lacunes, stimuler les organisations diverses à combler ces lacunes et prévoir les moyens financiers si nécessaire.

Agglomérations

Dans les villes de Gand, d’Anvers et de Bruxelles on a structuré l’aide sociale de la même façon qu’au niveau provincial. C’est pourquoi le VOW veut développer dans ces trois centres ses propres points de rencontre. Il y a d’ailleurs une forte présence de tziganes et de voyageurs dans ces villes, tant dans des maisons que dans des roulottes.

Le VOW organise ces points de rencontre régionaux en deux "équipes régionales". Ici le progrès méthodique prend forme et les problèmes d’assistance y trouvent une solution par le biais de la concertation.

11.2.1.2. Centre Flamand d’aide sociale aux habitants de roulottes

Le VOW veut évoluer vers un Centre Flamand d’aide sociale aux habitants de roulottes. Un tel centre serait, à l’intérieur de la réglementation imposée par le gouvernement, responsable de l’élaboration de l’aide sociale aux gens avec une culture nomade.

A côté de sa fonction de coordination des services régionaux, ce centre national s’occupera surtout du développement d’une méthodique, de la formation de cadres, de recherches scientifiques, de la documentation, de la sensibilisation, des échanges internationaux, etc... Le centre plaidera toujours pour les habitants de roulottes et essayera toujours d’influencer le gouvernement en leur faveur.

En plus nous essayerons toujours d’éviter que le travail d’aide sociale aux habitants de roulottes ne s’éparpille sur des organisations diverses. Pour pouvoir réaliser cette fonction centrale, les autorités devront mettre à disposition une réglementation à laquelle les projets et leur soutien puissent être confrontés.

Le centre sera en plus basé sur des points de rencontre régionaux (plutôt que sur des points de rencontre locaux) qui forment un tout organique avec le centre (du point de vue du financement, de la gestion ,de l’emploi...) afin de développer une aide sociale univoque aux habitants de roulottes pour toute la Communauté Flamande.

Le centre s’occupera de la formation et du soutien sur le plan du contenu des services qui jouent un rôle pertinent auprès de la population nomadique.

11.2.2. International

Le centre doit développer les possibilités d’entretenir dans toute l’Europe les contacts nécessaires pour défendre au maximum les droits des gens ayant une culture nomade.

11.2.3. Personnel

A côté des deux assistants sociaux dans les 8 régions, le VOW souhaite obtenir les fonctions suivantes sur le plan national (toujours M/F): 1 coordinateur, 1 secrétaire/comptable, 1 fonctionnaire administratif/documentaliste, 1 coordinateur enseignement, 1 cadre responsable des emplacements, 1 fonctionnaire culturel, 1 animateur de sensibilisation et le cas échéant un juriste.

 

 

Références

(1) Recensements du VOW

(2) VERLOT Mark e.a., Scolarisatie van voyageurs- en zigeunerkinderen, Departement Onderwijs, Brussel, 1994, 34 p.

(3) MARTENS Patrick, Het rapport dat niemand las, Boek, Zonhoven, 1991, 64 p.

 

TRADUCTION de l’original Néerlandais: POELS Yves