vowlogo.GIF (7333 bytes)

Gelieve onze nieuwe website te bezoeken voor actuele informatie

Veuillez visiter notre nouvelle site avec de l'information plus actuelle

Please visit our new website with the recent informations

http://home2.pi.be/tmachiel

 


Home Up Général Logement Service Social Enseignement Travail Socio Culturel Santé Acceuil Diverses Les Roms

 

 

 

AIDE SOCIALE ET SERVICES SOCIAUX

La grande majorité dépend d’un revenu de remplacement:

CPAS: 13.1 %

Chômage: 11.5 %

Pension: 9.1 %

Invalide/malade: 8.5 %

Autre: 3.5 %

A cela s’ajoutent encore 28.1 % qui n’ont ni profession ni revenu. Il s’agit presque toujours de femmes. (2)

 

3.1. Problématique

3.1.1. Situation financière

Comme on a vu plus haut, les professions nomades traditionnelles n’ont plus aucune importance économique dans notre société. En outre, il manque la tradition scolaire nécessaire pour remplir ce vide par le biais des formations existantes. Cela a mené à la situation suivante: seulement un quart de la population nomade adulte a un revenu d’activités professionnelles.

3.2.1. Administration sociale

Étant donné que les voyageurs et les tziganes vivent la société comme une séparation nette entre nous (les voyageurs) et eux (les "bourgeois"), il est évident que les institutions sociales ne les attirent pas du tout. Ils s’adressent uniquement à elles pour obtenir un revenu de remplacement, mais l’attitude contrôlante et paternaliste des services et de leurs fonctionnaires fait perdre tout courage à ceux qui demandent de l’aide.

L’analphabétisme répandu ainsi que le fait qu’ils n’ont pas l’habitude des formulaires compliqués, des procédures et des règlements ne facilitent pas non plus la situation.

 

3.2. Aide sociale et services sociaux: options

Le VOW reste convaincu que la population nomade doit pouvoir être aidée par les services sociaux réguliers.

Les services sociaux constituent la base de toute aide sociale aux habitants de roulottes.

Tout ce qui concerne le travail, l’enseignement, la culture, la santé, etc... ne peut être abordé que par l’assistant social local, qui s’occupe des soucis quotidiens de personnes et de familles individuelles. Ainsi, ces personnes ont la possibilité de se concentrer sur les étapes ultérieures de leur émancipation. La position ainsi acquise par l’assistant social peut alors servir de plate-forme pour les initiatives ultérieures. Dans le chapitre consacré à la recherche scientifique on parlera dès lors toujours de recherche active.

Le VOW veillera toujours à ce que les revenus de remplacement et les services sociaux soient suffisamment accessibles à notre groupe-cible. C’est la seule certitude vitale sur laquelle ils peuvent compter pour le moment.

Le VOW se charge de la négociation en cas de "court-circuit", et cela à partir de l’attitude fondamentale qui consiste à "choisir pour les gens". Dans ces cas-là, beaucoup de seuils doivent être franchis, tant par l’assistant social que par son client. L’aide sociale aux habitants de roulottes est donc un travail très intensif, du moins si on veut obtenir quelques résultats.

Pour cette raison, le VOW continuera à veiller très attentivement à ce que son public-

cible reste en ordre par rapport aux réglementations pourvoyant au revenu de remplacement, s’il n’y a pas de revenu professionnel. Le terme "actif" signifie que le VOW ne désire pas fonctionner comme un "guichet" qui travaille à la demande du client. Au contraire, nous indiquerons toujours quelles sont les possibilités et nous ferons le suivi de leur utilisation effective.

Le VOW se rend parfaitement compte qu’un filet de sécurité ne doit jamais être utilisé systématiquement. Ce point de vue sera illustré dans les points d’action qui vont suivre, plus particulièrement dans les point sur l’enseignement et le travail.

Le terme "actif" signifie également que le VOW s’engage à introduire les assistants sociaux des services réguliers dans la spécificité de la population nomade.

A côté de la constitution d’un cadre pour les travailleurs sociaux professionnels et volontaires de l’aide sociale aux habitants de roulottes, le VOW s’occupera de la formation (supplémentaire) des services qui entrent en contact direct avec les voyageurs et les tziganes: la police, les centres P.M.S., les fonctionnaires, les assistants sociaux,... A cet effet, nous serrerons les liens avec l’Association Flamande des Villes et des Communes et avec les Instituts de Formation Provinciaux.

Une politique intentionnelle de publication doit rendre accessible à tous les intéressés les convictions et les expériences du VOW.

Dans ce cadre la restructuration de l’aide sociale générale mérite une mention spéciale. En maniant de façon trop absolue la "porte d’entrée unique", le seuil sera trop difficile à franchir pour certains segments de la société, notamment pour ceux qui ont le plus besoin d’aide sociale. Pour permettre à ces groupes de franchir le seuil quand-

même, une fonction d’intermédiaire catégorielle est instaurée.

On se dévouera à faire en sorte que les communes faisant des efforts particuliers pour faire construire des terrains pour roulottes sur leur territoire puissent bénéficier - au moins temporairement - d’une subvention supplémentaire de la Communauté Flamande, par analogie avec e.a. les réfugiés politiques. Dans ce cadre un rôle est réservé au Fonds Spécial pour l’Aide Sociale.

Nous soutiendrons également que les allocations familiales pour l’enfant puissent être versées à l’éducateur (-trice). Ceci est une compétence fédérale et elle sera mise en oeuvre en collaboration avec d’autres organisations.