vowlogo.GIF (7333 bytes)

Gelieve onze nieuwe website te bezoeken voor actuele informatie

Veuillez visiter notre nouvelle site avec de l'information plus actuelle

Please visit our new website with the recent informations

http://home2.pi.be/tmachiel

 


Home Up Général Logement Service Social Enseignement Travail Socio Culturel Santé Acceuil Diverses Les Roms

 

 

 

6. CULTURE

6.1. Problématique

Les habitants de roulottes ont leur propre mentalité, formée par leurs propres normes et valeurs, liées étroitement à leur façon de vivre, d’habiter et de travailler. Les caractéristiques principales de cette culture nomade ont déjà été décrites sous 1.3.

La force de cette culture nomade est constituée par ses propres circuits d’emploi, d’éducation, de religion, de loisirs, de mariage et de soins pour les handicapés, les personnes âgées et les malades.

Il n’est donc pas étonnant que nos services existants pour le sport et les services culturels pour jeunes et adultes n’atteignent pas facilement la population nomade. Grâce au travail social catholique des années précédentes, nous pouvons aujourd’hui retomber sur des pèlerinages existants et sur des rites funéraires où les voyageurs et les tziganes se rencontrent.

6.2. Culture: mesures politiques

Le 9 juin ’93 le Vlaamse Raad a ratifié le décret réglementant la subvention des administrations communales et de la commission de la Communauté Flamande pour une politique d’activités sociales en faveur de la jeunesse. Pour les communes où il y a une présence assez remarquée de voyageurs, on peut créer dans le cadre de ces activités des initiatives spécifiques pour les jeunes habitants de roulottes. Cette option n’atteint cependant pas son but à cause de la grande dispersion du groupe-cible qui fait que, dans beaucoup de communes, le groupe concerné est trop petit pour une politique spécifique.

Comme les 25 % des subventions communales pour les activités sociales en faveur de la jeunesse doivent jusqu’en 1998 être réservés pour les enfants de faible condition sociale, on peut dans certaines communes essayer d’obtenir qu’une partie de ces 25 % soit attribuée aux initiatives en faveur des jeunes habitants de roulottes.

Un véritable réseau d’activités culturelles s’intégrant dans une organisation culturelle qui attire notre groupe-cible de façon spontanée demande cependant des investissements plus sérieux qui dépassent les frontières communales.

Le VOW veillera à ce que les subventions des organisations autonomes de migrants restent accessibles au maximum pour les organisations autonomes d’habitants de roulottes.

6.3. Culture: options

6.3.1. Conscientisation

6.3.1.1. Forum

Centres pour le développement de la culture

A Bruges et à Genk on a la possibilité de commencer à petite échelle avec de tels centres pour voyageurs. Ces centres doivent être tout à fait à la mesure des voyageurs tant du point de vue de la forme (aménagement, décoration) que du point du vue du contenu.

Les moyens d’expression culturelle (restants) peuvent y être cultivés à nouveau: revaloriser leur propre apport à la société.

Groupements de base

La pierre d’angle du travail d’émancipation est constituée par les groupements de base. Par le biais de conversations et d’activités nous tâtonnons des expériences-limites, nous rassemblons des témoignages et nous les échangeons, afin de les enregistrer et de les publier.

Ainsi les voyageurs peuvent de nouveau formuler leur message à la société à travers des expositions, des manifestations culturelles ou par leur présence dans les médias.

6.3.2. Solidariser

6.3.2.1. Action sociale

Au terme d’ "émancipation" on associe presque immédiatement le fait de défendre collectivement ses droits. A cet effet, il faudra créer des alliances - ce qui ne semble peut-être pas évident - à l’intérieur comme à l’extérieur du monde nomade. Une telle action sociale sera nécessaire pour obtenir la réalisation de certaines exigences, déterminées par les habitants de roulottes eux-mêmes.

6.3.2.2. Auto-organisation

La défense commune des intérêts des voyageurs peut se jouer au niveau national, mais aussi au niveau local. Le VOW doit soutenir les deux niveaux. Les habitants de roulottes ont leur propre organisation sociale, que le VOW doit respecter et, si nécessaire, activer.

Dans ce cadre, le VOW fera tout son possible pour que le congrès européen biennal des tziganes ait lieu en Flandre.

6.3.3. Revue

Dans les pays qui nous entourent il existe des revues pour voyageurs et même des revues réalisées par les voyageurs. Le VOW a pour objectif de développer également un tel moyen de communication, qui jouerait un rôle important dans le processus d’émancipation. Bien que le taux d’analphabétisme soit élevé, l’expérience nous apprend que, dans nos publications actuelles, les articles qui ont une importance réelle pour les voyageurs sont toujours lus d’une manière ou d’une autre. C’est d’ailleurs un grand défi que de présenter l’information que nous voulons répandre d’une façon telle qu’elle attire l’attention des voyageurs. La rédaction, la mise en page et la diffusion gratuite jouent ici un rôle important.

6.3.4. Histoire

L’histoire est la base de l’identité. L’histoire des voyageurs ne se retrouve pas dans des documents écrits. Elle doit donc être reconstituée à partir de sources directes et pas uniquement à partir de dossiers juridiques, comme on a fait auparavant par commodité.

Des photos, des arbres généalogiques, des actes anciens, des histoires, des films...: on doit tout rassembler pour que les voyageurs renouent à nouveau avec leur passé.

Ainsi on doit exploiter les possibilités du musée de plein air de Bokrijk pour organiser une exposition de vieilles roulottes et d’outils. On a déjà établi les contacts nécessaires à cet effet.

6.4.5. Sensibilisation

Agir sur l’opinion publique est important pour tout mouvement émancipateur. Il est donc nécessaire d’entreprendre des actions de sensibilisation et de défendre les droits des voyageurs là où on essaie de violer ces droits. Les centres de formation pour fonctionnaires fondés par les provinces peuvent y jouer un rôle important.

Le VOW doit contribuer à la création d’une image sociale par des publications, des actions dans les médias et des recherches scientifiques... qui doivent rendre le contexte socio-historique de la problématique des habitants de roulottes plus claire et plus compréhensible pour toute la société. A cet effet, des fonctionnaires spécialisés doivent introduire le thème de la culture nomade dans le travail socio-culturel.